MOIS DE SAINT JOSEPH 5ème jour

 Heureux Joseph

Méditons

Heureux Joseph ! Vivre avec Marie ! N’en doutons pas : parce qu’il était l’époux de Marie, parce qu’il lui était si intimement uni, Joseph a été comblé de grâce.

Si la dévotion aux saints nous sanctifie, parce que tout en eux inspire la sainteté, quels ef­fets ont dû produire sur Joseph trente années d’intimité partagée avec Marie, sainte par excel­lence parce que portant dans son Cœur Immaculé le Dieu de toute sainteté. Joseph a eu sous les yeux les exemples admirables de sa saintissime épouse dont toutes les paroles, toutes les actions, toutes les démarches étaient empreintes de perfection évangélique. Il l’a vue agir, prier, converser, pratiquer la dou­ceur, la modestie et la plus exquise charité. Même si supérieur à Marie par l’autorité dont Dieu l’a revêtu comme chef de famille, Joseph savait que Marie lui était supérieure par la grâce. Aussi, Marie dirigeait-elle Joseph : elle l’éclairait, elle l’animait par ses bons exemples. Attentif en tout à Marie, Joseph apprenait à voir les choses comme elle les voyait, à aimer ce qu’elle aimait, à agir comme elle agissait.

Les en­tretiens de Marie et de Joseph tendaient à la plus grande gloire de Dieu. Les échanges du soir dans la maison de Nazareth traitaient souvent de l’amour incommensurable qui a porté le Fils de Dieu et Dieu Lui-même à nous rejoindre dans notre pauvre nature humaine et à mener avec eux une vie toute tissée d’indigence et de dur labeur. D’autres fois, songeant à ce que le Messie est appelé à souffrir d’après les prophéties, leurs cœurs devaient se remplir de tristesse, transpercés chaque jour davantage par le glaive prophétisé par le vieillard Siméon au temple, le jour de la présentation.

Joseph et Marie se communiquaient leurs bonnes pensées, leurs dispositions intérieures et les grâces que Dieu leur fai­sait. Marie savait parfaitement tous les secrets de la vie spirituelle ; elle en instruisait Joseph parce qu’il l’en priait. Que de belles choses Joseph a apprises par la bouche et par l’exemple de Jésus et de Marie en l’espace de trente années, le matin, le soir, le jour, la nuit, en Egypte, à Nazareth, aux champs, à la ville, en voyage, pendant le repas et en toute autre occasion… Heureux Joseph !

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O bienheureux Joseph, vous que Dieu a choisi pour porter le nom et la charge d’un père à l’égard de Jésus, vous qu’il a donné comme époux très pur à Marie toujours vierge et comme chef à la Sainte-Famille sur terre, vous que le vicaire du Christ a choisi comme patron et avocat de l’Eglise universelle fondée par Jésus-Christ Lui-même, c’est avec la plus grande confiance possible que j’implore votre secours très puissant pour cette même Eglise qui lutte sur terre.

Protégez, je vous en supplie, d’une sollicitude particulière et de cet amour vraiment paternel dont vous brûlez notre pape François, tous les évêques et prêtres unis au Saint-Siège de Pierre. Soyez le défenseur de tous ceux qui peinent pour sauver les âmes au milieu des angoisses et adversités de cette vie. Soyez le refuge et le secours de tous les chrétiens persécutés pour leur foi en Jésus-Christ.

Acceptez et agréez aussi, très saint Joseph, la donation de moi-même que je vous fais pleinement. Je me voue entièrement à vous pour que vous soyez toujours pour moi un père, un protecteur et un guide sur le chemin du salut.

Obtenez-moi une grande pureté de cœur, un amour ardent de la vie intérieure. Faites que je suive aussi moi-même vos traces et que je dirige toutes mes actions à la plus grande gloire de Dieu en les unissant aux affections du divin Cœur de Jésus et du Cœur Immaculé de Marie.

Priez enfin pour moi afin que je puisse participer à la paix et à la joie dont vous avez joui vous-même autrefois en mourant si saintement. Amen. (Léon XIII)

MOIS DE SAINT JOSEPH 4ème jour

L’époux de la Mère de Dieu

Méditons

Marie est un paradis de délices orné des plus beaux lis, dans lequel doit s’élever l’arbre de vie et s’écouler des torrents de grâces. Or, comme Dieu a confié le jardin d’Eden aux bons soins d’Adam, il a établi Joseph le gardien de Marie, ce « jardin fermé » afin qu’il veille sur ses fruits. Dans l’Ancien Testament, quand il fallut mettre l’arche d’alliance dans un lieu sûr, on choisit la maison d’Obed-Edom qui se distinguait par sa piété, et l’arche de la nouvelle alliance, c’est-à-dire Marie, dont la première n’était qu’une figure, est confiée à Joseph, le charpentier de Nazareth. C’est lui que Dieu charge de veiller sur elle et jamais elle, la Mère de Dieu, l’élue entre toutes les créatures, n’a hésité et même jugé indigne d’elle, de se soumettre à lui.

Dieu élève Joseph à la hauteur de la sainteté de Marie. « Une femme de valeur, voilà le bon parti, la part que le Seigneur donne à ceux qui le craignent » nous dit le livre de Ben Sirac le Sage. Quelle doit être la justice et la sainteté de celui qui a mé­rité de recevoir pour épouse la plus pure et la plus parfaite de toutes les femmes ; il est évi­dent qu’il a dû être le plus juste et le plus saint de tous les hommes. Et si leur mariage s’est fait par une intervention directe de Dieu, il faut en conclure que, s’il s’était trouvé un homme plus saint que Joseph, Dieu l’aurait choisi pour être l’époux de la plus parfaite et de la plus pure de toutes les créatures.

Si Marie est le miroir dans lequel se reflète l’image de Jésus, Dieu fait homme, Joseph est celui qui réfléchit celle de Marie avec une telle fidélité qu’en la contemplant, on peut juger des perfections de Joseph.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O bienheureux Joseph, vous que Dieu a choisi pour porter le nom et la charge d’un père à l’égard de Jésus, vous qu’il a donné comme époux très pur à Marie toujours vierge et comme chef à la Sainte-Famille sur terre, vous que le vicaire du Christ a choisi comme patron et avocat de l’Eglise universelle fondée par Jésus-Christ Lui-même, c’est avec la plus grande confiance possible que j’implore votre secours très puissant pour cette même Eglise qui lutte sur terre.

Protégez, je vous en supplie, d’une sollicitude particulière et de cet amour vraiment paternel dont vous brûlez notre pape François, tous les évêques et prêtres unis au Saint-Siège de Pierre. Soyez le défenseur de tous ceux qui peinent pour sauver les âmes au milieu des angoisses et adversités de cette vie. Soyez le refuge et le secours de tous les chrétiens persécutés pour leur foi en Jésus-Christ.

Acceptez et agréez aussi, très saint Joseph, la donation de moi-même que je vous fais pleinement. Je me voue entièrement à vous pour que vous soyez toujours pour moi un père, un protecteur et un guide sur le chemin du salut.

Obtenez-moi une grande pureté de cœur, un amour ardent de la vie intérieure. Faites que je suive aussi moi-même vos traces et que je dirige toutes mes actions à la plus grande gloire de Dieu en les unissant aux affections du divin Cœur de Jésus et du Cœur Immaculé de Marie.

Priez enfin pour moi afin que je puisse participer à la paix et à la joie dont vous avez joui vous-même autrefois en mourant si saintement. Amen. (Léon XIII)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

MOIS DE SAINT JOSEPH 3ème jour

JOSEPH LE JUSTE

Méditons

Par un seul mot, l’Evangile nous dépeint tout ce que Dieu a versé de grâces dans le cœur très chaste de Joseph : « c’était un juste. »

Pour saint Jérôme et saint Pierre Chrysologue « juste » signifie que Joseph est un homme parfait qui possède toutes les vertus à un très haut degré. Albert le Grand nous enseigne que toutes les qualités de Joseph sont renfermées dans ces mots « homme juste. » En effet, pour lui « homme » met en avant la force, la confiance, la magnanimité, la persévérance et les autres vertus qui rendent l’âme grande et parfaite en elle-même. « Juste » veut dire fidèle à Dieu et au prochain. Joseph, poursuit-il, était « juste » même avant de naître, ayant été sanctifié dans le sein de sa mère. Il était « juste » avant son mariage, et si « juste » que la seule bonne opinion qu’on avait conçue de lui, suffit aux prêtres du temple à le choisir pour être l’époux de Marie. Il est encore plus « juste » dans le mariage, gardant le vœu de virginité de Marie et s’y associant lui-même. Il était juste parce qu’il devait garder Jésus, le Juste des justes, le juste par excellence, et Marie, le miroir de la justice.

Joseph est un modèle de la justice que l’on doit à Dieu : il obéit en toutes choses à ses commandements et à ses inspirations. Il est un modèle de la justice que l’on doit au prochain dans ses pensées, dans ses paroles et dans ses actions : ne connaissant pas le mystère qui s’accomplit en Marie, il résolut néanmoins de ne pas la diffamer. Il est un modèle de la justice qu’on se doit à soi-même : il ne s’enorgueillit jamais d’être le nourricier de Jésus qu’il s’efforce, au contraire, de servir comme le plus inutile de tous les serviteurs, d’où le silence qui enveloppe toute sa personne. Aussi peut-on le regarder comme le premier de tous les chrétiens. « Il était juste, dit saint Jean-Chrysostome, parce qu’il possédait parfaitement toutes les vertus. »

« S’il était juste, dit saint Thomas d’Aquin, ce n’était pas de cette seule justice particulière qui sait rendre à chacun ce qui lui appartient, mais de cette justice générale qui tient cachées sous l’écorce de son nom les différences spéci­fiques des vertus. Il possédait à lui seul toutes les perfections des hommes illustres qui l’avaient figuré ou précédé : la simplicité d’Abel, la piété d’Enoch, la sainteté de Noé, l’obéissance d’Abraham, la patience de Job, la chasteté de Jo­seph, le zèle de Moïse, la force de Gédéon, l’espri­t intérieur d’Elie, la mansuétude de David, la constance des Macchabées, enfin toutes les perfec­tions des autres patriarches. » « Joseph fut juste dans ses paroles, dans toutes ses actions, juste dans l’accomplissement de la loi, juste selon l’étendue de la grâce » dit Origène. « Il était juste, c’est-à-dire, très-parfait, doué d’une vertu éminente, dit saint Bonaven­ture, et proportionnée aux titres augustes d’époux de Marie et de père du Sauveur qu’il avait reçus de l’Esprit saint. »

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O bienheureux Joseph, vous que Dieu a choisi pour porter le nom et la charge d’un père à l’égard de Jésus, vous qu’il a donné comme époux très pur à Marie toujours vierge et comme chef à la Sainte-Famille sur terre, vous que le vicaire du Christ a choisi comme patron et avocat de l’Eglise universelle fondée par Jésus-Christ Lui-même, c’est avec la plus grande confiance possible que j’implore votre secours très puissant pour cette même Eglise qui lutte sur terre.

Protégez, je vous en supplie, d’une sollicitude particulière et de cet amour vraiment paternel dont vous brûlez notre pape François, tous les évêques et prêtres unis au Saint-Siège de Pierre. Soyez le défenseur de tous ceux qui peinent pour sauver les âmes au milieu des angoisses et adversités de cette vie. Soyez le refuge et le secours de tous les chrétiens persécutés pour leur foi en Jésus-Christ.

Acceptez et agréez aussi, très saint Joseph, la donation de moi-même que je vous fais pleinement. Je me voue entièrement à vous pour que vous soyez toujours pour moi un père, un protecteur et un guide sur le chemin du salut.

Obtenez-moi une grande pureté de cœur, un amour ardent de la vie intérieure. Faites que je suive aussi moi-même vos traces et que je dirige toutes mes actions à la plus grande gloire de Dieu en les unissant aux affections du divin Cœur de Jésus et du Cœur Immaculé de Marie.

Priez enfin pour moi afin que je puisse participer à la paix et à la joie dont vous avez joui vous-même autrefois en mourant si saintement. Amen. (Léon XIII)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

MOIS DE SAINT JOSEPH 2ème jour

LE SAINT NOM DE JOSEPH

Méditons

C’est le sentiment de plusieurs Pères de l’Eglise que le nom de Joseph a été inspiré par le Ciel à ses parents, car sa signification s’est accomplie d’une manière admirable. Joseph, en effet, signifie « Dieu accroitra ma descendance. » Si le nom de Jean a été révélé par un ange à Zacharie, il n’est pas déraisonnable de croire que le nom de Joseph, choisi par Dieu pour être le père de Jésus et l’époux de Marie, n’est pas dû au seul choix de ses parents.

Jésus, le Fils de Dieu et Dieu Lui-même, a honoré ce nom avant sa naissance, pendant toute sa vie et après sa mort. Avant sa naissance il a voulu qu’un des patriarches qui le figuraient porte le nom de Joseph. Pendant sa vie, c’est ce nom qu’il a prononcé le premier. C’est le nom de Joseph qu’il a répété le plus souvent et toujours avec le respect et l’amour du meilleur de tous les fils. Pendant trente années, il n’a voulu être connu que sous le nom de Jésus, fils de Joseph le charpentier de Nazareth. A sa mort, Jésus n’a voulu confier le soin de le descendre de la croix, de le recevoir entre ses bras et de l’ensevelir dans le sépulcre qu’à cet homme d’Arimathie qui s’appelait Joseph.

Fidèle à imiter les exemples de Jésus, avec quelle vénération et quelle tendresse Marie ne devait-elle pas redire le nom de Jo­seph, celui qui lui était uni par des liens si étroits. Et, aujourd’hui, rien ne saurait lui être plus agréable que de voir honoré un nom qui lui est aussi cher. Dans ce but, elle montre à la grande sainte Gertrude, mystique du XIIIème siècle, l’incomparable éclat du trône où est assis son glorieux époux et lui fait remarquer comme au seul nom de Joseph tous les saints du paradis inclinent doucement la tête pour lui faire honneur. Marie voulant donner une marque spéciale de sa tendresse à saint Hermann (1150-1241) de l’ordre des prémontrés, un de ses plus dévoués serviteurs (on lui attribue entre autre le Salve Regina), lui fit ajouter à son patronyme le nom de Joseph si bien qu’il entra dans la catalogue des saints sous le nom de saint Herrmann-Joseph.

Enfin, chaque fois que l’ange s’adresse à Jo­seph, il l’appelle par son nom  « Joseph. » Or, nous observons que les anges n’observent pas le même protocole quand ils s’adressent aux autres humains : « Fils d’homme, tiens-toi sur tes pieds et je te parlerai » dit l’ange à Ezéchiel ; « lève-toi promptement » dit-il à saint Pierre ; « écris ce que tu vois » dit-il à saint Jean l’Evangéliste. Les Anges semblent ignorer ou compter pour rien leurs noms pourtant illustres. Il n’en va pas de même de Joseph qu’ils appellent par son nom et traitent en prince issu du roi David : « Joseph, fils de David. »

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O bienheureux Joseph, vous que Dieu a choisi pour porter le nom et la charge d’un père à l’égard de Jésus, vous qu’il a donné comme époux très pur à Marie toujours vierge et comme chef à la Sainte-Famille sur terre, vous que le vicaire du Christ a choisi comme patron et avocat de l’Eglise universelle fondée par Jésus-Christ Lui-même, c’est avec la plus grande confiance possible que j’implore votre secours très puissant pour cette même Eglise qui lutte sur terre.

Protégez, je vous en supplie, d’une sollicitude particulière et de cet amour vraiment paternel dont vous brûlez notre pape François, tous les évêques et prêtres unis au Saint-Siège de Pierre. Soyez le défenseur de tous ceux qui peinent pour sauver les âmes au milieu des angoisses et adversités de cette vie. Soyez le refuge et le secours de tous les chrétiens persécutés pour leur foi en Jésus-Christ.

Acceptez et agréez aussi, très saint Joseph, la donation de moi-même que je vous fais pleinement. Je me voue entièrement à vous pour que vous soyez toujours pour moi un père, un protecteur et un guide sur le chemin du salut.

Obtenez-moi une grande pureté de cœur, un amour ardent de la vie intérieure. Faites que je suive aussi moi-même vos traces et que je dirige toutes mes actions à la plus grande gloire de Dieu en les unissant aux affections du divin Cœur de Jésus et du Cœur Immaculé de Marie.

Priez enfin pour moi afin que je puisse participer à la paix et à la joie dont vous avez joui vous-même autrefois en mourant si saintement. Amen. (Léon XIII)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

MOIS DE SAINT JOSEPH 1er jour

LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

Méditons

Après Jésus et Marie, personne n’est plus digne de notre vénération que Joseph, le juste.

Il a été le père putatif de Jésus, le tuteur de son enfance, son gardien et son sauveur, le chaste époux de Marie, la plus pure des vierges, le chef de la sainte famille, le dépositaire de l’autorité du Père éternel sur Jésus, son Fils unique. Saint François de Sales appelle Joseph « l’époux de l’amour, le grand patriarche, l’homme choisi de Dieu par préfé­rence à tous les autres pour rendre au Fils de Dieu les services les plus tendres et les plus amoureux. » Saint Bernard le nomme « le Vi­caire de Dieu le Père et de son Saint-Esprit près du Verbe fait homme. »

Joseph a passé l’essentiel de sa vie dans l’intimité immédiate de Jésus et de Marie ; il a eu le bon­heur de mourir entre leurs bras ; il jouit dans le ciel d’une gloire et d’un pouvoir proportion­nés à sa dignité et à ses vertus. Du plus haut des cieux, Jésus et Marie continuent en quelque sorte à servir Joseph, à se soumettre à son autorité de chef de famille par l’invitation qu’ils font à tous les chrétiens de l’honorer d’un culte particulier. L’affection mutuelle qui unissait Jésus, Marie et Joseph faisait de la Sainte-Famille un seul cœur et une seule âme. Il en est de même de la piété qui doit les réunir tous les trois dans nos cœurs.

La dévotion à saint Joseph concourt à nous faire progresser dans la vie intérieure parce que, bien entendue et bien pratiquée, elle ne peut manquer de nous mener à la perfection évangélique. En effet, en contemplant sa vie et en imitant son exemple, nous devenons humbles, chastes, doux, silencieux ; on observera dans notre conduite la même conformité à la volonté de Dieu, le même détachement des biens de ce monde, le même amour du travail bien fait.

Enfin nous apprendrons surtout de ce géant de la sainteté à aimer Marie, à nous engager résolument pour Jésus-Christ, à vivre cachés en lui, à rester attachés à la foi de l’Eglise catholique, apostolique et romaine dont la maison de Joseph a été, pour ainsi dire, le berceau et le premier temple.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O bienheureux Joseph, vous que Dieu a choisi pour porter le nom et la charge d’un père à l’égard de Jésus, vous qu’il a donné comme époux très pur à Marie toujours vierge et comme chef à la Sainte-Famille sur terre, vous que le vicaire du Christ, a choisi comme patron et avocat de l’Eglise universelle fondée par Jésus-Christ Lui-même, c’est avec la plus grande confiance possible que j’implore votre secours très puissant pour cette même Eglise qui lutte sur terre.

Protégez, je vous en supplie, d’une sollicitude particulière et de cet amour vraiment paternel dont vous brûlez notre pape François, tous les évêques et prêtres unis au Saint-Siège de Pierre. Soyez le défenseur de tous ceux qui peinent pour sauver les âmes au milieu des angoisses et adversités de cette vie. Soyez le refuge et le secours de tous les chrétiens persécutés pour leur foi en Jésus-Christ.

Acceptez et agréez aussi, très saint Joseph, la donation de moi-même que je vous fais pleinement. Je me voue entièrement à vous pour que vous soyez toujours pour moi un père, un protecteur et un guide sur le chemin du salut.

Obtenez-moi une grande pureté de cœur, un amour ardent de la vie intérieure. Faites que je suive aussi moi-même vos traces et que je dirige toutes mes actions à la plus grande gloire de Dieu en les unissant aux affections du divin Cœur de Jésus et du Cœur Immaculé de Marie.

Priez enfin pour moi afin que je puisse participer à la paix et à la joie dont vous avez joui vous-même autrefois en mourant si saintement. Amen. (Léon XIII)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

 

La paroisse La Croix glorieuse a enregistré un rosaire médité sur saint Joseph. Si vous le souhaitez, vous pouvez le télécharger gratuitement en cliquant sur le lien suivant : http://www.croix-glorieuse.org/audio

D’autres formulaires de rosaires et de chemins de croix sont également disponibles en téléchargement.

Vous pouvez ne pas souhaiter recevoir ce courriel ; si c’est le cas, faites-le savoir par simple retour. Vous pouvez aussi proposer à d’autres de participer à ce cénacle de prière en ligne ; pour cela il suffit de transférer ce message.