La joie du premier miracle

Contemplons

Les Noces de Cana, anonyme

Méditons

Le miracle de Jésus aux noces de Cana est l’occasion d’une grande joie pour Marie. En effet, en disciple convaincue, elle voit dans ce premier miracle que Jésus réalise sur son intervention, toute la condescendance de l’amour divin pour l’humanité. Cette joie est accrue quand elle voit que ce signe amène les disciples à croire en Jésus.

Si, de prime abord, nous sommes enclins à penser que le premier sujet de joie de Marie vient de ce que Jésus répond à sa demande et réalise son premier miracle pour lui être agréable, c’est qu’à la place de Marie nous serions tentés de tirer parti de notre ascendance affective sur lui. Marie se distingue de notre médiocrité parce qu’elle ne revendique jamais rien pour elle-même mais dirige tout à la plus grande gloire de Dieu et au salut des âmes. Si elle remarque qu’il n’y a plus de vin, c’est parce qu’elle est préoccupée du bien d’autrui. Si elle s’adresse à Jésus, c’est parce qu’elle met toute son espérance en Dieu qui, dans son insondable miséricorde, ne répugne pas à s’abaisser pour secourir ceux qui s’en remettent à lui.  

Jésus change l’eau en vin. Il ne change pas n’importe quelle eau mais celle qui a servi aux ablutions rituelles des juifs, celle dans laquelle ils se sont purifiés. Cette eau chargée des souillures des convives est changée en un vin délectable. Marie y voit déjà le premier signe du salut car c’est la multitude des péchés que Jésus est venu prendre sur lui pour que l’humanité soit purifiée dans son sang. Ce miracle révèle toute la condescendance de l’amour divin car Jésus part de notre misère pour la relever et l’élever jusqu’à la rendre digne de ses promesses.

Ce signe fut pour les disciples l’occasion de croire en Jésus. Tel est le second motif de joie pour Marie. Le seul vrai miracle, c’est la foi, c’est de croire sans avoir vu, de croire malgré les apparences contraires. Les disciples présents à Cana, déjà ouverts aux affaires du royaume par Jésus, sont confirmés dans la foi par le signe du changement de l’eau en vin. Les miracles ne provoquent pas la foi mais la confirment. Dans sa vie publique, Jésus ne réalisera pas de miracles là où il ne trouvera pas la foi. Tel fut le cas notamment lors de sa visite à Nazareth, son village natal.

En sollicitant Jésus, Marie ne cherche pas à marquer sa puissance sur Jésus et à diriger son action mais agit en humble servante du Seigneur, préoccupée de répondre à chaque instant à sa volonté sur elle. En l’occurrence, il était dans les desseins de Dieu de réaliser son premier miracle à sa demande. En réalisant un miracle, Jésus souligne la puissance d’intercession dont il investit sa Mère, nous invitant à nous adresser à elle dans tous nos besoins car il lui plait de toujours l’exaucer pour l’amour d’elle, pour l’amour de nous.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Très-Sainte-Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre-Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge Immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la Sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

La joie du recouvrement de Jésus

Contemplons

Jésus parmi les docteurs de la loi, Bartolomeo Manfredi

Méditons

On imagine aisément le soulagement de Marie lorsqu’elle retrouve son fils après trois jours de recherches. Ces journées ont dû paraitre interminables. Aussi, la joie qu’elle éprouve en apercevant Jésus au temple, est proportionnelle à son angoisse de l’avoir perdu : démesurée !

La joie de Marie ne vient pas avant tout du fait de retrouver Jésus mais de le voir dans le temple, « occupé aux affaires de son Père » (Luc 2, 49), « au milieu des docteurs de la loi qui l’écoutent,  l’interrogent et s’extasient de la sagesse de ses réponses » (Luc 2, 48).

En effet, Jésus a douze ans et initie sa mission, celle que son Père lui a confiée. Pour cela, il est dans le temple, dans la maison paternelle, là où, selon les juifs, Dieu a établi sa demeure, pour traiter, en son nom et avec son mandat, de ses affaires.

Les docteurs de la loi, les représentants de Dieu, sont étonnés par la sagesse des réponses de Jésus et, admiratifs, ne cesse de multiplier les questions. Du haut de ses douze ans, Jésus les charme par l’intelligence de son discours. Aujourd’hui, on lui accorde l’écoute que 21 ans plus tard, lors de sa passion, au même endroit, on lui refusera. Aujourd’hui, on se délecte de ses propos ; 21 années plus tard, on le traitera de blasphémateur alors que ses réponses n’auront pas variées et seront empreintes de la  même sagesse.

Marie est saisie d’une très grande joie en entendant Jésus, dans le temple, se donner pour ce qu’il est vraiment, le Fils de Dieu investi de toute sa puissance, de toute sa sagesse et chargé de réaliser la mission de rédemption dont il l’a chargé. Sa joie vient de ce que sont semées les premières graines de salut qui porteront beaucoup de fruit. En effet, si cela se trouve, parmi ces docteurs se trouvent Gamaliel, Nicodème et Joseph d’Arimathie, trois pharisiens qui s’ouvriront au message de Jésus et prendront son parti lors de sa passion.

Du haut de ses douze ans, à l’image du semeur de la parabole qu’il proclamera 20 ans plus tard, Jésus sème le bon grain dans une terre visiblement fertile. En effet, il proclame la bonne nouvelle à des experts des Ecritures, des champions de Dieu et de ses préceptes. Mais comme il le dira lui-même dans la parabole, tous ne la laisseront pas grandir en eux. Cela dit, pour Marie, c’est le sujet d’une très grande joie de voir le salut proclamé et les cœurs des représentants du peuple élu s’y ouvrir.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Très-Sainte-Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre-Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge Immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la Sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

La joie de l’adoration des mages

Contemplons

L’adoration des mages, Giotto

Méditons

« Lorsqu’ils virent l’étoile, ils furent saisis d’une très grande joie » (Mathieu 2 ,10). C’est ce que nous rapporte saint Mathieu de ces trois mages dont on ne sait quasiment rien, si ce n’est qu’ils viennent de l’orient lointain suivant une étoile pour rencontrer celui dont les astres leur annonce un destin d’exception. En accueillant cette visite inattendue, Marie rayonne de joie car elle signifie que son Jésus ne sera pas uniquement le Sauveur du peuple élu mais celui de toutes les nations.

Jésus est le messie, le rédempteur promis au peuple juif. Aussi en prenant la condition humaine, il nait comme descendant d’Abraham, d’Isaac et de Jacob et se fait connaitre en premier lieu aux membres du peuple élu. Ainsi, les premiers à qui il se révèle, en-dehors de Marie et de Joseph, sont Jean-Baptiste, Elisabeth, Zacharie, lors de la Visitation, les bergers dans la nuit de Noël, Siméon et la prophétesse Anne de Phanuel lors de sa présentation au temple.

Si le salut a été promis aux juifs, il ne leur est pourtant pas réservé. En effet, toute la création est appelée au salut en Jésus-Christ. En ces trois mages venus d’orient, ce sont tous les peuples, toutes les conditions, toutes les générations qui sont appelés à connaitre, à aimer Jésus-Christ et à trouver en lui le salut.

Tel est le sujet de la joie de Marie le jour où les mages viennent se prosterner aux pieds de Jésus. L’or, la myrrhe, l’encens offerts à Jésus ne la réjouissent pas parce que ce sont des dons précieux qui permettront à la Sainte Famille d’améliorer son quotidien (la sainte Famille pourra-t-elle seulement les emporter lors de sa fuite précipitée en Egypte… c’est peu probable). Ce qui la réjouit, c’est d’une part ce qu’ils symbolisent et d’autre part ce que signifie cette offrande.

En effet, les mages rendent hommage au Sauveur en lui offrant les présents qui reviennent à un roi (l’or), à un Dieu (l’encens), au maitre de la vie (l’encens) : Jésus est Dieu fait homme, il est roi de l’univers, il est celui qui donne la vie éternelle. Enfin, les mages viennent déposer aux pieds de Jésus, les richesses auxquelles ils étaient attachés. A présent, elles ne représentent plus rien à leurs yeux parce qu’ils ont trouvé Jésus, celui qu’ils cherchaient sans même le connaitre. C’est désormais lui, leur vrai trésor et lui seul qui comblera leurs cœurs. Leur vie ne sera plus jamais la même. Ils repartent par un autre chemin c’est-à-dire entament une nouvelle vie avec le Christ Jésus.

C’est dans les bras de Marie que les mages trouvent Jésus qui leur donne de l’adorer. Marie est comme cette étoile qui a guidé les mages vers Jésus et qui a été la promesse de le trouver. Elle est l’étoile du matin qui annonce le lever du soleil de justice qu’est Jésus. Dès qu’on l’aperçoit, on est réjoui car on sait que le lever du soleil va suivre. Là où est Marie, là est Jésus !

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Très-Sainte-Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre-Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge Immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la Sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

La joie de porter la joie

Contemplons

La présentation de Jésus au temple, Fra Angelico

Méditons

Pour venir à la rencontre de son peuple et le mener au salut promis, Jésus, la seconde personne de la Trinité, le Fils du Père né avant tous les siècles, se fait homme. En venant en ce monde, il se révèle à ceux qui se sont donnés à lui, puis à ceux qui l’attendent, à ceux qui le cherchent et enfin à l’humanité tout entière.

Si Jésus a pu nous rejoindre dans notre humanité, c’est parce Marie et, en union avec elle, Joseph, se sont donnés à Dieu sans retour par l’offrande de leur vie et de leur personne, concrétisée par leur vœu de virginité perpétuelle. C’est sur cette offrande que Dieu a fondé l’œuvre du salut. Ils sont directement impliqués dans le mystère de l’Incarnation et par voie de conséquence, les premiers à qui Dieu s’est révélé.

Viennent ensuite tous ceux à qui Jésus se donne à connaitre pour récompenser leur persévérance dans la foi. Ainsi, par l’entremise de Marie, Jésus se révèle à Jean-Baptiste, de ventre à ventre, et à Elisabeth, remplie de l’Esprit-Saint, le jour de la Visitation. Saint Luc précise qu’Elisabeth et Zacharie, les parents de Jean-Baptiste, « sont des justes qui suivent les préceptes du Seigneur de manière irréprochable » (Luc 1, 6) c’est-à-dire qu’ils pratiquent dès avant l’heure les vertus qui caractérisent le chrétien.

Quarante jours après sa naissance, Marie et Joseph portent Jésus au temple où il se révèle à Siméon et Anne. Siméon est un « homme juste et religieux, qui attend la consolation d’Israël, et l’Esprit Saint est sur lui. L’Esprit lui a révélé qu’il ne verra pas la mort avant d’avoir vu le Messie du Seigneur » (Luc 2, 25-26). En ce jour, Jésus, le Sauveur promis, vient tenir sa promesse et récompenser sa fidélité. Anne, qui ne « s’éloigne pas du temple servant Dieu nuit et jour dans le jeune et la prière » (Luc 2, 37), reçoit aussi la révélation que Jésus est le sauveur. Dans l’action de grâce, « elle proclame les louanges du Seigneur et parle de l’enfant à tous ceux qui attendent la délivrance de Jérusalem » (Luc 2, 38).

Saint Luc insiste sur la joie intense qui saisit ces deux âmes d’élite qui reconnaissent dans l’enfant présenté par Marie, le Sauveur tant attendu. A chaque fois que Jésus se révèle à ceux qui l’attendent, il le fait par la médiation de Marie et c’est par elle qu’il choisit de se révéler, faisant d’elle la cause de notre joie.

La joie de Marie vient de ce qu’il lui est donné de la communiquer en servant d’instrument pour révéler Jésus au monde. Quelle joie pour elle de voir le vieillard Siméon ivre de bonheur en accueillant Jésus ! Quelle joie devant la profonde action de grâce qu’il rend à Dieu ! Quelle joie de pouvoir lui tendre son enfant afin qu’il puisse le serrer sur son cœur et lui rendre le plus vibrant hommage ! Quelle joie devant les transports d’Anne qui va publiant les louanges du Seigneur !

La joie de Marie ne vient jamais d’un désir égoïste auquel nous céderions à sa place, à la pensée de la gloire qui rejaillit sur elle en tant que Mère du Messie. Sa joie vient de Dieu qui est fidèle et bon pour ceux qui le craignent ; il récompense au-delà de toute mesure ceux qui espèrent en lui et attendent le salut qu’il veut leur donner. Sa joie vient des âmes qui trouvent en Jésus le salut et, dans des transports de joie, s’empressent de le faire connaitre aux autres.

Enfin, la joie de Marie vient de ce qu’il lui est accordé, comme une grâce insigne, de pouvoir la transmettre en donnant Jésus et de combler les désirs de ceux qui mettent leur espérance en lui.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Très-Sainte-Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre-Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge Immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la Sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

La joie de l’imposition du nom de Jésus

Contemplons

La circoncision de Jésus, Federico Barocci

Méditons

Le huitième jour après sa naissance, Jésus est circoncis. Joseph, le chef de famille, lui impose le nom qui  a été révélé à Marie par l’archange Gabriel et à lui-même en songe.

A l’Annonciation, l’archange Gabriel dit à Marie : « Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils et tu lui donneras le nom de Jésus » (Luc 1, 31). A Joseph, l’ange (probablement Gabriel) dit en songe : « elle (Marie, ton épouse) enfantera un fils et tu lui donneras le nom de Jésus ; c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés » (Mathieu 1, 21). S’agissant de la seconde personne de la Sainte Trinité, de Dieu-même, du Fils engendré par le Père depuis toute éternité, le nom de Jésus n’est pas laissé au choix de Marie et de Joseph comme à des parents chargés de donner un nom à un enfant dont l’existence vient de commencer. Ce nom est révélé car c’est celui qu’il porte de toute éternité et qui le décrit dans ce qu’il est. Le nom renseigne sur la personne, sur son origine, sur sa mission. Celle de Jésus est d’être le Sauveur : aussi ne peut-il s’appeler autrement que Jésus, ce qui signifie « Dieu sauve. »

Si c’est pour Marie une grande joie de voir réalisée la demande de l’ange, c’en est une plus grande encore d’entendre Joseph prononcer le nom de Jésus. En effet, les évangiles ne rapportent aucune parole de Joseph, qui nous livre son message au travers d’un silence éloquent et de sa promptitude à exécuter les décrets divins. La seule parole dont nous pouvons affirmer, dans l’absolu, qu’il l’ait prononcée, c’est le nom de Jésus, le jour de la circoncision. Parole hautement symbolique, car tout ce que Joseph veut nous dire est contenu dans ce nom qui es synonyme de salut. Par son effacement, Joseph nous invente à tourner nos regards vers Jésus, le seul et unique Sauveur, et à mettre en œuvre le programme donné à notre adresse par Marie aux noces de Cana : « Faites tout ce que Jésus vous dira » (Jean 2, 5).

La joie de Marie augmente encore lorsqu’elle considère que c’est dans ce nom, Jésus, que toutes les générations, jusqu’aux plus éloignées, trouveront le salut. Jésus est le seul Sauveur, y compris le sien, et c’est en lui que Dieu se révèle et se communique aux âmes. S’il n’était pas permis aux juifs de prononcer le nom de Dieu, à présent, on peut s’adresser à lui en toute simplicité, entrer dans son intimité en l’appelant par son nom béni : Jésus.

Enfin, quelle joie pour Marie de tenir dans ses bras celui que le ciel et la terre ne peuvent contenir, de prononcer son nom dans un incessant acte d’amour. Quelle adoration quand elle pense que ce nom impose le respect à toute la création visible et invisible car « au nom de Jésus tout genou fléchit au ciel, sur la terre et dans les enfers et toute langue proclame que Jésus-Christ est Seigneur pour la gloire de Dieu le Père » (Philippiens 2, 10).

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Très-Sainte-Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre-Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge Immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la Sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

La joie de l’adoration des bergers

Contemplons

L’adoration des bergers, Rubens

Méditons

Bien souvent, pour mieux se faire comprendre, Jésus explique qui est Dieu et quelles sont ses volontés  en partant de situations de la vie quotidienne. Ainsi, lui-même se présente comme le bon pasteur qui connait ses brebis, qui les fait paitre sur des prés d’herbe fraiche, qui donne sa vie pour elles et va jusqu’à laisser tout le troupeau pour sauver celle qui est perdue (Jean 10).

Les premiers appelés à la crèche sont justement de pauvres bergers qui veillent en gardant leurs troupeaux. En eux, nous admirons la sollicitude de Jésus pour les humbles. S’il partira à la recherche de la brebis perdue, à savoir chaque âme en particulier, les bergers, eux, ont laissé leurs troupeaux afin de rendre au seul bon pasteur l’hommage de leur disponibilité et de leur ouverture aux choses d’en-haut.

Quelle joie pour Marie d’assister aux merveilles de cette nuit très sainte. Jésus nait pauvre parmi les pauvres, dans une grotte qui sert habituellement de refuge aux animaux, par une nuit froide et sombre mais illuminée par la majesté divine. Un ange annonce la naissance du bon pasteur aux bergers, les appellent à l’adorer. Des troupes angéliques proclament la gloire de Dieu. Quelle joie pour elle à qui échoit le bonheur immérité de présenter le Verbe fait chair à ses premiers adorateurs. Quelle joie pour elle de les voir s’émerveiller et, conquis par tant condescendance divine, rendre gloire au Très-Haut.

Quelle joie pour Marie qui d’abord connait la peine de voir les habitants de Bethlehem refuser leur porte au Sauveur, puis  goute le bonheur de contribuer à la rencontre du Messie et de son peuple, du bon pasteur avec son troupeau. Quelle joie pour Marie de voir la bonne nouvelle du salut se répandre depuis la crèche par l’entremise de ces humbles pasteurs qui repartent publiant les louanges de son enfant. Encore une fois, elle adore la providence qui pourvoit à tout le nécessaire et admire la sagesse avec laquelle Dieu conduit tous les événements de nos vies.

Comme à son habitude, Marie retient tous ces événements les méditant dans son cœur (Luc 2, 19) et, comme Jésus, près de trente années plus tard, elle bénit Dieu qui « a caché tout cela aux sages et aux intelligents et l’a révélé aux tout-petits » (Matthieu 11, 25).

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Très-Sainte-Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre-Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge Immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la Sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

La joie de la Nativité de Jésus

Contemplons

L’adoration de Jésus enfant, Gerrit van Honthorst  

Méditons

Si la conception de Jésus est pour Marie une grande joie, si elle est inondée de bonheur en le sentant grandir en elle, que dire de sa liesse lorsqu’il vient au monde et qu’elle le tient dans ses bras.

Comme toutes les mamans, Marie est transportée de joie en tenant son enfant dans ses bras. Elle est émerveillée qu’une nouvelle vie ait pu sortir d’elle-même. D’autant plus que cet enfant est issu d’elle comme il y est entré, par miracle, ne lésant sa virginité ni dans la conception ni dans la parturition.

En Jésus, son bébé, Marie contemple les merveilles que Dieu accomplit pour ses créatures. Il se fait homme pour s’abaisser jusqu’à elles car elles-mêmes ne peuvent s’élever jusqu’à lui. Elle est confondue de gratitude pour ce Dieu si grand qui consent à se faire si petit dans un acte d’amour insondable et incompréhensible pour l’esprit humain. Aussi, elle adore humblement le Verbe de Dieu fait chair et rend grâce d’être admise dans l’intimité de Dieu et de pouvoir l’appeler par son nom : Jésus.

En Jésus, qu’elle adore silencieusement dans le calme de cette nuit froide de Bethlehem, Marie voit, et celui qui est la promesse, et celui qui en est l’accomplissement. Le Sauveur est parmi nous : l’heure de la rédemption est sonnée. Le Salut va être annoncé et l’humanité sauvée. Les anges l’annoncent : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté » (Luc 2, 14).

La nuit de la Nativité, Marie ne prononce aucune parole. Saint Luc rapporte simplement qu’elle « met au monde son fils premier-né, qu’elle l’emmaillote et le couche dans une mangeoire » (Luc 2, 7). Elle n’est pas passive pour autant car, poursuit saint Luc, elle « retient tous ces événements les méditant dans son cœur » (Luc 2, 19). En effet, l’histoire du salut a commencé et elle en est le témoin privilégié. Il s’agit donc pour elle de tout retenir pour le transmettre mais aussi de comprendre le message divin que portent les événements de cette nuit très sainte, pour s’y conformer et le réaliser dans sa personne. Si Marie est la Mère de Dieu, privilège unique, elle est aussi son humble servante et, plus que tous, appelée à réaliser en elle le message que Jésus est venu nous livrer.

Parce que Marie a retenu tous les événements de la vie de Jésus, elle peut nous les livrer. Parce qu’elle les a médités, elle peut nous aider à découvrir ce que Dieu attend de nous et à le réaliser pour sa gloire et notre salut. C’est précisément ce qu’elle fait en mettant le chapelet dans nos mains. A nous d’en faire notre profit.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Très-Sainte-Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre-Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge Immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la Sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

La joie du Magnificat

Contemplons

La Visitation, Rogier van der Weyden

Méditons

Si l’Evangile de saint Luc précise « qu’Elisabeth fut remplie de l’Esprit-Saint » (Luc 1, 41), il n’indique pas qu’il en fut ainsi pour Marie. Et pour cause, Marie est « comblée de grâce » (Luc 1, 28) selon les mots-mêmes de l’archange Gabriel, et porte en elle le Verbe de Dieu en qui sont inséparablement unies les trois personnes de la Trinité. Le Chant qui jaillit du Cœur Immaculé de Marie est le pur produit de l’Esprit-Saint.

Le magnificat est même un trop-plein d’Esprit-Saint qui déborde de l’âme de Marie émue de  toutes les merveilles que Dieu accomplit en elle et pour elle. Non seulement, elle trouve en Elisabeth la confirmation de ce que l’archange Gabriel lui a annoncé (elle est enceinte), mais en plus, Jean-Baptiste, l’enfant qu’elle porte, est sanctifié. Plus encore, la parole de l’archange Gabriel est confirmée : « à Dieu rien n’est impossible » (Luc 1, 37). S’il a été possible à Dieu de faire enfanter une vieille femme stérile, il est aussi en mesure de lui accorder en même temps la maternité et la virginité.

Le magnificat est un chant de joie dans l’Esprit-Saint. En effet, à chaque verset, nous trouvons un motif de remercier Dieu pour tous les bienfaits qu’il réalise dans la vie de Marie mais aussi dans la nôtre. Sous l’impulsion de l’Esprit-Saint, c’est chaque âme qui « exalte le Seigneur et qui exulte en Dieu son sauveur. » Dans sa miséricorde, Dieu se penche sur chaque âme pour la relever et la conduire à la vraie vie avec lui, en lui donnant Jésus présent en Marie. C’est pour chacun qu’il fait des merveilles, à chacun qu’il fait miséricorde en Jésus qui réalise la promesse du salut.

« Il se souvient de la promesse faite à nos pères en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais » (Luc 1, 55). Marie ne pouvait être que la première à proclamer ces mots car elle porte en elle celui qui est la promesse, Jésus. Parce qu’elle est celle qui lui a ouvert la porte de l’humanité, toutes les générations la disent bienheureuse, parce que nous avons part à son bonheur, nous pouvons tous nous unir à son chant de joie pour bénir Dieu de toutes les merveilles qu’il fait pour nous.  

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Très-Sainte-Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre-Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge Immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la Sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

La joie de la sanctification du précurseur

Contemplons

La Visitation, Hans Strub

Méditons

La Visitation est aussi appelée « petite Pentecôte » car l’Esprit-Saint y accomplit des merveilles par l’entremise de Marie, pour la plus grande joie de tous les protagonistes. En effet, à la salutation de Marie, Elisabeth est remplie de l’Esprit-Saint qui lui fait connaitre ce qui ne peut l’être sans que cela ne soit donné d’en-haut.

Dans l’antienne d’ouverture de la messe de la nativité de saint Jean-Baptiste, l’Eglise reprend les mots d’Isaïe (49, 1-2) : « J’étais encore dans le sein maternel quand le Seigneur m’a appelé ; j’étais encore dans les entrailles de ma mère quand il a prononcé mon nom. Il a fait de ma bouche une épée tranchante, il m’a protégé par l’ombre de sa main ; il a fait de moi une flèche acérée, il m’a caché dans son carquois. » En effet, du sein de Marie, Jésus choisit son précurseur : Jean-Baptiste, enfoui dans le sein d’Elisabeth.

L’heure de la rédemption est sonnée, le temps est venu de l’annoncer. Jésus fait de Jean-Baptiste, un fœtus d’environ six mois, son précurseur chargé de lui ouvrir la voie, de préparer les cœurs à l’annonce de l’Evangile. Quelle joie pour Marie de voir que Jésus, dont le nom signifie « Dieu sauve » initie sa mission de bon pasteur. En effet, Jésus est un embryon de quelques jours à peine et déjà il s’emploie au salut qu’il est venu apporter et opérer.

Jean-Baptiste est le premier des sauvés. Dans l’Esprit-Saint, il est baptisé, lavé du péché originel et son tressaillement manifeste sa foi en celui qui vient à lui par Marie. Il accepte la mission qui découle de son baptême, celle d’annoncer Jésus au monde. Il sera donc celui qui proclamera jusque dans sa mort : « Moi, je vous baptise d’eau, pour vous amener à la repentance ; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu » (Matthieu 3,11). En ce jour, par Marie qui lui porte le Sauveur, c’est précisément ce qui s’accomplit : Jean-Baptiste, qui baptisera dans l’eau pour la repentance, est aujourd’hui baptisé dans l’Esprit-Saint.  

Marie n’est pas celle qui sauve mais celle qui nous porte le salut et nous dispose à le recevoir. Aussi, jamais elle n’essaie d’usurper la première place, d’occuper le devant de la scène mais s’efface humblement derrière son Jésus. Elle met toute sa joie, tout son zèle à nous amener Jésus, le seul Sauveur, à nous le présenter pour qu’en nous, il accomplisse les merveilles qu’il a prévues pour chacun de nous depuis toute éternité (car de toute éternité chacun de nous est présent dans sa pensée).

En le donnant, Marie réjouit Jésus car il brûle de se donner aux âmes. En nous donnant Jésus, elle nous réjouit car il n’est de plus grand bonheur que de le connaitre et de l’aimer. En donnant Jésus, elle est réjouie car rien n’égale le bonheur de servir et de faire connaitre celui qui vous a vous-même comblé de tant de bienfaits.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Très-Sainte-Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre-Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge Immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la Sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

La joie du bonheur d’Elisabeth

Contemplons

La Visitation, Raphaël

Méditons

S’il est une personne qui nous enseigne à nous réjouir du bonheur des autres et à y puiser les motifs d’une joyeuse action de grâce, c’est bien Marie. En effet, lors de la Visitation, elle se joint à l’action de grâce d’Elisabeth pour proclamer à la face de toutes les générations l’hymne à joie chrétienne, le Magnificat.

Marie est dans la joie parce que Dieu a fait miséricorde à cette pauvre femme méprisée de tous. « On l’appelait la femme stérile » (Luc 1, 36) : c’est tout dire de la considération qu’on avait pour elle. En lui accordant la maternité à un âge où elle n’est en principe plus possible, Dieu lève l’opprobre qui pèse sur elle, lui rend son honneur et la distingue aux yeux de son entourage qui lui attribue une grossesse quasi miraculeuse.

Marie est dans la joie parce qu’Elisabeth est ouverte au salut qu’elle accueille en lui ouvrant sa porte. « D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?» (Luc, 1 43). Oui, qui est Elisabeth pour que Dieu veuille venir à elle, une femme insignifiante que tout le monde méprise ? Qui est-elle pour être l’une des premières personnes que le Seigneur veuille rencontrer en venant dans ce monde ? Qui est-elle pour qu’il se présente à elle, non dans sa toute-puissance, mais dans la tenue de service et caché derrière le visage le plus gracieux, le sourire le plus aimable, le comportement le plus doux, la personne de Marie ?

Marie est dans la joie parce qu’Elisabeth est remplie de l’Esprit-Saint qui lui fait connaitre la vérité : Dieu a tenu sa promesse d’envoyer un Sauveur qui est présent, là, devant elle, enfoui dans le sein de Marie. Sans l’assistance particulière de l’Esprit-Saint, Elisabeth n’aurait pas pu soupçonner la grossesse de Marie, moins encore que c’est le Messie qu’elle porte en elle.

Marie est dans la joie parce que sa visite est l’occasion de rendre à Dieu la gloire qui lui est due pour toutes les merveilles qu’il accomplit en elles et pour elles. Elisabeth se trouve indigne de la grâce qui lui est faite dans la visite de Marie qui elle-même proclame que Dieu s’est penché sur l’humilité de sa servante (Luc 1, 43). Cette joie est teintée d’une émotion profonde à laquelle les deux femmes vont probablement encore se laisser aller au cours de leurs entretiens pendant les six mois où Marie reste avec Elisabeth.

Heureuse Elisabeth qui goute la compagnie de Marie pendant six mois. Quelle joie pour les deux femmes qui rivalisent de sollicitude l’une pour l’autre : Elisabeth pour Marie qui la comble de bénédiction en lui amenant le Messie, Marie pour Elisabeth dont la joie va crescendo au fur et à mesure que s’avance l’heure de sa délivrance. Oui, heureuse Elisabeth qui est choyée par Marie, « la cause de notre joie » (litanies).

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Très-Sainte-Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre-Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge Immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la Sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.