L’amour de Jésus est sans réserve

Contemplons

Le Christ aux outrages, palais des Rohan, Strasbourg

Méditons

Il est facile de dire que Jésus nous aime, il est plus difficile pour nous de le réaliser, plus difficile encore d’en vivre. En effet, en quoi est-ce une preuve de l’amour de  Dieu que de se faire homme pour finalement mourir sur une croix ?

Pour tenter d’appréhender toute l’étendue de l’amour de Jésus pour chacun d’entre nous, empruntons des comparaisons qui nous sont familières. En 2017, on estime que Bill Gates, l’homme le plus riche de la planète dispose d’une fortune d’environ 86 milliards de dollars : une somme colossale. Pour les pauvres et les déshérités, il donne de grosses sommes ; il parait même qu’il ne lèguera pas plus d’un milliard à chacun de ses enfants et que tout le reste sera donné à des œuvres de charité. Quelle que soit la somme qu’il donne aux pauvres, elle ne représente jamais qu’une petite partie de son superflu, si bien que, quelle qu’importante qu’elle puisse être, elle ne le prive de rien et n’atteste pas son amour du prochain. Et, le geste qu’il pose, si généreux soit-il aux yeux du monde, n’est pas désintéressé non plus car il lui assure la reconnaissance des récipiendaires.

Jésus est infiniment plus riche que tous les Bill Gates et tous les milliardaires du monde réunis ; il a tout créé et tout lui appartient, si bien que les richesses du plus riche d’entre les riches ne lui sont que données en gérance pour s’en servir à faire le bien. En nous donnant le monde entier comme demeure, Jésus estime qu’il ne nous donne pas assez pour contenter son amour pour nous. Aussi, en plus de tout ce qu’il a déjà donné, il se donne lui-même. En effet, lui à qui tout appartient, ne peut montrer son amour par du matériel car cela ne représente rien pour lui. Pour nous prouver son amour, Jésus accepte de venir en ce monde, de partager nos misères, nos souffrances et de donner sa vie sans rien exiger en retour si ce n’est l’amour. Sous la croix de Jésus, se tiennent uniquement Marie, Jean et quelques femmes : tous les siens l’ont abandonné, tous les autres se sont acoquinés pour réclamer sa mort à Pilate et le conspuer jusqu’à son dernier souffle. Jésus a tout donné sans rien exiger en retour, pas même la reconnaissance à laquelle il aurait pourtant eu droit ne serait-ce que du peuple élu.

« Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » nous dit Jésus en saint Jean (15, 13). Oui, Jésus a tout donné sans rien retenir pour lui : par amour pour nous, il s’est dépouillé de tout se faisant l’esclave de tous ! Jésus n’a pas sacrifié son superflu pour nous prouver son amour mais ce qu’il avait de plus précieux, sa vie-même, la vie d’un Dieu !

Prions

Une dizaine du chapelet (1 Notre Père, 10 Je vous salue Marie, 1 Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Père Eternel, par le Cœur Immaculé de Marie et le Cœur Sacré de Jésus, nous vous offrons 33 000 fois avec tous les Anges et tous les Saints,

le Corps, le Sang, l’Ame, la Divinité, la Sainte-Face, l’amour eucharistique, toutes les blessures, larmes, souffrances de votre très cher Fils, Notre-Seigneur Jésus-Christ que nous aimons tant,

en union avec les douleurs, les larmes, l’amour de la Très-Sainte-Vierge Marie,

les mérites de tous les anges et de tous les saints,

de toutes les saintes Messes et Communions passées, présentes, futures,

les saints rosaires et autres prières,

et dans les Plaies de Jésus-Christ notre propre néant avec Lui, en Lui et par Lui,

pour la conversion des pauvres pécheurs, en réparation des péchés du monde entier, pour la sainte Eglise catholique, le Saint-Père, les cardinaux, les évêques, les prêtres, les consacrés, les pauvres âmes du purgatoire, les malades, les agonisants et toutes les personnes qui nous ont été recommandées. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts, reposent en paix. Amen.

Le plus précieux des cadeaux

Contemplons

Icône de Jésus et saint Jean, le disciple bien-aimé

Méditons

Parler de l’amour de Jésus avec les mots et les références de ce monde, relève du défi, même si, au premier abord, le sujet parait simplissime. En effet, avec quels mots, quels comparatifs, décrire l’amour de celui qui a tout pour celui qui n’a rien en propre, de celui qui peut tout pour celui qui sans lui ne peut rien, de celui qui veut tout donner pour celui qui sans cesse le repousse, de celui qui ne cesse de choisir de s’abaisser vers celui qui, pour sa propre perte, ne cesse de vouloir s’élever en vain jusqu’à lui, se laissant séduire par les mots empoisonnés de l’antique serpent : « vous serez comme des dieux (Genèse 3, 5). »

En effet, avec Jésus les rapports sont inversés. L’amour de Jésus est ce que nous avons de plus précieux parce que c’est dans son amour que tout, sans exception aucune, nous est donné, aussi bien l’existence que la joie, le succès, les revers, même les souffrances et surtout le salut. Souvenons-nous : ne nous appartient en propre que ce dont nous ne serons pas dépouillés au moment de la mort à savoir nos bonnes œuvres, celles faites pour l’amour de Jésus, et nos péchés (non absous !) à savoir nos manques d’amour pour Jésus.

Tout ce que Jésus nous donne est gratuit, sans aucune contrepartie si ce n’est l’amour. Or nous vivons dans un monde où tout est monnayé et monnayable, où les choses les plus inutiles deviennent les plus chères. Ainsi, les produits de luxe peuvent nous être agréables mais ne constituent aucune nécessité et pourtant à quels sacrifices certains sont-ils prêts pour les acquérir ? Et l’amour de Jésus est regardé comme sans importance, au mieux comme évident.

L’amour de Jésus nous est évident car dans son amour Jésus est fidèle. Et jamais l’amour de Jésus ne nous sera retiré ! Que deviendrions-nous, si Jésus cessait de nous témoigner son amour ? Il en serait comme de notre santé : c’est quand nous la perdons que nous nous rendons compte de ce qu’elle représente, qu’elle est notre seconde plus grande richesse, la première étant l’amour de Jésus qui nous donne tout y compris la santé de l’âme et du corps.

Mais cette situation ne se produira jamais car jamais Jésus ne cessera de nous aimer sans aucun regret de sa part. Et jamais nous n’aurons besoin de payer ce qui est en-dehors de nos moyens et pourtant le plus nécessaire au maintien de notre vie : l’amour de Jésus !

Nous sommes aimés de Jésus, gratuitement : c’est bien la preuve que Jésus est Dieu car s’il pensait comme nous, jamais il n’accepterait de donner autant sans aucune contrepartie de notre part et de persévérer dans son amour pour nous malgré nos ingratitudes !

Prions

Une dizaine du chapelet (1 Notre Père, 10 Je vous salue Marie, 1 Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Père Eternel, par le Cœur Immaculé de Marie et le Cœur Sacré de Jésus, nous vous offrons 33 000 fois avec tous les Anges et tous les Saints,

le Corps, le Sang, l’Ame, la Divinité, la Sainte-Face, l’amour eucharistique, toutes les blessures, larmes, souffrances de votre très cher Fils, Notre-Seigneur Jésus-Christ que nous aimons tant,

en union avec les douleurs, les larmes, l’amour de la Très-Sainte-Vierge Marie,

les mérites de tous les anges et de tous les saints,

de toutes les saintes Messes et Communions passées, présentes, futures,

les saints rosaires et autres prières,

et dans les Plaies de Jésus-Christ notre propre néant avec Lui, en Lui et par Lui,

pour la conversion des pauvres pécheurs, en réparation des péchés du monde entier, pour la sainte Eglise catholique, le Saint-Père, les cardinaux, les évêques, les prêtres, les consacrés, les pauvres âmes du purgatoire, les malades, les agonisants et toutes les personnes qui nous ont été recommandées. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts, reposent en paix. Amen.

Jésus prend pitié

Contemplons

Mosaïque du bon pasteur, basilique Saint-Laurent-hors-les-murs, Rome

Méditons

Saint Matthieu nous rapporte les mots de Jésus, juste avant le miracle de la multiplication des pains : « J’ai pitié de cette foule » (Matthieu 15, 32). Pitié : voilà le mot qui témoigne de l’amour insondable de Jésus pour chacun d’entre nous. Parce que Jésus est Dieu, il connait toute la distance qu’il y a entre lui et nous ; parce qu’il est Dieu, il connait notre misère de pécheur ; parce qu’il est Dieu, il sait que c’est lui qui doit venir à nous, car nous ne sommes pas capables de faire un seul pas vers lui sans son aide ; parce qu’il est Dieu, il sait que sans Lui, nous ne pouvons rien faire. Saint Jean nous rapporte ses paroles à ce sujet : « Sans moi, vous ne pouvez rien faire » (Jean 15, 5). Jésus est le médecin et nous sommes le malade qu’il entreprend de guérir par pur amour.

Parce que Jésus nous aime, il a pitié de nous et de la misère spirituelle dans laquelle nous sommes plongés suite au péché de nos premiers parents. Parce qu’il nous aime, il prend pitié de nous et sa pitié agissante l’amène à épouser cette nature amoindrie qui est la nôtre, pour nous en élever, par son œuvre de rédemption, jusqu’aux clartés de la splendeur divine. Et sa pitié à notre égard vient du plus profond de son cœur : elle ne survient pas en lui, comme pour nous, selon nos dispositions du moment mais elle lui tient aux entrailles, elle est la caractéristique principale de tout son être. Jésus ne saurait nous voir et nous considérer en-dehors de son amour, car il est l’amour.

L’amour de Jésus pour chacun de nous est si grand, que rien n’est en mesure de lui opposer d’entraves. En effet, en se faisant homme, Jésus savait jusque dans les moindres détails, toutes les fois où nous repousserions son amour par nos actes, nos pensées, nos mauvais désirs, et pourtant, il n’a rien épargné pour témoigner jusqu’au plus ingrat d’entre nous, son amour de prédilection. Si bien que, même les damnés en enfer ne sauraient affirmer qu’ils n’ont pas été l’objet d’un amour préférentiel et personnel de la part de Jésus pendant leur vie terrestre et qu’il n’a pas tout fait pour leur témoigner son amour et leur offrir le salut.

« Voici ce Cœur qui a tant aimé les hommes qu’il n’a rien épargné jusqu’à s’épuiser et se consumer pour leur témoigner son amour. Et pour reconnaissance, je ne reçois de la plupart que des ingratitudes, par leurs irrévérences et leurs sacrilèges, et par les froideurs et les mépris qu’ils ont pour moi dans ce sacrement d’amour (l’Eucharistie) » dit Jésus à sainte Marguerite-Marie, la voyante de Paray-le-Monial.

Jésus ne cesse de nous témoigner son amour miséricordieux. Le problème ne vient jamais de l’abondance de son amour salvifique dont il nous comble à tout instant mais de nous qui ne l’accueillons pas toujours…

Prions

Une dizaine du chapelet (1 Notre Père, 10 Je vous salue Marie, 1 Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Père Eternel, par le Cœur Immaculé de Marie et le Cœur Sacré de Jésus, nous vous offrons 33 000 fois avec tous les Anges et tous les Saints,

le Corps, le Sang, l’Ame, la Divinité, la Sainte-Face, l’amour eucharistique, toutes les blessures, larmes, souffrances de votre très cher Fils, Notre-Seigneur Jésus-Christ que nous aimons tant,

en union avec les douleurs, les larmes, l’amour de la Très-Sainte-Vierge Marie,

les mérites de tous les anges et de tous les saints,

de toutes les saintes Messes et Communions passées, présentes, futures,

les saints rosaires et autres prières,

et dans les Plaies de Jésus-Christ notre propre néant avec Lui, en Lui et par Lui,

pour la conversion des pauvres pécheurs, en réparation des péchés du monde entier, pour la sainte Eglise catholique, le Saint-Père, les cardinaux, les évêques, les prêtres, les consacrés, les pauvres âmes du purgatoire, les malades, les agonisants et toutes les personnes qui nous ont été recommandées. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts, reposent en paix. Amen.

Jésus se fait homme en Marie

Contemplons

Fra Angelico, l’Annonciation

Méditons

En devenant homme, Jésus accepte, pour l’amour de chacun d’entre nous, un abaissement vertigineux. Cet abaissement est d’autant plus étourdissant, qu’il va jusqu’à accepter de se faire homme en Marie, l’une de ses créatures, même si la plus belle, la plus parfaite.

Même si Marie a été créée sans la tache du péché originel c’est-à-dire qu’elle ne porte pas en elle la marque de la faute de nos premiers parents, si elle a été pleinement rachetée dès sa conception dans le sein de sainte Anne, si, en son Cœur Immaculé, Jésus a pu recréer un jardin de paradis, elle n’en reste pas moins une fille d’Adam et Eve, comme nous, faite dans le même argile. Venir en notre monde en se faisant homme est déjà un incroyable abaissement pour le Dieu tout-puissant, le Dieu trois fois saint, mais venir à nous en empruntant les voies de la croissance humaine jusqu’à celle in utero, est un abaissement tellement inenvisageable que l’idée ne peut en venir qu’à un Dieu infiniment amoureux de ses créatures.

Le sein de Marie a été pour Jésus son premier tabernacle, le Cœur de Marie son premier ciboire, ses bras son premier ostensoir. Même si l’amour de Marie a dédommagé Jésus de tout ce qu’il a quitté en nous rejoignant dans notre nature, il n’en reste pas moins qu’elle est elle-même le pur produit, même si le plus sublime, de l’amour de Jésus pour ses créatures. Toute la perfection à laquelle Marie a été appelée, à laquelle elle s’est élevée, elle le doit à l’amour de Jésus pour elle, pour nous. Le Mérite de Marie, qui lui-même est un don de l’amour de Jésus, c’est de l’avoir accueilli, de s’en être laissée façonner et transformer. Aussi voyons-nous en elle l’exemple même du magnifique destin que Jésus envisage, par amour, pour chacun d’entre nous.

En contemplant Marie, voyons en elle la puissance créatrice, salvifique et sanctifiante de l’amour de Jésus. L’amour de Jésus, si infini quand on y pense, qu’on en finit par perdre la compréhension de ce mot devenu si banal…

Prions

Une dizaine du chapelet (1 Notre Père, 10 Je vous salue Marie, 1 Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Père Eternel, par le Cœur Immaculé de Marie et le Cœur Sacré de Jésus, nous vous offrons 33 000 fois avec tous les Anges et tous les Saints,

le Corps, le Sang, l’Ame, la Divinité, la Sainte-Face, l’amour eucharistique, toutes les blessures, larmes, souffrances de votre très cher Fils, Notre-Seigneur Jésus-Christ que nous aimons tant,

en union avec les douleurs, les larmes, l’amour de la Très-Sainte-Vierge Marie,

les mérites de tous les anges et de tous les saints,

de toutes les saintes Messes et Communions passées, présentes, futures,

les saints rosaires et autres prières,

et dans les Plaies de Jésus-Christ notre propre néant avec Lui, en Lui et par Lui,

pour la conversion des pauvres pécheurs, en réparation des péchés du monde entier, pour la sainte Eglise catholique, le Saint-Père, les cardinaux, les évêques, les prêtres, les consacrés, les pauvres âmes du purgatoire, les malades, les agonisants et toutes les personnes qui nous ont été recommandées. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts, reposent en paix. Amen.

Jésus s’abaisse jusqu’à nous

Contemplons

Michel-Ange, la création de l’homme, plafond de la chapelle Sixtine

Méditons

Qui est Dieu et qui sommes-nous ? Répondre à cette question, c’est entrevoir ce que Jésus a pris sur lui pour s’abaisser jusqu’à nous, pour nous rejoindre là où nous sommes et que d’aucuns ont surnommé la vallée de larmes. La distance qu’il y a entre Dieu, qui est tout, et nous, qui ne sommes rien, est aussi infinie que Dieu Lui-même est infini. La distance entre Dieu et nous est à tel point infinie que l’initiative d’une rencontre ne peut jamais venir de nous mais uniquement de Dieu : nous ne pouvons nous élever jusqu’à Lui, c’est Lui qui doit s’abaisser jusqu’à nous.

Cette distance qui nous éloigne de Dieu, Jésus l’a prise sur lui, acceptant un abaissement si vertigineux qu’il en est insondable pour nous. L’Incarnation, c’est Dieu qui se fait homme. Voilà le concept ! Mais imaginons-nous ce qu’il implique ? En devenant homme, Jésus se fait l’un de nous et, pour cela, il accepte de passer de l’état d’immensément riche à celui d’immensément pauvre, de l’état de celui qui donne tout à celui qui en est réduit à tout recevoir, de l’état de celui à qui tout est soumis à celui de qui est dépendant de tout. Plus encore, par son Incarnation, Jésus passe d’un état de liberté sans entrave à celui d’esclave : il accepte un corps avec toutes ses servitudes (la faim, la soif, la maladie…). Il passe de l’état de Créateur à celui de créature : c’est comme si le potier acceptait de devenir le pot d’argile qu’il forme de ses mains. Inconcevable ! Inimaginable !

Et pourtant, c’est tout cela et bien plus encore que les mots ne sauraient exprimer, que l’amour de Jésus a pris sur lui dans son Incarnation pour nous rejoindre dans notre misère de pécheur. C’est Jésus, qui ne nous doit rien, qui accepte une vertigineuse dégringolade jusqu’à nous, en se dépouillant de tout jusqu’à Lui-même, pour épouser notre nature amoindrie, pour l’amour de nous, pour l’amour de chacun d’entre nous ! Ce mystère est tellement grand qu’une vie entière ne suffira pas à en faire le tour !

Prions

Une dizaine du chapelet (1 Notre Père, 10 Je vous salue Marie, 1 Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Père Eternel, par le Cœur Immaculé de Marie et le Cœur Sacré de Jésus, nous vous offrons 33 000 fois avec tous les Anges et tous les Saints,

le Corps, le Sang, l’Ame, la Divinité, la Sainte-Face, l’amour eucharistique, toutes les blessures, larmes, souffrances de votre très cher Fils, Notre-Seigneur Jésus-Christ que nous aimons tant,

en union avec les douleurs, les larmes, l’amour de la Très-Sainte-Vierge Marie,

les mérites de tous les anges et de tous les saints,

de toutes les saintes Messes et Communions passées, présentes, futures,

les saints rosaires et autres prières,

et dans les Plaies de Jésus-Christ notre propre néant avec Lui, en Lui et par Lui,

pour la conversion des pauvres pécheurs, en réparation des péchés du monde entier, pour la sainte Eglise catholique, le Saint-Père, les cardinaux, les évêques, les prêtres, les consacrés, les pauvres âmes du purgatoire, les malades, les agonisants et toutes les personnes qui nous ont été recommandées. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts, reposent en paix. Amen.

L’amour de Jésus

Contemplons

Véronèse, la rencontre avec la Samaritaine

Méditons

Traiter de l’amour de Jésus est un sujet dérangeant à bien des égards, parce qu’il nous range souvent dans le camp des naïfs, parce qu’il ne donne pas l’occasion de développements théologiques brillants, parce que le sujet peut sembler éculé, parce que notre monde s’accommode mal de l’amour au sens chrétien du terme.

Pourtant, tout le message de Jésus peut se résumer et se réduire à ce seul mot, l’amour, celui de Dieu pour les hommes, celui des hommes pour Dieu, celui des hommes entre eux pour l’amour de Dieu. Saint Jean nous dit bien : « Dieu est amour » (1 Jean 4, 8) et dans son Evangile, Marc nous rapporte les paroles de Jésus : « Le premier commandement, c’est : ‘Ecoute Israël ! Le Seigneur notre Dieu est l’Unique Seigneur ; et tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force !’ Voici le second : ‘Tu aimeras ton prochain comme toi-même’. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là’ » (Marc 12, 29-31).

C’est l’amour qui doit embrasser notre relation à Dieu et à notre prochain. Lorsque nous nous trouverons devant Jésus le jour du jugement particulier, nous serons jugés moins sur ce que nous aurons faits que sur l’amour qui l’a motivé. Jean de la Croix nous en avertit : « au soir de notre vie, nous serons jugés sur l’amour. » (Maximes et Sentences spirituelles, § 56).

« Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique pour que quiconque croit en lui ne périsse pas mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3, 16). C’est dans un acte d’amour infini que Dieu nous a donné Jésus afin de racheter, par amour, ceux qui étaient perdus et qu’il avait créés dans un acte d’amour incommensurable. Jésus est la preuve suprême de l’amour de Dieu pour chacun d’entre nous parce qu’il est l’amour même, parce qu’il est Dieu-même, parce qu’Il rend visible le Père qui est amour, parce que, pour nous, « il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix. » (Philip 2, 7-8).

En tout, Jésus, nous a devancés par l’exemple. Il n’a pas seulement enseigné ce qu’est le véritable amour de Dieu et du prochain mais, il l’a vécu afin que nous trouvions en lui le chemin du véritable amour. L’Incarnation, la Rédemption, la fondation de l’Eglise, les sacrements, les enseignements sont autant de preuves de l’amour de Jésus pour chacun d’entre nous.

Pendant ce carême, examinons chaque jour l’une des nombreuses preuves d’amour que Jésus nous a données jusqu’aux plus extrêmes dans sa Passion. Pourvu que quarante jours y suffisent !

Prions

Une dizaine du chapelet (1 Notre Père, 10 Je vous salue Marie, 1 Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Père Eternel, par le Cœur Immaculé de Marie et le Cœur Sacré de Jésus, nous vous offrons 33 000 fois avec tous les Anges et tous les Saints,

le Corps, le Sang, l’Ame, la Divinité, la Sainte-Face, l’amour eucharistique, toutes les blessures, larmes, souffrances de votre très cher Fils, Notre-Seigneur Jésus-Christ que nous aimons tant,

en union avec les douleurs, les larmes, l’amour de la Très-Sainte-Vierge Marie,

les mérites de tous les anges et de tous les saints,

de toutes les saintes Messes et Communions passées, présentes, futures,

les saints rosaires et autres prières,

et dans les Plaies de Jésus-Christ notre propre néant avec Lui, en Lui et par Lui,

pour la conversion des pauvres pécheurs, en réparation des péchés du monde entier, pour la sainte Eglise catholique, le Saint-Père, les cardinaux, les évêques, les prêtres, les consacrés, les pauvres âmes du purgatoire, les malades, les agonisants et toutes les personnes qui nous ont été recommandées. Amen.

Saint Joseph, Père nourricier de Notre-Seigneur Jésus-Christ et chaste époux de la Vierge Marie, Mère de Dieu, priez pour nous et pour tous les besoins de la sainte Eglise catholique.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts, reposent en paix. Amen.

Saint Jean-Paul II

Son enseignement sur saint Joseph

En des temps difficiles pour l’Eglise, Pie IX, voulant la confier à la protection spéciale du saint patriarche Joseph, le déclara « Patron de l’Eglise catholique ». Le Pape savait que son geste n’était pas hors de propos car, en raison de la très haute dignité accordée par Dieu à ce fidèle serviteur, « l’Eglise, après la Vierge Sainte son épouse, a toujours tenu en grand honneur le bienheureux Joseph, elle l’a comblé de louanges et a recouru de préférence à lui dans les difficultés ». Quels sont les motifs d’une telle confiance ? Léon XIII les énumère ainsi : « Les raisons et les motifs spéciaux pour lesquels saint Joseph est nommément le patron de l’Eglise et qui font que l’Eglise espère beaucoup, en retour, de sa protection et de son patronage sont que Joseph fut l’époux de Marie et qu’il fut réputé le père de Jésus-Christ. Joseph était le gardien, l’administrateur et le défenseur légitime et naturel de la maison divine dont il était le chef. Il est donc naturel et très digne du bienheureux Joseph que, de même qu’il subvenait autrefois à tous les besoins de la famille de Nazareth et l’entourait saintement de sa protection, il couvre maintenant de son céleste patronage et défende l’Eglise de Jésus Christ ».

Ce patronage doit être invoqué, et il est toujours nécessaire à l’Eglise, non seulement pour la défendre contre les dangers sans cesse renaissants mais aussi et surtout pour la soutenir dans ses efforts redoublés d’évangélisation du monde et de nouvelle évangélisation des pays et des nations « où – comme je l’ai écrit dans l’exhortation apostolique Christifideles laici – la religion et la vie chrétienne étaient autrefois on ne peut plus florissantes » et qui « sont maintenant mis à dure épreuve ». Pour apporter la première annonce du Christ ou pour la présenter à nouveau là où elle a été délaissée ou oubliée, l’Eglise a besoin d’une particulière « force d’en haut » (cf. Lc 24, 49 ; Ac 1, 8), don de l’Esprit du Seigneur, assurément, mais non sans lien avec l’intercession et l’exemple de ses saints.

En plus de la protection efficace de Joseph, l’Eglise a confiance en son exemple insigne, exemple qui ne concerne pas tel état de vie particulier mais est proposé à toute la communauté chrétienne, quelles que soient en elle la condition et les tâches de chaque fidèle. Comme le dit la Constitution du Concile Vatican II sur la Révélation divine, l’attitude fondamentale de toute l’Eglise doit être celle de « l’écoute religieuse de la Parole de Dieu », c’est-à-dire de la disponibilité absolue à servir fidèlement la volonté salvifique de Dieu révélée en Jésus. Dès le début de la Rédemption humaine, nous trouvons le modèle de l’obéissance incarné, après Marie, précisément en Joseph, celui qui se distingue par l’exécution fidèle des commandements de Dieu. Paul VI invitait à invoquer son patronage « comme l’Eglise, ces derniers temps, a l’habitude de le faire, pour elle-même d’abord, pour une réflexion théologique spontanée sur l’alliance de l’action divine avec l’action humaine dans la grande économie de la Rédemption, dans laquelle la première, l’action divine, se suffit totalement à elle-même tandis que la seconde, l’action humaine, la nôtre, tout en étant dans l’incapacité (cf. Jn 15, 5), n’est jamais dispensée d’une collaboration humble mais conditionnelle et anoblissante. En outre, l’Eglise l’invoque comme protecteur en raison d’un désir profond et très actuel de raviver son existence séculaire avec des vertus évangéliques véritables, telles qu’elles ont resplendi en saint Joseph ».

L’Eglise transforme ces exigences en prière. Rappelant que Dieu, à l’aube des temps nouveaux, a confié à saint Joseph la garde des mystères du salut, elle lui demande de lui accorder de collaborer fidèlement à l’œuvre du salut, de lui donner un cœur sans partage, à l’exemple de saint Joseph qui s’est consacré tout entier à servir le Verbe incarné, de nous faire vivre dans la justice et la sainteté, soutenus par l’exemple et la prière de saint Joseph. Déjà, il y a cent ans, le pape Léon XIII exhortait le monde catholique à prier pour obtenir la protection de saint Joseph, patron de toute l’Eglise. L’encyclique « Quamquam pluries » se référait à l’ « amour paternel » dont saint Joseph « entourait l’enfant Jésus », et à ce « très sage gardien de la divine Famille », elle recommandait « l’héritage que Jésus a acquis de son sang ». Depuis lors, l’Eglise, comme je l’ai rappelé au début, implore la protection de Joseph « par l’affection qui l’a uni à la Vierge immaculée, Mère de Dieu » et elle lui confie tous ses soucis, en raison notamment des menaces qui pèsent sur la famille humaine. Aujourd’hui encore, nous avons de nombreux motifs pour prier de la même manière : « Préserve-nous, ô Père très aimant, de toute souillure d’erreur et de corruption…; sois-nous propice et assiste-nous du haut du ciel, dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres…; et de même que tu as arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défends aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité ». Aujourd’hui encore, nous avons des motifs permanents de recommander chaque personne à saint Joseph.

Je souhaite vivement que la présente évocation de la figure de Joseph renouvelle en nous aussi les accents de prière que mon prédécesseur, il y a un siècle, recommanda d’élever vers lui. Il est certain, en effet, que cette prière et la figure même de Joseph ont acquis un renouveau d’actualité pour l’Eglise de notre temps, en rapport avec le nouveau millénaire chrétien. Le Concile Vatican II nous a encore une fois tous sensibilisés aux « merveilles de Dieu », à « l’économie du salut » dont Joseph fut particulièrement le ministre. En nous recommandant donc à la protection de celui à qui Dieu même « confia la garde de ses trésors les plus précieux et les plus grands », nous apprenons de lui, en même temps, à servir « l’économie du salut ». Que saint Joseph devienne pour tous un maître singulier dans le service de la mission salvifique du Christ qui nous incombe à tous et à chacun dans l’Eglise : aux époux, aux parents, à ceux qui vivent du travail de leurs mains ou de tout autre travail, aux personnes appelées à vie contemplative comme à celles qui sont appelées à l’apostolat. L’homme juste, qui portait en lui tout le patrimoine de l’Ancienne Alliance, a été aussi introduit dans le « commencement » de l’Alliance nouvelle et éternelle en Jésus Christ. Qu’il nous indique les chemins de cette Alliance salvifique au seuil du prochain millénaire ou doit se poursuivre et se développer la « plénitude du temps » propre au mystère ineffable de  l’Incarnation du Verbe ! Que saint Joseph obtienne à l’Eglise et au monde, comme à chacun de nous, la bénédiction du Père et du Fils et du Saint-Esprit ! (Redemptoris custos)

Prions saint Joseph

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Je vous salue, Joseph, vous que la grâce divine a comblé, le Sauveur a reposé dans vos bras et grandi sous vos yeux, vous êtes béni entre tous les hommes, et Jésus, l’Enfant divin de votre virginale épouse est béni. 

Saint Joseph, donné pour père au Fils de Dieu, priez pour nous dans nos soucis de famille, de santé et de travail, jusqu’à nos derniers jours, et daignez nous secourir à l’heure de notre mort. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Saint Jean-Paul II

Etudiant polonais en philologie, il joue dans un groupe de théâtre antinazi et entre au séminaire clandestin en 1942. Ordonné prêtre en 1946, après des études à Rome et en France, il est prêtre en Pologne communiste en 1948 auprès de la jeunesse. Il devient, en 1958, le plus jeune évêque polonais. En 1978, il est élu pape. C’est le premier pape non italien depuis le pape hollandais Adrien VI en 1522 et le premier pape polonais de l’histoire du catholicisme.

Son pontificat (26 ans, 5 mois et 18 jours) est à ce jour le troisième plus long de l’histoire catholique après celui de saint Pierre et de Pie IX. Il a parcouru plus de 129 pays pendant son pontificat, plus de cinq cents millions de personnes ayant pu le voir durant cette période, et institué de grands rassemblements, comme les Journées mondiales de la jeunesse. Il a béatifié 1 340 personnes et canonisé 483 saints, soit plus que pendant les cinq siècles précédents.

Son enseignement sur saint Joseph

Le climat de silence qui accompagne tout ce qui se réfère à la figure de Joseph s’étend aussi à son travail de charpentier dans la maison de Nazareth. Toutefois, c’est un silence qui révèle d’une manière spéciale le profil intérieur de cette figure. Les Evangiles parlent exclusivement de ce que « fit » Joseph ; mais ils permettent de découvrir dans ses « actions », enveloppées de silence, un climat de profonde contemplation. Joseph était quotidiennement en contact avec le mystère « caché depuis les siècles », qui « établit sa demeure » sous son toit. Cela explique par exemple pourquoi sainte Thérèse de Jésus, la grande réformatrice du Carmel contemplatif, se fit la promotrice du renouveau du culte rendu à saint Joseph dans la chrétienté occidentale.

Le sacrifice absolu que Joseph fit de toute son existence aux exigences de la venue du Messie dans sa maison trouve son juste motif « dans son insondable vie intérieure, d’où lui viennent des ordres et des réconforts tout à fait particuliers et d’où découlent pour lui la logique et la force, propres aux âmes simples et transparentes, des grandes décisions, comme celle de mettre aussitôt à la disposition des desseins divins sa liberté, sa vocation humaine légitime, son bonheur conjugal, acceptant la condition, la responsabilité et le poids de la famille et renonçant, au profit d’un amour virginal incomparable, à l’amour conjugal naturel qui la constitue et l’alimente ». Cette soumission à Dieu, qui est promptitude de la volonté à se consacrer à tout ce qui concerne son service, n’est autre que l’exercice de la dévotion qui constitue une des expressions de la vertu de religion.

La communion de vie entre Joseph et Jésus nous amène à considérer encore le mystère de l’Incarnation précisément sous l’aspect de l’humanité du Christ, instrument efficace de la divinité pour la sanctification des hommes : « En vertu de la divinité, les actions humaines du Christ ont été salutaires pour nous, produisant en nous la grâce tant en raison du mérite que par une certaine efficacité ». Parmi ces actions, les évangélistes privilégient celles qui concernent le mystère pascal, mais ils n’omettent pas de souligner l’importance du contact physique avec Jésus à propos des guérisons (cf. par exemple Mc 1,41) et l’influence qu’il exerce sur Jean-Baptiste lorsqu’ils étaient l’un et l’autre dans le sein de leur mère (cf. Lc 1, 41-44). Le témoignage apostolique, on l’a vu, n’a pas omis de décrire la naissance de Jésus, la circoncision, la présentation au Temple, la fuite en Egypte et la vie cachée à Nazareth, et cela en raison du « mystère » de grâce contenu dans de tels « gestes », tous salvifiques, parce que participant de la même source d’amour : la divinité du Christ. Si cet amour, par son humanité, rayonnait sur tous les hommes, les premiers bénéficiaires en étaient bien évidemment ceux que la volonté divine avait placés dans son intimité la plus étroite : Marie, sa mère, et Joseph, son père putatif. Puisque l’amour « paternel » de Joseph ne pouvait pas ne pas influer sur l’amour « filial » de Jésus et que, réciproquement, l’amour« filial » de Jésus ne pouvait pas ne pas influer sur l’amour « paternel » de Joseph, comment arriver à reconnaître en profondeur cette relation tout à fait singulière ? Les âmes les plus sensibles aux impulsions de l’amour divin voient à juste titre en Joseph un exemple lumineux de vie intérieure. En outre, l’apparente tension entre la vie active et la vie contemplative est dépassée en lui de manière idéale, comme cela peut se faire en celui qui possède la perfection de la charité. Selon la distinction bien connue entre l’amour de la vérité (charitas veritatis) et l’exigence de l’amour (necessitas charitatis), nous pouvons dire que Joseph a expérimenté aussi bien l’amour de la vérité, c’est-à-dire le pur amour de contemplation de la Vérité divine qui rayonnait de l’humanité du Christ, que l’exigence de l’amour, c’est-à-dire l’amour, pur lui aussi, du service, requis par la protection et le développement de cette même humanité.

Prions saint Joseph

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Je vous salue, Joseph, vous que la grâce divine a comblé, le Sauveur a reposé dans vos bras et grandi sous vos yeux, vous êtes béni entre tous les hommes, et Jésus, l’Enfant divin de votre virginale épouse est béni. 

Saint Joseph, donné pour père au Fils de Dieu, priez pour nous dans nos soucis de famille, de santé et de travail, jusqu’à nos derniers jours, et daignez nous secourir à l’heure de notre mort. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Saint Leonard de Port Maurice II

« Si, pour mieux faire admirer les grandeurs de notre saint patriarche comme juste et sur­tout comme époux, je l’ai mis en regard du premier Joseph, qui fut comme son ombre, et de Marie son épouse, cette aurore radieuse qui a réjoui le monde ; pour vous le montrer plus grand encore comme père, je dois le considérer dans ses rapports avec le divin Soleil de ju­stice : c’est ainsi que s’appelle celui dont Jo­seph fut le père. « N’est-ce pas le fils de cet artisan ? » disaient les Juifs avec mépris en par­lant de Jésus. Le fils d’un artisan, sans doute, mais de quel artisan ? Je vous l’apprendrai, répond saint Pierre Chry­sologue ; c’est le Fils de ce grand artisan qui a fabriqué le monde, non avec le marteau, mais par un ordre de sa volonté, de cet artisan qui a combiné les élé­ments, non par un effet de génie, mais par un simple commandement, de cet artisan qui a allumé le flambeau du jour à la voûte du ciel, non avec un feu ter­restre, mais par une chaleur supérieure, de cet artisan enfin, qui d’un seul mot a fait jaillir l’univers du néant. Vous avez rai­son, illustre docteur ; ils auraient dû reconnaitre que Jésus était le Fils du grand archi­tecte de l’univers. Mais souffrez que pour la gloire de Joseph, on dise aussi qu’il est le fils de ce pauvre charpentier qui dans une humble boutique manie la scie et le rabot. Et puisque la sainte Vierge elle-même donne à Joseph ce beau titre de père de Jésus, en disant à celui-ci : « Votre père et moi », titre qui lui convient d’ailleurs, attendu que ce fils est le fruit de Marie, laquelle appartient à Joseph en qualité d’épouse, convenez aussi qu’il est le fils de ce pauvre artisan, et que comme tel, il est son sujet et le compa­gnon de ses travaux. 0 quelle merveille, quand on y pense ! Jésus aida ce pauvre arti­san à travailler le bois, comme il aida le grand artisan de la nature à fabriquer l’univers. Lorsque le Créateur, c’est le Fils de Dieu, la Sagesse incréée qui parle ainsi, lorsque mon Père s’apprêtait à créer le monde, j’étais présent, et j’en présentais l’idée dans cette intelligence infinie ; quand il étendait la voûte des cieux, quand il posait des bornes à la mer, quand il sus­pendait les nuages en l’air, j’étais avec lui, arrangeant toutes choses. Cette même Sagesse incarnée peut également dire d’elle-même : lorsque Joseph mon père était dans son atelier pour travailler, j’étais avec lui comme compagnon de ses tra­vaux, quand il coupait ou façonnait le bois, j’étais avec lui, quand il le sciait et le rabotait, j’étais avec lui, quand il adap­tait les pièces ensemble, je les arrangeais avec lui. Comme lui, je mettais la main au rabot, et je mêlais mes sueurs aux siennes. Quelle sublime dignité, et quelle grandeur que celle qui nous fait apparaî­tre Joseph comme l’émule de Dieu même ! Un pauvre ouvrier en bois l’émule de l’archi­tecte du monde ! En voulez-vous davantage pour proclamer Joseph souverainement grand comme père, si Dieu lui-même ne peut faire un père plus grand que celui qui a un Dieu pour fils ? Il y a trois choses, dit saint Thomas, que Dieu ne peut faire plus grandes qu’elles ne sont, à savoir l’humanité de Notre-Seigneur Jésus-Christ, à cause de son union hyposta­tique avec le Verbe ; la gloire des élus à cause de son objet principal qui est l’essence infinie de Dieu ; et la Mère incomparable de Dieu, dont il a été dit que Dieu ne peut faire une mère plus grande que la mère d’un Dieu. Vous pouvez en un sens ajouter, à la gloire de Joseph, une quatrième chose : Dieu ne peut pas faire un père plus grand que le père d’un Fils qui est Dieu. Avouez donc que si saint Joseph fut grand comme juste, plus grand encore comme époux, il fut très grand surtout comme père.

Joseph n’eut sans doute aucune part à la production de Jésus-Christ, mais il n’en fut pas moins son père, ainsi que l’affirment tous les docteurs. Il eut à son égard l’autorité aussi bien que la sollicitude et les devoirs d’un père. Est-il, en effet, une seule des fonctions du meilleur des pères qui n’ait été glorieusement exercée par « ce serviteur fidèle et prudent que le Seigneur préposa au gouvernement de sa famille ? » N’est-ce pas Joseph qui recueil­lit dans ses bras l’Enfant Jésus à peine né, et le coucha sur la paille dans la crèche ? N’est-ce pas Joseph qui le déroba à la fureur d’Hérode ? N’est-ce pas lui qui lui fournit durant trente ans du travail de ses mains et à la sueur de son front, la nourriture, le vêtement et le loge­ment ? Combien de fois les bras de Joseph ne servirent-ils pas de berceau à l’Enfant Jésus ! Que de tendres baisers il lui prodigua ! Que de fois il lui donna à manger de sa main, l’ha­billa, lui apprit à parler, l’exerça au travail ! Car ce divin Enfant voulut paraître en tout semblable aux autres. Et lorsqu’il fut devenu grand, que de fois Joseph ne reposa-t-il pas sur son cœur ! Or, si Joseph se comporta en père si tendre, si dévoué à l’égard de Jésus, comment pensez-vous que dut se comporter Jésus à l’égard de Joseph ? Est-il besoin de dire qu’il a été pour lui le meilleur des fils, lui té­moignant un respect, une soumission, une obéissance parfaite en toute chose, comme à son père bien-aimé ? 0 toits, ô murs, ô bien­heureuse enceinte qui avez abrité cette au­guste famille, et avez été témoins de ses tra­vaux, de ses récréations, des célestes entretiens qui eurent lieu entre Jésus, Marie et Joseph, dites-nous combien de fois Joseph, pour se ranimer dans ses fatigues, répétait le doux nom de son Jésus, et avec quel empressement respectueux Jésus alors accourait à lui, comme s’il l’eût appelé, lui disant avec une joie céleste empreinte sur son visage : « me voici, mon père ; que voulez-vous ? Que m’ordon­nez-vous ? » Joseph, dont l’humilité fut si pro­fonde, que les quatre évangélistes ne rap­portent pas une seule parole de lui, Joseph, me semble-t-il, pour condescendre au désir de Jésus, dut parfois lui dire : « voyons, mon Fils, assistez-moi dans ce travail. » Et Jésus l’assistait. « Mon Fils, où est le rabot ? » Et Jésus apportait le rabot. « Nettoyons l’atelier », et Jésus se mettait à balayer, faisant chaque chose avec tant de modestie et de grâce que tous les ha­bitants de Nazareth accouraient quelquefois à la boutique de Joseph pour voir travailler cet intéressant enfant. Mais ils n’étaient pas seuls à venir : tous les prophètes y accouraient aussi de loin. O heureux Joseph, s’écrie Isaïe, cet Enfant qui travaille avec toi, et t’appelle son père, c’est l’admirable, le Dieu fort, le prince de la paix, l’ange du grand conseil. Celui que tu reconnais pour ton fils, dit le prophète Michée, c’est ce grand personnage dont l’origine date du commencement des jours de l’éternité. Je le reconnais aussi, dit le prophète royal, cet enfant qui t’appelle son père, c’est Celui à qui appartient la terre et tout ce qu’elle renferme. Si l’Apôtre a tiré un argument invincible en faveur de la souveraineté de Jésus-Christ sur toutes les créatures, du nom de Fils que Dieu lui a donné, nous pouvons de même déduire la souve­raineté de saint Joseph sur tous les saints, sur tous les anges, et son élévation sur le trône le plus sublime du ciel après celui de la Vierge, du nom de père que Dieu lui donna. Car quel est l’ange auquel le Seigneur ait jamais dit : « vous êtes mon père ? » Si Dieu, en présence de toute la cour céleste, l’appelle son père, le vénère comme son père, l’honore comme son père, jugez s’il ne fut pas d’une grandeur in­comparable comme père.

Mais pour se convaincre qu’il fut vraiment grand comme juste, plus grand comme époux, très grand comme père, il suffirait de le considérer entre les bras de Jésus et de Marie au moment de rendre son âme à son Créateur. Voyez ce bienheureux patriarche étendu sur une pauvre couche, Jésus d’un côté, Marie de l’autre, entouré d’une multitude infinie d’anges, d’archanges, de séraphins, qui dans une attente respectueuse s’apprêtent à recevoir sa sainte âme. 0 Dieu ! Qui pourra nous dire avec quels sentiments, à ce moment suprême, Joseph dit un dernier adieu à Jésus et à Marie ? Quelles actions de grâces, quelles protestations, quelles supplications, quelles excuses de la part de ce saint vieillard ses yeux parlent, son cœur parle, sa langue seule se tait ; mais que son silence dit de choses ! Tantôt il regarde Marie, et Marie le regarde à son tour, et avec quelle affection ! Tantôt il tourne ses yeux vers Jésus, et Jésus le regarde, mais avec quelle tendresse ! Il prend la main de Jésus, la presse sur son cœur, la couvre de baisers, l’arrose de ses larmes, et lui dit de temps en temps, plutôt de cœur que de bouche : « Mon Fils, mon bien-aimé Fils, je vous recommande mon âme » et pressant la main de Jésus sur son cœur, il tombe dans une défaillance d’amour. Ah ! Joseph, si vous ne cessez d’étreindre la main de Celui qui est la vie, vous ne pourrez mourir. Oh ! Qu’il est doux de mourir en te­nant la main de Jésus ! L’âme enfin achève presque de se détacher du corps, elle prend son élan ; mais à la vue de Jésus et de Marie, son élan est arrêté, et elle ne peut briser sa chaîne. Je le répète, Joseph, si vous ne cessez de regarder Celui qui est la vie, vous ne pourrez mourir ! Tendre et divin Rédempteur, Jésus, Joseph ne peut prendre son essor de cet exil, si vous ne lui en donnez la liberté. Divine Marie, Joseph ne peut partir de ce monde, si vous ne lui en donnez la permission. Jésus lève la main, il bénit et embrasse son bien-aimé père, et Joseph expire dans les embras­sements de Jésus.

Sainte Térèse, cette âme séraphique, avait une dévotion particulière à notre saint patriarche, et ne désirait rien tant que de le voir honoré dans le monde entier. Elle proteste qu’elle ne lui a jamais demandé aucune faveur sans être aussitôt exaucée, et elle exhorte tout le monde à faire l’essai de la bonté de ce grand saint, et de son crédit auprès de Dieu, en re­courant à lui dans toutes les nécessités temporelles et spirituelles, assurant qu’on se con­vaincra par sa propre expérience que, comme il est le plus grand de tous les saints dans la gloire, il est aussi le plus puissant à nous obte­nir des grâces. Et en effet, Dieu a voulu que les personnes de tout état eussent quelque chose de commun avec saint Joseph afin que tous eussent une confiance spéciale en sa protection, que tous eussent recours à lui comme à leur avocat parti­culier et à un intercesseur universel, attendu que dans la maison de Jésus et de Marie les autres saints supplient, et Joseph ordonne, les autres prient Joseph, et Joseph commande et en com­mandant obtient ce qu’il veut. Aussi les religieux de tous les ordres doivent-ils avoir une grande dévotion envers saint Joseph, et le reconnaître pour leur fondateur, puisque d’après l’opinion de plusieurs, il est le premier qui ait fait les saints vœux. Ecclésiastiques, vous trouvez en tête de votre hiérarchie saint Joseph, le pre­mier qui ait administré le patrimoine de Jésus-Christ : vous lui devez donc une dévo­tion spéciale. Séculiers, vous pouvez aussi compter saint Joseph dans vos rangs ; il a vécu vierge, il est vrai, mais marié et hors du temple, quoique sa maison fût un sanctuaire. Les grands et les nobles doivent être dévots à saint Joseph, puisqu’il était issu du sang royal le plus illustre. Et vous, hommes du peuple, ar­tisans, pauvres et indigents, vous devez avoir confiance en saint Joseph, qui vécut et mourut avec Celui qui est la vie. Voilà l’avocat uni­versel de tous les chrétiens ; tous les chrétiens appartiennent à saint Joseph, parce que Jésus et Marie lui ont appartenu. Bien plus, les infi­dèles eux-mêmes,  doivent avoir confiance en saint Joseph, car il les protégea d’une manière particulière dans son exil. Efforçons-nous donc à l’envie de l’aimer, de l’honorer. Comme époux de la Vierge, et comme père de l’Homme-Dieu, il est tout-puissant dans le ciel. Comme notre avocat, supplions-le de nous obtenir une seule grâce, celle d’une sainte mort suivie du paradis. Réjouissez-vous, pieux serviteurs de saint Joseph, car le paradis est près de vous, l’échelle qui y conduit n’a que trois degrés, Jésus, Marie et Joseph. Voici comment on monte et l’on descend par cette échelle : en montant, nos suppliques sont d’abord remises entre les mains de Joseph, Joseph les présente à Marie et Marie les donne à Jésus. En descendant, les rescrits viennent de Jésus qui les accorde à Marie, et Marie les remet à Joseph. Jésus fait tout pour Marie, parce qu’il est son Fils ; Marie obtient tout en qualité de Mère et Joseph peut tout en sa qualité de juste, d’époux et de père. » (Discours sur les grandeurs de saint Joseph)

Prions saint Joseph

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Je vous salue, Joseph, vous que la grâce divine a comblé, le Sauveur a reposé dans vos bras et grandi sous vos yeux, vous êtes béni entre tous les hommes, et Jésus, l’Enfant divin de votre virginale épouse est béni. 

Saint Joseph, donné pour père au Fils de Dieu, priez pour nous dans nos soucis de famille, de santé et de travail, jusqu’à nos derniers jours, et daignez nous secourir à l’heure de notre mort. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Saint Leonard de Port Maurice

Religieux franciscain qui (peut-être) a inventé le chemin de croix, mais en fut certainement un grand propagateur au cours de ses missions intérieures, spectaculaires et étonnantes. Paul Jérôme Casanova est né à Porto Maurizio, province de Gênes dans une famille de marins. A 23 ans il entre chez les Franciscains et prend le nom de Léonard. Son maître des novices est un Corse très austère de la famille de Bernardin de Calenzana. Ordonné prêtre en 1702, à la suite d’une maladie, il décide de se consacrer aux missions populaires. Saint Alphonse de Liguori le nommait « le grand missionnaire de notre temps. » En bon contemporain de l’époque baroque, il cherchait à captiver son auditoire en encourageant un large retour à soi-même et une meilleure préparation à la Pénitence et à l’Eucharistie. Le moment le plus favorable semblait être la cérémonie du chemin de Croix… Il en érigea 572 dont une centaine en Corse.

Son enseignement sur saint Joseph

« Il n’est point au pouvoir d’une langue mor­telle d’exprimer le comble d’honneur où fut élevé notre saint en recevant pour épouse celle qui parut dans le monde « comme une aurore naissante » et qui croissant toujours de vertus en vertus, en fit une riche dot qu’elle apporta à Joseph son époux. Contem­plons, à la clarté de cette aurore céleste, les richesses du trop heureux Joseph, qui par cette sainte alliance devient en quelque sorte plus grand que lui-même. En effet, l’auguste Vierge ne voulut d’autres conditions sur le contrat de mariage, sinon que son époux fût en tout et pour tout semblable à elle, et dans l’innocence des mœurs et dans la pureté de l’âme. Et comme le contrat passa par les mains du Saint-Esprit, qui peut douter que Marie n’ait été exaucée en sa demande, et que Jo­seph n’ait été enrichi de qualités, de dons et de vertus semblables en tout point à ceux de Marie son épouse ? C’est le sentiment de saint Bernardin de Sienne.

Que les évangélistes gardent le silence sur Joseph, peu importe ; qu’ils s’abstien­nent d’exalter, comme ils auraient pu le faire, ces vertus et ces prérogatives excellentes qui relèvent sa dignité : il me suffit qu’ils le repré­sentent comme l’époux de Marie, c’est-à-dire comme celui de tous les mortels qui res­semble le plus à l’œuvre la plus parfaite entre les pures créatures qui soit sortie de la main de Dieu, savoir à sa Mère : « car, dit saint Ber­nard, Joseph a été fait à la ressemblance de la Vierge son épouse. Epoux de Marie, c’est-à-dire celui qui approcha le plus près de cette créature sublime laquelle s’éleva jusqu’au plus haut des cieux, et ravit en quelque sorte au sein du Père éter­nel son Fils unique, « époux de Marie, » c’est-à-dire un même cœur, une même âme avec ce cœur et cette âme qui porta le cœur et l’âme du Fils de Dieu, « époux de Marie » c’est-à-dire le chef de la première souveraine du monde, car « l’homme est le chef de la femme, » Marie, un « époux de Marie, » c’est-à-dire le maitre de cette auguste maîtresse qui connaissait ce précepte de la Genèse : « tu seras sous la puissance de l’homme, » et qui, si parfaite en tout le reste, ne surpassa pas moins toutes les autres femmes par le respect et la soumission qu’elle le portait à son époux. « Epoux de Marie, » c’est-à-dire de cette grande reine que les Dominations, les Principautés, les Ché­rubins et les Séraphins se font gloire de servir. « Epoux de Marie » c’est assez, dit saint Bernard, vous dites tout en disant qu’il a été semblable à la Vierge son épouse, semblable pour les traits, pour le cœur, pour les inclinations, pour les habitudes, semblable en vertu et en sainteté. Si Marie fut l’aube qui annonça le soleil de justice, Joseph fut l’ho­rizon illuminé par ses brillantes splendeurs. Concluez donc que si, comme juste, il alla jusqu’à surpasser en sainteté les plus grands saints, comme époux, il s’éleva même au-dessus des anges et put voir à ses pieds, hor­mis la sainte Vierge, toute autre sainteté créée.

Oui, Joseph fut incomparablement plus qu’un ange pour Marie. Jugeons de sa gran­deur par ces paroles de la loi qui dit que celui qui épouse la reine, par le fait même de­vient roi. Celui qui donne sa main à une reine en reçoit le sceptre royal ; au moment où il lui met l’anneau au doigt, elle dépose la couronne sur sa tête ; et fût-il un simple pâtre, il entre aussitôt dans tous les honneurs dus à un roi, et doit être respecté comme tel. Or, je tire de là un argument sans réplique. Marie est la reine des saints et des anges ; Joseph est l’époux de Marie : donc, d’après la loi, il est aussi le roi des saints et des anges. Si vous honorez sou­vent la sainte Vierge de ces glorieux titres « Reine de tous les saints, Reine des anges priez pour nous » vous devez honorer Joseph de la même manière, et lui dire « Roi de tous les saints, roi des anges priez pour nous. » Ce qui montre bien que Joseph était en effet supérieur à tous les anges, ce sont les fréquents messages qu’il re­cevait du ciel par leur entremise. Des anges sont députés vers Joseph pour lui confier le mystère de l’Incarnation. Des anges sont dé­putés vers Joseph pour lui faire part du mys­tère de la Rédemption. Des anges sont députés vers Joseph lorsque, inquiet de l’état où il voyait son épouse, il voulait se retirer. Des anges sont députés vers Joseph lorsqu’il s’agit de donner un nom au divin Enfant. Des anges sont envoyés à Joseph lorsque Jésus est menacé de la persécution d’Hérode. Des anges sont envoyés à Joseph lorsqu’il doit retourner d’Egypte en Palestine. Des anges lui sont en­voyés pour l’avertir de se réfugier en Galilée dans la crainte du roi Archelaüs. Vous voyez comment les affaires secrètes que ce grand homme avait à traiter avec l’auguste sénat de l’adorable Trinité mettent continuellement en mouvement les messagers célestes ; c’est là ce que nous font entendre ces paroles tant de fois répétées dans le texte sacré : « l’ange du Sei­gneur apparut en songe à Joseph. » Dites-moi maintenant si le titre de roi, et de roi des anges ne lui convient pas, et s’il n’est pas vrai qu’en qualité d’époux il fut plus grand que les anges les plus élevés dans le ciel.

Toutefois, ce qui rehausse principalement Joseph en qualité d’époux de Marie, c’est qu’à ce titre il est vénéré comme le chef de cette sainte famille, laquelle ne fut ni toute hu­maine, ni toute divine, mais qui tient de l’un et de l’autre, et qui pour cette raison a été ap­pelée à juste titre la trinité de la terre. Mais où trouver jamais des paroles pour peindre dignement cette admirable trinité de Jésus, Marie, Joseph ? Dieu ayant placé Joseph à la tête de cette trinité, nous donne droit de con­clure que s’il fut grand comme juste, il ne le fut pas moins comme époux. Rendez donc de fréquents hommages à l’adorable Trinité dans le ciel, au Père, au Fils, et au Saint-Esprit ; mais honorez aussi la trinité sainte qui a ha­bité visiblement parmi nous sur la terre, Jé­sus, Marie, Joseph. Gravez dans votre cœur en lettres d’or ces trois noms, ces noms célestes ; prononcez-les souvent, écrivez-les partout, Jé­sus, Marie, Joseph. Que ce soient les pre­mières paroles que vous enseigniez à vos en­fants. Répétez plusieurs fois par jour ces noms sacrés et qu’ils soient encore sur vos lèvres au moment où vous rendrez le dernier soupir. Laissez les anges imprimer en lettres de feu dans vos esprits, et plus encore dans vos cœurs, que si Joseph fut grand comme juste, il le fut plus encore comme chef de la sainte famille en qualité d’époux, et que ce qui met le com­ble à sa gloire, c’est sa grandeur comme père. » (Discours sur les grandeurs de saint Joseph)

Prions saint Joseph

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Je vous salue, Joseph, vous que la grâce divine a comblé, le Sauveur a reposé dans vos bras et grandi sous vos yeux, vous êtes béni entre tous les hommes, et Jésus, l’Enfant divin de votre virginale épouse est béni. 

Saint Joseph, donné pour père au Fils de Dieu, priez pour nous dans nos soucis de famille, de santé et de travail, jusqu’à nos derniers jours, et daignez nous secourir à l’heure de notre mort. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.