Saint Pierre-Julien Eymard

Contemplons

Saint Pierre-Julien Eymard

Méditons

Saint Pierre Julien Eymard naquit à La Mure (Isère), le 4 février 1811 et y mourut le 1er août 1868. Il était le fils du boutiquier du village. Quant à sa maman, c’était une femme très pieuse, qui ne passait guère de jour sans aller prier devant le Tabernacle. Chaque fois que, selon la coutume du lieu et du temps, la cloche appelait au « salut des agonisants, » elle partait pour l’église recommander l’âme qui allait paraître devant Dieu. Un soir, qu’elle entendit cet appel, elle saisit le petit Julien et elle l’emporta dans son tablier. Elle entra juste au moment où le prêtre prenait l’ostensoir pour bénir les assistants, elle éleva son enfant à bout de bras vers l’Hostie, qui enveloppa dans une même bénédiction, la mère et son petit. Qui sait si, en récompense de ce geste d’adoration eucharistique, la mère ne contribua pas à mériter la vocation de son enfant ?

Saint Pierre-Julien Eymard fut d’abord prêtre séculier (1834-1839), puis membre de la Société de Marie (1839-1856). Il quitta les maristes à la suite d’une apparition de la Vierge qui, disait-il, le chargeait de fonder un institut voué à l’adoration perpétuelle des saintes Espèces et à la propagation de la dévotion eucharistique. Ce fut l’Institut du Saint Sacrement qu’il dirigea jusqu’à sa mort. Cet ardent apôtre de l’Eucharistie dont on disait qu’il était « un ostensoir vivant de Jésus-Hostie, » connut l’extase lorsqu’il était en adoration devant le Saint-Sacrement exposé. Il restait « droit comme un cierge » et devenait « immobile comme une statue de bronze » et cela, pendant de longs moments. De même, il célébrait sa messe avec un recueillement intense, rappelant celui du curé d’Ars. Le père Tesnière a dit de lui : « il me paraissait si réellement uni à Dieu, plongé en Dieu, possédé par Dieu, qu’il me faisait l’effet d’être comme un rayonnement, une émanation de Dieu présent en lui, le conduisant et agissant par lui. » Il eut aussi le don des miracles, bénissant l’huile de la lampe du Saint-Sacrement et obtenant par elle de nombreuses guérisons. Saint Pierre-Julien Eymard eut comme amis, entre autres, Monsieur Dupont, « le saint homme de Tours » et saint Michel Garicoïts, fondateur de la Communauté du Sacré-Coeur de Bétharram !

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Vierge Marie, Mère du Christ-prêtre, Mère des prêtres du monde entier, vous aimez tout particulièrement les prêtres parce qu’ils sont les images vivantes de votre Fils unique. Vous avez aidé Jésus par toute votre vie terrestre et vous l’aidez encore dans le Ciel. Nous vous en supplions, priez pour les prêtres !

« Priez le Père des Cieux pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson. » Priez pour que nous ayons toujours des prêtres qui nous donnent les Sacrements, nous expliquent l’Evangile du Christ et nous enseignent à devenir de vrais enfants de Dieu.

Vierge Marie, demandez vous-même à Dieu le Père les prêtres dont nous avons tant besoin. Et puisque votre Cœur a tout pouvoir sur lui, obtenez-nous, ô Marie, des prêtres qui soient des saints. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Le saint curé d’Ars

Contemplons

Portrait de saint Jean-Baptiste-Marie Vianney, curé d’Ars

Méditons

Né le 8 mai 1786 à Dardilly, près de Lyon, dans une famille de cultivateurs, Jean-Marie Vianney connaît une enfance marquée par la ferveur et l’amour de ses parents. Le contexte de la Révolution française va cependant fortement influencer sa jeunesse : il fera sa première confession au pied de la grande horloge, dans la salle commune de la maison natale et non pas dans l’église du village et il recevra l’absolution d’un prêtre clandestin.

Deux ans plus tard, il fait sa première communion dans une grange, lors d’une messe clandestine célébrée par un prêtre réfractaire. A 17 ans, il choisit de répondre à l’appel de Dieu : « Je voudrais gagner des âmes au Bon Dieu » dira-t-il à sa mère, Marie Béluze. Mais son père s’oppose pendant deux ans à ce projet car les bras manquent à la maison paternelle.

Il commence à 20 ans à se préparer au sacerdoce auprès de l’abbé Balley, curé d’Écully. Les difficultés vont le grandir : il navigue de découragement en espérance, va en pèlerinage à la Louvesc, au tombeau de saint François Régis. Il est obligé de devenir déserteur lorsqu’il est appelé à entrer dans l’armée pour aller combattre pendant la guerre en Espagne. Mais l’Abbé Balley saura l’aider pendant ces années d’épreuves. Ordonné prêtre en 1815, il est d’abord vicaire à Écully.

En 1818, il est envoyé à Ars. Là, il réveille la foi de ses paroissiens par ses prédications mais surtout par sa prière et sa manière de vivre. Il se sent pauvre devant la mission à accomplir mais il se laisse saisir par la miséricorde de Dieu. Il restaure et embellit son église, fonde un orphelinat, « La Providence » et prend soin des plus pauvres.

Très rapidement, sa réputation de confesseur lui attire de nombreux pèlerins venant chercher auprès de lui le pardon de Dieu et la paix du cœur. Assailli par bien des épreuves et des combats, il garde son cœur enraciné dans l’amour de Dieu et de ses frères ; son unique souci est le Salut des âmes. Ses catéchismes et ses homélies parlent surtout de la bonté et de la miséricorde de Dieu. Prêtre se consumant d’amour devant le Saint-Sacrement, tout donné à Dieu, à ses paroissiens et aux pèlerins, il meurt le 4 août 1859, après s’être livré jusqu’au bout de l’amour. Sa pauvreté n’était pas feinte. Il savait qu’il mourrait un jour comme « prisonnier du confessionnal. » Il avait par trois fois tenté de s’enfuir de sa paroisse, se croyant indigne de la mission de curé et pensant qu’il était plus un écran à la bonté de Dieu qu’un vecteur de cet amour. La dernière fois, ce fut moins de six ans avant sa mort. Il fut rattrapé au milieu de la nuit par ses paroissiens qui avaient fait sonner le tocsin. Il regagna alors son église et se mit à confesser dès une heure du matin. Il dira le lendemain : « j’ai fait l’enfant. » Lors de ses obsèques, la foule comptait plus de mille personnes, dont l’évêque et tous les prêtres du diocèse, venus entourer celui qui était déjà leur modèle.

Béatifié le 8 janvier 1905, il est déclaré, la même année, « patron des prêtres de France. » Canonisé en 1925 par Pie XI, il sera proclamé en 1929 « patron de tous les curés de l’univers. »

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Vierge Marie, Mère du Christ-prêtre, Mère des prêtres du monde entier, vous aimez tout particulièrement les prêtres parce qu’ils sont les images vivantes de votre Fils unique. Vous avez aidé Jésus par toute votre vie terrestre et vous l’aidez encore dans le Ciel. Nous vous en supplions, priez pour les prêtres !

« Priez le Père des Cieux pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson. » Priez pour que nous ayons toujours des prêtres qui nous donnent les Sacrements, nous expliquent l’Evangile du Christ et nous enseignent à devenir de vrais enfants de Dieu.

Vierge Marie, demandez vous-même à Dieu le Père les prêtres dont nous avons tant besoin. Et puisque votre Cœur a tout pouvoir sur lui, obtenez-nous, ô Marie, des prêtres qui soient des saints. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen. 

 

L’institution de l’Eucharistie

Contemplons

Mosaïque d’Aletti : la fraction du pain

Méditons

C’est dans l’Eucharistie que culmine l’amour de Dieu pour chacun d’entre nous. Par elle, Dieu est présent parmi nous. Par elle, Dieu se fait notre nourriture pour notre Salut. Par elle, Dieu réalise l’unité de tous les croyants en un seul corps. Par elle, nous rendons à Dieu une gloire infinie. Par elle, nous obtenons de Dieu toute grâce nécessaire à notre Salut. Heureux sommes-nous de pouvoir participer au saint sacrifice de la messe. Heureux sommes-nous plus encore de pouvoir participer à la messe dans nos paroisses.

C’est par les prêtres qui célèbrent la messe pour nous, que nous puisons dans les trésors de grâces de la Rédemption. Ecoutons le saint curé d’Ars : « Un bon pasteur, un pasteur selon le cœur de Dieu, c’est là le plus grand trésor que le bon Dieu puisse accorder à une paroisse et un des plus précieux dons de la miséricorde divine. »

Afin de ne jamais manquer de prêtres qui célèbrent l’Eucharistie et les sacrements, chaque chrétien doit se sentir personnellement concerné par la prière pour les vocations. Ecoutons encore le saint curé d’Ars : « L’Ordre : c’est un sacrement qui ne semble regarder personne parmi vous et c’est un sacrement qui regarde tout le monde. »

Avec Marie, la Reine du Clergé, Notre Dame du Sacerdoce, prions en rendant grâce pour tous les prêtres qui, chaque jour, par la célébration de la sainte messe, nous apportent le Corps et le Sang du Christ. Sans eux, nous n’aurions pas Jésus dans l’Eucharistie. Que leur exemple de révérence inspire aux fidèles une augmentation de foi, d’amour et un plus grand respect pour le Seigneur, réellement présent dans l’Eucharistie.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Vierge Marie, Mère du Christ-prêtre, Mère des prêtres du monde entier, vous aimez tout particulièrement les prêtres parce qu’ils sont les images vivantes de votre Fils unique. Vous avez aidé Jésus par toute votre vie terrestre et vous l’aidez encore dans le Ciel. Nous vous en supplions, priez pour les prêtres !

« Priez le Père des Cieux pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson. » Priez pour que nous ayons toujours des prêtres qui nous donnent les Sacrements, nous expliquent l’Evangile du Christ et nous enseignent à devenir de vrais enfants de Dieu.

Vierge Marie, demandez vous-même à Dieu le Père les prêtres dont nous avons tant besoin. Et puisque votre Cœur a tout pouvoir sur lui, obtenez-nous, ô Marie, des prêtres qui soient des saints. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

La Transfiguration

Contemplons

Mosaïque d’Aletti : la Transfiguration

Méditons

Peu de temps avant sa Passion, juste avant l’entrée triomphale dans Jérusalem, Jésus emmène trois de ses Apôtres sur le Thabor et leur laisse entrevoir une étincelle de sa gloire. Devant eux, il est transfiguré, se révélant à Pierre, Jacques et Jean dans toute sa divinité. Ces mêmes Apôtres, à qui cette grâce insigne est faite, dormiront pourtant pendant la terrible agonie du Maître à Gethsémani et, seul l’un d’entre eux, le suivra jusque sous la Croix…

Devant la difficulté de la mission, l’indifférence religieuse, les échecs à répétition, les oppositions, les persécutions, les prêtres, les séminaristes et même les vocations, sont sans cesse tentés par le découragement voire l’abandon de la mission.

Avec Marie, la Reine du Clergé, Notre Dame du sacerdoce, prions pour que les prêtres aient la force de résister aux tentations, aux attachements de ce monde qui les distraient de la mission que le Christ leur a confiée, afin que leur âme puisse rayonner comme un soleil devant le peuple qu’ils servent.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Vierge Marie, Mère du Christ-prêtre, Mère des prêtres du monde entier, vous aimez tout particulièrement les prêtres parce qu’ils sont les images vivantes de votre Fils unique. Vous avez aidé Jésus par toute votre vie terrestre et vous l’aidez encore dans le Ciel. Nous vous en supplions, priez pour les prêtres !

« Priez le Père des Cieux pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson. » Priez pour que nous ayons toujours des prêtres qui nous donnent les Sacrements, nous expliquent l’Evangile du Christ et nous enseignent à devenir de vrais enfants de Dieu.

Vierge Marie, demandez vous-même à Dieu le Père les prêtres dont nous avons tant besoin. Et puisque votre Cœur a tout pouvoir sur lui, obtenez-nous, ô Marie, des prêtres qui soient des saints. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen. 

L’annonce du Royaume de Dieu, l’appel à la conversion

Contemplons

Mosaïque d’Aletti : la rencontre avec la samaritaine

Méditons

Durant trois ans, Jésus parcourt la Palestine pour annoncer la bonne nouvelle du Salut. Il a à faire à toutes sortes de publics. Il y a ceux qui accueillent simplement la Parole et la mettent en pratique comme Marie, ceux qui quittent tout pour le suivre comme les apôtres, ceux qui se convertissent radicalement à l’Evangile comme Marie-Madeleine ou Zachée, ceux qui viennent à lui de manière intéressée, dans l’espoir d’une guérison ou d’une aumône… Mais, il y a aussi ceux qui doutent et, enfin, ceux qui s’opposent ouvertement à lui, le combattent et complotent pour le faire condamner à mort.

Le Pape, les évêques, les prêtres et les religieux sont posés comme des signes de contradiction, nous rappelant sans cesse les paroles du Seigneur mais aussi les exigences du message évangélique. Aussi, ils se heurtent souvent à l’incompréhension, voire à la contradiction et même à la persécution.

Par Marie, la Reine du Clergé, Notre Dame du Sacerdoce, prions pour que les prêtres puissent accomplir la mission que Jésus leur a confiée : évangéliser le monde entier, enseigner et convertir les âmes.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Vierge Marie, Mère du Christ-prêtre, Mère des prêtres du monde entier, vous aimez tout particulièrement les prêtres parce qu’ils sont les images vivantes de votre Fils unique. Vous avez aidé Jésus par toute votre vie terrestre et vous l’aidez encore dans le Ciel. Nous vous en supplions, priez pour les prêtres !

« Priez le Père des Cieux pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson. » Priez pour que nous ayons toujours des prêtres qui nous donnent les Sacrements, nous expliquent l’Evangile du Christ et nous enseignent à devenir de vrais enfants de Dieu.

Vierge Marie, demandez vous-même à Dieu le Père les prêtres dont nous avons tant besoin. Et puisque votre Cœur a tout pouvoir sur lui, obtenez-nous, ô Marie, des prêtres qui soient des saints. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen. 

Les noces de Cana

Contemplons

Mosaïque d’Aletti : les noces de Cana

Méditons

Lorsqu’elle s’avance vers Jésus pour lui demander d’intervenir dans une situation inextricable pour les mariés, Marie le fait en toute humilité mais aussi en toute confiance. Avant même de présenter sa demande à Jésus, elle sait qu’elle sera exaucée au-delà de toute espérance, au-delà de sa compréhension. Pour qu’Il puisse agir, Dieu, pour qui rien n’est impossible et qui veut que le premier miracle de Jésus intervienne à la demande de sa mère, ne lui demande que l’adhésion de sa foi.

Il en va de même pour le prêtre : le mystère qui s’accomplit par lui, le dépasse complètement mais, œuvrant en la personne même du Christ, les sacrements qu’il dispense, agissent infailliblement. Lorsque le prêtre prononce les paroles de la consécration, le pain et le vin sont infailliblement transsubstantiés dans le Corps et le Sang de Jésus-Christ, lorsqu’il prononce l’absolution, les péchés sont infailliblement remis… Quel mystère insondable : Jésus, Dieu Lui-même, se soumet à la volonté du prêtre. Quelle humilité de la part de Jésus, quelle confiance place-t-il en son prêtre… Avec quels sentiments d’humilité et de confiance, le prêtre doit-il alors exercer son ministère auprès des âmes…

Par Marie, la Reine du clergé, Notre Dame du Sacerdoce, demandons des prêtres humbles et zélés, fidèles serviteurs de l’Evangile.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Vierge Marie, Mère du Christ-prêtre, Mère des prêtres du monde entier, vous aimez tout particulièrement les prêtres parce qu’ils sont les images vivantes de votre Fils unique. Vous avez aidé Jésus par toute votre vie terrestre et vous l’aidez encore dans le Ciel. Nous vous en supplions, priez pour les prêtres !

« Priez le Père des Cieux pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson. » Priez pour que nous ayons toujours des prêtres qui nous donnent les Sacrements, nous expliquent l’Evangile du Christ et nous enseignent à devenir de vrais enfants de Dieu.

Vierge Marie, demandez vous-même à Dieu le Père les prêtres dont nous avons tant besoin. Et puisque votre Cœur a tout pouvoir sur lui, obtenez-nous, ô Marie, des prêtres qui soient des saints. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen. 

Le Baptême de Jésus dans le Jourdain

Contemplons

Mosaïque d’Aletti : le Baptême de Jésus dans le Jourdain par saint Jean-Baptiste

Méditons

Au début de sa vie publique, Jésus se soumet au baptême de pénitence prêché par saint Jean-Baptiste. Etant, selon les mots mêmes de Jean-Baptiste, « l’agneau de Dieu qui prend sur lui les péchés du monde » (Jean 1, 29), il n’a aucun besoin de faire pénitence. Mais dans son amour pour nous, Jésus nous rejoint jusque dans notre état de pécheur afin de nous tirer du plus profond de notre misère humaine jusqu’à sa vie de ressuscité.

Jean-Baptiste précise : « Moi, je vous baptise d’eau; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu » (Luc 3, 16). A notre baptême nous avons été plongés dans la mort et la résurrection de Jésus. Par le baptême nous appartenons à Jésus qui nous sauve.

C’est le prêtre qui, en nous conférant le sacrement du baptême, nous donne d’avoir part à cette vie divine transfusée par le Christ. Gardons toujours une pensée reconnaissante pour le prêtre qui nous a baptisés. Prions beaucoup pour que le monde ne manque jamais de prêtres qui nous communiquent la vie même de Dieu.

Par Marie, la Reine du clergé, Notre Dame du Sacerdoce, demandons des vocations de prêtres qui nous entrainent à la fidélité aux promesses du baptême.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Vierge Marie, Mère du Christ-prêtre, Mère des prêtres du monde entier, vous aimez tout particulièrement les prêtres parce qu’ils sont les images vivantes de votre Fils unique. Vous avez aidé Jésus par toute votre vie terrestre et vous l’aidez encore dans le Ciel. Nous vous en supplions, priez pour les prêtres !

« Priez le Père des Cieux pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson. » Priez pour que nous ayons toujours des prêtres qui nous donnent les Sacrements, nous expliquent l’Evangile du Christ et nous enseignent à devenir de vrais enfants de Dieu.

Vierge Marie, demandez vous-même à Dieu le Père les prêtres dont nous avons tant besoin. Et puisque votre Cœur a tout pouvoir sur lui, obtenez-nous, ô Marie, des prêtres qui soient des saints. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

La mission du prêtre

Contemplons

Mosaïque d’Aletti : la pêche miraculeuse (le Christ-prêtre, revêtu de l’étole fait de ses apôtres des pécheurs d’hommes).

Méditons

La mission du prêtre est triple. En effet, il est chargé d’enseigner, de sanctifier et de gouverner.

La charge d’enseigner est particulièrement importante. Le prêtre qui enseigne ne propose jamais sa propre pensée mais indique aux hommes la réalité de la présence de Dieu, vivant et agissant dans le monde. Il annonce tout ce que Dieu a révélé de lui-même, que la Tradition a consigné et que le Magistère authentique a interprété depuis deux mille ans. Le prêtre doit intérioriser et vivre cet enseignement, ces vérités de foi dans un intense cheminement spirituel. Il croit, accueille et cherche à vivre avant tout ce que le Seigneur a enseigné et que l’Eglise a transmis. Il est toujours « un enseignant, avec l’humble et joyeuse certitude de celui qui a rencontré la Vérité, qui en a été saisi et transformé et qui ne peut rien faire d’autre que de l’annoncer » (Benoit XVI).

Le prêtre a reçu mission de sanctifier les hommes, surtout par les sacrements et par le culte liturgique. Sanctifier une personne signifie la mettre en contact avec Dieu qui peu à peu la transforme. « Les prêtres doivent être comme des ponts qui favorisent la rencontre avec Dieu. Ils doivent être disponibles, généreux et attentifs à offrir à leurs frères les trésors de la grâce de Dieu dont ils ne sont pas les propriétaires mais les gardiens et les administrateurs » (Benoit XVI).

Le prêtre a reçu mission de gouverner. « Paître le troupeau du Seigneur doit être un service d’amour, » affirme saint Augustin. Etre pasteur selon le cœur de Dieu requiert une rencontre personnelle et constante avec le Seigneur, une connaissance profonde de sa personne, une adhésion à sa volonté. « De la docilité du prêtre au Christ dépend la docilité du troupeau au Pasteur » (Benoit XVI). L’autorité est un service vécu dans l’Eglise par le don total de soi-même pour la sanctification du troupeau. Pour remplir ce ministère, le prêtre doit puiser ses forces dans le Christ seul, le vrai modèle par son humble service d’amour exprimé dans le lavement des pieds et par sa royauté qui culmine sur la Croix. « Gouverner c’est former le Christ dans les cœurs des chrétiens » (Benoit XVI).

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Vierge Marie, Mère du Christ-prêtre, Mère des prêtres du monde entier, vous aimez tout particulièrement les prêtres parce qu’ils sont les images vivantes de votre Fils unique. Vous avez aidé Jésus par toute votre vie terrestre et vous l’aidez encore dans le Ciel. Nous vous en supplions, priez pour les prêtres !

« Priez le Père des Cieux pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson. » Priez pour que nous ayons toujours des prêtres qui nous donnent les Sacrements, nous expliquent l’Evangile du Christ et nous enseignent à devenir de vrais enfants de Dieu.

Vierge Marie, demandez vous-même à Dieu le Père les prêtres dont nous avons tant besoin. Et puisque votre Cœur a tout pouvoir sur lui, obtenez-nous, ô Marie, des prêtres qui soient des saints. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Le sacerdoce

Contemplons

Mosaïque d’Aletti : le Christ, prêtre et victime

Méditons

Le prêtre est un homme appelé c’est-à-dire choisi par le Christ lui-même pour le service de l’Eglise. Cet appel (ou vocation) est double. D’une part, cet appel est une aspiration personnelle à servir le Christ et les hommes, d’autre part cet appel est celui de l’Eglise qui, par la voix d’un ami, parent, prêtre et ultimement par l’évêque, authentifie l’aspiration intérieure. En fait, le prêtre reçoit sa vocation et il choisit simplement d’y répondre.

Le prêtre a fait l’expérience personnelle de l’amour du Christ pour lui et souhaite la partager aux hommes. Il a découvert que Jésus est bel et bien vivant dans sa vie, qu’Il est le Fils de Dieu fait homme. L’homme appelé par Dieu à prendre part au sacerdoce du Christ, n’est pas meilleur que les autres : soutenu par ses frères et ses sœurs dans la foi, il se met en route chaque jour à la suite de Jésus-Christ qui a donné sa vie pour que nous ayons la vie éternelle.

Le prêtre comprend et rejoint les hommes de son temps. Il vit au cœur du monde sans vivre comme le monde, car il appartient à Dieu pour continuer la mission du Christ. Cette mission fait de lui un pasteur, à l’image du Christ, qui mène les brebis qui lui sont confiées, vers le Ciel, la maison du Père. Il connaît ses brebis, les conduit, prend soin d’elles, les nourrit…

Enfin, le prêtre aime l’Eglise qu’il a choisi de servir. Le Christ est l’époux de l’Eglise ; Il l’a aimée et s’est livré pour elle. Dans son sacerdoce, le prêtre se livre tout entier aussi, jusque dans le célibat, qui signifie le don radical de soi-même, jusque dans son corps, à Dieu et aux hommes.

Le prêtre est ordonné pour le service de l’Eglise. Son autorité dans la hiérarchie de l’Eglise est celle du serviteur : « Si quelqu’un veut être le premier, il sera le dernier de tous et le serviteur de tous » (Marc 9, 35) nous dit Jésus. A la suite du Christ serviteur, le prêtre est le premier à se donner pour que tous puissent se donner avec lui, à Dieu. En ce sens, le prêtre est un homme donné aux autres et à Dieu.

Donné, c’est-à-dire appartenant au Christ, le prêtre peut à son tour le donner au monde. En effet, Il donne Jésus à travers les sacrements où il agit au nom du Christ et en la personne du Christ. Il donne Jésus quand il annonce sa Parole, quand il rend visite aux personnes souffrantes, aux plus pauvres. Mais on ne peut donner que ce qu’on a reçu. En effet, le prêtre vit de cette intimité avec Jésus, dans une relation de cœur à cœur qu’il trouve dans la prière, dans la célébration de l’Eucharistie et aussi dans la confession, dans laquelle il se reconnaît pécheur, limité et où il accueille pour lui la miséricorde du Seigneur.

Enfin, dans le prêtre ordonné par l’Eglise pour les hommes, c’est Jésus qui se donne et qui donne en lui. Le prêtre n’imite pas le Christ, mais par grâce, il devient un autre Christ. Dans tout ce qu’il est et dans tout ce qu’il fait, le Christ est présent. Il est « avec Lui, par Lui et en Lui » pour répandre l’amour de Dieu qui sauve le monde.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Vierge Marie, Mère du Christ-prêtre, Mère des prêtres du monde entier, vous aimez tout particulièrement les prêtres parce qu’ils sont les images vivantes de votre Fils unique. Vous avez aidé Jésus par toute votre vie terrestre et vous l’aidez encore dans le Ciel. Nous vous en supplions, priez pour les prêtres !

« Priez le Père des Cieux pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson. » Priez pour que nous ayons toujours des prêtres qui nous donnent les Sacrements, nous expliquent l’Evangile du Christ et nous enseignent à devenir de vrais enfants de Dieu.

Vierge Marie, demandez vous-même à Dieu le Père les prêtres dont nous avons tant besoin. Et puisque votre Cœur a tout pouvoir sur lui, obtenez-nous, ô Marie, des prêtres qui soient des saints. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen. 

Le Recouvrement de Jésus au Temple

Contemplons

Mosaïque d’Aletti : le recouvrement de Jésus au Temple

Méditons

Méditons l’angoisse de Joseph et de Marie qui ont perdu Jésus… Méditons leur recherche, attentive, persévérante…  Ils vont au Temple pour prier et là, ils retrouvent leur enfant, occupé à enseigner les docteurs de la Loi.

Jésus se laisse toujours trouver « dans le temple, » dans les sacrements dispensés par les prêtres. Il se laisse toujours trouver dans la Parole de Dieu, transmise, expliquée, commentée, interprétée par les prêtres. Il se laisse toujours trouver dans l’Eucharistie, le sacrement de son amour, célébrée chaque jour en tous endroits du monde par ses ministres. Il se laisse toujours trouver dans nos tabernacles où les prêtres déposent les hosties consacrées nous invitant à l’adoration comme à l’action de grâce.

Souvenons-nous des paroles de Jésus : « Si un homme a cent brebis, et que l’une d’elles s’égare, ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres sur les montagnes, pour aller chercher celle qui s’est égarée ? » (Matthieu 18, 12). Le prêtre doit être, comme le Bon Pasteur, toujours attentif au salut des âmes, toujours à la recherche des brebis perdues.

Par Marie, la Reine du Clergé, Notre Dame du Sacerdoce, demandons des prêtres qui soient de « bons pasteurs, » angoissés de la perte des âmes qui leur sont confiées.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Vierge Marie, Mère du Christ-prêtre, Mère des prêtres du monde entier, vous aimez tout particulièrement les prêtres parce qu’ils sont les images vivantes de votre Fils unique. Vous avez aidé Jésus par toute votre vie terrestre et vous l’aidez encore dans le Ciel. Nous vous en supplions, priez pour les prêtres !

« Priez le Père des Cieux pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson. » Priez pour que nous ayons toujours des prêtres qui nous donnent les Sacrements, nous expliquent l’Evangile du Christ et nous enseignent à devenir de vrais enfants de Dieu.

Vierge Marie, demandez vous-même à Dieu le Père les prêtres dont nous avons tant besoin. Et puisque votre Cœur a tout pouvoir sur lui, obtenez-nous, ô Marie, des prêtres qui soient des saints. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.