La dévotion des cinq premiers samedis du mois

Contemplons

Notre Dame de Fatima, statue de l’église Saint Louis de Strasbourg centre

Méditons

Le 1er novembre 1927, Lucie devenue religieuse, écrivait à sa marraine, Dona Maria de Miranda au sujet de la dévotion des premiers samedis du mois : « Je ne sais pas si vous connaissez déjà la dévotion de réparation des cinq premiers samedis au Cœur Immaculé de Marie. Comme elle est encore récente, j’aimerais vous inspirer de faire cette pratique, parce que c’est demandé par notre chère Mère du ciel, et Jésus a manifesté son désir qu’elle soit pratiquée. En plus, il me semble que vous seriez fortunée, chère marraine, pas seulement de la connaître et de donner à Jésus la consolation de la pratiquer, mais encore à la faire connaître et enlacer par beaucoup d’autres personnes.

Elle consiste en cela : pendant cinq mois au premier samedi, de recevoir Jésus dans la communion, de réciter un chapelet, de garder compagnie avec Notre Dame pendant quinze minutes en méditant sur les mystères du rosaire, et de faire une confession. La confession peut être faite quelques jours auparavant, et si dans cette confession précédente vous avez oublié l’intention (requise), la confession suivante peut être offerte, pourvu qu’au premier samedi l’on reçoit la sainte communion en état de grâce, avec l’intention de réparer des offenses contre la Vierge la plus sacrée et qui affligent son Cœur Immaculé.

Il me semble, ma chère marraine, que nous sommes heureux d’être en capacité de donner à notre chère Mère du ciel cette preuve d’amour, parce que nous savons qu’elle la désire. Quant à moi, j’avoue que je ne suis jamais si heureuse qu’à l’arrivée du premier samedi. N’est-il pas vrai que notre bonheur le plus grand, c’est d’appartenir entièrement à Jésus et Marie et de les aimer uniquement, sans réserve ? Nous voyons cela si clairement dans les vies des saints … Ils étaient heureux parce qu’ils aimaient, et nous, ma chère marraine, nous devons chercher d’aimer comme eux, pas simplement de sentir de la joie en pensant à Jésus, ce qui est le moins important – parce que si nous ne l’aimons pas ici-bas, nous l’aimerons en haut au ciel – mais de donner à Jésus et Marie la consolation pour être aimé … et que dans cet échange d’amour Ils pourraient sauver beaucoup d’âmes. »

Prions

Une dizaine du chapelet (Notre Père, 10 Je vous salue Marie, Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je vous aime. Je vous demande pardon pour tous ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas et ne vous aiment pas.

Très sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je vous adore profondément et je vous offre les très précieux Corps, Sang, Ame et Divinité de votre très cher Fils Notre-Seigneur Jésus-Christ présent dans tous les tabernacles de la terre en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels il est lui-même offensé.

Par les mérites infinis de son très saint Cœur unis aux mérites du Cœur Immaculé de Marie, je vous demande la conversion de tous les pauvres pécheurs.

Saint Joseph, Père nourricier de Notre-Seigneur Jésus-Christ et chaste époux de la Vierge Marie, Mère de Dieu, priez pour nous et pour tous les agonisants.

Bienheureux Francisco et Jacinta Marto, priez pour nous.

Chère sœur Lucia, priez pour nous.

Tous les saints, tous les anges, tous les esprits bienheureux, priez pour nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

« L’esprit de réparation et la dévotion au Cœur Immaculé de Marie »

Contemplons

Basilique de Fatima : le vitrail du Cœur Immaculé

Méditons

L’esprit de réparation est indissociable de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. A plusieurs reprises Marie emploie le terme de réparation. Ainsi, le 13 mai 1917, Marie demande aux trois pastoureaux : « Voulez-vous vous offrir à Dieu pour supporter toutes les souffrances qu’Il voudra vous envoyer, en acte de réparation pour les péchés par lesquels Il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs ? »

Le 13 juillet 1917, elle leur apprend cette prière : « Sacrifiez-vous pour les pécheurs, et dites souvent, spécialement chaque fois que vous ferez un sacrifice : O Jésus, c’est pour votre amour, pour la conversion des pécheurs et en réparation des blasphèmes contre le Cœur Immaculé de Marie ».

Remarquons que, le 13 mai, Marie emploie exactement la même expression que l’ange l’année précédente : offrir des sacrifices « en acte de réparation pour les péchés par lesquels Jésus est offensé ». Par contre le 13 juillet, elle demande des sacrifices pour réparer les péchés commis contre son Cœur Immaculé.

Par la suite, l’Enfant-Jésus et Marie parleront surtout de la réparation des péchés commis contre le Cœur Immaculé de Marie. Le 10 décembre 1925, à Pontevedra, l’Enfant-Jésus dit à sœur Lucie : « Aie compassion du Cœur de ta Très Sainte Mère, entouré des épines que les hommes ingrats lui enfoncent à tout moment, sans qu’il y ait personne pour faire un acte de réparation afin de les en retirer. »

Puis la Sainte Vierge lui dit : « Vois, ma fille, mon Cœur entouré d’épines que les hommes ingrats m’enfoncent à chaque instant, par leurs blasphèmes et leurs ingratitudes. Toi, du moins, tâche de me consoler et dis que tous ceux qui, pendant cinq mois, le premier samedi, se confesseront, recevront la sainte Communion, réciteront un chapelet et me tiendront compagnie pendant quinze minutes, en méditant sur les quinze mystères du Rosaire en esprit de réparation, je promets de les assister à l’heure de la mort, avec toutes les grâces nécessaires pour le salut de leur âme. »

Peu après, le 15 février 1926, l’Enfant-Jésus lui dit à nouveau : « Les âmes qui font les cinq premiers samedis avec ferveur et dans le but de faire réparation au Cœur de ta Mère du Ciel me plaisent davantage que celles qui en font quinze, tièdes et indifférents. » Puis concernant la confession : « Que, dans cette confession antérieure, elles aient l’intention de faire ainsi réparation au Sacré Cœur de Marie. »

Enfin, le 13 juin 1929, Marie reviendra sur le sujet : « Elles sont tellement nombreuses les âmes que la justice de Dieu condamne pour des péchés commis contre moi, que je viens demander réparation. Sacrifie-toi à cette intention et prie. »

Lorsque l’un de nos proches, de ceux que nous aimons, perd un être cher ou subit un préjudice douloureux, nous essayons de le consoler en rivalisant de prévenances, d’attentions et même en lui faisant de petits présents. La personne en est souvent très touchée. Selon le cas, cela ne peut pas compenser entièrement le préjudice subi mais marquera notre affection par un acte concret. Ainsi, la réparation demandée par Jésus envers le Cœur Immaculé de Marie n’est pas seulement un acte de justice qui répare les blasphèmes mais aussi un moyen de prouver de façon concrète l’amour que nous portons à Marie.

Prions

Une dizaine du chapelet (Notre Père, 10 Je vous salue Marie, Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je vous aime. Je vous demande pardon pour tous ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas et ne vous aiment pas.

Très sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je vous adore profondément et je vous offre les très précieux Corps, Sang, Ame et Divinité de votre très cher Fils Notre-Seigneur Jésus-Christ présent dans tous les tabernacles de la terre en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels il est lui-même offensé.

Par les mérites infinis de son très saint Cœur unis aux mérites du Cœur Immaculé de Marie, je vous demande la conversion de tous les pauvres pécheurs.

Saint Joseph, Père nourricier de Notre-Seigneur Jésus-Christ et chaste époux de la Vierge Marie, Mère de Dieu, priez pour nous et pour tous les agonisants.

Bienheureux Francisco et Jacinta Marto, priez pour nous.

Chère sœur Lucia, priez pour nous.

Tous les saints, tous les anges, tous les esprits bienheureux, priez pour nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

La première apparition à Pontevedra

Contemplons

Peinture représentant l’apparition du 10 décembre 1925 à sœur Lucie

Méditons

Les apparitions de Fatima ne se terminent pas le 13 octobre mais se prolongent à Pontevedra et à Tuy. Marie n’avait-elle pas dit à Lucie, le 13 juillet, qu’elle viendra demander la communion réparatrice des premiers samedis du mois. C’est ce qu’elle fait dans la soirée du 10 décembre 1925 en apparaissant à Lucie, postulante chez les sœurs de Sainte-Dorothée, à Pontevedra en Espagne. A son côté, l’Enfant Jésus se tenait sur un nuage lumineux. Marie, posant la main sur l’épaule de Lucie, lui montra en même temps, un cœur entouré d’épines, qu’elle tenait dans l’autre main. Au même moment, l’Enfant Jésus lui dit : « prends pitié du cœur de ta très sainte Mère, entouré des épines que les hommes ingrats y enfoncent à tout moment, sans qu’aucun acte de réparation ne soit fait pour les en retirer. » Ensuite, Marie dit : « vois, ma fille, mon cœur entouré d’épines que les hommes ingrats y enfoncent à chaque instant par leurs blasphèmes et leurs ingratitudes. Toi, au moins, tâche de me consoler et dis qu’à tous ceux qui pendant cinq mois le premier samedi se confesseront, recevront la sainte communion, réciteront un chapelet, et passeront quinze minutes avec moi en méditant sur les quinze mystères du rosaire, en esprit de réparation, je promets de les assister à l’heure de la mort avec toutes les grâces nécessaires pour le salut de leur âme. »

Prions

Une dizaine du chapelet (Notre Père, 10 Je vous salue Marie, Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je vous aime. Je vous demande pardon pour tous ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas et ne vous aiment pas.

Très sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je vous adore profondément et je vous offre les très précieux Corps, Sang, Ame et Divinité de votre très cher Fils Notre-Seigneur Jésus-Christ présent dans tous les tabernacles de la terre en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels il est lui-même offensé.

Par les mérites infinis de son très saint Cœur unis aux mérites du Cœur Immaculé de Marie, je vous demande la conversion de tous les pauvres pécheurs.

Saint Joseph, Père nourricier de Notre-Seigneur Jésus-Christ et chaste époux de la Vierge Marie, Mère de Dieu, priez pour nous et pour tous les agonisants.

Bienheureux Francisco et Jacinta Marto, priez pour nous.

Chère sœur Lucia, priez pour nous.

Tous les saints, tous les anges, tous les esprits bienheureux, priez pour nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Ce qu’il faut retenir du message de Fatima

Contemplons

Sœur Lucie, la voyante de Fatima, et le pape Paul VI

Méditons

Marie est apparue six fois à Fatima aux trois pastoureaux Lucie, François et Jacinthe. A chacune de ses apparitions, elle a demandé la récitation quotidienne du chapelet pour obtenir la paix, pour éviter que commence une autre guerre, pour la conversion des pécheurs, pour réparer les offenses au Cœur Immaculé de Marie.

Notre Dame annonce qu’elle reviendra demander la communion réparatrice des premiers samedis du mois, la consécration de la Russie à son Cœur Immaculé pour éviter que se répandent ses erreurs. Elle annonce que le Saint-Père fera cette consécration, que la Russie se convertira. Au Portugal, la foi se conservera. A la fin, le Cœur Immaculé de Marie triomphera.

Le miracle du soleil, le 13 octobre, annoncé, visible à plusieurs dizaines de kilomètres de Fatima, est de même nature et de même importance que l’obscurcissement du ciel lors de la mort de Jésus sur la Croix et qu’entre ces deux événements, il n’y en a eu aucun autre de cette ampleur.

Et à retenir surtout, la phrase centrale : « qu’on cesse d’offenser Dieu qui est déjà très offensé. »

Prions

Une dizaine du chapelet (Notre Père, 10 Je vous salue Marie, Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je vous aime. Je vous demande pardon pour tous ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas et ne vous aiment pas.

Très sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je vous adore profondément et je vous offre les très précieux Corps, Sang, Ame et Divinité de votre très cher Fils Notre-Seigneur Jésus-Christ présent dans tous les tabernacles de la terre en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels il est lui-même offensé.

Par les mérites infinis de son très saint Cœur unis aux mérites du Cœur Immaculé de Marie, je vous demande la conversion de tous les pauvres pécheurs.

Saint Joseph, Père nourricier de Notre-Seigneur Jésus-Christ et chaste époux de la Vierge Marie, Mère de Dieu, priez pour nous et pour tous les agonisants.

Bienheureux Francisco et Jacinta Marto, priez pour nous.

Chère sœur Lucia, priez pour nous.

Tous les saints, tous les anges, tous les esprits bienheureux, priez pour nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Le rosaire en images dans le ciel de Fatima

Contemplons

Illustration de la vision de la sainte Famille pendant le miracle du soleil

Ecoutons

Pendant le grand miracle du soleil, Lucie, François et Jacinthe eurent trois visions. Lucie raconte : « Notre-Dame, une fois disparue dans l’immensité du firmament, nous vîmes saint Joseph près du soleil avec l’Enfant-Jésus et Notre-Dame vêtue de blanc avec un manteau bleu. Saint Joseph et l’Enfant-Jésus paraissaient bénir le monde, avec les gestes en forme de croix qu’ils faisaient de la main. Peu après, une fois dissipée l’image de cette apparition, je vis Notre-Seigneur et Notre-Dame (qui pour moi ressemblait à Notre-Dame des douleurs). Notre-Seigneur semblait bénir le monde de la même manière que saint Joseph. Cette apparition s’évanouit à son tour et il m’a semblé voir de nouveau Notre-Dame sous une forme proche de Notre-Dame du Carmel. »

C’est le rosaire en images qui se déploie dans le ciel de Fatima, dans ses mystères joyeux avec la sainte famille, ses mystères douloureux avec Notre Dame des douleurs, ses mystères glorieux avec Notre Dame du Mont Carmel. Avec ces trois tableaux, Marie nous rappelle que le rosaire n’est pas qu’un enchainement d’ave qu’il faut dire pieusement mais qu’il est avant tout le résumé de toute l’histoire du salut qu’il convient de méditer afin de tirer de cet exercice de piété le plus grand fruit.

Les pastoureaux voient Notre Seigneur, Notre Dame et saint Joseph bénir le monde nous montrant ainsi que la dévotion du rosaire leur est agréable et qu’ils bénissent ceux qui répondent à l’appel de Marie et à son invitation à la prière persévérante du chapelet.

Enfin, la dernière image concerne Notre Dame du Mont Carmel et donc la dévotion au scapulaire brun. Marie rappelle une dévotion ancienne mais hautement actuelle au regard de son message à Fatima. En effet, à saint Simon Stock (mort en 1265), en lui remettant le scapulaire brun comme gage de sa protection toute particulière, Marie fit la promesse que tous ceux qui en mourraient revêtus, seraient préservés de l’enfer.  Par ailleurs, elle assura le pape Jean XXII (1249 – 1334), dans une apparition que tous ceux qui, tout en portant le scapulaire, conserveraient la chasteté de leur état et diraient chaque jour le chapelet, de les délivrer au plus tôt du purgatoire et au plus tard le samedi suivant leur mort.

Interrogée le 15 août 1950, au sujet de la dernière apparition à Fatima, sœur Lucie répondit que Marie lui est apparue sous l’aspect de Notre Dame du Mont-Carmel et tenant en main le scapulaire brun. A la question si le fait de porter ce scapulaire devait être considéré comme faisant partie du message de Fatima, elle répondit que « le port du scapulaire est aussi important que la récitation du chapelet. » Et Elle ajouta : « Le Saint-Père a déjà dit cela au monde entier, expliquant que le scapulaire est le signe de la consécration au Cœur Immaculé… Le chapelet et le scapulaire sont inséparables. »

Prions

Une dizaine du chapelet (Notre Père, 10 Je vous salue Marie, Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je vous aime. Je vous demande pardon pour tous ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas et ne vous aiment pas.

Très sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je vous adore profondément et je vous offre les très précieux Corps, Sang, Ame et Divinité de votre très cher Fils Notre-Seigneur Jésus-Christ présent dans tous les tabernacles de la terre en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels il est lui-même offensé.

Par les mérites infinis de son très saint Cœur unis aux mérites du Cœur Immaculé de Marie, je vous demande la conversion de tous les pauvres pécheurs.

Saint Joseph, Père nourricier de Notre-Seigneur Jésus-Christ et chaste époux de la Vierge Marie, Mère de Dieu, priez pour nous et pour tous les agonisants.

Saints Francisco et Jacinta Marto, priez pour nous.

Chère sœur Lucie, priez pour nous.

Tous les saints, tous les anges, tous les esprits bienheureux, priez pour nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

La symbolique du miracle

Contemplons

Vitrail représentant le miracle du soleil

Ecoutons

Voilà trois mois que Marie a annoncé le miracle qu’elle réalise ce jour. Et la foule est venue nombreuse pour le voir puisqu’elle compte 70 000 pèlerins et plus encore. Cela veut bien dire que les apparitions de Fatima ont, dès le départ, été soutenues par un grand mouvement populaire contrairement aux autorités civiles et religieuses : une fois de plus « vox populi, vox Dei. »

Il aurait été intéressant d’interroger cette foule, avant l’accomplissement du miracle, pour lui demander en quoi, à son avis, il consisterait. Parions que personne n’aurait pensé à envisager que Marie détournerait le soleil de sa course. Probablement que certains auraient répondu qu’elle ferait un miracle du même style que celui accompli à Guadalupe en 1531 où elle a fait fleurir des rosiers sauvages en plein hiver. D’autres, connaissant le miracle le plus retentissant de Notre Dame de Pilar dont a bénéficié Juan-Miguel Pellicer à Saragosse, auraient parié sur une guérison extraordinaire. En effet, ce-dernier, amputé d’une jambe, l’a retrouvée par miracle. Mais personne n’aurait pensé que la puissance de Marie aille jusqu’à agir directement sur l’astre du jour.

Parce que le message que Marie délivre est d’une importance capitale, le miracle qui l’accrédite doit être bien plus extraordinaire qu’une guérison et, dans un souci pédagogique,  illustrer ce qu’elle a dit au cours des six apparitions. En effet, le miracle en lui-même, constitue un remake des Noces de Cana. Jésus est le soleil de Justice, celui qui « illumine tout homme venant en ce monde. » Il est « la lumière du monde » celui par qui nous ne « marchons pas dans les ténèbres » mais dans la pleine lumière. Il est l’auteur de la vie, celui qui la donne, celui qui la conserve. En ouvrant ses mains et en laissant la lumière qui en émane se refléter dans le soleil, c’est comme si Marie redisait à Jésus, le soleil de la vie, de sa vie, de nos vies, « ils n’ont plus de vin » et elle lui demandait d’intervenir pour sauver la situation, pour que, comme le souligne l’Evangile, « tous croient en lui. »  Et Jésus, le « soleil de justice », comme à Cana, et comme à chaque fois qu’elle le lui demande, exauce Marie et, à sa demande,  déploie toute sa puissance. Marie a tout pouvoir sur le cœur de Dieu. Dans le traité de la vraie dévotion, saint Louis-Marie Grignion de Montfort écrit : « A Dieu tout est soumis même la Vierge. A la Vierge, tout est soumis, même Dieu. » La preuve.

Dans le miracle même, se distinguent deux phases, la première pendant laquelle tous les pèlerins peuvent contempler le soleil face à face sans dommage pour les yeux, la seconde où il projette des rayons incandescents et semble vouloir se fracasser sur la terre, anéantissant cette foule immense. La première phase nous rappelle que notre Dieu est un Dieu d’amour qui se rend proche de chacun, tellement proche qu’il se dépouille de sa toute-puissance pour se donner à nous sans défense notamment dans l’Eucharistie où il se rend tellement vulnérable que les plus ingrats ont tout le loisir de l’offenser : c’est le sens des apparitions de l’ange du Portugal. La deuxième phase, où le soleil tourne sur lui-même projetant des rayons multicolores puis semble vouloir anéantir la foule, rappelle que, si notre Dieu est tout amour, il est aussi toute justice et que cette justice peut frapper aussi, si on refuse ses avances miséricordieuses. A Fatima, comme en beaucoup d’autres endroits, Marie nous demande d’accueillir la miséricorde de Dieu afin que sa justice n’ait pas à frapper. Elle a bien dit le 13 juillet à Lucie : « la guerre va finir mais si l’on ne cesse pas d’offenser Dieu, il en viendra une autre… »

Saint Padre Pio disait souvent que le monde « pourrait vivre sans le soleil mais pas sans l’Eucharistie. » Voyons aussi dans la danse du soleil, une illustration de ce propos. C’est par l’Eucharistie que Jésus nous communique la vie, sa vie de ressuscité et c’est par elle que nous participons à la vie même de Dieu. Et l’Eucharistie est un don tellement grand que le soleil dans toute sa majesté est seul, mais à peine, en capacité de le figurer.

Prions

Une dizaine du chapelet (Notre Père, 10 Je vous salue Marie, Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je vous aime. Je vous demande pardon pour tous ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas et ne vous aiment pas.

Très sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je vous adore profondément et je vous offre les très précieux Corps, Sang, Ame et Divinité de votre très cher Fils Notre-Seigneur Jésus-Christ présent dans tous les tabernacles de la terre en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels il est lui-même offensé.

Par les mérites infinis de son très saint Cœur unis aux mérites du Cœur Immaculé de Marie, je vous demande la conversion de tous les pauvres pécheurs.

Saint Joseph, Père nourricier de Notre-Seigneur Jésus-Christ et chaste époux de la Vierge Marie, Mère de Dieu, priez pour nous et pour tous les agonisants.

Saints Francisco et Jacinta Marto, priez pour nous.

Chère sœur Lucie, priez pour nous.

Tous les saints, tous les anges, tous les esprits bienheureux, priez pour nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Le miracle du soleil

Contemplons

Le journal paru le lendemain du 13 octobre 1917 et qui relate le miracle du soleil

Ecoutons

Dans ses cahiers, Lucie écrit au sujet du miracle du soleil ce 13 octobre 1917 : « Ouvrant alors les mains, elle (Notre Dame) les fit se refléter dans le soleil, puis, pendant qu’elle s’élevait, le reflet de sa propre lumière continua à se projeter dans le soleil.

Tel fut le motif pour lequel je me suis exclamée, en leur demandant de regarder vers le soleil. Mon but n’était pas d’attirer l’attention de la foule vers cette direction, puisque je ne me rendais même pas compte de sa présence : je l’ai fait seulement à cause d’une impulsion intérieure qui m’y a incitée.

Voici qu’allait se produire le miracle du soleil, promis trois mois plus tôt, comme preuve de la véracité des apparitions de Fatima. La pluie cessa et le soleil tourna trois fois sur lui-même, lançant de tous côtés des faisceaux de lumière de diverses couleurs : jaune, lilas, orangé et rouge. A un moment donné, il parut se détacher du firmament et tomber sur la foule qui cria terrorisée. Après un prodige de dix minutes, le soleil reprit son aspect normal. »

Le 18 décembre 1917, le Dr José Maria Proença de Almeida Garret, témoin direct du miracle du soleil de Fatima, décrivit ainsi ce qu’il avait contemplé :

« Quelques instants plus tôt, le soleil avait percé victorieusement l’épaisse couche de nuages qui l’avait caché, pour briller clairement et intensément. Je me suis retourné vers cet aimant qui attirait tous les regards et j’ai pu le voir semblable à un disque au bord net et à l’arête vive, lumineuse et luisante, mais qui ne faisait pas mal aux yeux… Il ne ressemblait en rien à la lune d’une nuit transparente et pure, parce que l’on voyait et sentait qu’il s’agissait d’un astre vivant… On ne pouvait pas non plus le confondre avec le soleil visible par temps de brouillard (d’ailleurs inexistant ce jour-là) puisqu’il n’était pas opaque, diffus ou voilé. A Fatima, le temps était chaud et ensoleillé.

Ce qui fut merveilleux, c’est que pendant un long moment, nous avons pu scruter l’astre, flamme de lumière et braise de chaleur, sans la moindre douleur oculaire et sans qu’aucun éblouissement ne nous aveugle. Ce disque nacré était animé d’un mouvement étourdissant… Il tournait sur lui-même à une vitesse vertigineuse.

Tout à coup, on entendit une clameur, comme un cri d’angoisse montant de la foule. Le soleil, conservant sa vitesse de rotation, se détacha du firmament et, sanguinaire, il prit la direction de la Terre, menaçant de nous écraser sous le poids de son énorme meule de feu. Ces secondes furent terrifiantes…

Tous ces événements, je les ai observés personnellement et sereinement, sans émotion ni agitation… Ce phénomène a dû s’étaler sur environ dix minutes. »

Prions

Une dizaine du chapelet (Notre Père, 10 Je vous salue Marie, Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je vous aime. Je vous demande pardon pour tous ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas et ne vous aiment pas.

Très sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je vous adore profondément et je vous offre les très précieux Corps, Sang, Ame et Divinité de votre très cher Fils Notre-Seigneur Jésus-Christ présent dans tous les tabernacles de la terre en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels il est lui-même offensé.

Par les mérites infinis de son très saint Cœur unis aux mérites du Cœur Immaculé de Marie, je vous demande la conversion de tous les pauvres pécheurs.

Saint Joseph, Père nourricier de Notre-Seigneur Jésus-Christ et chaste époux de la Vierge Marie, Mère de Dieu, priez pour nous et pour tous les agonisants.

Saints Francisco et Jacinta Marto, priez pour nous.

Chère sœur Lucie, priez pour nous.

Tous les saints, tous les anges, tous les esprits bienheureux, priez pour nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

« Qui est déjà très offensé »

Contemplons

Notre Dame de Fatima

Méditons

Dans son cahier, Lucie écrit au sujet de l’apparition du 13 octobre 1917 : « En cette apparition, les paroles qui restèrent le plus profondément ancrées dans mon cœur furent celles par lesquelles notre sainte Mère du Ciel suppliait les hommes de ne plus peiner Notre Seigneur trop offensé. Quelle amoureuse plainte elles contiennent et quelle supplication ! Oh ! Que je voudrais qu’elles résonnent dans le monde entier et que tous les enfants de la Mère céleste écoutent sa voix ! »

Parce qu’elle est toute pénétrée de Dieu, Marie est l’amour même. Elle aime Dieu et personne,  plus qu’elle, ne sait combien Il est digne d’être aimé, combien Il aime les hommes, ses créatures, et combien Il souhaite en être aimé en retour.

Marie est la Mère de Jésus qu’elle aime plus que tout. Elle sait tout ce que nous lui devons, à lui qui a donné sa vie pour nous, elle comprise. Et elle sait la tristesse de Jésus de ne pas être aimé en retour et même d’être offensé par le comportement de ceux qu’Il a sauvés.

Nous sommes les enfants de Marie, ceux pour qui elle a accepté le sacrifice de Jésus, ceux pour qui elle s’est sacrifiée en union avec Lui. Et, parce qu’elle aime Dieu et qu’elle nous aime, elle nous supplie de nous laisser réconcilier avec Lui. En Mère aimante, elle quémande le peu d’amour dont nous sommes capables pour le Seigneur qui se fait mendiant d’amour ne cessant de nous tendre la perche du salut que dans notre orgueil démesuré et sans cesse renaissant, nous ne voulons pas saisir.

Si nous aimons Marie, nous ne pouvons pas rester indifférents à cette demande de cesser d’offenser Notre Seigneur « déjà très offensé. » Lucie n’oubliera jamais l’expression de profonde tristesse de Marie quand elle prononce ces mots. Et elle dira, comme Bernadette à Lourdes, comme Maximin et Mélanie à La Salette, que jamais elle n’a vu une telle expression de tristesse. Bernadette dira qu’elle semblait concentrer dans son regard la tristesse du monde entier. Quant à Maximin et Mélanie de La Salette, ils diront en voyant pleurer Marie : « elle semblait une maman que ses enfants ont battue et qui s’est enfuie pour pleurer. » Marie leur dira aussi dans l’esprit de ce qu’elle dit à Fatima en ce 13 octobre : « Si mon peuple ne veut pas se soumettre, je suis forcée de laisser aller le bras de mon Fils. Il est si fort et si pesant que je ne puis plus le maintenir. Depuis le temps que je souffre pour vous autres ! Si je veux que mon Fils ne vous abandonne pas, je suis chargée de le prier sans cesse. Pour vous autres, vous n’en faites pas cas ! Vous aurez beau prier, beau faire, jamais vous ne pourrez récompenser la peine que j’ai prise pour vous autres. »

Prions

Une dizaine du chapelet (Notre Père, 10 Je vous salue Marie, Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je vous aime. Je vous demande pardon pour tous ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas et ne vous aiment pas.

Très sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je vous adore profondément et je vous offre les très précieux Corps, Sang, Ame et Divinité de votre très cher Fils Notre-Seigneur Jésus-Christ présent dans tous les tabernacles de la terre en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels il est lui-même offensé.

Par les mérites infinis de son très saint Cœur unis aux mérites du Cœur Immaculé de Marie, je vous demande la conversion de tous les pauvres pécheurs.

Saint Joseph, Père nourricier de Notre-Seigneur Jésus-Christ et chaste époux de la Vierge Marie, Mère de Dieu, priez pour nous et pour tous les agonisants.

Saints Francisco et Jacinta Marto, priez pour nous.

Chère sœur Lucie, priez pour nous.

Tous les saints, tous les anges, tous les esprits bienheureux, priez pour nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

« Je suis Notre-Dame du Rosaire, que l’on continue à réciter le chapelet tous les jours »

Contemplons

Le pape François offre un chapelet à Notre-Dame du rosaire de Fatima

Méditons

Les demandes de Marie en ce 13 octobre tiennent un peu de choses. Il y en a deux, celle de construire une chapelle et celle de continuer à dire le chapelet tous les jours. Jusqu’au mois précédent, Marie demandait aux enfants de continuer à dire le chapelet tous les jours. Aujourd’hui, elle s’adresse à tous : « que l’on continue à dire le chapelet tous les jours. »

On serait presque déçu du message final et on pourrait le trouver en disproportion totale avec la grandeur du miracle réalisé. Mais tout est à la mesure de ce que chacun est en mesure de donner. Pour Dieu dont la puissance est infinie, c’est peu de choses d’accomplir un miracle aussi éclatant ; pour nous, c’est le plus du peu dont nous sommes capables, nous, pauvres pécheurs car c’est déjà un véritable effort de persévérance d’offrir chaque jour un chapelet. Pourtant, pour que Dieu déploie toute sa puissance pour notre salut, c’est le peu qu’il demande : Il nous donnera beaucoup pour peu de notre part mais ce « peu » est la condition pour l’obtenir.

Si Marie demande la récitation persévérante du chapelet, c’est parce que c’est le moyen par lequel tous les objectifs du Ciel seront atteints. Marie n’a cessé de nous parler de conversion, de retour à Dieu, de paix en recommandant en même temps la prière du chapelet. N’a-t-elle pas dit à un malade « qu’il dise le chapelet tous les jours et il guérira dans l’année » et à un autre « il ne guérira pas mais qu’il dise le chapelet tous les jours et je lui donnerai le moyen de gagner sa vie. » En résumé, Marie nous dit que toutes les problématiques trouvent leur issue ou leur solution dans la prière quotidienne du chapelet. C’est par le moyen du chapelet que Marie exerce son emprise aimante sur chaque âme pour la conduire en toute sécurité vers le Royaume. Car Marie, l’humble servante du Seigneur, met toute sa puissance au service de la gloire de Dieu et du salut du monde.

Celui qui s’est confié à Marie, s’est consacré à elle, n’a plus besoin qu’on lui détaille tout ce qu’il doit faire pour réaliser son salut. Aussi, Marie ne s’étend t-elle pas en longs discours (d’ailleurs les longs discours ne lui ressemblent pas). Tout ce qui semble ne pas être dit par elle en ce 13 octobre, sera communiqué à chaque âme en se rendant à la chapelle dont elle a demandé la construction, par les ministres du culte, ou dans le secret de son cœur en méditant les mystères du rosaire chaque jour.

« Pour demeurer impassible en face de l’avenir, il faudrait nous fermer les oreilles aussi bien que les yeux. Fermer les yeux aux crimes qui se multiplient…, les oreilles aux avertissements si souvent renouvelés par Notre Seigneur et la Très Sainte Vierge – annonces d’ailleurs toutes miséricordieuses puisqu’en faisant connaître les châtiments qui nous menacent, elles nous disent aussi les moyens ou le principal moyen de les prévenir : se convertir, faire pénitence, se consacrer au Cœur Immaculé de Marie, dire le rosaire : oui, le rosaire, voilà en définitive le moyen des moyens qui obtiendra la grâce de mettre en pratique tous les autres. » (Monseigneur Routhier)

Prions

Une dizaine du chapelet (Notre Père, 10 Je vous salue Marie, Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je vous aime. Je vous demande pardon pour tous ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas et ne vous aiment pas.

Très sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je vous adore profondément et je vous offre les très précieux Corps, Sang, Ame et Divinité de votre très cher Fils Notre-Seigneur Jésus-Christ présent dans tous les tabernacles de la terre en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels il est lui-même offensé.

Par les mérites infinis de son très saint Cœur unis aux mérites du Cœur Immaculé de Marie, je vous demande la conversion de tous les pauvres pécheurs.

Saint Joseph, Père nourricier de Notre-Seigneur Jésus-Christ et chaste époux de la Vierge Marie, Mère de Dieu, priez pour nous et pour tous les agonisants.

Bienheureux Francisco et Jacinta Marto, priez pour nous.

Chère sœur Lucia, priez pour nous.

Tous les saints, tous les anges, tous les esprits bienheureux, priez pour nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

 

« Que l’on fasse construire ici une chapelle en mon honneur »

Contemplons

La chapelle dédiée à Notre-Dame du rosaire de Fatima

Méditons

Comme à Lourdes où elle demande à Bernadette d’aller dire aux prêtres de construire une chapelle et qu’on y vienne en procession, Marie demande à Fatima l’édification d’un sanctuaire. Cette demande ne consiste pas seulement en la construction d’une église supplémentaire dans un pays qui en compte déjà tellement, mais poursuit trois objectifs.

Le premier objectif est de permettre à Marie d’assurer sa mission de Mère des hommes, de Mère de l’Eglise à savoir de conduire à Jésus. Si elle demande la construction d’une chapelle, c’est pour qu’on y reçoive les sacrements et qu’on y entende la Parole de Dieu. Comme à Cana, Marie continue de dire aux serviteurs que nous sommes tous : « tout ce que Jésus vous dira, faites-le » (Jean 2, 5). Et, pour faire ce que Jésus dit, il faut commencer par l’écouter. C’est à l’Eglise, par les ministres ordonnés et missionnés par Jésus, que les sacrements nous sont dispensés, que le Parole de Dieu nous est proclamée et commentée. Quand Marie parle de chapelle, elle évoque moins le bâtiment que le culte divin qui y est assuré.

Le second objectif de Marie est d’ouvrir un lieu privilégié qui lui est dédié d’où elle épandra les torrents de grâces qui s’écoulent du Cœur sacré de Jésus. Comme à Lourdes, en demandant la construction d’une chapelle, elle appelle à y venir pour y prier, pour y entendre, y approfondir son message et surtout retrouver le chemin de la conversion, du salut. Comme à Lourdes, elle accordera de nombreux bienfaits mais ses miracles les plus éclatants ne consisteront pas en la guérison physique (pourtant nombreuses) mais en la guérison des âmes. Le seul vrai miracle, c’est la foi et c’est la foi qui sauve. Non qu’on ne puisse pas recevoir ces grâces ailleurs, mais Fatima est l’un de ces haut-lieux choisis par le Ciel pour répandre préférentiellement ses grâces : le Ciel aussi a ses préférences.

Le troisième objectif est de construire un mémorial à la gloire de Marie, Notre-Dame du Rosaire qui nous a obtenu la fin de la guerre par la prière persévérante du chapelet par les trois enfants et tous ceux qui ont pris son message à cœur. Afin de ne pas oublier que c’est Jésus, sur l’intercession de Marie qui accorde la paix (et que la paix est une grâce qui ne vient de personne d’autre), Marie souhaite l’édification d’une chapelle qui le rappelle à tous. A Estelle Faguette, la voyante de Pontmain, guérie par elle, Marie donnera pour mission « de publier sa gloire. » Non que Marie cède à des tentations narcissiques mais, en n’oubliant pas ce qu’on lui doit et ce qu’elle est pour nous, nous ne manquerons pas de rendre à Dieu tout ce qui lui revient et c’est précisément pour cela qu’elle est apparue à Fatima : pour qu’on cesse d’oublier de rendre à Dieu tout ce qui lui revient. Du haut de toute sa gloire, Marie reste, rappelons-le sans nous lasser car tel est son désir, ce qu’elle s’est dit le jour de l’Annonciation, « l’humble servante du Seigneur. »

Dans le cantique en hommage à Notre-Dame de Lourdes, une strophe dit : « et qu’une chapelle bâtie en ce lieu, aux hommes rappelle qu’il faut prier Dieu. » On ne saurait mieux dire en moins de mots.

Prions

Une dizaine du chapelet (Notre Père, 10 Je vous salue Marie, Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je vous aime. Je vous demande pardon pour tous ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas et ne vous aiment pas.

Très sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je vous adore profondément et je vous offre les très précieux Corps, Sang, Ame et Divinité de votre très cher Fils Notre-Seigneur Jésus-Christ présent dans tous les tabernacles de la terre en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels il est lui-même offensé.

Par les mérites infinis de son très saint Cœur unis aux mérites du Cœur Immaculé de Marie, je vous demande la conversion de tous les pauvres pécheurs.

Saint Joseph, Père nourricier de Notre-Seigneur Jésus-Christ et chaste époux de la Vierge Marie, Mère de Dieu, priez pour nous et pour tous les agonisants.

Saints Francisco et Jacinta Marto, priez pour nous.

Chère sœur Lucie, priez pour nous.

Tous les saints, tous les anges, tous les esprits bienheureux, priez pour nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.