La joie du bonheur d’Elisabeth

Contemplons

La Visitation, Hans Strub

Méditons

La Visitation est aussi appelée « petite Pentecôte » car l’Esprit-Saint y accomplit des merveilles par l’entremise de Marie, pour la plus grande joie de tous les protagonistes. En effet, à la salutation de Marie, Elisabeth est remplie de l’Esprit-Saint qui lui fait connaitre ce qui ne peut l’être sans que cela ne soit donné d’en-haut.

Dans l’antienne d’ouverture de la messe de la nativité de saint Jean-Baptiste, l’Eglise reprend les mots d’Isaïe (49, 1-2) : « J’étais encore dans le sein maternel quand le Seigneur m’a appelé ; j’étais encore dans les entrailles de ma mère quand il a prononcé mon nom. Il a fait de ma bouche une épée tranchante, il m’a protégé par l’ombre de sa main ; il a fait de moi une flèche acérée, il m’a caché dans son carquois. » En effet, du sein de Marie, Jésus choisit son précurseur : Jean-Baptiste, enfoui dans le sein d’Elisabeth.

L’heure de la rédemption est sonnée, le temps est venu de l’annoncer. Jésus fait de Jean-Baptiste, un fœtus d’environ six mois, son précurseur chargé de lui ouvrir la voie, de préparer les cœurs à l’annonce de l’Evangile. Quelle joie pour Marie de voir que Jésus, dont le nom signifie « Dieu sauve » initie sa mission de bon pasteur. En effet, Jésus est un embryon de quelques jours à peine et déjà il s’emploie au salut qu’il est venu apporter et opérer.

Jean-Baptiste est le premier des sauvés. Dans l’Esprit-Saint, il est baptisé, lavé du péché originel et son tressaillement manifeste sa foi en celui qui vient à lui par Marie. Il accepte la mission qui découle de son baptême, celle d’annoncer Jésus au monde. Il sera donc celui qui proclamera jusque dans sa mort : « Moi, je vous baptise d’eau, pour vous amener à la repentance ; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu » (Matthieu 3,11). En ce jour, par Marie qui lui porte le Sauveur, c’est précisément ce qui s’accomplit : Jean-Baptiste, qui baptisera dans l’eau pour la repentance, est aujourd’hui baptisé dans l’Esprit-Saint.  

Marie n’est pas celle qui sauve mais celle qui nous porte le salut et nous dispose à le recevoir. Aussi, jamais elle n’essaie d’usurper la première place, d’occuper le devant de la scène mais s’efface humblement derrière son Jésus. Elle met toute sa joie, tout son zèle à nous amener Jésus, le seul Sauveur, à nous le présenter pour qu’en nous, il accomplisse les merveilles qu’il a prévues pour chacun de nous depuis toute éternité (car de toute éternité chacun de nous est présent dans sa pensée).

En le donnant, Marie réjouit Jésus car il brûle de se donner aux âmes. En nous donnant Jésus, elle nous réjouit car il n’est de plus grand bonheur que de le connaitre et de l’aimer. En donnant Jésus, elle est réjouie car rien n’égale le bonheur de servir et de faire connaitre celui qui vous a vous-même comblé de tant de bienfaits.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Très-Sainte-Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre-Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge Immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la Sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire