Marie, la « contemplactive »

Contemplons

Jésus rencontre sa Mère sur le chemin du Calvaire, église du Rédempteur, Ravenne

Méditons

A ne pas y regarder de plus près, on pourrait penser que Marie a subi tout ce qui lui arrive en totale passivité, attendant que l’orage passe, se disant que telle est la volonté du Père et que contre cela on ne peut rien faire. A raisonner ainsi, on se trompe car personne, en-dehors de Jésus, n’a rempli un rôle plus actif.

En effet, personne, en-dehors de Jésus, n’a davantage agi dans la Passion que Marie. D’abord parce qu’elle a choisi d’être là où son Fils la veut à savoir proche de lui, si proche qu’elle lui est associée dans son œuvre de salut. Ce que le Père attend d’elle, exige qu’elle choisisse de faire sa volonté de la même manière que Jésus, dans une fidélité totale, un amour indéfectible malgré les forces contraires, malgré la souffrance induite. Même endolorie, elle demeure donc fidèlement auprès de Jésus, se renonçant à elle-même pour se rendre totalement disponible à lui.

La Tradition nous livre que juste après la rencontre de Jésus et de Marie, Simon de Cyrène a aidé Jésus à porter la Croix et Véronique a essuyé son visage. Marie a été la première à aider Jésus à porter la Croix du salut par son don total d’elle-même au Père en union avec celui de Jésus. Elle a été la première à le consoler par sa présence aimante. En elle, dans sa seule présence silencieuse, Marie accomplit les actions de Simon et de Véronique, illustrant les deux manières dont nous pouvons aider Jésus à sauver les âmes. Mais c’est en Marie que ces deux âmes d’élite vont trouver leur modèle le plus accompli.

Par son lumineux exemple, Marie marche en tête de tous ceux, de toutes celles, qui consacrent leur vie, leurs efforts au salut des âmes. En effet, elle commence par contempler pour ensuite agir. Comme à Cana où elle a été attentive au moindres détails, y compris au manque de vin, en ce jour de douleur, après avoir rencontré Jésus, compris ce dont il a besoin et par son exemple, elle suscite l’adhésion de cœur de Simon pour aider Jésus de son mieux à porter la croix et la générosité aimante de Véronique pour consoler Jésus malgré le déchainement haineux de la foule. Marie est le modèle de tous les « contemplactifs » à savoir de ceux qui, dans le silence et la solitude, tiennent compagnie à Jésus, contemplent son action, méditent ses paroles pour nourrir ensuite leur action en faveur de l’Evangile.

Pour toute l’éternité, Marie sera la femme la plus active qui soit car tant que le monde sera monde, elle suscitera, par son lumineux exemple, des âmes qui se donnent à Jésus pour l’aider à sauver les âmes et le consoler du désamour de ceux qui rejettent son offre de salut. Qu’on regarde avec soin la très longue listes des âmes victimes, des stigmatisés, des saints et on se rendra compte qu’il n’en est pas un qui n’ait pas eu une dévotion toute particulière pour Marie et n’ait appris d’elle à se donner entièrement à Jésus par ses mains immaculées.

A Beauraing où Marie, la Vierge au Cœur d’or, est apparue en 1932, elle dit à Fernande, l’une des petites voyantes, juste avant de la quitter : « Aimez-vous mon Fils ? » Fernande répondit par l’affirmative. « M’aimez-vous ? » demanda-t-elle ensuite. Elle répondit encore une fois que « oui. » Et à Marie de conclure : « Alors sacrifiez-vous pour moi. »

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Sauveur crucifié, prosternés à vos pieds, nous vous offrons les larmes de Celle qui vous a accompagné avec un tendre amour dans votre douloureuse voie du calvaire. Exaucez, ô bon Maître, nos supplications, par les larmes de votre Très Sainte Mère et faites-nous comprendre la leçon que nous donnent ces pleurs, afin que nous puissions toujours accomplir votre sainte volonté pour être dignes de vous louer et de vous glorifier pendant toute l’éternité. 

O Marie, Mère de l’amour, des douleurs et de la miséricorde, nous vous en prions, unissez nos supplications aux vôtres, afin que votre divin Fils, à qui nous nous adressons pleins de confiance, par les mérites de vos pleurs, daigne exaucer nos prières et nous accorder la couronne de la vie éternelle. Amen. (Prières du chapelet de Notre Dame des pleurs enseignées par Jésus à sœur Amalia le 8 novembre 1929). 

Prière pour le mois de saint Michel :

Saint Michel Archange défendez-nous dans le combat. Soyez notre secours contre la malice et les embuches du démon. Que Dieu lui fasse sentir son empire, nous vous le demandons en suppliant. Et vous, prince de la milice céleste, par la vertu divine, refoulez en enfer, Satan et les autres esprits mauvais qui sont répandus sur la terre pour la perte des âmes. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire