VERONIQUE

Contemplons

Ecoutons

Quand t’avons-nous vu malade, ou en prison, et sommes-nous allés vers toi ? Et le roi leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites. (Matthieu 25, 39-40)

Méditons

Jésus s’avance péniblement au milieu d’une foule hurlante, déchainée, assoiffée de haine, pressée d’en arriver à la scène finale : le crucifiement. Au milieu de ce déferlement de haine, s’avance une femme au courage digne d’être salué et connu pour l’éternité. Elle porte un linge avec lequel elle veut éponger le visage de Jésus couvert de sang, de sueur, de crachats et complètement tuméfié. Un petit geste qui ne saurait apporter un soulagement à Jésus en proie à une souffrance indicible ; peut-être même que l’application du linge sur son visage couvert de blessures, rajoute encore une souffrance supplémentaire. Peu importe, Jésus reçoit l’acte de pitié de Véronique avec une telle reconnaissance qu’il imprime, selon la tradition, son image sur le suaire.

Contrairement à Simon, qui est réquisitionné, Véronique s’avance spontanément vers Jésus. Si Jésus attend de nous que nous portions, comme Simon, avec lui la croix de notre salut, il nous demande aussi, comme Véronique, de nous unir à lui dans sa Passion par des renoncements spontanés (mais mesurés) qui témoignent de notre amour. A sainte Gertrude, Jésus dit : « Celui qui prive ses sens des choses qui peuvent le flatter, mais qui ne sont nécessaires ni à la vie ni à la santé, me paie la flagellation que j’ai subie à la troisième heure. »

A Fatima, lors de ses visites, l’ange invite les enfants à « consoler Dieu » et donc à imiter Véronique qui dans un mouvement intérieur de pitié, prend sur elle de soulager Jésus par un petit geste qui le console de toute la haine qui l’entoure. Véronique est le modèle de toutes ces âmes victimes, stigmatisées comme saint François d’Assise, sainte Véronique Giuliani ou, plus près de nous, sainte Gemma Galgani, saint Padre Pio qui se sont unies plus étroitement à la Passion du Sauveur pour le salut du monde. Véronique est le modèle de toutes ces âmes qui, au cours des siècles et jusqu’à la fin du monde, acceptent de suivre Jésus quoi qu’il en coute sur un chemin de renoncements, de mortifications, que ce soit au fond d’un couvent ou ailleurs afin de consoler Jésus, de le dédommager de nos manques d’amour et de réparer les outrages qu’il subit de la part des pécheurs.

Prions

Une dizaine du chapelet (1 Notre Père, 10 Je vous salue Marie, 1 Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Père Eternel, par le Cœur Immaculé de Marie et le Cœur Sacré de Jésus, nous vous offrons 33 000 fois avec tous les Anges et tous les Saints,

le Corps, le Sang, l’Ame, la Divinité, la Sainte-Face, l’amour eucharistique, toutes les blessures, larmes, souffrances de votre très cher Fils, Notre-Seigneur Jésus-Christ que nous aimons tant,

en union avec les douleurs, les larmes, l’amour de la Très-Sainte-Vierge Marie,

les mérites de tous les anges et de tous les saints,

de toutes les saintes Messes et Communions passées, présentes, futures,

les saints rosaires et autres prières,

et dans les Plaies de Jésus-Christ notre propre néant avec Lui, en Lui et par Lui,

pour la conversion des pauvres pécheurs, en réparation des péchés du monde entier, pour la sainte Eglise catholique, le Saint-Père, les cardinaux, les évêques, les prêtres, les consacrés, les pauvres âmes du purgatoire, les malades, les agonisants et toutes les personnes qui nous ont été recommandées. Amen.

Saint Joseph, Père nourricier de Notre-Seigneur Jésus-Christ et chaste époux de la Vierge Marie, Mère de Dieu, priez pour nous et pour tous les besoins de la sainte Eglise catholique.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts, reposent en paix. Amen.

Les reliques de la Passion du Christ

Voile de Véronique représentant la Sainte-Face de Jésus, conservé à Manoppello, dans les Abruzzes à 90 kms de Rome. Le suaire est sorti de l’ombre lorsque le pape Benoit XVI s’y est rendu en pèlerinage le 1er septembre 2006. Des études montrent des similitudes, notamment au niveau des contusions, entre le visage imprimé sur le suaire de Manopello et celui du saint suaire de Turin.

Visage de Jésus sur le suaire de Turin – Visage de Jésus sur le suaire de Manoppello – Superposition des deux suaires

Laisser un commentaire