Une belle dame

Contemplons

Marie, telle qu’elle se présente aux fillettes le 8 décembre 1947.

Méditons

De prime abord les fillettes ne comprennent pas que la belle dame qui leur sourit dans l’église est la Mère de Dieu. En effet, dira Jacqueline, elle ne savait pas que la sainte Vierge pouvait apparaitre…

Le chanoine Ségelle ainsi que la sœur directrice de l’école des filles interrogeront séparément les quatre voyantes et chacune donnera la même description de la belle dame en insistant sur le fait qu’elle était vraiment très belle. Elle portait une longue robe blanche qui s’élargissait vers le bas, avec des manches vagues. Elle avait pour ceinture un ruban bleu qui bougeait sans cesse en raison d’un petit vent qui venait de la droite. Ce détail peut sembler curieux et mais il est de première importance car c’est la manière dont l’Eprit-Saint manifeste sa présence. Là où est l’épouse, là est l’époux ; là où est Marie, là vient l’Esprit-Saint.

La belle dame porte un long voile blanc brodé d’or, détail d’une délicatesse toute mariale car le motif de la broderie, une série de « S » entrelacés, est typique de la Touraine au cœur de laquelle se trouve l’Ile Bouchard. Elle porte au bras un magnifique chapelet blanc et or afin d’inviter à le prier. Enfin, Marie est pieds nus comme à Lourdes, signe de sa grande humilité, non seulement envers Dieu dont elle se dit l’humble servante, mais aussi envers nous qu’elle condescend à rejoindre dans notre misère de pécheurs.

A ses pieds, se trouve une guirlande de cinq roses. Ces roses sont hautement symboliques. Elles rappellent les cinq plaies de Notre Seigneur et donc sa Passion par laquelle il nous a tous rachetés et qui valut à Marie le privilège de l’Immaculée Conception. Comme le dit l’oraison de la fête, l’Immaculée Conception de Marie est déjà, par anticipation, un fruit (et quel beau fruit !) de la Passion de Jésus. Par ailleurs, Marie est invoquée dans les litanies comme la rose mystique, celle qui est toute pénétrée de l’amour de Dieu et des hommes. Enfin, elles sont une allusion au miracle que Marie fit à Guadalupe au Mexique, où pour prouver son apparition, elle a fait fleurir des rosiers en plein décembre. A Lourdes aussi, un rosier sauvage croissait au bas de la grotte de Massabielle.

Les fillettes disent que Marie est entourée de rayons d’or qui forment comme une grotte autour d’elle. A Lourdes aussi, Bernadette décrit Marie comme un être de lumière en faisant la nuance que Marie n’apparait pas dans la lumière mais que la lumière semble émaner d’elle.

Marie est si belle que la petite Jeannette ne cesse de répéter « qu’elle est belle ! qu’elle est belle ! » Mais les deux choses qui impressionneront le plus les fillettes, ce sont, d’une part les longs cheveux blonds qui tombent en anglaises jusqu’aux genoux (et qu’elle ne montrera que le premier jour des apparitions !) et le visage de Marie. A Lourdes, à La Salette, à la Rue du Bac, à Pellevoisin, Marie ne montre pas ses cheveux. Si elle arbore une aussi belle chevelure blonde à l’Ile Bouchard c’est parce qu’elle se présente comme la jeune-fille qu’elle était lors de l’Annonciation. Le visage de Marie, très beau, est illuminé par ses beaux yeux bleus, un bleu, disent les fillettes, comme il n’en existe pas sur terre. Son regard traduit tout l’amour, toute la tendresse, toute la bonté, toute la pureté de Marie. Enfin, c’est son sourire qui les fascine parce qu’il est si beau qu’il pénètre jusqu’au fond de l’âme. Et le sourire de Marie, qui ne se démentira jamais, accueillera les voyantes à chacune des apparitions.

Cette belle Dame, disent les fillettes, semble avoir 16 ou 17 ans mais son apparence est tellement majestueuse qu’elles s’adresseront toujours à elle en l’appelant « madame. »

Jacqueline, l’ainée des voyantes, fera la description de Marie des centaines et des centaines de fois aux pèlerins de l’Ile Bouchard et à chaque fois, elle leur fera une profonde impression car ils la verront les yeux fermés semblant contempler Marie comme au temps des apparitions.   

Prions

Une dizaine du chapelet (1 notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous. (3 fois)

Seigneur Jésus, aie compassion de la France, daigne l’étreindre dans ton amour et lui en montrer toute la tendresse. Fais que, remplie d’amour pour toi, elle contribue à te faire aimer de toutes les nations de la terre. Ô amour de Jésus, nous prenons ici l’engagement de te rester fidèles et de travailler d’un cœur ardent à répandre ton règne dans tout l’univers. Amen.

(Marcel Van est né en 1928 près de Hanoï au Vietnam. Souhaitant devenir prêtre, il entre dans une congrégation française. En 1945, il est arrêté par les communistes et meurt en prison le 10 juillet 1959. Cette prière lui a été donnée par le Christ lors d’une apparition. Jésus lui dit alors : « Petit enfant de mon Amour, écoute, je vais te dicter une prière, et cette prière, je veux que les Français me la récitent. »)

Ô Père, ô mon Dieu, délivrez et sauvez maintenant votre France. Préparez les cœurs de ses enfants à la mission qu’ils vont avoir à accomplir pour toutes les nations et pour l’Eglise tout entière.

Ô Père, ô mon Dieu, que les cœurs de vos élus tressaillent à votre appel, reconnaissant votre voix, votre commandement, votre invitation à agir. Conduisez-les chacun à leur place et chacun à sa mission. Imposez-leur tout ce que vous voudrez de chacun et de tous. Que rien ne soit l’effet de leur choix mais de votre unique désir et de votre unique volonté d’amour.

Ô Vierge Immaculée, ne les laissez pas se tromper, ni s’égarer.

Gloire soit au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Cœur Douloureux et Immaculé de Marie, priez pour nous.

Saints et saintes du Ciel, priez pour nous. 

(Prière de la vénérable Marthe Robin qui a beaucoup prié pour notre pays. Elle demandait l’avènement d’une nouvelle Pentecôte.)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *