Sa place au ciel

Contemplons

Le jugement dernier, Zanobi Strozzi

Méditons

Chacun a une place réservée au ciel, une place dédiée qui ne sera occupée par personne d’autre. Quand elle entre dans les demeures éternelles, pour la plus grande joie des anges et des saints, Jésus mène Marie à la place qui lui a été préparée dès le premier instant de sa création et qui sera la sienne pendant toute l’éternité. C’est la place d’honneur par excellence, celle à sa droite, dans sa proximité immédiate, la place de la reine aux côtés du roi.

Cette place a été préparée pour Marie depuis toujours mais aussi conquise par elle qui s’est tenue toute proche de Jésus sous la croix alors qu’il était bafoué, torturé, rejeté. Devant les hommes, Marie s’est déclarée pour Jésus jusque dans sa mort. Au ciel, il n’est que justice qu’elle occupe la place la plus proche de Jésus dans la gloire.

C’est pour Marie une joie sans nom d’être placée à la droite de Jésus où, de tous les élus, pourtant tous unis en Jésus et entre eux, elle est celle qui est la plus « fondue » en lui. Sur cette terre, personne n’a davantage été uni à Jésus par le cœur, la pensée, la volonté que Marie. Personne ne l’a davantage consolé des manquements des apôtres, des péchés des hommes. Personne ne l’a davantage aimé par surcroit pour leurs manques d’amour. Au plus haut des cieux, Marie poursuit ce qu’elle a si bien pratiqué sur terre pour l’amour de Jésus, pour l’amour de nous.

La Mère de Jacques et de Jean, les fils de Zébédée, demanda un jour à Jésus : « Ordonne que mes deux fils que voici siègent, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ton Royaume. » Jésus répondit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire ? » Ils lui disent : « Nous le pouvons. » Il leur dit : « Ma coupe, vous la boirez ; quant à siéger à ma droite et à ma gauche, ce n’est pas à moi de l’accorder ; il y a ceux pour qui cela est préparé par mon Père » (Matthieu 20, 21). Les places à droite et à gauche de Jésus sont réservées depuis toujours par le Père à ceux qui boiront au même calice que Jésus. Personne n’a davantage été uni à Jésus dans sa passion que Marie. Personne, plus qu’elle, n’a bu à son calice : la place à la droite de Jésus lui est donc réservée.

Marie surpasse à tel point tous les saints que la réponse à la question « qui siège à la droite de Jésus » a toujours été évidente pour tout le monde. Mais qui se trouve à la gauche de Jésus ? Selon notre logique, cette seconde place d’honneur est réservée à la personne qui, par sa sainteté, vient directement après Marie. La réponse est moins évidente et les avis divergent. Pour les uns, c’est saint Joseph, pour les autres saint Jean-Baptiste…

Que chacun se fasse son opinion et trouve dans cette question ouverte, un motif de plus de se réjouir d’aller un jour occuper sa place au ciel d’où il pourra contempler dans toute leur majesté, Jésus le roi de gloire, Marie la reine de miséricorde à sa droite, et savoir qui siège à sa gauche.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

(Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

O saints Patriarches et Prophètes ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, le désir que vous avez eu de l’Incarnation de Jésus et faites que j’aspire ardemment après Lui que vous avez désiré et si longtemps attendu.

O saints Apôtres ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, la fidélité et la persévérance avec laquelle vous avez prêché l’Evangile de par le monde, pour former à Jésus un peuple fidèle. Faites que j’aime toujours davantage Celui que vous-même avez aimé de tout votre cœur.

O saints Martyrs ! Je vous en conjure, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la patience avec laquelle vous avez supporté votre martyr. Obtenez-moi que je me dépense sans compter au service de Jésus pour l’amour duquel vous avez livré votre corps à la mort.

O saints Confesseurs ! Je vous en supplie, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la sainteté héroïque en laquelle vous avez montré aux autres la voie de la vie. Faites que je m’élève au sommet de la perfection pour l’amour de Jésus  pour qui vous avez tout abandonné.

O saintes Vierges ! Offrez pour moi, je vous en conjure, à l’adorable Trinité, votre pureté et votre intégrité qui vous ont mérité d’être les plus rapprochées de Dieu. Faites que je triomphe dans la chasteté de l’esprit et du corps, et en toutes choses pour l’amour de Jésus à qui vous avez consacré votre virginité.

Et Vous, Seigneur ! Précédez l’assemblée de vos Saints et faites pour moi l’offrande à Dieu le Père de toute votre très sainte et parfaite vie sur terre avec le fruit de votre Passion en réparation de tous mes péchés et omissions, en sorte que par Vous, tout ce qui est de moi, reçoive son supplément et sa perfection. Amen.

(Jésus à sainte Mechtilde : «  Prie ainsi chacun des groupes de mes saints afin qu’ils offrent pour toi leurs mérites. »)

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel et que la lumière sans fin brille sur elles.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire