10ème Station : Jésus est dépouillé de ses vêtements

Contemplons

Méditons

Colloque intérieur de Marie :

« Mon Jésus, qu’ont-ils fait de toi ? … Mon Jésus, que t’ont-ils fait subir ? … Je te vois nu… tremblant de fièvre… Ton corps n’est qu’une seule plaie ! … Il est tout ruisselant de sang ! … La brutalité avec laquelle on t’arrache tes vêtements, avive toutes les plaies de cette monstrueuse flagellation… Mon Jésus, toi, si beau ! … Te voilà tout défiguré ! … Mon Jésus ! … Mon enfant ! … Quand tu étais petit, je prenais tant de soin de ton corps quand je te lavais ! … Ton corps, l’enveloppe sacrée de mon Seigneur ! … Ta complexion est si délicate ! … Mon Jésus… la chair de ma chair… le sang de mon sang… Jésus, comment pourrais-je survivre à cette heure ? … Comment se peut-il qu’une mère ait à traverser une telle épreuve ? … Dans quel état t’ont mis les péchés des hommes ! …

Mon Jésus, je te vois mendier un linge pour protéger ta pudeur… tu ne veux pas être nu sur la Croix… O soldats, donnez-lui ce qu’il demande… Ayez pitié de lui qui commande aux puissances célestes… ayez pitié de celui qui, un jour, vous jugera tous… si vous ne parvenez pas à prendre pitié d’un condamné, à lui accorder cette dernière faveur, alors ayez au moins égard à la douleur de sa Mère… O Dieu, touche leurs cœurs : qu’ils lui donnent ce qu’il réclame…

Mon Jésus, Adam ne se rendit compte de sa nudité qu’après avoir gouté du fruit défendu… Avant la faute, il n’était qu’innocence… son regard était aussi pur que le tien… Après sa chute, il ne supportait plus sa nudité… Comme Adam après sa déchéance, ta nudité contrarie aujourd’hui ta pudeur… Toi, mon Jésus, le nouvel Adam, qui par tes abaissements emprunte le chemin inverse de nos premiers parents…. Qui par ton obéissance, sauve l’humanité déchue par la désobéissance d’Adam et Eve…

Mon Jésus, en te considérant nu, couvert de plaies, je vois la misère dans laquelle le péché originel a plongé les hommes… et je pense au regard que tu poses sur chaque personne, sur l’âme de chaque pauvre pécheur… en toi, là, debout devant ceux qui te persécutent, tu leur révèles qui ils sont vraiment… tu leur montres les effets du péché sur leurs âmes… ce que toi, l’éternelle Vérité, tu vois d’eux… des âmes créées pour l’amour et horriblement défigurées par leurs péchés sans nombre… des âmes qui remuent les entrailles de ta miséricorde tant leur misère est grande… si les hommes voyaient l’état de leurs âmes… si les hommes voyaient toute l’étendue de ta compassion qui fait de toi leur bon samaritain… qui leur porte secours… qui vient les sauver de la mort éternelle…

Mon Jésus… ils t’ont dépouillé de tout… même de la tunique que je t’ai tissée d’une seule pièce… avec tant de soin… cette tunique à présent rougie de ton sang… Mon Jésus, les hommes comprendront-ils jamais que tout ce qui n’est pas fait en vue du Royaume, est vain ? … que toutes ces choses inutiles auxquelles ils tiennent tant et qui ne sont d’aucune utilité dans le Royaume, la mort les leur enlèvera avec la même cruauté qu’on t’a arraché tes vêtements ? … Mon Jésus, comprendront-ils que le seul vrai trésor qui vaille qu’on lui consacre sa vie, c’est toi ? … Mon Jésus, ton état physique ne peut susciter que de la pitié… et pourtant c’est toi qui a pitié de nous… car c’est nous, et pas toi, qui sommes pitoyables… Mon Jésus, les hommes sauront-ils jamais tout le don de Dieu ? …

Père, par Jésus, avec lui et en lui, je te prie pour son Eglise, composée de pauvrissimes pécheurs… pour son Eglise figurée par sa tunique maculée de son sang… Père, qu’elle n’oublie jamais ce qu’elle a coûté à Jésus… que toujours, elle se souvienne que ce sang qui imprègne sa tunique, c’est le cadeau nuptial de son époux… Il a donné sa vie pour elle… il l’a aimée plus que lui-même… qu’elle se soumette à lui… qu’elle préserve son unité comme il le lui a commandé…

Père, donne à chaque âme de chercher Jésus, de le trouver, de le garder comme son seul véritable trésor… Amen.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. (Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

Quoi de plus pénible, Vierge Marie, que de voir mourir, souffrir, agoniser son fils. Et vous, Vierge Marie, vous étiez là, fidèle, silencieuse. « Le cœur transpercé par une épée, » vous ne vous êtes pas révoltée et vous avez su accorder à votre Fils votre présence jusqu’au bout. Vous avez accueilli sa demande de devenir notre Sainte Mère du Ciel.

Venez nous soutenir, Vierge Marie, devant les drames, les difficultés, les épreuves de notre route. Apprenez-nous à entrer à l’intérieur, à descendre en nos cœurs et à demeurer fidèles à l’amour de notre Dieu qui jamais ne nous abandonne. Vous, la Pietà, apprenez-nous à avancer sur le chemin de la foi. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire