Saint et rien de moins !

Contemplons

La prière du Bon Larron, Christoph Bockstorfer

En Dismas, le plan de Salut de Dieu est entièrement réalisé. Rien de tout ce que Jésus a consenti dans sa Passion par amour pour lui, ne l’a été en vain. Si bien que, même s’il est indigne de la moindre goutte de sang divin répandue, Dismas valait toute la peine que le Sauveur a pris pour lui, car il en a tiré le plus grand profit. En effet, le moins qu’on puisse dire, c’est que pour Dismas le sang de Jésus n’a pas été répandu en vain.

Par sa conversion, par son repentir, par l’acceptation de sa peine, par son union à la Passion de Jésus, Dismas a franchi toutes les étapes qui mènent à la sainteté parfaite. Alors que Gesmas, le mauvais larron, vocifère avec la foule haineuse, dès lors que Jésus l’assure du Ciel, Dismas ne se manifeste plus. Et si, par son silence, Jésus signifie qu’il est souverainement maître de la situation, « qu’on ne prend pas sa vie mais que c’est lui qui la donne, » (Jean 10, 18) en s’effaçant, Dismas témoigne qu’il remet son existence entre les mains du Christ. « Si quelqu’un me sert, qu’il me suive ; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur » (Jean 12, 26). Dismas est à présent le serviteur qui se tient à la droite de son maître, partageant son sort, clamant par son silence qu’il lui est désormais tout dévoué.

Dismas réalise tout le projet que Jésus a construit pour lui. En effet, le Sauveur n’envisage pas pour nous une sainteté médiocre, négociée, mais en tout point parfaite. « Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait » (Mathieu 5, 48). En Jésus, en qui nous sommes élevés à la suprême dignité d’enfants de Dieu, en lui qui est le saint par excellence, nous sommes appelés à la perfection et rendu capables de l’atteindre. Dismas, de brigand de la pire espèce qu’il était, se hisse à cette perfection que Jésus nous fixe comme objectif. En effet, il est rendu digne du Ciel en quelques heures c’est-à-dire qu’il reçoit, non seulement le pardon de toutes ses iniquités (ce qui est déjà énorme !), mais aussi la remise pleine et entière de toutes les peines dues à ses péchés. Il ira donc au Ciel sans passer par le purgatoire.

Lorsque Dismas se tourne vers lui, Jésus l’accueille pleinement. Il ne lui fait aucun reproche alors qu’il serait en droit de lui dire : « vois, tout ce que tes péchés et ceux de tes frères m’ont couté ! » Au lieu de cela, il lui promet le paradis. Il fera de même pour chacun de nous, si nous nous tournons vers lui aussi résolument que Dismas. En effet, lorsque nous nous tiendrons face à lui lors de notre jugement particulier, Jésus ne nous reprochera pas tout ce que nous lui avons couté mais de ne pas avoir cherché à en tirer tout le fruit. Autrement dit, il nous demandera pourquoi nous ne sommes pas des saints alors qu’il a tout fait pour que nous le devenions, et si ç’était possible pour Dismas, ça l’était aussi pour nous…

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. (Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

Saint Bon Larron, toi qui, malgré tes péchés passés fut assuré d’une entrée immédiate au Ciel par la gratuité de l’amour de Dieu, qui en un instant t’a transformé en un saint, demande, je t’en supplie, à Jésus mon Sauveur, de faire tomber sur moi ce même regard de miséricorde, qui fera plonger mes yeux dans les siens, pour en recevoir le pardon et la sainteté.

Aussi, envahi par le feu de l’amour divin consumant et transformant, je pourrai entendre à mon tour la promesse que Jésus t’a faite : « aujourd’hui même tu seras avec moi dans le paradis. » Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire