Père nourricier du Fils de Dieu

Contemplons

Saint Joseph adorant l’Enfant Jésus, Pierre Parrocel

Méditons

C’est Joseph, fils de Jacob, arrière-petit-fils d’Abraham, que ses frères ont vendu aux marchands d’esclaves et fait déporter en Egypte, que Pharaon choisit comme son « intendant fidèle et avisé » (Luc 12, 42) le chargeant de faire face à la famine dont il a été prévenu en rêve. Il fait de lui un vice-roi qu’il investit de tous ses pouvoirs afin qu’il organise la mise en réserve de blé pendant les sept années de vaches grasses et le redistribue lors des sept années de vaches maigres.

Joseph, l’époux de Marie, suit un destin analogue. En effet, le Père éternel lui-même l’investit de son autorité paternelle sur Jésus, son Fils unique, pendant les années de la vie cachée à Nazareth. Honneur redoutable s’il en est : c’est à Joseph, charpentier de son état, qu’il appartient de procurer le pain quotidien à Jésus. Si Joseph n’a pas donné la vie à Jésus, il a néanmoins assuré sa subsistance, sa croissance en agissant comme père nourricier. Tout ce qui a conservé la vie à Jésus, la nourriture et le vêtement, c’est le labeur de Joseph qui le lui a procuré.

Plus que le fils de Jacob à qui Pharaon délègue tous ses pouvoirs, Joseph, l’époux de Marie, est investi par Dieu de son autorité paternelle sur son Fils, sans que ce-dernier ne trouve à y redire. Car, telle est la volonté du Père. Car de faire la volonté du Père, c’est la nourriture de Jésus (Jean 4, 34). Parce que la sainteté de Joseph atteint une telle perfection, qu’elle ne donne prise à un aucun abus de pouvoir ou d’autorité.

Le Fils de Dieu, Jésus, Dieu en personne, n’a pas été trop fier pour accepter de recevoir son pain quotidien des mains de Joseph. Quelle humilité ! Celui à qui tout appartient au ciel, sur terre et dans les enfers, condescend à s’assoir à la table du charpentier de Nazareth et de se nourrir de son pain. Alors qu’il a le pouvoir de changer les pierres en pain (Mathieu 4, 3), de le multiplier (Jean 6, 1-16), il choisit de se contenter de ce que Joseph lui procure quitte à souffrir la faim en certaines circonstances (comme lors de la fuite en Egypte). Il pousse même l’humilité jusqu’à l’en remercier du fond du cœur. Car Jésus n’est pas un ingrat : il remercie pour tout ce qu’on lui donne.

Joseph, fils de Jacob a sauvé le peuple d’Egypte en lui procurant du pain aux temps de famine. Joseph, l’époux de Marie, fait bien plus que cela : par son labeur, il permet que le Fils de Dieu qui est « le pain vivant descendu du ciel » (Jean 6, 51) parvienne à « son heure » et puisse se faire notre viatique, celui qui nous procure la vie divine, la vie éternelle en surabondance. Joseph est ainsi le sauveur du seul Sauveur, celui qui nous sauve de la mort éternelle. Et, il n’est pas que le sauveur d’un seul peuple mais de tous, et de tous les temps.

Pensons-y à chaque fois que nous communions. Le pain que nous recevons est la chair de la chair de Marie, le corps dont Joseph a permis la croissance en pourvoyant à tous ses besoins.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. (Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Saint Joseph, priez pour nous.

Illustre descendant de David, priez pour nous.

Lumière des patriarches, priez pour nous.

Epoux de la Mère de Dieu, priez pour nous.

Chaste gardien de la Vierge, priez pour nous.

Père nourricier du Fils de Dieu, priez pour nous.

Zélé défenseur de Jésus, priez pour nous.

Chef de la sainte Famille, priez pour nous.

Joseph très juste, priez pour nous.

Joseph très chaste, priez pour nous.

Joseph très prudent, priez pour nous.

Joseph très courageux, priez pour nous.

Joseph très obéissant, priez pour nous.

Joseph très fidèle, priez pour nous.

Miroir de patience, priez pour nous.

Ami de la pauvreté, priez pour nous.

Modèle des travailleurs, priez pour nous.

Gloire de la vie de famille, priez pour nous.

Gardien des vierges, priez pour nous.

Soutien des familles, priez pour nous.

Consolation des malheureux, priez pour nous.

Espérance des malades, priez pour nous.

Patron des mourants, priez pour nous.

Terreur des démons, priez pour nous.

Protecteur de la sainte Eglise, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

 

Il l’a établi le maître de sa maison

Et le dispensateur de tous ses biens.

 

Prions.

Ô Dieu, qui, dans votre providence ineffable avez choisi le bienheureux Joseph, pour être l’Epoux de votre sainte Mère, faites, nous vous en prions, que l’honorant ici-bas comme protecteur, nous méritions de l’avoir pour intercesseur dans le Ciel. Vous qui vivez et régnez dans les siècles des siècles. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Chaste gardien de la Vierge

Contemplons

Le mariage de la Vierge, Murillo

Méditons

Le lien qui unit Joseph à Marie est à l’image de celui qui unit Jésus à l’Eglise. « Maris, aimez vos femmes comme le Christ a aimé l’Eglise » (Ephésiens 5, 25). Et c’est ce que Joseph a fait. Il a aimé Marie d’un amour pur et chaste, se donnant à elle, pour elle, et en elle, par elle, avec elle, à Dieu.

Il y a ceux qui aiment avec des mots et il y a ceux qui aiment par des actes. Joseph fait partie de la seconde catégorie. En effet, renonçant à ses droits conjugaux, il donne à Marie de se donner à Dieu corps et âme ; plus encore, il se donne lui-même à Dieu en union avec elle. Tant et si bien qu’on peut dire que dans le « oui » sans réserve de Marie, se fond celui, silencieux mais non moins radical, de Joseph, son époux. Si Marie a pu donner et faire fructifier son « oui », c’est par une grâce insigne de Dieu mais aussi par le « oui » de Joseph qui lui est associé.

A l’Annonciation, Marie demande à l’ange comment elle pourrait concevoir et enfanter le Sauveur puisqu’elle « ne connait pas d’homme » ; elle est pourtant fiancée à Joseph (Luc 1). De cette question, insolite au premier abord, nous déduisons que Marie, contrairement aux usages de son temps, a choisi de demeurer vierge tout en embrassant l’état matrimonial, que Joseph, son fiancé, accepte ce choix de vie et, même, s’y associe. Si tel n’était pas le cas, pourquoi demanderait-elle comment elle pourrait être enceinte alors que le but du mariage est de produire une descendance ? Si Marie écarte la possibilité qu’elle puisse donner le jour à un fils, en l’occurrence le Fils de Dieu, c’est d’une part que sa profonde humilité lui interdit de penser qu’elle puisse être la Vierge annoncée par Isaïe qui donne au monde le Rédempteur et d’autre part parce que Joseph et elle, ont fait le choix de vivre chastement les liens du mariage.

A la plus sainte des femmes, à la Vierge des vierges, à la Vierge consacrée par excellence, celle qui entrainera dans son sillage toute la multitude des consacré(e)s de tous les temps, il fallait un époux à peine moins saint, un époux dont la sainteté atteint les mêmes sommets. Et cet époux, c’est Joseph dont il est sobrement dit qu’il « est un juste, un homme de bien » (Luc 1). Comme Dieu a chargé son ange d’interdire l’entrée du paradis après la chute d’Adam et Eve, ainsi Joseph est établi le gardien de Marie, ce jardin fermé où Dieu trouve ses délices.

C’est à la sainteté de Marie qu’on mesure la sainteté de Joseph ; si Joseph avait été un peu moins saint, jamais le plan de Dieu n’aurait pu s’accomplir. Le « oui » de Marie n’est pas un acte isolé mais l’expression d’un engagement pris par deux époux qui font de leur union un acte de consécration totale à Dieu.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. (Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Saint Joseph, priez pour nous.

Illustre descendant de David, priez pour nous.

Lumière des patriarches, priez pour nous.

Epoux de la Mère de Dieu, priez pour nous.

Chaste gardien de la Vierge, priez pour nous.

Père nourricier du Fils de Dieu, priez pour nous.

Zélé défenseur de Jésus, priez pour nous.

Chef de la sainte Famille, priez pour nous.

Joseph très juste, priez pour nous.

Joseph très chaste, priez pour nous.

Joseph très prudent, priez pour nous.

Joseph très courageux, priez pour nous.

Joseph très obéissant, priez pour nous.

Joseph très fidèle, priez pour nous.

Miroir de patience, priez pour nous.

Ami de la pauvreté, priez pour nous.

Modèle des travailleurs, priez pour nous.

Gloire de la vie de famille, priez pour nous.

Gardien des vierges, priez pour nous.

Soutien des familles, priez pour nous.

Consolation des malheureux, priez pour nous.

Espérance des malades, priez pour nous.

Patron des mourants, priez pour nous.

Terreur des démons, priez pour nous.

Protecteur de la sainte Eglise, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

 

Il l’a établi le maître de sa maison

Et le dispensateur de tous ses biens.

 

Prions.

Ô Dieu, qui, dans votre providence ineffable avez choisi le bienheureux Joseph, pour être l’Epoux de votre sainte Mère, faites, nous vous en prions, que l’honorant ici-bas comme protecteur, nous méritions de l’avoir pour intercesseur dans le Ciel. Vous qui vivez et régnez dans les siècles des siècles. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Epoux de la Mère de Dieu

Contemplons

Les fiançailles de Joseph et Marie, Friedrich Overbeck

Méditons

Si le Père a voulu que son Fils unique, Jésus, soit conçu de l’Esprit-Saint dans le sein de la plus pure des vierges, il n’a pas été dans son dessein qu’il se singularise autrement (en tout cas pendant toutes les années de la vie cachée) que par la sainteté de sa vie, de ses paroles, du témoignage qu’il donne. Aussi, aux yeux des hommes de son temps, Jésus a été le fils de Joseph, lui-même l’époux de Marie. Pour cela, le Père fait de Marie tout à la fois, la Vierge des vierges, la Mère de Dieu et l’épouse de Joseph, l’humble charpentier de Nazareth. Marie vit ainsi un destin d’exception, (elle est vierge avant, pendant après la naissance de Jésus, vrai Dieu et vrai homme) sous les apparences d’une vie tout ordinaire (elle est épouse et mère comme toutes les femmes de son temps).

Si aux yeux de Dieu, Marie est la « comblée-de-grâce, » celle qui porte en elle le Créateur lui-même, « celui que le ciel et la terre ne peuvent contenir » (1 Rois 8, 27), aux yeux du monde, elle est simplement l’épouse de Joseph. Dieu souligne  ainsi le rôle de premier plan que Joseph est appelé à tenir dans le mystère de l’Incarnation. En effet, à l’Annonciation, l’ange Gabriel est député à Marie alors qu’elle est déjà fiancée à Joseph : « L’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée appelée Nazareth, vers une vierge qui était fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph » (Luc 1, 26). Si Dieu a attendu que Marie soit fiancée pour lui faire part de son choix de se faire homme par elle, c’est pour signifier que son projet ne se réalisera pas par-devers Joseph mais avec sa collaboration. Plus tard, alors qu’il ne sait quelle place tenir dans le mystère de l’Incarnation, Joseph est confirmé par Dieu lui-même dans sa qualité d’époux de Marie. Tant et si bien qu’on pourrait affirmer que c’est le Père lui-même qui accorde à Joseph, la Vierge en mariage : « ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse » (Mathieu 1, 20).

Marie et Joseph n’ont pas été des époux de façade. Au contraire, ils ont réalisé toutes les obligations du mariage au sens chrétien du terme. Joseph a aimé Marie comme le Christ a aimé l’église à savoir plus que lui-même, jusqu’à se sacrifier pour elle ; Marie a aimé Joseph en se soumettant à lui sans réserve aucune. Et si Marie s’est troublée quand l’ange Gabriel est venu la visiter, jamais elle n’a eu la moindre inquiétude en présence de Joseph. Si l’union de Marie et de Joseph n’a pas donné naissance à des frères et sœurs pour Jésus, elle n’est pourtant pas restée sans une nombreuse descendance car, en Jésus, Marie est la Mère de tout le peuple de Dieu et Joseph, par voie de conséquence, son gardien, son nourricier, son père putatif.

Les Evangiles ne nous précisent pas dans quelles circonstances Marie a été accordée en mariage à Joseph. Et, ce n’est pas ce qui importe le plus. Ce qui compte, c’est que Dieu atteste par la voix de son ange, qu’il bénit cette union. Si nous voulons en savoir davantage, il nous faut recourir aux Evangiles apocryphes ou aux révélations des mystiques comme Maria d’Agréda, sœur Maria Cecilia Baij ou Maria Valtorta qui nous rapportent que Marie a été élevée au temple de Jérusalem où elle a été intégrée au chœur des vierge chargées de chanter les louanges du Très-Haut. Une fois en âge de se marier, le grand prêtre, en ce temps-là Zacharie, celui-là même qui est l’époux d’Elisabeth, le père de Jean-Baptiste, convoque au temple tous les hommes qu’il juge dignes de Marie. Joseph fit partie des hommes convoqués. Le grand prêtre fit rassembler et déposer dans le sanctuaire, les rameaux secs (car c’est l’hiver) qu’il a demandé à chaque prétendant d’apporter. Après avoir instamment prié, voilà que le rameau de Joseph se met à fleurir le désignant comme l’élu de Dieu pour épouser la Vierge sans pareille. Maria Valtorta précise que chaque printemps, Joseph offrait à Marie le premier rameau d’amandier fleuri en souvenir de ce miracle qui le désigna pour l’heureux époux de la Mère de Dieu.

Pieuse légende diront certains. Toujours est-il qu’il n’est quasiment aucune représentation de saint Joseph qui ne le montre sans son bâton fleuri… d’où cela peut-il bien venir ?

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. (Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Saint Joseph, priez pour nous.

Illustre descendant de David, priez pour nous.

Lumière des patriarches, priez pour nous.

Epoux de la Mère de Dieu, priez pour nous.

Chaste gardien de la Vierge, priez pour nous.

Père nourricier du Fils de Dieu, priez pour nous.

Zélé défenseur de Jésus, priez pour nous.

Chef de la sainte Famille, priez pour nous.

Joseph très juste, priez pour nous.

Joseph très chaste, priez pour nous.

Joseph très prudent, priez pour nous.

Joseph très courageux, priez pour nous.

Joseph très obéissant, priez pour nous.

Joseph très fidèle, priez pour nous.

Miroir de patience, priez pour nous.

Ami de la pauvreté, priez pour nous.

Modèle des travailleurs, priez pour nous.

Gloire de la vie de famille, priez pour nous.

Gardien des vierges, priez pour nous.

Soutien des familles, priez pour nous.

Consolation des malheureux, priez pour nous.

Espérance des malades, priez pour nous.

Patron des mourants, priez pour nous.

Terreur des démons, priez pour nous.

Protecteur de la sainte Eglise, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

 

Il l’a établi le maître de sa maison

Et le dispensateur de tous ses biens.

 

Prions.

Ô Dieu, qui, dans votre providence ineffable avez choisi le bienheureux Joseph, pour être l’Epoux de votre sainte Mère, faites, nous vous en prions, que l’honorant ici-bas comme protecteur, nous méritions de l’avoir pour intercesseur dans le Ciel. Vous qui vivez et régnez dans les siècles des siècles. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Retrouvez ces méditations sur le Blog de la paroisse La Croix glorieuse : http://blog.croix-glorieuse.org/

Ces méditations rassemblées en carnets par thème : http://www.croix-glorieuse.org/devotions

De nombreux enregistrements de rosaires, chemins de croix et diverses dévotions : http://www.croix-glorieuse.org/audio

Vous pouvez ne pas souhaiter recevoir ce courriel ; si c’est le cas, faites-le savoir par simple retour. Vous pouvez aussi proposer à d’autres de participer à ce cénacle de prière en ligne ; pour cela il suffit de transférer ce message !

Lumière des patriarches

Contemplons

Saint Joseph, Murillo

Méditons

Joseph est appelé la lumière des patriarches parce que, plus que tous, il a reçu de lumière sur le mystère de l’Incarnation et qu’il y a même été directement impliqué. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle sa fête, le 19 mars, est célébrée peu de jours avant celle de l’Annonciation, le 25 mars. 

Joseph est élevé au-dessus de tous les saints de l’ancienne et de la nouvelle alliance. En effet, Adam est appelé le premier homme, Abraham le père des croyants, Joseph, fils de Jacob, est établi l’intendant de tous les biens de pharaon et investi de toute son autorité. Mais la dignité de Joseph l’emporte sur tous. Il est le père de Jésus, le nouvel Adam, celui qui rachète tout le genre humain.

Plus que Noé, il mérite d’être appelé « homme juste et parfait parmi ceux de son temps » (Genèse 6, 9) car de lui l’Esprit-Saint atteste par la voix de l’Evangéliste saint Mathieu « qu’il est un juste » (Mathieu 1, 19). Bien plus qu’Abraham, il mérite d’être appelé le père des croyants étant celui de Jésus, le Fils de Dieu. Plus que le Joseph de l’Ancien Testament, il est digne d’être exalté parce qu’il est le père du Roi des rois, celui qui « règnera sans fin sur la maison de Jacob » (Luc 1, 32-33).

Saint Joseph est bien plus grand que le patriarche Joseph de l’Ancien Testament. En effet, le premier Joseph, vendu par ses frères est conduit en Egypte tandis que le second, fuyant la jalousie d’Hérode, y met le Christ à l’abri. Le premier Joseph, fidèle à son maître Potiphar, respecte son épouse, le second, est le gardien de la Mère de son Seigneur, le témoin de sa virginité. Au premier fut donnée la capacité d’interpréter les songes tandis que le second reçoit directement les communications du Ciel. Au premier, il est donné de nourrir son peuple pendant sept années de famine alors que le second reçoit en sa garde Jésus, le Pain vivant qui est descendu du Ciel (Jean 6, 51), pour lui-même et pour le monde entier jusqu’à la fin des temps.

« Jésus est la vraie lumière qui illumine tout homme venant en ce monde » (Jean 1, 9). Parce que Joseph a vécu pendant tant d’année dans l’intimité immédiate de Jésus, l’éclat de sa lumière resplendit en lui. Et étonnamment, plus nous nous éloignons de lui dans le temps, plus la lumière qu’il rayonne semble nous éclairer.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. (Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Saint Joseph, priez pour nous.

Illustre descendant de David, priez pour nous.

Lumière des patriarches, priez pour nous.

Epoux de la Mère de Dieu, priez pour nous.

Chaste gardien de la Vierge, priez pour nous.

Père nourricier du Fils de Dieu, priez pour nous.

Zélé défenseur de Jésus, priez pour nous.

Chef de la sainte Famille, priez pour nous.

Joseph très juste, priez pour nous.

Joseph très chaste, priez pour nous.

Joseph très prudent, priez pour nous.

Joseph très courageux, priez pour nous.

Joseph très obéissant, priez pour nous.

Joseph très fidèle, priez pour nous.

Miroir de patience, priez pour nous.

Ami de la pauvreté, priez pour nous.

Modèle des travailleurs, priez pour nous.

Gloire de la vie de famille, priez pour nous.

Gardien des vierges, priez pour nous.

Soutien des familles, priez pour nous.

Consolation des malheureux, priez pour nous.

Espérance des malades, priez pour nous.

Patron des mourants, priez pour nous.

Terreur des démons, priez pour nous.

Protecteur de la sainte Eglise, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

 

Il l’a établi le maître de sa maison

Et le dispensateur de tous ses biens.

 

Prions.

Ô Dieu, qui, dans votre providence ineffable avez choisi le bienheureux Joseph, pour être l’Epoux de votre sainte Mère, faites, nous vous en prions, que l’honorant ici-bas comme protecteur, nous méritions de l’avoir pour intercesseur dans le Ciel. Vous qui vivez et régnez dans les siècles des siècles. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Illustre descendant de David

Contemplons

Le rêve de Saint Joseph, Gaetano Gandolfi

Méditons

Saint Joseph est fils de David à savoir qu’il est un descendant de ce « roi selon le cœur de Dieu, » qu’il est de cette lignée dont les prophéties annoncent que sortira le Messie.

« L’Eternel s’est cherché un homme selon son cœur, et l’Eternel l’a établi prince sur son peuple » (1 Sam 13-14). « J’ai trouvé David, le fils de Jessé, un homme selon mon cœur, qui fera toute ma volonté » (Actes 13, 22). Si David, malgré ses péchés, est appelé « roi selon le cœur de Dieu » combien plus ces paroles s’appliquent à Joseph, son descendant, lui qui a été établi le père du Messie, lui à qui le Fils de Dieu et sa Mère Immaculée se sont soumis sans réserve et pendant toutes les années de la vie cachée à Nazareth. David est un « roi selon le cœur de Dieu » mais c’est Joseph qui donne et révèle le vrai roi d’Israël qui est Dieu-même.

L’appartenance à la race de David est d’une importance de premier ordre car c’est d’elle que doit sortir le Messie qui régnera éternellement sur la maison d’Israël. Aussi, les Evangélistes soulignent cette appartenance à chaque fois qu’ils évoquent la figure de Joseph. C’est le cas dans les deux généalogies de Jésus, celle descendante de Mathieu (« David a engendré… qui a engendré Joseph, l’époux de Marie, de laquelle est né Jésus qui est appelé Christ » Mathieu 1, 6-17), celle ascendante de Luc (« Quand il commença, Jésus avait environ trente ans ; il était, à ce que l’on pensait, fils de Joseph, fils d’Eli,… fils de David… » Luc 1, 23-31) et lors du recensement (« Joseph, lui aussi, monta de Galilée, depuis la ville de Nazareth, vers la Judée, jusqu’à la ville de David appelée Bethléem. Il était en effet de la maison et de la lignée de David » Luc 2, 4). Et aucun doute n’est permis sur l’appartenance de Joseph à la race de David car lorsque l’archange s’adresse à lui en songe, il lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre Marie pour épouse car ce qui a été conçu en elle vient de l’Esprit-Saint » (Mathieu 1, 20). C’est Dieu-même qui atteste de l’appartenance de Joseph à la race de David.

Si Jésus est descendant de David par la chair car fils de Marie, il est inscrit dans sa lignée par Joseph, son père aux yeux de la loi. Par Joseph, Jésus est ainsi constitué hériter de tous les biens, investi de tous les droits liés à ce statut. En effet, il est révélé dans sa légitimité d’héritier du trône de David comme l’annonça Gabriel à Marie le jour de l’Annonciation. « Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera éternellement sur la maison de Jacob, et son règne n’aura point de fin » (Luc 1, 32).

Si David est un « roi selon le cœur de Dieu, » Joseph est pour le vrai roi d’Israël un père selon le cœur de Dieu. En effet, à lui s’est soumis sans réserve le seul vrai roi d’Israël, le Messie, Jésus, Dieu fait homme. A lui s’est soumis en toute confiance, la Vierge immaculée, Mère du Rédempteur et, en elle, tout le peuple d’Israël. Personne, plus que Joseph, ne mérite donc le titre « d’illustre descendant de David » car jamais plus on ne verra un homme être servi, honoré, par le roi des rois, par Dieu-même, et à sa suite par tout son peuple, comme il le fut.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. (Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Saint Joseph, priez pour nous.

Illustre descendant de David, priez pour nous.

Lumière des patriarches, priez pour nous.

Epoux de la Mère de Dieu, priez pour nous.

Chaste gardien de la Vierge, priez pour nous.

Père nourricier du Fils de Dieu, priez pour nous.

Zélé défenseur de Jésus, priez pour nous.

Chef de la sainte Famille, priez pour nous.

Joseph très juste, priez pour nous.

Joseph très chaste, priez pour nous.

Joseph très prudent, priez pour nous.

Joseph très courageux, priez pour nous.

Joseph très obéissant, priez pour nous.

Joseph très fidèle, priez pour nous.

Miroir de patience, priez pour nous.

Ami de la pauvreté, priez pour nous.

Modèle des travailleurs, priez pour nous.

Gloire de la vie de famille, priez pour nous.

Gardien des vierges, priez pour nous.

Soutien des familles, priez pour nous.

Consolation des malheureux, priez pour nous.

Espérance des malades, priez pour nous.

Patron des mourants, priez pour nous.

Terreur des démons, priez pour nous.

Protecteur de la sainte Eglise, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

 

Il l’a établi le maître de sa maison

Et le dispensateur de tous ses biens.

 

Prions.

Ô Dieu, qui, dans votre providence ineffable avez choisi le bienheureux Joseph, pour être l’Epoux de votre sainte Mère, faites, nous vous en prions, que l’honorant ici-bas comme protecteur, nous méritions de l’avoir pour intercesseur dans le Ciel. Vous qui vivez et régnez dans les siècles des siècles. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Saint Joseph

Contemplons

Saint Joseph, Giovanni Domenico Tiepolo

Méditons

Après avoir rendu à Dieu le culte qui lui revient, après avoir honoré Marie, la Mère de Dieu, la Vierge des vierges, nous voici devant notre aimable Joseph, ce grand saint que nous n’invoquons jamais sans nous sentir gagné par un soupçon d’émotion. Avant de décliner toutes ses vertus, tous ses mérites, tout ce qui fait sa grandeur tant aux yeux de Dieu qu’aux nôtres, nous l’appelons simplement par son nom, Joseph, certains qu’à lui seul il suffit pour faire descendre sur nous les plus abondantes bénédictions.

Le nom de Joseph est béni à bien des titres. Il suffit de penser que Jésus, le Fils unique du Père, la seconde personne de la Très Sainte Trinité, Dieu-même, que la Très Sainte Vierge Marie, créature unique parce que seule rendue et trouvée digne d’être la Mère du Rédempteur, l’ont prononcé avec un respect teinté d’amour, de reconnaissance, d’admiration. Oui, Joseph a vécu dans l’intimité immédiate de Jésus et de Marie pendant toutes les années de la vie cachée à Nazareth, de l’exil en Egypte, années au cours desquelles tous deux, même si incomparablement plus élevés que lui en grâce et en dignité, se sont soumis à lui comme à celui que Dieu le Père lui-même a établi pour leur sauvegarde.

Si la sainteté de Joseph a été telle, qu’elle a été le jardin dans lequel ont été semées et se sont épanouies les vocations uniques de Jésus et de Marie, elle s’est elle-même envolée jusqu’à atteindre des hauteurs inégalées et inégalables. En effet, à quels sommets de sainteté, Joseph n’a-t-il pas été élevé pour avoir vécu dans l’intimité immédiate de Jésus, le Rédempteur de tous les hommes, et de Marie, la « Comblée-de-grâce. »

En prononçant, à la suite de Jésus, de Marie, le nom béni de Joseph, nous nous souvenons de l’importance du nom en lien avec la mission à laquelle celui qui le porte est appelé. Ainsi, à l’Annonciation, l’archange Gabriel dit à Marie, puis à Joseph, de donner à l’enfant à naitre le nom de Jésus qui signifie « Dieu sauve. » Ce nom, qui est le sien de toute éternité, nous renseigne sur la mission salvatrice de Jésus. Si à l’annonce de la naissance du Baptiste, l’ange dit à Zacharie, de le prénommer Jean, c’est parce que de toute éternité, dans la pensée de Dieu, c’est ainsi qu’il s’appelle. Nous ne savons rien de la manière dont le nom de Joseph a été choisi par ses parents, mais une chose est sûre, c’est que pour être appelé à remplir une mission aussi délicate que d’éduquer le Fils de Dieu à devenir le Rédempteur, d’être l’époux de la Vierge Immaculée, de conserver le secret de Dieu sur l’origine divine du Christ jusqu’après la Pentecôte, de tenir la place du Père éternel auprès de Jésus et de Marie en cette vie, c’est qu’il a été présent de toute éternité dans la pensée de Dieu. Saint Bernard nous dit à ce sujet : « vous pouvez conjecturer quel personnage fut saint Joseph d’après la seule interprétation de son nom qui veut dire « augmentation. » Nom béni, le premier que bégaya l’enfant Jésus sur les genoux de son père nourricier, nom respectable que Marie redisait matin et soir à Nazareth en saluant son époux et qu’elle répétait souvent dans la journée. »

Enfin, le nom béni de Joseph est honoré par Dieu-même. C’est ce qui ressort de la manière dont l’archange s’adresse à lui. En effet, lorsque Gabriel lui parle en songe, il l’appelle « Joseph, fils de David » l’honorant d’une respectueuse déférence. Ainsi, l’archange Gabriel nous renseigne sur la place unique que tient Joseph dans le mystère de l’Incarnation et qui lui vaut d’être honoré, et de Dieu, et de sa Mère, et de toutes les multitudes célestes, et de tous les élus.

Très saint Joseph, vous qui êtes si proches de Jésus et de Marie, vous qui vous êtes montré tellement digne d’eux qu’en cette vie ils s’en sont remis à vous en toute confiance, vous qu’ils aiment pour tout ce que vous êtes et tout ce que vous leur avez donné, priez pour nous.

Et, parce que nous savons que pour l’amour de Jésus et de Marie, vous nous aimez et ne souhaitez rien davantage que de nous voir vous rejoindre au Ciel, parce que tel est leur plus ardent désir, priez pour nous.

Et parce qu’à l’heure de notre grand passage, nous voulons être trouvés dignes des promesses de Jésus, et qu’avec votre aide nous le serons, nous en appelons à l’amour paternel dont vous brûlez. Comme Jésus, comme Marie, nous nous en remettons à vous et disons pleins de confiance et d’amour : « très cher saint Joseph, vous que nous aimons de tout notre cœur de pauvre pécheur, priez pour nous. »

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. (Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Saint Joseph, priez pour nous.

Illustre descendant de David, priez pour nous.

Lumière des patriarches, priez pour nous.

Epoux de la Mère de Dieu, priez pour nous.

Chaste gardien de la Vierge, priez pour nous.

Père nourricier du Fils de Dieu, priez pour nous.

Zélé défenseur de Jésus, priez pour nous.

Chef de la sainte Famille, priez pour nous.

Joseph très juste, priez pour nous.

Joseph très chaste, priez pour nous.

Joseph très prudent, priez pour nous.

Joseph très courageux, priez pour nous.

Joseph très obéissant, priez pour nous.

Joseph très fidèle, priez pour nous.

Miroir de patience, priez pour nous.

Ami de la pauvreté, priez pour nous.

Modèle des travailleurs, priez pour nous.

Gloire de la vie de famille, priez pour nous.

Gardien des vierges, priez pour nous.

Soutien des familles, priez pour nous.

Consolation des malheureux, priez pour nous.

Espérance des malades, priez pour nous.

Patron des mourants, priez pour nous.

Terreur des démons, priez pour nous.

Protecteur de la sainte Eglise, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

 

Il l’a établi le maître de sa maison

Et le dispensateur de tous ses biens.

 

Prions.

Ô Dieu, qui, dans votre providence ineffable avez choisi le bienheureux Joseph, pour être l’Epoux de votre sainte Mère, faites, nous vous en prions, que l’honorant ici-bas comme protecteur, nous méritions de l’avoir pour intercesseur dans le Ciel. Vous qui vivez et régnez dans les siècles des siècles. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Priez pour nous

Contemplons

Saint Joseph, Josef Ignaz Mildorfer

Méditons

Si, aux invocations de Dieu, nous répondons « ayez pitié de nous, » à celles des saints, en l’occurrence, la Très Sainte Vierge Marie, saint Joseph, nous répondons « priez pour nous. » En effet, si de Dieu nous implorons pitié et miséricorde, des saints, nous sollicitons l’aide fraternelle pour obtenir toute grâce et, en premier lieu, le salut.

Les saints sont nos frères en Jésus-Christ : ils sont aujourd’hui « tout en Dieu qui est tout en eux » (Corinthiens 15, 28). En effet, si, ici-bas, Dieu est présent mais enfoui en chaque être humain, il est pleinement révélé dans les saints du Ciel qui le rayonnent par la gloire dont ils sont revêtus. Sur terre, ils sont passés par les mêmes épreuves que nous mais, au Ciel, ils sont libérés de toutes les entraves corporelles qui empêchent l’élan spontané vers Dieu. La Très Sainte Vierge Marie se portait naturellement vers Dieu en raison des grâces particulières liées à son Immaculée Conception. D’autres saints, sur terre, se portaient plus naturellement (mais bien moins que Marie !) vers Dieu par une grâce particulière. Cependant, ce n’est pas l’attitude normale de tous les humains car chacun porte en lui les conséquences de la faute originelle ainsi que celles, innombrables, des péchés qu’ils commettent personnellement. « Car sept fois (par jour) le juste tombe, et il se relève, mais les méchants sont précipités dans le malheur » (Proverbes 24, 16).

Au Ciel, les saints sont libérés de toutes les conséquences du péché originel et, par conséquent, ne sont plus portés au péché. Ils sont uniquement portés à l’amour de Dieu qu’ils adorent et aiment sans retour pour les avoir créés, sauvés, sanctifiés, parce qu’il est l’amour-même, parce qu’il est infiniment digne d’être aimé, parce que l’aimer et en être aimé, c’est le seul vrai bonheur. Ils sont portés à l’amour du prochain, c’est-à-dire de nous tous encore en chemin sur la terre, dont ils veulent le salut pour l’amour de Dieu, pour l’amour de nous. Et contrairement au nôtre, leur amour est dénué de tout égoïsme. 

Parce qu’ils se tiennent devant le trône de Dieu, derrière la Très Sainte Vierge Marie, brûlants sans se consumer jamais comme le buisson ardent, et que Dieu trouve en eux ses complaisances, les saints, les enfants du Père dans son Fils unique Jésus-Christ, parce que Dieu veut les glorifier en nous accordant ses dons par leur intercession, nous recourrons à eux et leur demandons de joindre leurs prières parfaites aux nôtres maculées par le péché.

Les saints intercèdent pour nous en présentant à Dieu les prières que nous leur adressons, unis aux mérites qu’ils se sont accumulés au cours de leur existence terrestre et qui leur valent leur bonheur actuel au Ciel. Ils présentent nos prières unies aux leurs, par la médiation de Marie, la toute-puissance d’intercession, qui se fond, elle-même, dans l’unique médiation de Jésus-Christ auprès du Père.

Prenons la main fraternelle que les saints nous tendent et recourrons à leurs prières pour enrichir les nôtres. Et, tout en saisissant leurs mains, n’oublions pas de les contempler dans l’admiration afin d’imiter l’exemple qu’ils nous ont laissé et ainsi pouvoir les retrouver un jour au Ciel.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. (Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Saint Joseph, priez pour nous.

Illustre descendant de David, priez pour nous.

Lumière des patriarches, priez pour nous.

Epoux de la Mère de Dieu, priez pour nous.

Chaste gardien de la Vierge, priez pour nous.

Père nourricier du Fils de Dieu, priez pour nous.

Zélé défenseur de Jésus, priez pour nous.

Chef de la sainte Famille, priez pour nous.

Joseph très juste, priez pour nous.

Joseph très chaste, priez pour nous.

Joseph très prudent, priez pour nous.

Joseph très courageux, priez pour nous.

Joseph très obéissant, priez pour nous.

Joseph très fidèle, priez pour nous.

Miroir de patience, priez pour nous.

Ami de la pauvreté, priez pour nous.

Modèle des travailleurs, priez pour nous.

Gloire de la vie de famille, priez pour nous.

Gardien des vierges, priez pour nous.

Soutien des familles, priez pour nous.

Consolation des malheureux, priez pour nous.

Espérance des malades, priez pour nous.

Patron des mourants, priez pour nous.

Terreur des démons, priez pour nous.

Protecteur de la sainte Eglise, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

 

Il l’a établi le maître de sa maison

Et le dispensateur de tous ses biens.

 

Prions.

Ô Dieu, qui, dans votre providence ineffable avez choisi le bienheureux Joseph, pour être l’Epoux de votre sainte Mère, faites, nous vous en prions, que l’honorant ici-bas comme protecteur, nous méritions de l’avoir pour intercesseur dans le Ciel. Vous qui vivez et régnez dans les siècles des siècles. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Sainte Marie

Contemplons

Le couronnement de Marie dans le Ciel, basilique de Seckau, Autriche

Méditons

Dès lors que des litanies concernent un saint, avant de l’invoquer, elles sollicitent la prière de la Très Sainte Vierge Marie, la Mère de Dieu, la Vierge des vierges. L’Eglise met ainsi l’accent sur ses privilèges singuliers, uniques, ses mérites suréminents. Marie est la toute-puissance d’intercession qui se tient devant le trône de Dieu pour plaider notre cause comme ce fut le cas aux noces de Cana (Jean 2, 1-11).

Parce qu’elle est la Mère de Dieu, un et trine, de son Créateur, de son Rédempteur, de son Sanctificateur, parce qu’elle est la servante du Seigneur la plus empressée, parce qu’elle est d‘une pureté sans pareille, parce qu’elle est tout donnée à Dieu, son intercession surpasse, à elle seule, celle de tous les saints du Ciel réunis, et sa prière suffit à nous obtenir de Dieu tout ce dont nous le prions.

Par ailleurs, elle est la médiatrice de toutes les grâces à savoir qu’aucun bienfait ne nous est accordé sans qu’il ne s’épanche de ses mains immaculées. Bossuet affirme dans ce sens : « ayant mis au monde l’auteur de la grâce, elle est associée à toutes les grâces » et saint Ildephonse confirme ce propos en s’adressant ainsi à la Sainte Vierge: « O Marie ! Il a plu au Seigneur de remettre entre vos mains tous les biens qu’il a préparés aux hommes ; il vous a confié tous les trésors et toutes les richesses de ses grâces. »

La puissance d’intercession de Marie est tellement supérieure à celle de tous les élus, que la prière du saint auquel nous souhaitons recourir, ne peut que se fondre dans celle permanente, excellente, irrésistible de Marie. Ainsi la prière de toute l’église triomphante (les saints du Ciel), unie à celle de l’Eglise militante (nous tous) se fond dans celle, toute-puissante, de Marie, la Mère, la figure, l’image de l’Eglise dans toute sa perfection.

Mais alors, pourquoi nous adresser à un saint et même à saint Joseph, dont nous savons cependant qu’il tient une place éminente dans le Ciel ? Parce que Dieu, dans sa grande bonté, veut que nous imitions ceux en qui il a accompli des merveilles et que, dans ce but, il souhaite que nous les connaissions, que nous entretenions avec eux des relations intimes et confiantes, parce qu’il veut que nous nous souvenions, pour notre édification, de leurs mérites et des renoncements auxquels ils ont consenti pour son amour. Aussi, n’accorde-il certaines grâces que par leur intercession. Comme Marie dit à Fatima que seule Notre-Dame du Rosaire peut obtenir la paix, ainsi chaque bienfait en particulier est confié à un saint, une sainte que Dieu glorifie dans l’éternité en nous l’accordant par son intercession. C’est ainsi que s’accomplit entre-autre la parole de Jésus : « C’est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître » (Mathieu 25, 23). 

S’agissant de saint Joseph que nous voulons particulièrement honorer pendant ce mois, Dieu se plait à nous accorder toutes les grâces dont nous le prions, sans restriction en raison de sa grande sainteté, de son titre de Père nourricier de Jésus et d’époux de Marie. Pour être si intimement uni à Jésus, Dieu-même, et à Marie, sa Mère immaculée, pour les avoir tant aimés et si bien servis, il ne peut qu’être un intercesseur tout-puissant, tant auprès de Dieu que de son épouse, la Très-Sainte Vierge Marie.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. (Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Saint Joseph, priez pour nous.

Illustre descendant de David, priez pour nous.

Lumière des patriarches, priez pour nous.

Epoux de la Mère de Dieu, priez pour nous.

Chaste gardien de la Vierge, priez pour nous.

Père nourricier du Fils de Dieu, priez pour nous.

Zélé défenseur de Jésus, priez pour nous.

Chef de la sainte Famille, priez pour nous.

Joseph très juste, priez pour nous.

Joseph très chaste, priez pour nous.

Joseph très prudent, priez pour nous.

Joseph très courageux, priez pour nous.

Joseph très obéissant, priez pour nous.

Joseph très fidèle, priez pour nous.

Miroir de patience, priez pour nous.

Ami de la pauvreté, priez pour nous.

Modèle des travailleurs, priez pour nous.

Gloire de la vie de famille, priez pour nous.

Gardien des vierges, priez pour nous.

Soutien des familles, priez pour nous.

Consolation des malheureux, priez pour nous.

Espérance des malades, priez pour nous.

Patron des mourants, priez pour nous.

Terreur des démons, priez pour nous.

Protecteur de la sainte Eglise, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

 

Il l’a établi le maître de sa maison

Et le dispensateur de tous ses biens.

 

Prions.

Ô Dieu, qui, dans votre providence ineffable avez choisi le bienheureux Joseph, pour être l’Epoux de votre sainte Mère, faites, nous vous en prions, que l’honorant ici-bas comme protecteur, nous méritions de l’avoir pour intercesseur dans le Ciel. Vous qui vivez et régnez dans les siècles des siècles. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Ayez pitié de nous

Contemplons

La Sainte Trinité, Lukas Cranach

Méditons

A chaque invocation de la Très Sainte Trinité, nous répondons « ayez pitié de nous. » Nous le faisons donc à sept reprises au début des litanies. Nous exaltons Dieu, un et trine, en en appelant à la seule chose qui puisse justifier qu’il s’intéresse à nous : sa miséricorde.

Qui est Dieu ? Qui est l’homme pour que Dieu s’intéresse à lui ? En effet, il y a entre Dieu qui a tout créé, et nous qu’il a tiré du néant, une telle distance, qu’il est incompréhensible que ce que nous sommes, ce que nous faisons, puissent présenter pour lui un quelconque intérêt. De plus, Il est autosuffisant. Dans l’une des préfaces, l’Eglise proclame : « Tu n’as pas besoin de notre louange, et pourtant c’est toi qui nous inspires de te rendre grâce : nos chants n’ajoutent rien à ce que tu es, mais ils nous rapprochent de toi, par le Christ, Notre Seigneur. » Oui, qui est Dieu et qui sommes-nous pour que nous présentions un quelconque intérêt à ses yeux ?

En contemplant la foule affamée, Jésus dit : « J’ai pitié de cette foule : depuis trois jours déjà, ils sont avec moi et n’ont rien à manger. Je ne veux pas les renvoyer à jeun ; ils pourraient défaillir en route » (Matthieu 15, 32). La pitié : voilà ce qui nous révèle le Cœur de Dieu. Il a pitié de nous, de notre état, de notre condition. C’est en raison de sa pitié qu’il s’est fait l’un d’entre nous, qu’il a endossé le pire des sorts qu’on puisse réserver à un être humain, afin de nous élever à la sublime dignité d’enfants de Dieu. Ce ne sont pas nos œuvres qui nous sauvent mais c’est l’infinie miséricorde de Dieu, sa pitié aimante.

Aussi, ne nous sentons pas rabaissés en quémandant la miséricorde divine, en prononçant les mots « ayez pitié de nous » car ils n’ont rien d’humiliants. Au contraire, en les prononçant, relevons nos têtes pour remercier Dieu de s’abaisser jusqu’à nous, de nous écouter, de nous exaucer : dans son Incarnation, dans sa Passion, il a parcouru un bien plus grand chemin pour condescendre jusqu’à nous, que nous n’en ferons jamais en prenant sur nous la plus crucifiante des humiliations. Car, c’est la pitié du Seigneur qui nous relève, qui nous sauve, qui nous élève jusqu’à faire de nous ses enfants en Jésus-Christ, vrai Dieu, vrai homme, le Fils unique du Père, la seconde personne de la Très Sainte Trinité.

Dans sa sagesse, l’Eglise, nous fait toujours avoir recours à la pitié, à la miséricorde de Dieu dont elle nous assure en même temps qu’elle nous est acquise. Ainsi, elle nous fait garder à l’esprit, et surtout au cœur, que rien ne nous est plus indispensable que la miséricorde divine, qu’elle n’est pas un dû mais le plus beau des cadeaux du Dieu trois fois saint. Dans ce sens, le saint Padre Pio disait, qu’il « est plus facile à la terre d’exister sans le soleil que sans le saint Sacrifice de la Messe. » Ce qui doit donc surtout nous importer n’est pas d’obtenir la miséricorde de Dieu, car celui qui n’est qu’amour ne peut la refuser, mais plutôt de l’accueillir. En effet, l’enfer n’est pas rempli de ceux à qui Dieu a refusé sa miséricorde mais bel et bien de ceux qui ont refusé de l’accueillir.   

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. (Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Saint Joseph, priez pour nous.

Illustre descendant de David, priez pour nous.

Lumière des patriarches, priez pour nous.

Epoux de la Mère de Dieu, priez pour nous.

Chaste gardien de la Vierge, priez pour nous.

Père nourricier du Fils de Dieu, priez pour nous.

Zélé défenseur de Jésus, priez pour nous.

Chef de la sainte Famille, priez pour nous.

Joseph très juste, priez pour nous.

Joseph très chaste, priez pour nous.

Joseph très prudent, priez pour nous.

Joseph très courageux, priez pour nous.

Joseph très obéissant, priez pour nous.

Joseph très fidèle, priez pour nous.

Miroir de patience, priez pour nous.

Ami de la pauvreté, priez pour nous.

Modèle des travailleurs, priez pour nous.

Gloire de la vie de famille, priez pour nous.

Gardien des vierges, priez pour nous.

Soutien des familles, priez pour nous.

Consolation des malheureux, priez pour nous.

Espérance des malades, priez pour nous.

Patron des mourants, priez pour nous.

Terreur des démons, priez pour nous.

Protecteur de la sainte Eglise, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

 

Il l’a établi le maître de sa maison

Et le dispensateur de tous ses biens.

 

Prions.

Ô Dieu, qui, dans votre providence ineffable avez choisi le bienheureux Joseph, pour être l’Epoux de votre sainte Mère, faites, nous vous en prions, que l’honorant ici-bas comme protecteur, nous méritions de l’avoir pour intercesseur dans le Ciel. Vous qui vivez et régnez dans les siècles des siècles. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

La Très Sainte Trinité

Contemplons

La Sainte Trinité, Artus Wolffort

Méditons

Une prière bien composée éclaire le propos théologique sur lequel elle s’appuie pour justifier sa raison d’être. Elle enrichit les connaissances catéchétiques du croyant et contribue à défendre la véritable foi des hérésies qui tendent à la déformer et à l’abaisser au rang de pure superstition. Aussi, les litanies commencent-elles par invoquer Dieu dans son principe premier, celui qui fait l’originalité du christianisme. En effet, nous croyons en un Dieu un et trine, à savoir un seul Dieu en trois personnes distinctes.

Les litanies commencent donc par une invocation à chaque personne de la Trinité, le Père, le Fils, le Saint-Esprit, avant d’invoquer et, par voie de conséquence, de proclamer l’indivisible unité de ces trois personnes. « La pédagogie, c’est l’art de la répétition » dit la sagesse populaire. L’Eglise, maitresse de sagesse, sait qu’il ne suffit pas d’inculquer les vérités de foi lors du catéchisme d’enfance mais qu’il faut sans cesse les rappeler pour qu’elles puissent être assimilées. Aussi, cette affirmation de foi en un Dieu unique en trois personnes est-elle rappelée à chaque fois qu’on récite, qu’on chante les litanies.

Lors des fêtes des saints, la liturgie s’adresse à Dieu en lui disant : « en couronnant tes saints, tu couronnes tes propres dons. » En commençant les litanies par invoquer la Très Sainte Trinité, l’Eglise nous rappelle que c’est à Dieu seul, comme le principe et l’origine de tout bien, que revient la louange et l’action de grâce car c’est lui qui nous donne, comme une grâce insigne, d’accomplir et de persévérer dans le bien. C’est dans ce sens, que la Vierge Marie proclame dans son Magnificat (et à sa suite tous les saints) : « il s’est penché sur son humble servante, désormais tous les âges me diront bienheureuse. » En effet, si nous sommes les seuls auteurs de nos péchés, c’est Dieu qui nous donne, comme un don de son amour indéfectible, de faire le bien et nous rend digne du salut qu’il nous offre en Jésus-Christ, son Fils unique, la seconde personne de la Très Sainte Trinité.

Dieu est l’alpha et l’Omega de toute chose. Tout vient de lui, tout est pour lui. Tout a son origine en lui et c’est vers lui que tout retourne. Il nous a donné la vie, il nous a sauvés, il nous a sanctifiés ; il nous jugera à la fin de cette vie comme à la fin des temps et nous accueillera, si nous en sommes trouvés dignes, en son paradis pour l’éternité. Aussi, est-il digne et juste qu’il se trouve au début de chaque prière comme une réponse à sa demande de lui consacrer les premiers produits de toute récolte y compris des fruits spirituels.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. (Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Saint Joseph, priez pour nous.

Illustre descendant de David, priez pour nous.

Lumière des patriarches, priez pour nous.

Epoux de la Mère de Dieu, priez pour nous.

Chaste gardien de la Vierge, priez pour nous.

Père nourricier du Fils de Dieu, priez pour nous.

Zélé défenseur de Jésus, priez pour nous.

Chef de la sainte Famille, priez pour nous.

Joseph très juste, priez pour nous.

Joseph très chaste, priez pour nous.

Joseph très prudent, priez pour nous.

Joseph très courageux, priez pour nous.

Joseph très obéissant, priez pour nous.

Joseph très fidèle, priez pour nous.

Miroir de patience, priez pour nous.

Ami de la pauvreté, priez pour nous.

Modèle des travailleurs, priez pour nous.

Gloire de la vie de famille, priez pour nous.

Gardien des vierges, priez pour nous.

Soutien des familles, priez pour nous.

Consolation des malheureux, priez pour nous.

Espérance des malades, priez pour nous.

Patron des mourants, priez pour nous.

Terreur des démons, priez pour nous.

Protecteur de la sainte Eglise, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

 

Il l’a établi le maître de sa maison

Et le dispensateur de tous ses biens.

 

Prions.

Ô Dieu, qui, dans votre providence ineffable avez choisi le bienheureux Joseph, pour être l’Epoux de votre sainte Mère, faites, nous vous en prions, que l’honorant ici-bas comme protecteur, nous méritions de l’avoir pour intercesseur dans le Ciel. Vous qui vivez et régnez dans les siècles des siècles. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.