Cinquième apparition

Contemplons

Jacqueline Aubry raconte les apparitions dont elle a été gratifiée

Méditons

Nous sommes le mardi 9 décembre à l’église Saint Gilles de l’Ile-Bouchard. Il est 17 h. Jacqueline Aubry raconte : « Ce soir, il n’y a pas de cérémonie à l’église et je suis à l’étude. Alors, je vais oser me lever, puis aller trouver ma maîtresse et lui dire : « Oh! chère sœur, est-ce que je peux aller à l’église ? » Elle me répond : « fais ce que tu veux ! Moi, cela ne me regarde pas. » Je n’en demandais pas plus, j’ai vite fait mon cartable et j’ai couru à l’église où j’ai retrouvé Laura et Jeannette. Nicole était partie. Dans l’église, déjà une trentaine de personnes et plus de vingt enfants. La dame de ce midi, marchande de chaussures, a fermé son magasin (celle qui a vu le petit halo de lumière qui s’est formé sur la main des fillettes, là où la Sainte Vierge a posé son baiser) et est allé cogner les portes, tirer les sonnettes et dire aux gens : « Mais venez, venez ! C’est la Sainte Vierge qui apparaît ! » Si bien que ce mardi soir, la Vierge Marie et l’ange nous apparaissent tout aussi beaux…! On s’avance à ses pieds, et c’est comme si elle avait attendu des âmes de prière tout près d’elle pour nous faire prier. La première prière qu’elle nous demande est celle-ci : « Chantez le Je vous salue Marie, ce cantique que j’aime bien. »

De tout notre cœur, on lui chante ce « Je vous salue Marie » qu’on chantait, depuis le carême, à l’école, au catéchisme, au patronage. C’est un Père prédicateur Montfortain qui l’avait composé et nous l’avait appris. On l’appelle depuis : le « Je vous salue Marie » de l’Ile-Bouchard. Et la Sainte Vierge est toute heureuse qu’on lui chante ce « Je vous salue Marie. » Le « Je vous salue Marie » terminé, elle me regarde, et elle me dit : « Voulez-vous dire aux personnes d’approcher pour réciter une dizaine de chapelet. » Par respect, les personnes n’osaient pas s’approcher de nous. Alors je me lève, et puis je leur dis : « II faut que vous approchiez, la Sainte Vierge le demande, pour réciter une dizaine de chapelet. » Et la Sainte Vierge égrènera son chapelet et ne remuera ses lèvres que jusqu’à « Sainte Marie..» La dizaine terminée, je lui demande : « Oh Madame, faudra-t-il revenir demain ? Reviendrez-vous encore ? » Elle me répond : « Revenez demain à 1 heure. Quand tout sera terminé, je vous le dirai. » Et c’est ce soir-là qu’elle nous a appris cette belle prière de la rue du Bac : « 0 Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. » Et puis elle disparaît avec l’ange, tous les deux dans leur belle lumière.

Les personnes voulaient savoir – pour revenir et inviter – si la Vierge réapparaîtrait… « Oui, oui, elle revient demain à 1 heure. »

Le soir, quand j’arrive à la pâtisserie, Maman commençait à croire qu’on voyait quelque chose. Mais elle disait : « Mes enfants, pourvu que votre papa ne sache pas cela ! » Papa n’était pas là ; ce jour-là, il ne saura rien…

Prions

Une dizaine du chapelet (1 notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous. (3 fois)

Seigneur Jésus, aie compassion de la France, daigne l’étreindre dans ton amour et lui en montrer toute la tendresse. Fais que, remplie d’amour pour toi, elle contribue à te faire aimer de toutes les nations de la terre. Ô amour de Jésus, nous prenons ici l’engagement de te rester fidèles et de travailler d’un cœur ardent à répandre ton règne dans tout l’univers. Amen.

(Marcel Van est né en 1928 près de Hanoï au Vietnam. Souhaitant devenir prêtre, il entre dans une congrégation française. En 1945, il est arrêté par les communistes et meurt en prison le 10 juillet 1959. Cette prière lui a été donnée par le Christ lors d’une apparition. Jésus lui dit alors : « Petit enfant de mon Amour, écoute, je vais te dicter une prière, et cette prière, je veux que les Français me la récitent. »)

Ô Père, ô mon Dieu, délivrez et sauvez maintenant votre France. Préparez les cœurs de ses enfants à la mission qu’ils vont avoir à accomplir pour toutes les nations et pour l’Eglise tout entière.

Ô Père, ô mon Dieu, que les cœurs de vos élus tressaillent à votre appel, reconnaissant votre voix, votre commandement, votre invitation à agir. Conduisez-les chacun à leur place et chacun à sa mission. Imposez-leur tout ce que vous voudrez de chacun et de tous. Que rien ne soit l’effet de leur choix mais de votre unique désir et de votre unique volonté d’amour.

Ô Vierge Immaculée, ne les laissez pas se tromper, ni s’égarer.

Gloire soit au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Cœur Douloureux et Immaculé de Marie, priez pour nous.

Saints et saintes du Ciel, priez pour nous. 

(Prière de la vénérable Marthe Robin qui a beaucoup prié pour notre pays. Elle demandait l’avènement d’une nouvelle Pentecôte.)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

 

« Dites à monsieur le curé… »

Contemplons

Première grotte bâtie dans l’église à la demande de la Vierge Marie

Méditons

Après avoir fait  son majestueux signe de croix, Marie exprime deux demandes aux petites filles que le curé de la paroisse, Clovis Ségelles, doit réaliser à savoir « venir à deux heures avec la foule pour prier » et « faire bâtir une grotte à l’endroit de l’apparition, y placer sa statue ainsi que celle de l’ange. »

Ces deux demandes ressemblent trait pour trait à celles que Marie a faites à Bernadette à Lourdes en 1858 à savoir : « allez dire aux prêtres qu’on bâtisse ici une chapelle et qu’on y vienne en procession. » Les mots sont différents mais correspondent aux mêmes demandes. Marie agit en Eglise, avec l’Eglise, pour l’Eglise car elle en est la Mère, la figure et l’image. Si elle demande une grotte dans l’église, c’est pour que, par elle, on vienne à l’église et qu’après avoir été préparé par elle par le moyen du chapelet, on y entende la Parole de Dieu, y reçoive les sacrements notamment l’Eucharistie et la réconciliation.

Marie est profondément respectueuse de tout ce qui touche à l’Eglise et les égards qu’elle lui manifeste en témoignent. Elle ne dit pas « allez dire au curé » mais « allez dire à monsieur le curé » comme il était d’usage à cette époque. Même si, de par sa position, Marie est et sera toujours, bien supérieure au curé de la paroisse – elle est la Reine du Ciel, la Mère de l’Eglise, la Mère de Dieu, l’Immaculée Conception, un chef-d’œuvre de sainteté – elle emploie des formules et adopte des attitudes qui traduisent son respect profond pour tout ce que son Fils a institué au prix de sa Passion : le sacerdoce, les sacrements, l’Eglise.

En usant d’égards quand elle parle du curé Ségelles, Marie nous donne l’exemple du respect et de l’obéissance dus au sacerdoce et donc de la grandeur de cette fonction. En peu de mots, Marie résume ce que Jésus a dit en son temps à sainte Catherine de Sienne au sujet des prêtres : « je ne veux pas que le respect que l’on doit aux prêtres diminue, car la révérence et le respect qu’on leur voue ne s’adresse pas à eux mais à moi, en vertu du sang que je leur ai donné à administrer. S’il n’en était pas ainsi, vous leur devriez la même révérence qu’aux laïcs et pas plus. Il ne faut pas les offenser car si on les offense, c’est moi que l’on offense et non pas eux. C’est pourquoi je l’ai interdit et j’ai disposé que je n’admets pas que l’on touche à mes prêtres » (Sainte Catherine de Sienne. Dialogue, ch. 116; cf. Ps 104, 15).

Marie demande qu’une grotte soit édifiée dans l’église à l’endroit même de l’apparition, qu’on y place sa statue ainsi que celle de l’ange. Aussi demande-t-elle que sa requête soit transmise à « monsieur le curé », responsable des lieux. Elle souhaite que la foule vienne prier à deux heures mais sous la conduite de « monsieur le curé » car il est de son ressort de guider le peuple de Dieu (et donc d’accréditer les apparitions), de conduire la prière dans l’église et d’éviter toute situation de désordre ou d’anarchie toujours dommageable aux âmes.

En traitant « monsieur le curé » avec autant d’égard, Marie témoigne une fois de plus de sa profonde humilité. Pas un instant, elle ne songe à user de sa position, de sa puissance pour s’affranchir de la pesanteur de l’autorité telle qu’elle est exercée par les hommes. Au contraire, elle donne l’exemple d’un profond respect pour tout ce qui touche à l’Eglise et à ses représentants. Et, encore une fois, en s’abaissant, elle s’élève.

Prions

Une dizaine du chapelet (1 notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous. (3 fois)

Seigneur Jésus, aie compassion de la France, daigne l’étreindre dans ton amour et lui en montrer toute la tendresse. Fais que, remplie d’amour pour toi, elle contribue à te faire aimer de toutes les nations de la terre. Ô amour de Jésus, nous prenons ici l’engagement de te rester fidèles et de travailler d’un cœur ardent à répandre ton règne dans tout l’univers. Amen.

(Marcel Van est né en 1928 près de Hanoï au Vietnam. Souhaitant devenir prêtre, il entre dans une congrégation française. En 1945, il est arrêté par les communistes et meurt en prison le 10 juillet 1959. Cette prière lui a été donnée par le Christ lors d’une apparition. Jésus lui dit alors : « Petit enfant de mon Amour, écoute, je vais te dicter une prière, et cette prière, je veux que les Français me la récitent. »)

Ô Père, ô mon Dieu, délivrez et sauvez maintenant votre France. Préparez les cœurs de ses enfants à la mission qu’ils vont avoir à accomplir pour toutes les nations et pour l’Eglise tout entière.

Ô Père, ô mon Dieu, que les cœurs de vos élus tressaillent à votre appel, reconnaissant votre voix, votre commandement, votre invitation à agir. Conduisez-les chacun à leur place et chacun à sa mission. Imposez-leur tout ce que vous voudrez de chacun et de tous. Que rien ne soit l’effet de leur choix mais de votre unique désir et de votre unique volonté d’amour.

Ô Vierge Immaculée, ne les laissez pas se tromper, ni s’égarer.

Gloire soit au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Cœur Douloureux et Immaculé de Marie, priez pour nous.

Saints et saintes du Ciel, priez pour nous. 

(Prière de la vénérable Marthe Robin qui a beaucoup prié pour notre pays. Elle demandait l’avènement d’une nouvelle Pentecôte.)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

« Elle fit le signe de croix avec une impressionnante lenteur »

Contemplons

Détail de la statue de Notre Dame de l’Ile-Bouchard

Méditons

Après avoir demandé aux quatre voyantes d’embrasser la croix de son chapelet, Marie trace sur elle-même le signe de croix « avec une impressionnante lenteur. » Les fillettes n’oublieront jamais cette manière de faire le signe de croix et en resteront profondément impressionnées.

A Lourdes déjà, lors de la première rencontre avec Bernadette, Marie fit le signe de croix avec une impressionnante lenteur. Et Bernadette retiendra la leçon pour la mettre en pratique. Toute sa vie, elle impressionnera avec sa manière de faire le signe de croix. Si bien qu’on a pu dire que si au Ciel on fait le signe de croix, on le fait comme Bernadette.

Au couvent de Nevers, sœur Emilienne témoignera : « Bernadette me fit remarquer que je faisais mal le signe de la croix. Evidemment, je ne pouvais le faire comme elle qui l’avait appris de la Vierge Marie ! Bernadette m’a répondu : Il faut y faire attention, car c’est très important de bien faire le Signe de Croix ! » « Il y avait dans son attitude, dira une autre sœur, dans l’ampleur de son geste, quelque chose d’élevé, de surhumain ! »

En effet, le signe de croix n’est pas simplement le geste qui introduit ou conclue la prière ; c’est en soi une prière. Le signe nous rappelle que notre salut vient de la croix de Jésus qui est la source de la vie. La verticalité du signe de croix nous dit que le Fils vient du Père, qu’il s’abaisse et s’incarne. L’horizontalité que le Saint-Esprit emplit l’univers. La verticalité, c’est l’Amour qui nous lie à Dieu (son amour pour nous et notre amour pour lui). L’horizontalité, c’est l’amour du prochain. Et en ajoutant cette parole « au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit » nous affirmons que la Trinité est au cœur de notre vie.

Dans son couvent de Nevers, Bernadette connaîtra la Croix puisqu’elle passera le plus clair de son temps à l’infirmerie. Alors qu’elle est alitée, elle dira : « Je suis plus heureuse avec mon crucifix sur mon lit de souffrance et en faisant le signe de la croix, qu’une reine sur son trône ! » Et prenant son crucifix, elle ajoutait : « Je suis comme Lui ! » Et le 16 avril 1879, jour de sa mort, Bernadette, qui ne peut plus bouger et peut à peine remuer les lèvres, va rassembler ses forces pour faire le signe de croix avant de mourir. Bernadette était entrée dans les apparitions en faisant le signe de croix. Elle entre dans la vie éternelle en faisant le signe de croix.

Prions

Une dizaine du chapelet (1 notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous. (3 fois)

Seigneur Jésus, aie compassion de la France, daigne l’étreindre dans ton amour et lui en montrer toute la tendresse. Fais que, remplie d’amour pour toi, elle contribue à te faire aimer de toutes les nations de la terre. Ô amour de Jésus, nous prenons ici l’engagement de te rester fidèles et de travailler d’un cœur ardent à répandre ton règne dans tout l’univers. Amen.

(Marcel Van est né en 1928 près de Hanoï au Vietnam. Souhaitant devenir prêtre, il entre dans une congrégation française. En 1945, il est arrêté par les communistes et meurt en prison le 10 juillet 1959. Cette prière lui a été donnée par le Christ lors d’une apparition. Jésus lui dit alors : « Petit enfant de mon Amour, écoute, je vais te dicter une prière, et cette prière, je veux que les Français me la récitent. »)

Ô Père, ô mon Dieu, délivrez et sauvez maintenant votre France. Préparez les cœurs de ses enfants à la mission qu’ils vont avoir à accomplir pour toutes les nations et pour l’Eglise tout entière.

Ô Père, ô mon Dieu, que les cœurs de vos élus tressaillent à votre appel, reconnaissant votre voix, votre commandement, votre invitation à agir. Conduisez-les chacun à leur place et chacun à sa mission. Imposez-leur tout ce que vous voudrez de chacun et de tous. Que rien ne soit l’effet de leur choix mais de votre unique désir et de votre unique volonté d’amour.

Ô Vierge Immaculée, ne les laissez pas se tromper, ni s’égarer.

Gloire soit au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Cœur Douloureux et Immaculé de Marie, priez pour nous.

Saints et saintes du Ciel, priez pour nous. 

(Prière de la vénérable Marthe Robin qui a beaucoup prié pour notre pays. Elle demandait l’avènement d’une nouvelle Pentecôte.)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

« Embrassez la croix de mon chapelet »

Contemplons

Détail de la statue de Notre Dame de l’Ile-Bouchard

Méditons

En autorisant, et même en encourageant, le culte de Notre Dame de l’Ile-Bouchard, monseigneur Ferrand, évêque de Tours de 1956 à 1980, lui a décerné le beau titre de « Notre Dame de la prière. » Et, ce vocable lui va à ravir. En effet, Marie est venue en Touraine pour sauver la France par le moyen de la prière, notamment des petits enfants. Pour y parvenir, elle va enseigner à la foule, chaque jour plus nombreuse, comment bien dire le chapelet. En Mère d’une pédagogie admirable, elle procède par étape. Tant et si bien que, sans même se rendre compte de sa progression spirituelle, la foule dit le chapelet en entier lors de la dernière apparition.

En ce mardi 9 décembre, Marie commence par inviter les quatre fillettes à embrasser le crucifix de son magnifique chapelet de perles lumineuses enfilées sur un cordon doré. Les fillettes s‘exécutent volontiers et embrassent le crucifix qui est tout à fait réel. Elles n’embrassent pas dans le vide : leurs lèvres touchent un objet palpable qui, pourtant, disparaitra en même temps que la Sainte Vierge.

Par ce baiser, Marie nous enseigne que la prière ne consiste pas en une série de formules pieusement récitées mais en une rencontre d’amour avec Dieu qui nous aime et qui, pour nous le montrer, nous a rejoints non seulement dans notre humanité mais aussi dans nos souffrances. Aussi, la prière doit être un élan, un désir du cœur qui répond à l’amour infini et sans concession de Dieu. Le baiser est l’expression même de l’amour que nous portons à une personne ; en embrassent la croix, nous disons à Jésus que nous l’aimons à la manière d’un ami, d’un frère, de quelqu’un qui nous rend heureux.

Le baiser est aussi l’expression de la gratitude. C’est Jésus qui nous a sauvés, c’est Lui qui nous a rendus au Père, c’est Lui qui nous a ouvert les Cieux. Si Marie apparait à l’Ile Bouchard, c’est parce que la miséricorde infinie de Jésus, saisi de compassion pour nous pauvres pécheurs, l’a envoyée vers nous. Car, au-delà de l’amour incomparable de Marie, c’est Jésus, c’est Dieu qui a pitié de la France.

Enfin, la croix est le commencement et la fin de toute chose. La chapelet commence sur la Croix et finit sur la Croix. C’est par la Croix que nous avons été sauvés, c’est par la Croix que Marie est notre Mère, c’est par la Croix qu’elle est aujourd’hui au sommet de la gloire et c’est par la Croix qu’elle obtiendra encore une fois le salut à la France en décembre 1947.

En un seul geste, le baiser du crucifix, Marie rappelle aux enfants et à toutes les personnes qui voudront bien prendre à cœur ses messages, les paroles de saint Paul : « Que notre gloire soit la croix de notre Seigneur Jésus Christ ; en lui, nous avons le salut, la vie et la résurrection ; par lui nous sommes sauvés et libérés. » (Galates 6, 14)

Prions

Une dizaine du chapelet (1 notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous. (3 fois)

Seigneur Jésus, aie compassion de la France, daigne l’étreindre dans ton amour et lui en montrer toute la tendresse. Fais que, remplie d’amour pour toi, elle contribue à te faire aimer de toutes les nations de la terre. Ô amour de Jésus, nous prenons ici l’engagement de te rester fidèles et de travailler d’un cœur ardent à répandre ton règne dans tout l’univers. Amen.

(Marcel Van est né en 1928 près de Hanoï au Vietnam. Souhaitant devenir prêtre, il entre dans une congrégation française. En 1945, il est arrêté par les communistes et meurt en prison le 10 juillet 1959. Cette prière lui a été donnée par le Christ lors d’une apparition. Jésus lui dit alors : « Petit enfant de mon Amour, écoute, je vais te dicter une prière, et cette prière, je veux que les Français me la récitent. »)

Ô Père, ô mon Dieu, délivrez et sauvez maintenant votre France. Préparez les cœurs de ses enfants à la mission qu’ils vont avoir à accomplir pour toutes les nations et pour l’Eglise tout entière.

Ô Père, ô mon Dieu, que les cœurs de vos élus tressaillent à votre appel, reconnaissant votre voix, votre commandement, votre invitation à agir. Conduisez-les chacun à leur place et chacun à sa mission. Imposez-leur tout ce que vous voudrez de chacun et de tous. Que rien ne soit l’effet de leur choix mais de votre unique désir et de votre unique volonté d’amour.

Ô Vierge Immaculée, ne les laissez pas se tromper, ni s’égarer.

Gloire soit au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Cœur Douloureux et Immaculé de Marie, priez pour nous.

Saints et saintes du Ciel, priez pour nous. 

(Prière de la vénérable Marthe Robin qui a beaucoup prié pour notre pays. Elle demandait l’avènement d’une nouvelle Pentecôte.)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Quatrième apparition

Contemplons

Les quatre voyantes : Jacqueline, Nicole, Laura et Jeannette.

Méditons

Nous sommes le mardi 9 décembre. A 13 h, dans l’église saint Gilles, Marie apparait pour la quatrième fois. Voici le dialogue qui s’engage entre la Sainte Vierge et les enfants :

Jacqueline : « Madame, est-ce que je peux faire entrer mes amies ? »

La Sainte Vierge : « Oui, mais elles ne me verront pas. Embrassez la croix de mon chapelet. »

Puis la Sainte Vierge fait sur elle-même le signe de la croix avec une impressionnante lenteur.

La Sainte Vierge : « Je vais vous dire un secret que vous pourrez redire dans trois jours : priez pour la France qui, ces jours-ci, est en grand danger. Allez dire à Monsieur le Curé de venir ici à 2 heures, d’amener les enfants et la foule pour prier. Commencez le « Je vous salue Marie ». »

Les enfants récitent une dizaine de chapelet. La Dame sourit.

La Sainte Vierge : « Dites à Monsieur le Curé de construire une grotte, le plus tôt possible, là où je suis ; d’y placer ma statue et celle de l’ange à côté. Lorsqu’elle sera faite, je la bénirai. Revenez à 2 heures et à 5 heures. »

Prions

Une dizaine du chapelet (1 notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous. (3 fois)

Seigneur Jésus, aie compassion de la France, daigne l’étreindre dans ton amour et lui en montrer toute la tendresse. Fais que, remplie d’amour pour toi, elle contribue à te faire aimer de toutes les nations de la terre. Ô amour de Jésus, nous prenons ici l’engagement de te rester fidèles et de travailler d’un cœur ardent à répandre ton règne dans tout l’univers. Amen.

(Marcel Van est né en 1928 près de Hanoï au Vietnam. Souhaitant devenir prêtre, il entre dans une congrégation française. En 1945, il est arrêté par les communistes et meurt en prison le 10 juillet 1959. Cette prière lui a été donnée par le Christ lors d’une apparition. Jésus lui dit alors : « Petit enfant de mon Amour, écoute, je vais te dicter une prière, et cette prière, je veux que les Français me la récitent. »)

Ô Père, ô mon Dieu, délivrez et sauvez maintenant votre France. Préparez les cœurs de ses enfants à la mission qu’ils vont avoir à accomplir pour toutes les nations et pour l’Eglise tout entière.

Ô Père, ô mon Dieu, que les cœurs de vos élus tressaillent à votre appel, reconnaissant votre voix, votre commandement, votre invitation à agir. Conduisez-les chacun à leur place et chacun à sa mission. Imposez-leur tout ce que vous voudrez de chacun et de tous. Que rien ne soit l’effet de leur choix mais de votre unique désir et de votre unique volonté d’amour.

Ô Vierge Immaculée, ne les laissez pas se tromper, ni s’égarer.

Gloire soit au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Cœur Douloureux et Immaculé de Marie, priez pour nous.

Saints et saintes du Ciel, priez pour nous. 

(Prière de la vénérable Marthe Robin qui a beaucoup prié pour notre pays. Elle demandait l’avènement d’une nouvelle Pentecôte.)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Elle apparait pendant la cinquième dizaine du chapelet puis disparait, pour réapparaitre après la bénédiction du Saint-Sacrement

Contemplons

Pèlerins en prière à l’Ile-Bouchard

Méditons

Marie apparait à Jacqueline seule, venue participer au chapelet paroissial. Elle ne dit rien mais sourit. Le message silencieux de cette troisième apparition est clair : Marie assiste, participe, s’associe à tous nos chapelets pour soutenir et valoriser notre prière au regard de Dieu. Dès les premiers mots du chapelet, elle se rend à notre prière et s’y unit, comme elle l’a fait avec les apôtres lors de la neuvaine préparatoire à la Pentecôte c’est-à-dire qu’elle ne « fait qu’un seul cœur avec nous. » Et, si nous ne la voyons pas, elle n’en est pas moins présente et participante. Jésus a dit « là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là au milieu d’eux » (Mathieu 18,20) Et, là où est Jésus, là est Marie ! Et, là où est Marie, là est Jésus !

Marie apparait pendant la cinquième dizaine du chapelet des mystères joyeux, celle qui concerne le recouvrement de Jésus au Temple. En effet, le 8 décembre 1947 est un lundi, jour où l’on médite les mystères joyeux. Pendant ce mystère, on fait mémoire de la perte et du recouvrement de Jésus au Temple, l’une des grandes douleurs de Marie. En mettant en exergue ce mystère et en le valorisant par une apparition, Marie veut nous rendre attentifs à l’importance de prier pour la conversion des pécheurs, intention dont elle soulignera expressément l’importance lors de la 8ème apparition : « surtout priez beaucoup pour la conversion des pécheurs. » En effet, si elle vient à l’Ile-Bouchard (comme en tout autre lieu), c’est pour que, par notre prière unie à la sienne, les pécheurs obtiennent la grâce de recouvrer Jésus qui est « le chemin, la vérité et la vie » (Jean 14, 6). A la manière du bon pasteur, Marie part à la recherche des pauvres pécheurs qui ont perdu Jésus par la grâce, pour les ramener à la sécurité du bercail qu’est l’Eglise.

Au moment où le curé bénit avec le Saint-Sacrement, Marie disparait pour réapparaitre une fois qu’il l’a reposé au tabernacle. La mission que Marie s’est fixée et que Dieu lui a dévolue, est de mener les âmes à Jésus, l’unique sauveur, l’unique médiateur auprès du Père. Aussi, lorsque le curé cherche le Saint-Sacrement, elle disparait car sa mission est accomplie : par le chapelet, elle a mené et préparé ses enfants à la rencontre cœur à cœur avec son Jésus. A présent, nous ayant disposés à écouter Jésus par la méditation des mystères du chapelet, elle nous dit silencieusement mais non moins éloquemment, comme aux serviteurs aux noces de Cana : « Tout ce que Jésus vous dira, faites-le » (Jean 2, 5). Aussi, elle s’efface pour concentrer notre attention sur Jésus. Ainsi, Marie ne saurait mieux souligner que Jésus est réellement présent dans le Saint-Sacrement et qu’il doit être le centre de nos vies. En se retirant, elle, la reine du Ciel et de la terre, la seule digne de se tenir debout face au Tout-puissant, elle marque sa profonde adoration pour son Fils, Jésus, qui se rend présent dans le Très-Saint-Sacrement pour notre salut.

Prions

Une dizaine du chapelet (1 notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous. (3 fois)

Seigneur Jésus, aie compassion de la France, daigne l’étreindre dans ton amour et lui en montrer toute la tendresse. Fais que, remplie d’amour pour toi, elle contribue à te faire aimer de toutes les nations de la terre. Ô amour de Jésus, nous prenons ici l’engagement de te rester fidèles et de travailler d’un cœur ardent à répandre ton règne dans tout l’univers. Amen.

(Marcel Van est né en 1928 près de Hanoï au Vietnam. Souhaitant devenir prêtre, il entre dans une congrégation française. En 1945, il est arrêté par les communistes et meurt en prison le 10 juillet 1959. Cette prière lui a été donnée par le Christ lors d’une apparition. Jésus lui dit alors : « Petit enfant de mon Amour, écoute, je vais te dicter une prière, et cette prière, je veux que les Français me la récitent. »)

Ô Père, ô mon Dieu, délivrez et sauvez maintenant votre France. Préparez les cœurs de ses enfants à la mission qu’ils vont avoir à accomplir pour toutes les nations et pour l’Eglise tout entière.

Ô Père, ô mon Dieu, que les cœurs de vos élus tressaillent à votre appel, reconnaissant votre voix, votre commandement, votre invitation à agir. Conduisez-les chacun à leur place et chacun à sa mission. Imposez-leur tout ce que vous voudrez de chacun et de tous. Que rien ne soit l’effet de leur choix mais de votre unique désir et de votre unique volonté d’amour.

Ô Vierge Immaculée, ne les laissez pas se tromper, ni s’égarer.

Gloire soit au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Cœur Douloureux et Immaculé de Marie, priez pour nous.

Saints et saintes du Ciel, priez pour nous. 

(Prière de la vénérable Marthe Robin qui a beaucoup prié pour notre pays. Elle demandait l’avènement d’une nouvelle Pentecôte.)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Troisième apparition

Contemplons

Notre Dame de l’Ile Bouchard

Méditons

Il est 17h en ce 8 décembre quand a lieu la troisième apparition. En cette fête de l’Immaculée Conception, les fidèles sont rassemblés pour le chapelet paroissial qui se termine comme à chaque grande solennité et comme il était d’usage dans toutes les paroisses, par le salut du Saint-Sacrement. Jacqueline est la seule des 4 fillettes. Elle voit la Sainte Vierge pendant la 5ème dizaine du chapelet.

Marie ne dit rien. A la fin du chapelet, le curé se rend de l’autel latéral dédié à la Sainte Vierge au maitre-autel pour chercher le Saint-Sacrement. Arrivé à l’autel latéral, il bénit l’assemblée. Pendant la bénédiction, la Sainte Vierge disparait et reparait une fois que le curé a reposé le Saint-Sacrement dans le tabernacle du maitre-autel.

Prions

Une dizaine du chapelet (1 notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous. (3 fois)

Seigneur Jésus, aie compassion de la France, daigne l’étreindre dans ton amour et lui en montrer toute la tendresse. Fais que, remplie d’amour pour toi, elle contribue à te faire aimer de toutes les nations de la terre. Ô amour de Jésus, nous prenons ici l’engagement de te rester fidèles et de travailler d’un cœur ardent à répandre ton règne dans tout l’univers. Amen.

(Marcel Van est né en 1928 près de Hanoï au Vietnam. Souhaitant devenir prêtre, il entre dans une congrégation française. En 1945, il est arrêté par les communistes et meurt en prison le 10 juillet 1959. Cette prière lui a été donnée par le Christ lors d’une apparition. Jésus lui dit alors : « Petit enfant de mon Amour, écoute, je vais te dicter une prière, et cette prière, je veux que les Français me la récitent. »)

Ô Père, ô mon Dieu, délivrez et sauvez maintenant votre France. Préparez les cœurs de ses enfants à la mission qu’ils vont avoir à accomplir pour toutes les nations et pour l’Eglise tout entière.

Ô Père, ô mon Dieu, que les cœurs de vos élus tressaillent à votre appel, reconnaissant votre voix, votre commandement, votre invitation à agir. Conduisez-les chacun à leur place et chacun à sa mission. Imposez-leur tout ce que vous voudrez de chacun et de tous. Que rien ne soit l’effet de leur choix mais de votre unique désir et de votre unique volonté d’amour.

Ô Vierge Immaculée, ne les laissez pas se tromper, ni s’égarer.

Gloire soit au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Cœur Douloureux et Immaculé de Marie, priez pour nous.

Saints et saintes du Ciel, priez pour nous. 

(Prière de la vénérable Marthe Robin qui a beaucoup prié pour notre pays. Elle demandait l’avènement d’une nouvelle Pentecôte.)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Les apparitions de l’Ile-Bouchard et de Montichiari

Contemplons

Pierina Gilli, la voyante de Montichiari

Méditons

Ce 8 décembre 1947, la Sainte Vierge semble avoir eu un emploi-du-temps des plus chargés. En effet, il est 13h quand elle apparait pour la première fois à l’Ile Bouchard. Or, elle est apparue le même jour à 12h dans la cathédrale de Montichiari, en Italie, à Pierina Gilli pour demander que dans le monde entier on célèbre l’heure grâce. A la fin de cette heure, ce jour-là, elle apparait à l’Ile Bouchard comme un premier fruit de de la prière des pèlerins venus nombreux dans la cathédrale de Montichiari ce jour-là.

Le 8 décembre 1947 n’est pas la première apparition de Marie dans cette petite ville de l’Italie du Nord, à 20 km de Brescia, mais elle en est la principale. En effet, à la quatrième apparition, le 16 novembre 1947, Marie annonce à Pierina : « Le 8 décembre, à l’heure de midi, j’apparaîtrai encore une fois dans la paroisse et ce sera l’heure de grâce. » Pierina Gilli demande : « Expliquez-moi, s’il vous plaît ! Que veut dire l’heure de la grâce ? » Elle répond : « L’heure de la grâce sera un événement de grandes et nombreuses conversions… Des âmes tout endurcies, froides comme ce marbre, seront touchées par la grâce divine et redeviendront fidèles et aimant Dieu. »

Lors de la sixième apparition, le 7 décembre 1947, la Sainte Vierge apparait en manteau blanc tenu, à droite par un garçon, à gauche par une fillette, les deux également vêtus de blanc. La Sainte Vierge dit : « Demain je montrerai mon Cœur Immaculé si peu connu des hommes… A Fatima j’ai fait propager la dévotion de la consécration à mon Cœur… Ici, à Montichiari, je souhaite que la dévotion déjà recommandée en tant que ROSA MYSTICA unie à la vénération de mon Cœur Immaculé soit approfondie dans les instituts religieux et les communautés monastiques, afin que ces âmes consacrées obtiennent des grâces accrues de mon Cœur maternel. »

Pierina demande : « qui sont les deux enfants à vos côtés ? » Elle répond : « Jacinthe et Francesco.  Ils seront maintenant tes compagnons dans toutes tes tribulations. Eux aussi ont beaucoup souffert, bien qu’ils furent beaucoup plus petits que toi. Vois, ce que je souhaite de toi : simplicité et bonté comme en ces enfants. »

Le 8 décembre 1947 à 12h, plusieurs milliers de personnes venues de toutes parts, sont accourues pour l’apparition annoncée. La Madone se montre à Pierina sur un grand escalier blanc qui est orné des deux côtés de roses blanches, rouges et dorées.

La Mère de Dieu sourit et dit: « Je suis l’Immaculée Conception. » Et continuant à descendre l’escalier avec une grande majesté, elle dit : « Je suis Marie de la grâce, c’est-à-dire la pleine de grâces, Mère de mon divin Fils Jésus-Christ. »

Descendant encore les escaliers, elle poursuit : « Par ma venue ici, à Montichiari, je souhaite être invoquée et vénérée sous le nom Rosa Mystica. Je souhaite que chaque année, le 8 décembre, à l’heure de midi, on célèbre l’heure de grâce pour le monde entier. Par cet exercice, on obtiendra de nombreuses grâces spirituelles et corporelles… Notre-Seigneur, mon divin Fils Jésus, accordera sa très grande miséricorde pour autant que les bons continueront à prier pour les pauvres pécheurs. Qu’on veuille faire part, le plus vite possible au pasteur suprême de l’Église catholique, le Pape Pie XII, que c’est mon souhait que cette heure de grâce soit connue et diffusée dans le monde entier. Celui qui ne peut pas se rendre à l’église doit prier chez lui à l’heure de midi et il recevra alors mes grâces. Celui qui prie ici sur ce marbre et verse des larmes de repentir trouvera une voie sûre et recevra de mon Cœur maternel protection et grâces. »

A ce moment la Mère de Dieu montre à Pierina son Cœur et la Madone magnifiquement resplendissante d’amour laisse s’échapper ces mots : « Vois ce Cœur qui aime tant les hommes, tandis que le plus grand nombre l’accable d’outrages !… Lorsque les bons et les méchants s’uniront dans une prière unanime, ils obtiendront de ce Cœur miséricorde et paix. Présentement les bons ont obtenu par moi du Seigneur miséricorde. Celle-ci a arrêté un grand châtiment… Sous peu, on reconnaîtra la grandeur de cette heure de grâce. »

Pierina remarque qu’Elle veut s’éloigner et lui dit : « Oh, belle et chère Mère de Dieu, je vous remercie. Bénissez ma patrie, l’Italie, bénissez le monde entier, tout particulièrement le Saint-Père, les prêtres, les consacrés, les pécheurs ! » La Mère de Dieu répond : « J’ai déjà préparé une surabondance de grâces pour les enfants qui écoutent ma voix et qui prennent à cœur mes souhaits. » Par ces mots, la vision prend fin.

En quittant Montichiari, Marie se rend à l’Ile-Bouchard pour témoigner de la miséricorde que « les bons » on obtenu de Dieu par son Cœur Immaculé. Et, le « châtiment » que cette miséricorde a arrêté, c’est certainement celui qui pesait sur la France en ce 8 décembre 1947… En tout cas, si ce n’est tout le « châtiment » ç’en est une partie…

NB : ni les apparitions de l’Ile-Bouchard ni celles de Montichiari n’ont eu de reconnaissance officielle mais les évêques des deux lieux ont fait de ces deux endroits des centres du culte marial, les ont même désignés comme des églises jubilaires et ont permis (voire encouragé) aux voyantes de diffuser les messages de la Sainte Vierge. Les apparitions de ces deux lieus sont donc très bien accréditées.

Prions

Une dizaine du chapelet (1 notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous. (3 fois)

Seigneur Jésus, aie compassion de la France, daigne l’étreindre dans ton amour et lui en montrer toute la tendresse. Fais que, remplie d’amour pour toi, elle contribue à te faire aimer de toutes les nations de la terre. Ô amour de Jésus, nous prenons ici l’engagement de te rester fidèles et de travailler d’un cœur ardent à répandre ton règne dans tout l’univers. Amen.

(Marcel Van est né en 1928 près de Hanoï au Vietnam. Souhaitant devenir prêtre, il entre dans une congrégation française. En 1945, il est arrêté par les communistes et meurt en prison le 10 juillet 1959. Cette prière lui a été donnée par le Christ lors d’une apparition. Jésus lui dit alors : « Petit enfant de mon Amour, écoute, je vais te dicter une prière, et cette prière, je veux que les Français me la récitent. »)

Ô Père, ô mon Dieu, délivrez et sauvez maintenant votre France. Préparez les cœurs de ses enfants à la mission qu’ils vont avoir à accomplir pour toutes les nations et pour l’Eglise tout entière.

Ô Père, ô mon Dieu, que les cœurs de vos élus tressaillent à votre appel, reconnaissant votre voix, votre commandement, votre invitation à agir. Conduisez-les chacun à leur place et chacun à sa mission. Imposez-leur tout ce que vous voudrez de chacun et de tous. Que rien ne soit l’effet de leur choix mais de votre unique désir et de votre unique volonté d’amour.

Ô Vierge Immaculée, ne les laissez pas se tromper, ni s’égarer.

Gloire soit au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Cœur Douloureux et Immaculé de Marie, priez pour nous.

Saints et saintes du Ciel, priez pour nous. 

(Prière de la vénérable Marthe Robin qui a beaucoup prié pour notre pays. Elle demandait l’avènement d’une nouvelle Pentecôte.)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Je sentais la tiédeur de sa main

Contemplons

Jacqueline Aubry raconte les apparitions de Marie à l’Ile Bouchard. A chaque fois qu’elle les racontait, elle les revivait.

Méditons

Encore un petit détail qui en révèle beaucoup sur la personne de Marie. Jacqueline, qui tend sa main à la Sainte Vierge pour qu’elle l’embrasse, nous dit que, quand elle la prit dans la sienne, elle en sentit la tiédeur. Non seulement Jacqueline (ainsi que les trois autres fillettes) sentent une main faite de chair comme pour chaque être humain mais en plus bien vivante puisqu’elle est « tiède. »

Marie ne saurait de manière plus directe, plus brève, plus efficace, plus pédagogique et plus abordable pour l’esprit des enfants comme pour le nôtre, prouver la véracité de l’enseignement de l’Eglise à son sujet : à son Assomption, elle est entrée corps et âme au Ciel.

Le dogme de l’Assomption de la Vierge Marie que Pie XII promulguera trois années plus tard (1er novembre 1950) répond à celui de l’Immaculée Conception dont l’Eglise fait mémoire en ce 8 décembre 1947. La mort et la corruption du tombeau sont la conséquence directe du péché originel. Or, Marie en a été préservée dès le premier instant de son existence dans le sein de sainte Anne. Parce qu’immaculée, son corps est entré dans la gloire du Ciel dès la fin du cours de sa vie terrestre. En donnant aux quatre fillettes de sentir la tiédeur de sa main, elle leur explique et nous prouve qu’elle est bien corps et âme dans la gloire du Ciel. En embrassant la main des fillettes, elle nous indique qu’elle mettra tout en œuvre pour que le même destin d’immortalité nous soit dévolu, à nous aussi, à la fin des temps si nous suivons son exemple et accédons à ses demandes.

Jacqueline n’est pas la première à toucher Marie et à témoigner que Marie n’est pas un pur esprit mais qu’elle a un corps, et un corps libéré de ses servitudes. En effet, ce corps ne l’empêche pas d’apparaitre et de disparaitre alors qu’il est palpable. Rappelons-nous sainte Catherine Labouré. Lorsque la Sainte Vierge lui apparait dans la chapelle de la rue du Bac dans la nuit du 18 au 19 juillet 1830, Marie s’assied dans un fauteuil et Catherine, le plus naturellement du monde, installée à ses pieds, pose ses bras sur les genoux de Marie à la manière d’une enfant qui écoute sa maman lui raconter une histoire. Et Catherine aussi dira que Marie n’est pas qu’un esprit mais un corps suffisamment palpable pour qu’elle ait pu s’appuyer sur ses genoux pendant tout le temps de leur entretien qui dura environ deux heures.

Dans l’Eglise catholique se trouve la plénitude de la vérité et en tous ses lieux d’apparition, Marie confirme la véracité de son enseignement. Que nous faudra-t-il encore pour qu’enfin nous y croyions ?

Prions

Une dizaine du chapelet (1 notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous. (3 fois)

Seigneur Jésus, aie compassion de la France, daigne l’étreindre dans ton amour et lui en montrer toute la tendresse. Fais que, remplie d’amour pour toi, elle contribue à te faire aimer de toutes les nations de la terre. Ô amour de Jésus, nous prenons ici l’engagement de te rester fidèles et de travailler d’un cœur ardent à répandre ton règne dans tout l’univers. Amen.

(Marcel Van est né en 1928 près de Hanoï au Vietnam. Souhaitant devenir prêtre, il entre dans une congrégation française. En 1945, il est arrêté par les communistes et meurt en prison le 10 juillet 1959. Cette prière lui a été donnée par le Christ lors d’une apparition. Jésus lui dit alors : « Petit enfant de mon Amour, écoute, je vais te dicter une prière, et cette prière, je veux que les Français me la récitent. »)

Ô Père, ô mon Dieu, délivrez et sauvez maintenant votre France. Préparez les cœurs de ses enfants à la mission qu’ils vont avoir à accomplir pour toutes les nations et pour l’Eglise tout entière.

Ô Père, ô mon Dieu, que les cœurs de vos élus tressaillent à votre appel, reconnaissant votre voix, votre commandement, votre invitation à agir. Conduisez-les chacun à leur place et chacun à sa mission. Imposez-leur tout ce que vous voudrez de chacun et de tous. Que rien ne soit l’effet de leur choix mais de votre unique désir et de votre unique volonté d’amour.

Ô Vierge Immaculée, ne les laissez pas se tromper, ni s’égarer.

Gloire soit au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Cœur Douloureux et Immaculé de Marie, priez pour nous.

Saints et saintes du Ciel, priez pour nous. 

(Prière de la vénérable Marthe Robin qui a beaucoup prié pour notre pays. Elle demandait l’avènement d’une nouvelle Pentecôte.)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Donnez-moi votre main à embrasser

Contemplons

Les quatre voyantes de l’Ile Bouchard : (de gauche à droite) Jacqueline, Nicole, Laura et Jeannette

Méditons

Au cours de la seconde apparition, se produit une chose aussi extraordinaire qu’inattendue : la Sainte Vierge, la Reine du Ciel et de la terre, demande à embrasser la main des petites filles. Incroyable quand on y songe !

Jacqueline, presque hypnotisée par la beauté de la Sainte Vierge lui tend sa main. Marie la prend dans la sienne, explique Jacqueline, la retourne et pose un baiser sur le bout de ses doigts à la manière d’un baisemain. Puis, c’est au tour de Nicole pour qui Marie reproduit le même geste. Laura et Jeannette sont trop petites pour que leur main parvienne à atteindre celle de la Sainte Vierge. Aussi, Jacqueline les soulève l’une après l’autre avec une facilité déconcertante pour que la Sainte Vierge puisse poser un baiser sur le revers de leur main. Jacqueline, notamment, précisera : « je sentais sa main tiède dans la mienne. »

Le baisemain n’est pas la seule chose extraordinaire qui se produit au cours de cette seconde apparition. En effet, là où Marie a déposé son baiser, un petit halo de lumière ovale s’est formé. Tout de suite Jacqueline se dit qu’elle tient là la preuve qui convaincra les sœurs écolières de la réalité de l’apparition. Aussi, les quatre fillettes courent vers l’école en tenant leur main bien droite devant elle comme pour ne pas quitter des yeux ce petit halo de lumière. Sur leur chemin, elles rencontrent la mercière qui balaie devant son magasin et qui les interpellent en leur demandant ce qu’elles font dans la rue à cette heure où elles devraient être à l’école. Les enfants s’arrêtent et disent à cette dame, ébahie, que la Sainte Vierge vient de leur embrasser la main et la lui tendent pour lui montrer le petit halo de lumière. Et la mercière le voit très distinctement et en témoignera. Les fillettes continuent de courir vers l’école pour montrer la même chose aux sœurs mais, une fois arrivées, la petite lueur aura disparue.

Jacqueline répétera des centaines et des centaines de fois l’histoire des apparitions dont l’épisode du baiser sur la main et jamais elle ne variera : la Sainte Vierge a embrassé la main des quatre fillettes y laissant une petite lueur que la mercière a vu aussi.

Qu’est-ce que Marie veut nous dire par ce geste ? D’abord, il témoigne de la profonde humilité de Marie. C’est à elle qu’il faudrait baiser la main et même plutôt les pieds, si tant est que l’un d’entre nous en soit digne. Mais elle, la Reine de l’univers, celle à qui le monde visible et invisible est soumis, n’est pas trop fière pour embrasser la main de quatre petites filles pour leur montrer que sa royauté est un service et qu’elle consacre toute sa puissance au salut de chaque âme en particulier.

Par ce geste Marie montre aussi la reconnaissance qu’elle a pour les personnes qui répondent à son appel et à ses demandes. Elle embrasse les mains qui se joignent pour la prière comme l’ont fait les quatre fillettes en ce 8 décembre au moment où elle est apparue pour la première fois. Elle les remercie pour leur disponibilité à la prière pour la France, pays qui lui a été consacré par Louis XIII le 10 février 1638, et pour la conversion des pécheurs. Le salut des âmes lui tient tellement à cœur qu’elle est éperdue de reconnaissance pour tout ce qui est fait dans ce but.

Quelle humilité ! Si nous en avions un brin…

Prions

Une dizaine du chapelet (1 notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous. (3 fois)

Seigneur Jésus, aie compassion de la France, daigne l’étreindre dans ton amour et lui en montrer toute la tendresse. Fais que, remplie d’amour pour toi, elle contribue à te faire aimer de toutes les nations de la terre. Ô amour de Jésus, nous prenons ici l’engagement de te rester fidèles et de travailler d’un cœur ardent à répandre ton règne dans tout l’univers. Amen.

(Marcel Van est né en 1928 près de Hanoï au Vietnam. Souhaitant devenir prêtre, il entre dans une congrégation française. En 1945, il est arrêté par les communistes et meurt en prison le 10 juillet 1959. Cette prière lui a été donnée par le Christ lors d’une apparition. Jésus lui dit alors : « Petit enfant de mon Amour, écoute, je vais te dicter une prière, et cette prière, je veux que les Français me la récitent. »)

Ô Père, ô mon Dieu, délivrez et sauvez maintenant votre France. Préparez les cœurs de ses enfants à la mission qu’ils vont avoir à accomplir pour toutes les nations et pour l’Eglise tout entière.

Ô Père, ô mon Dieu, que les cœurs de vos élus tressaillent à votre appel, reconnaissant votre voix, votre commandement, votre invitation à agir. Conduisez-les chacun à leur place et chacun à sa mission. Imposez-leur tout ce que vous voudrez de chacun et de tous. Que rien ne soit l’effet de leur choix mais de votre unique désir et de votre unique volonté d’amour.

Ô Vierge Immaculée, ne les laissez pas se tromper, ni s’égarer.

Gloire soit au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Cœur Douloureux et Immaculé de Marie, priez pour nous.

Saints et saintes du Ciel, priez pour nous. 

(Prière de la vénérable Marthe Robin qui a beaucoup prié pour notre pays. Elle demandait l’avènement d’une nouvelle Pentecôte.)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.