La joie de nous savoir tous attendus

Contemplons

L’Ascension de Jésus, Girolamo Muziano

Méditons

« Il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon Père. Si ce n’était pas le cas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et puisque je vais vous préparer une place, je reviendrai et je vous prendrai avec moi afin que, là où je suis, vous y soyez aussi. Vous savez où je vais et vous en savez le chemin » (Jean 14, 2-3).

Dans les litanies de Lorette, on invoque Marie, sous le beau titre de « miroir de justice » car, en elle, se reflètent toutes les perfections chrétiennes, celles qui nous configurent à Jésus. Ainsi, après Jésus, personne ne nous aime davantage que Marie, personne n’est plus soucieux de notre salut et de notre devenir éternel. Aussi, Marie est transportée de joie et d’action de grâce lorsqu’elle entend Jésus promettre une place au ciel à chacun de ceux qu’elle aime à savoir tous ceux pour qui il a versé son sang et dont il lui a confié la maternité spirituelle du haut de sa croix.

Chacun d’entre nous est donc personnellement attendu au ciel par Jésus qui a lui-même préparé à chacun une place unique, dédiée, réservée, une place qui ne sera occupée par personne d’autre, une place de laquelle il sera comblé de son amour pour toute l’éternité.

La joie de Marie est intense en raison de l’infinie miséricorde de Jésus qui étend son offre de salut à toutes les âmes de toutes les générations, parce que d’avance, une place est réservée pour chacune. Elle est transportée en raison de la multitude des élus que cela représente qui iront tous rendre gloire, louange et action de grâce à un Dieu qu’elle aime plus qu’elle-même, qui mérite tellement d’être aimé et bien au-delà des seules possibilités humaines.

En méditant la joie de Marie en ce jour de l’Ascension, nous nous rappelons qu’aucun chrétien n’est heureux tout seul mais que la joie est le signe de la présence du ressuscité au milieu de ceux qui sont réunis en son nom. « Là où deux trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux » (Mathieu 18, 20). Quelle est alors la liesse de ceux qui « suivent l’agneau partout où il va » (Apocalypse 14, 4), jusque dans son séjour de gloire où il nous appelle tous auprès de lui ! 

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Très-Sainte-Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre-Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge Immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la Sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire