« Être Marie pour Jésus » c’est, comme elle, vivre en enfant de lumière

Contemplons

Murillo, L’avènement de l’Esprit-Saint

Méditons

Les évangiles ne nous disent plus rien de Marie après le crucifiement de Jésus. Les Actes des Apôtres, quant à eux, nous la signalent au cénacle à persévérer dans la prière avec les Douze en attendant l’avènement de l’Esprit-Saint. C’est très peu de choses et pourtant cela suffit à brosser d’elle les traits marquants de sa vie après l’Ascension de Jésus.

D’abord Marie a continué à être ce qu’elle a toujours été, l’humble servante du Seigneur. Si elle a été fidèle à Jésus jusque sous la croix du vendredi-saint, elle a continué à l’être jusqu’à son dernier souffle. Elle a servi le Seigneur en Jésus son fils ; à présent, elle le sert en ses apôtres, ceux qu’il s’est choisis pour poursuivre son œuvre. Même si Marie a dû jouir d’un respect et d’une considération sans pareilles au sein du groupe des apôtres et des croyants de plus en plus nombreux, elle a continué à servir humblement son Seigneur à qui elle a donné son cœur sans retour. N’imaginons pas Marie tenir des discours savants aux apôtres mais voyons-la les conseiller, sans leur faire la leçon, quand ils en ont besoin, chaque fois qu’ils recourent à elle. Voyons-la leur rappeler alors les paroles, les gestes de Jésus. Voyons-la soumise aux décisions des apôtres qui engagent l’Eglise naissante. Voyons-la laver leurs vêtements, leur préparer à manger. Voyons-la nourrir les pauvres, les veuves, les orphelins et surtout voyons-la prier avec ferveur. Voyons-la recevoir la communion des mains des apôtres et laissons-nous édifier par son exemple chaque fois qu’elle reçoit son Jésus réellement présent dans l’hostie consacrée.

Ensuite, Marie s’est unie à l’Eglise naissante. L’Eglise, c’est la continuation de Jésus. Comment Marie pourrait-elle se trouver ailleurs que là où se trouve Jésus. Et Jésus se trouve là où est l’Eglise qui vit de l’Eucharistie, c’est-à-dire de sa présence réelle sous les espèces du pain et du vin consacrés. Marie est présente afin de soutenir la prière des apôtres pour la venue de l’Esprit-Saint. Elle s’unit à eux d’un seul cœur malgré que chacun d’eux, excepté Jean, a renié et abandonné Jésus quand il avait le plus besoin d’eux. Elle aime chaque apôtre parce que Jésus l’aime, parce que Jésus lui a pardonné, parce que Jésus l’a choisi, parce que Jésus l’a établi, parce que chacun d’eux va poursuivre l’œuvre de son Jésus. Elle est là où est l’Eglise, parce que Jésus s’est livré pour elle, parce qu’il l’a aimée plus que lui-même parce que Jésus l’a établie la mère de l’Eglise. Marie aime l’Eglise de Jésus malgré ses imperfections et parce qu’elle aime Jésus qui aime l’Eglise et s’est livré pour elle, elle pallie, par sa propre perfection, les imperfections de ses membres.

Enfin, Marie est telle que les évangiles la décrivent : silencieuse, effacée, édifiant par son exemple plus que par ses paroles. En effet, plus que personne, mieux qui quiconque, elle a témoigné de l’évangile par toute sa vie. Elle illustre ce qu’est être chrétien, ce qu’est vivre en enfant de lumière. Si nous voulons savoir ce qu’il faut faire pour être chrétien, il nous faut écouter Jésus ; si nous voulons voir un chrétien, il nous faut regarder Marie. Par sa vie, elle traduit tout ce que Jésus a dit et enseigné. Si nous voulons être comme Jésus, il nous faut être comme Marie.

« Être Marie pour Jésus » c’est, comme elle, aimer l’Eglise malgré ses imperfections.

« Être Marie pour Jésus » c’est, comme elle, travailler à notre perfection.

« Être Marie pour Jésus » c’est, comme elle, soutenir l’Eglise dans ses représentants.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Jésus qui êtes réellement présent dans l’Eucharistie, je joins mon cœur à votre Cœur adorable, immolé en perpétuel sacrifice sur tous les autels du monde, louant le Père et implorant la venue de votre règne, et je vous fais l’oblation totale de mon corps et de mon âme.

Daignez agréer cette humble offrande comme il vous plaira, pour la gloire de Dieu et le salut des âmes.

Sainte Mère du Ciel, ne permettez pas que je sois séparé de votre divin Fils, et gardez-moi toujours comme votre propriété. Amen.

(Prière des Servantes de l’Eucharistie. Lors de la troisième apparition à Akita, au Japon, le 6 juillet 1973, Marie demanda que les religieuses, Servantes de l’Eucharistie récitent cette prière avec assiduité en faisant attention à chaque mot et en ajoutant dorénavant le mot « réellement ». Les apparitions d’Akita ont été reconnues par monseigneur Itô à Pâques 1984).

Cœurs unis de Jésus, Marie et Joseph, que votre règne arrive.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire