« Être Marie pour Jésus » c’est, comme elle, le laisser nous conduire à sa gloire

Contemplons

Fra Angelico, le couronnement de la Vierge

Méditons

Toute la vie de Marie est un déploiement de ce que Jésus a enseigné et lui-même pratiqué. Et il n’y a rien dans les évangiles qui ne trouve son illustration dans la vie de Marie.

Les évangiles nous rapportent peu de choses de Marie. Mais ils en disent suffisamment pour que nous trouvions dans son seul exemple tout ce qu’il nous faut savoir pour apprendre à traduire dans nos vies l’enseignement de Jésus. En effet, elle est silencieuse parce qu’elle laisse à Jésus, qui est la Vérité incarnée, le soin de la révéler. Par contre, elle œuvre à sa propre perfection afin de soutenir Jésus dans son apostolat par son exemple. Ainsi, chaque fois qu’elle parle, elle ne se concentre pas sur elle mais se situe par rapport à Jésus : elle est « l’humble servante du Seigneur » dit-elle à l’ange Gabriel ; aux disciples aux noces de Cana, elle dit : « faites tout ce que Jésus vous dira. »

Marie nous enseigne à évangéliser davantage par l’exemple que par la parole et l’action tapageuse. Si la parole n’est pas à négliger, si les actions d’envergure peuvent avoir leur justification,  elles ne doivent pas prendre le pas sur la nécessité absolue de vivre ce que l’on croie : c’est l’authenticité du témoignage de nos vies qui confère la fécondité évangélique à nos paroles et à nos actions.

Pour savoir ce qu’est vraiment un chrétien, point n’est besoin de faire de longs développements, il suffit de pointer l’exemple de Marie. Elle n’a quasiment rien dit et pourtant, personne plus qu’elle a accrédité et crédibilisé l’évangile de Jésus. Marie est la reine des apôtres non parce qu’elle a parcouru le monde pour porter l’évangile mais par l’exemple communicatif de sa vie de foi.  

Marie nous apprend qu’aux yeux de Dieu, rien n’est petit et que la grandeur de toute chose réside dans la quantité d’amour qu’elle contient. Marie a fait davantage pour la gloire de Dieu, le salut des âmes, la propagation de l’évangile dans la monotonie de son quotidien, par la réalisation de toutes petites choses répétitives que tous les plus grands saints, tous les plus grands esprits réunis. Combien de très grands personnages, parmi les plus héroïques, ont été oubliés par l’histoire alors que Marie, une humble femme au foyer, sera dite « bienheureuse par toutes les générations jusqu’à la fin du monde » (Magnificat).

Marie n’a fait que de petites choses tenues pour rien par le monde mais exaltées par Dieu. Elle les a faites avec un tel sens du service de Dieu et du prochain qu’il l’a élevée jusqu’au plus haut des cieux, l’a installée à sa droite pour en contempler de près toute la perfection et s’en réjouir pendant toute l’éternité. Elle est le grain de blé tombé en terre qui a produit beaucoup de fruit. Elle est le grain de sénevé, la plus petite de toutes les graines, qui est devenu un arbre majestueux. Elle est l’invitée de la noce qui, d’emblée, a pris la dernière place et que le maitre du repas, devant tous ses invités, a appelée de la dernière place pour prendre la première, celle à sa droite.

« Être Marie pour Jésus » c’est, comme elle, entrer dans la gloire par la petite porte.

« Être Marie pour Jésus » c’est, comme elle, se soucier davantage du regard de Dieu que de celui du monde.

« Être Marie pour Jésus » c’est, comme elle, le révéler par la sainteté de notre vie.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Jésus qui êtes réellement présent dans l’Eucharistie, je joins mon cœur à votre Cœur adorable, immolé en perpétuel sacrifice sur tous les autels du monde, louant le Père et implorant la venue de votre règne, et je vous fais l’oblation totale de mon corps et de mon âme.

Daignez agréer cette humble offrande comme il vous plaira, pour la gloire de Dieu et le salut des âmes.

Sainte Mère du Ciel, ne permettez pas que je sois séparé de votre divin Fils, et gardez-moi toujours comme votre propriété. Amen.

(Prière des Servantes de l’Eucharistie. Lors de la troisième apparition à Akita, au Japon, le 6 juillet 1973, Marie demanda que les religieuses, Servantes de l’Eucharistie récitent cette prière avec assiduité en faisant attention à chaque mot et en ajoutant dorénavant le mot « réellement ». Les apparitions d’Akita ont été reconnues par monseigneur Itô à Pâques 1984).

Cœurs unis de Jésus, Marie et Joseph, que votre règne arrive.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire