Epoux de la Mère de Dieu

Contemplons

Les fiançailles de Joseph et Marie, Friedrich Overbeck

Méditons

Si le Père a voulu que son Fils unique, Jésus, soit conçu de l’Esprit-Saint dans le sein de la plus pure des vierges, il n’a pas été dans son dessein qu’il se singularise autrement (en tout cas pendant toutes les années de la vie cachée) que par la sainteté de sa vie, de ses paroles, du témoignage qu’il donne. Aussi, aux yeux des hommes de son temps, Jésus a été le fils de Joseph, lui-même l’époux de Marie. Pour cela, le Père fait de Marie tout à la fois, la Vierge des vierges, la Mère de Dieu et l’épouse de Joseph, l’humble charpentier de Nazareth. Marie vit ainsi un destin d’exception, (elle est vierge avant, pendant après la naissance de Jésus, vrai Dieu et vrai homme) sous les apparences d’une vie tout ordinaire (elle est épouse et mère comme toutes les femmes de son temps).

Si aux yeux de Dieu, Marie est la « comblée-de-grâce, » celle qui porte en elle le Créateur lui-même, « celui que le ciel et la terre ne peuvent contenir » (1 Rois 8, 27), aux yeux du monde, elle est simplement l’épouse de Joseph. Dieu souligne  ainsi le rôle de premier plan que Joseph est appelé à tenir dans le mystère de l’Incarnation. En effet, à l’Annonciation, l’ange Gabriel est député à Marie alors qu’elle est déjà fiancée à Joseph : « L’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée appelée Nazareth, vers une vierge qui était fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph » (Luc 1, 26). Si Dieu a attendu que Marie soit fiancée pour lui faire part de son choix de se faire homme par elle, c’est pour signifier que son projet ne se réalisera pas par-devers Joseph mais avec sa collaboration. Plus tard, alors qu’il ne sait quelle place tenir dans le mystère de l’Incarnation, Joseph est confirmé par Dieu lui-même dans sa qualité d’époux de Marie. Tant et si bien qu’on pourrait affirmer que c’est le Père lui-même qui accorde à Joseph, la Vierge en mariage : « ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse » (Mathieu 1, 20).

Marie et Joseph n’ont pas été des époux de façade. Au contraire, ils ont réalisé toutes les obligations du mariage au sens chrétien du terme. Joseph a aimé Marie comme le Christ a aimé l’église à savoir plus que lui-même, jusqu’à se sacrifier pour elle ; Marie a aimé Joseph en se soumettant à lui sans réserve aucune. Et si Marie s’est troublée quand l’ange Gabriel est venu la visiter, jamais elle n’a eu la moindre inquiétude en présence de Joseph. Si l’union de Marie et de Joseph n’a pas donné naissance à des frères et sœurs pour Jésus, elle n’est pourtant pas restée sans descendance car, en Jésus, Marie est la Mère de tout le peuple de Dieu et Joseph, par voie de conséquence, son gardien, son nourricier, son père putatif.

Les évangiles ne nous précisent pas dans quelles circonstances Marie a été accordée en mariage à Joseph. Et, ce n’est pas ce qui importe le plus. Ce qui compte, c’est que Dieu atteste par la voix de son ange, qu’il bénit cette union. Si nous voulons en savoir davantage, il nous faut recourir aux évangiles apocryphes ou aux révélations des mystiques comme Maria d’Agréda, sœur Maria Cecilia Baij ou Maria Valtorta qui nous rapportent que Marie a été élevée au temple de Jérusalem où elle a été intégrée au chœur des vierge chargées de chanter les louanges du Très-Haut. Une fois en âge de se marier, le grand prêtre, en ce temps-là Zacharie, celui-là même qui est l’époux d’Elisabeth, le père de Jean-Baptiste, convoque au temple tous les hommes qu’il juge dignes de Marie. Joseph fit partie des hommes convoqués. Le grand prêtre fit rassembler et déposer dans le sanctuaire, les rameaux secs (car c’est l’hiver) qu’il a demandé à chaque prétendant d’apporter. Après avoir instamment prié, voilà que le rameau de Joseph se met à fleurir le désignant comme l’élu de Dieu pour épouser la Vierge sans pareille. Maria Valtorta précise que chaque printemps, Joseph offrait à Marie le premier rameau d’amandier fleuri en souvenir de ce miracle qui le désigna pour l’heureux époux de la Mère de Dieu.

Pieuse légende diront certains. Toujours est-il qu’il n’est quasiment aucune représentation de saint Joseph qui ne le montre sans son bâton fleuri… d’où cela peut-il bien venir ?

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. (Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Saint Joseph, priez pour nous.

Illustre descendant de David, priez pour nous.

Lumière des patriarches, priez pour nous.

Epoux de la Mère de Dieu, priez pour nous.

Chaste gardien de la Vierge, priez pour nous.

Père nourricier du Fils de Dieu, priez pour nous.

Zélé défenseur de Jésus, priez pour nous.

Chef de la sainte Famille, priez pour nous.

Joseph très juste, priez pour nous.

Joseph très chaste, priez pour nous.

Joseph très prudent, priez pour nous.

Joseph très courageux, priez pour nous.

Joseph très obéissant, priez pour nous.

Joseph très fidèle, priez pour nous.

Miroir de patience, priez pour nous.

Ami de la pauvreté, priez pour nous.

Modèle des travailleurs, priez pour nous.

Gloire de la vie de famille, priez pour nous.

Gardien des vierges, priez pour nous.

Soutien des familles, priez pour nous.

Consolation des malheureux, priez pour nous.

Espérance des malades, priez pour nous.

Patron des mourants, priez pour nous.

Terreur des démons, priez pour nous.

Protecteur de la sainte Eglise, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

 

Il l’a établi le maître de sa maison

Et le dispensateur de tous ses biens.

 

Prions.

Ô Dieu, qui, dans votre providence ineffable avez choisi le bienheureux Joseph, pour être l’Epoux de votre sainte Mère, faites, nous vous en prions, que l’honorant ici-bas comme protecteur, nous méritions de l’avoir pour intercesseur dans le Ciel. Vous qui vivez et régnez dans les siècles des siècles. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Retrouvez ces méditations sur le Blog de la paroisse La Croix glorieuse : http://blog.croix-glorieuse.org/

Ces méditations rassemblées en carnets par thème : http://www.croix-glorieuse.org/devotions

De nombreux enregistrements de rosaires, chemins de croix et diverses dévotions : http://www.croix-glorieuse.org/audio

Vous pouvez ne pas souhaiter recevoir ce courriel ; si c’est le cas, faites-le savoir par simple retour. Vous pouvez aussi proposer à d’autres de participer à ce cénacle de prière en ligne ; pour cela il suffit de transférer ce message !

Laisser un commentaire