Elle apparait pendant la cinquième dizaine du chapelet puis disparait, pour réapparaitre après la bénédiction du Saint-Sacrement

Contemplons

Pèlerins en prière à l’Ile-Bouchard

Méditons

Marie apparait à Jacqueline seule, venue participer au chapelet paroissial. Elle ne dit rien mais sourit. Le message silencieux de cette troisième apparition est clair : Marie assiste, participe, s’associe à tous nos chapelets pour soutenir et valoriser notre prière au regard de Dieu. Dès les premiers mots du chapelet, elle se rend à notre prière et s’y unit, comme elle l’a fait avec les apôtres lors de la neuvaine préparatoire à la Pentecôte c’est-à-dire qu’elle ne « fait qu’un seul cœur avec nous. » Et, si nous ne la voyons pas, elle n’en est pas moins présente et participante. Jésus a dit « là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là au milieu d’eux » (Mathieu 18,20) Et, là où est Jésus, là est Marie ! Et, là où est Marie, là est Jésus !

Marie apparait pendant la cinquième dizaine du chapelet des mystères joyeux, celle qui concerne le recouvrement de Jésus au Temple. En effet, le 8 décembre 1947 est un lundi, jour où l’on médite les mystères joyeux. Pendant ce mystère, on fait mémoire de la perte et du recouvrement de Jésus au Temple, l’une des grandes douleurs de Marie. En mettant en exergue ce mystère et en le valorisant par une apparition, Marie veut nous rendre attentifs à l’importance de prier pour la conversion des pécheurs, intention dont elle soulignera expressément l’importance lors de la 8ème apparition : « surtout priez beaucoup pour la conversion des pécheurs. » En effet, si elle vient à l’Ile-Bouchard (comme en tout autre lieu), c’est pour que, par notre prière unie à la sienne, les pécheurs obtiennent la grâce de recouvrer Jésus qui est « le chemin, la vérité et la vie » (Jean 14, 6). A la manière du bon pasteur, Marie part à la recherche des pauvres pécheurs qui ont perdu Jésus par la grâce, pour les ramener à la sécurité du bercail qu’est l’Eglise.

Au moment où le curé bénit avec le Saint-Sacrement, Marie disparait pour réapparaitre une fois qu’il l’a reposé au tabernacle. La mission que Marie s’est fixée et que Dieu lui a dévolue, est de mener les âmes à Jésus, l’unique sauveur, l’unique médiateur auprès du Père. Aussi, lorsque le curé cherche le Saint-Sacrement, elle disparait car sa mission est accomplie : par le chapelet, elle a mené et préparé ses enfants à la rencontre cœur à cœur avec son Jésus. A présent, nous ayant disposés à écouter Jésus par la méditation des mystères du chapelet, elle nous dit silencieusement mais non moins éloquemment, comme aux serviteurs aux noces de Cana : « Tout ce que Jésus vous dira, faites-le » (Jean 2, 5). Aussi, elle s’efface pour concentrer notre attention sur Jésus. Ainsi, Marie ne saurait mieux souligner que Jésus est réellement présent dans le Saint-Sacrement et qu’il doit être le centre de nos vies. En se retirant, elle, la reine du Ciel et de la terre, la seule digne de se tenir debout face au Tout-puissant, elle marque sa profonde adoration pour son Fils, Jésus, qui se rend présent dans le Très-Saint-Sacrement pour notre salut.

Prions

Une dizaine du chapelet (1 notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous. (3 fois)

Seigneur Jésus, aie compassion de la France, daigne l’étreindre dans ton amour et lui en montrer toute la tendresse. Fais que, remplie d’amour pour toi, elle contribue à te faire aimer de toutes les nations de la terre. Ô amour de Jésus, nous prenons ici l’engagement de te rester fidèles et de travailler d’un cœur ardent à répandre ton règne dans tout l’univers. Amen.

(Marcel Van est né en 1928 près de Hanoï au Vietnam. Souhaitant devenir prêtre, il entre dans une congrégation française. En 1945, il est arrêté par les communistes et meurt en prison le 10 juillet 1959. Cette prière lui a été donnée par le Christ lors d’une apparition. Jésus lui dit alors : « Petit enfant de mon Amour, écoute, je vais te dicter une prière, et cette prière, je veux que les Français me la récitent. »)

Ô Père, ô mon Dieu, délivrez et sauvez maintenant votre France. Préparez les cœurs de ses enfants à la mission qu’ils vont avoir à accomplir pour toutes les nations et pour l’Eglise tout entière.

Ô Père, ô mon Dieu, que les cœurs de vos élus tressaillent à votre appel, reconnaissant votre voix, votre commandement, votre invitation à agir. Conduisez-les chacun à leur place et chacun à sa mission. Imposez-leur tout ce que vous voudrez de chacun et de tous. Que rien ne soit l’effet de leur choix mais de votre unique désir et de votre unique volonté d’amour.

Ô Vierge Immaculée, ne les laissez pas se tromper, ni s’égarer.

Gloire soit au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Cœur Douloureux et Immaculé de Marie, priez pour nous.

Saints et saintes du Ciel, priez pour nous. 

(Prière de la vénérable Marthe Robin qui a beaucoup prié pour notre pays. Elle demandait l’avènement d’une nouvelle Pentecôte.)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *