La Visitation

« Comment se peut-il que vienne à moi la mère de mon Seigneur » s’exclame Elisabeth (Luc 1, 43). A l’action de grâce d’Elisabeth, répond celle, encore plus profonde, de Marie : « Le Seigneur s’est penché sur son humble servante ; désormais toutes les générations me diront bienheureuse » (Luc 1, 48). Oui, qui sommes-nous pour que Dieu consente à s’abaisser jusqu’à nous dans l’Incarnation, pour qu’il veuille nous élever jusqu’à lui par la Rédemption, pour qu’il vienne à chacun de nous, qui plus est, dans la tenue de service, pour nous combler de ses grâces. « Qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui, le fils d’un homme, que tu en prennes souci ? » (ps 8, 5) se demande le roi David.

Cette question a souvent traversé l’esprit d’Odile, elle que rien ne destinait à devenir l’instrument de Dieu, pour faire connaitre et aimer son nom, non seulement à son époque mais aussi à travers les âges. On a perdu le souvenir des puissants de son temps, de ceux qui prétendaient écrire l’histoire, mais treize siècles plus tard le nom d’Odile reste étroitement lié à celui de Jésus-Christ et de l’Alsace. Treize siècles plus tard, comme Jean-Baptiste, le précurseur, que Jésus est venu sanctifier par Marie le jour de la Visitation, Odile continue d’ouvrir les voies au Seigneur, en appelant à la conversion et à la fidélité à Dieu.

Comme Marie, entrons dans l’action de grâce pour les merveilles que Dieu accomplit dans nos vies et demandons, par Odile, de pouvoir être les canaux de la grâce pour tous ceux qui nous entourent.

Prions

Une Dizaine du chapelet (Pater, 10 Ave, Gloria)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Sainte Odile, dans notre nuit, aidez-moi et priez pour moi, éveillez en moi la lumière, celle des yeux, celle du cœur, princesse de notre terre, vous que le baptême a guérie, sainte devant le Seigneur, présentez-lui notre prière, ouvrez notre regard sur la vie, nous qui vivons dans les ténèbres, vous que le Christ a relevée, pour nous mener vers Sa lumière, Sainte Odile ouvrez nos yeux, aujourd’hui sur notre terre, venez aider autour de moi ceux qui cherchent la lumière, Princesse des malvoyants, aidez-moi et priez avec moi. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix. Amen

Ce rosaire a été enregistré. Vous pouvez l’écouter en cliquant sur le lien suivant : https://www.youtube.com/channel/UC0Va9VhE_C2EMUaWwJtv8Og

L’Annonciation

Pour nous rejoindre dans notre humanité, Dieu ne choisit pas de venir au monde dans le palais d’un roi, dans la demeure d’un prêtre pieux et zélé, d’un pharisien, grand observateur de la loi. Il choisit de naitre dans le foyer de Joseph, le charpentier de Nazareth et de se faire homme dans le sein très pur de sa fiancée, Marie, que rien ne distingue des autres jeune-filles si ce n’est qu’elle « a trouvé grâce auprès de Dieu (Luc 1, 30).

Quoi de plus faible au monde que Marie, une jeune-fille, sans haute naissance, sans richesse, surtout à une époque où les femmes comptent pour peu, et pour rien tant qu’elles n’ont pas produit une descendance masculine. C’est pourtant cette frêle jeune-fille, qui a choisi de demeurer vierge, que Dieu choisit pour faire d’elle l’instrument, l’auxiliaire de la Rédemption, pour faire de son consentement une condition indispensable à son plan de salut.

Comme Marie, Dieu choisit Odile pour faire connaitre son nom et son évangile. Quoi de plus fragile pour accomplir une si haute mission, qu’une femme née aveugle, rejetée par son père dès sa naissance. En raison de sa cécité et du déshonneur que cela représente à cette époque, son père, le duc Adalric, décide de s’en débarrasser. La providence ne permettra pas que ce sinistre projet s’accomplisse. Bereswinde, sa mère, et la nièce de saint Léger, la fait conduire en catimini, d’abord à Scherwiller, à l’une de ses anciennes suivantes, puis au couvent de Baume les Dames pour la faire élever par les religieuses dont la mère abbesse n’est autre que sa tante. « Ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour couvrir de confusion les sages ; ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour couvrir de confusion ce qui est fort ; ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde, ce qui n’est rien, voilà ce que Dieu a choisi pour détruire ce qui est quelque chose, afin que personne ne puisse s’enorgueillir devant Dieu » (Corinthiens 1).

Dieu ne choisit pas des gens capables pour accomplir sa volonté mais rend capables ceux qu’il choisit. Forts de son soutien indéfectible, demandons la grâce de ne pas nous dérober quand il nous appelle à contribuer au salut du monde.

Prions

Une Dizaine du chapelet (Pater, 10 Ave, Gloria)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Sainte Odile, dans notre nuit, aidez-moi et priez pour moi, éveillez en moi la lumière, celle des yeux, celle du cœur, princesse de notre terre, vous que le baptême a guérie, sainte devant le Seigneur, présentez-lui notre prière, ouvrez notre regard sur la vie, nous qui vivons dans les ténèbres, vous que le Christ a relevée, pour nous mener vers Sa lumière, Sainte Odile ouvrez nos yeux, aujourd’hui sur notre terre, venez aider autour de moi ceux qui cherchent la lumière, Princesse des malvoyants, aidez-moi et priez avec moi. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix. Amen

Ce rosaire a été enregistré. Vous pouvez l’écouter en cliquant sur le lien suivant : https://www.youtube.com/channel/UC0Va9VhE_C2EMUaWwJtv8Og

Les Mystères joyeux

« Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance » (Mathieu 11, 25).

En repassant la vie d’Odile, nous voyons toutes les merveilles, que Dieu a accomplies pour elle et par elle. En méditant les mystères joyeux du rosaire, nous voyons comment Dieu s’est penché sur elle, une petite fille, aveugle, condamnée à mort dès sa naissance, pour le faire connaitre et aimer dans notre beau pays d’Alsace. Sa vie nous donne de comprendre ce qu’est un appel à suivre une vocation, comment Dieu choisit ce qu’il y a de plus faible pour en faire l’instrument de ses plus grands desseins.

Prions

Une Dizaine du chapelet (Pater, 10 Ave, Gloria)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Sainte Odile, dans notre nuit, aidez-moi et priez pour moi, éveillez en moi la lumière, celle des yeux, celle du cœur, princesse de notre terre, vous que le baptême a guérie, sainte devant le Seigneur, présentez-lui notre prière, ouvrez notre regard sur la vie, nous qui vivons dans les ténèbres, vous que le Christ a relevée, pour nous mener vers Sa lumière, Sainte Odile ouvrez nos yeux, aujourd’hui sur notre terre, venez aider autour de moi ceux qui cherchent la lumière, Princesse des malvoyants, aidez-moi et priez avec moi. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix. Amen

Ce rosaire a été enregistré. Vous pouvez l’écouter en cliquant sur le lien suivant : https://www.youtube.com/channel/UC0Va9VhE_C2EMUaWwJtv8Og

LE COURONNEMENT DE MARIE DANS LE CIEL

Marie est couronnée Reine du Ciel et de la terre car Jésus a voulu associer sa Mère au gouvernement du monde. Marie n’est pas une reine constitutionnelle, une souveraine sans pouvoir. Elle est en capacité de tenir sa promesse à Bernadette : « Je vous rendrai heureuse dans l’autre vie. » Elle est Reine et Mère avec droit et puissance sur ses enfants.

Au cours de l’enquête canonique ordonnée par Monseigneur Laurence, évêque de Tarbes, un prêtre demande à Bernadette si la Reine du Ciel est aussi bonne, aussi tendre, aussi puissante que l’Eglise la dépeint. Bernadette répond avec simplicité que c’est la vérité et regardant au ciel, elle soupire : « Ah ! Si on savait. » Un autre prêtre pose la question : « Quand nous étions à la grotte, est-ce que la Sainte Vierge ne regardait que toi ? » Bernadette répond : « Oh ! Elle regardait tout le monde et avec beaucoup d’affection, comme une Mère regarde ses enfants. Parfois elle semblait considérer les personnes une à une et pour certains son regard s’arrêtait sur elles comme lorsqu’on retrouve un ami. »

Que Notre-Dame de Lourdes nous donne de lui être fidèles par la prière fréquente et même quotidienne du chapelet. Que Bernadette nous obtienne la grâce de comprendre à quel point cette prière est précieuse pour le Salut de tous.

Prions

Une Dizaine du chapelet (Pater, 10 Ave, Gloria)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. (ter)

Notre-Dame de Lourdes, priez pour nous.

Sainte Bernadette, priez pour nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix. Amen.

Vous pouvez télécharger les méditations de ce rosaire sur le site de la Paroisse La Croix glorieuse de Strasbourg : https://www.croix-glorieuse.org/chapeletca331caa

L’ASSOMPTION DE MARIE

C’est par la faute originelle que la mort s’est introduite dans le monde et a scellé notre sort à tous. Marie, parce qu’elle est l’Immaculée Conception, n’est pas soumise aux conséquences du péché de nos premiers parents. Cette profonde conviction de l’Eglise est élevée en dogme de foi par le pape Pie IX, le 8 décembre 1854. Quatre années plus tard, Marie vient à Lourdes pour confirmer son titre de gloire. En effet, le 25 mars 1858, jour de l’Annonciation, après la triple question de Bernadette, « la belle Dame » révèle son nom : « Je suis l’Immaculée Conception. »

Comme la conséquence directe de sa Conception Immaculée, Marie ne connait donc pas la corruption du tombeau. Elle est « élevée au Ciel avec son corps et son âme dès la fin du cours de sa vie terrestre. » C’est une réalité tellement incontestable que Pie XII l’a élevée en dogme de foi le 1er novembre 1950.

Bernadette ne saurait partager la même gloire que Marie dans son Assomption. Mais son corps, resté intact, qui repose dans la chasse de Nevers, nous rappelle qu’au dernier jour, nos corps ressusciteront et entreront dans la même gloire. Sur le chemin de la Résurrection, Marie n’est pas la seule mais la première. Nos corps, que nous réduisons en servitude par la pénitence, entreront avec nos âmes dans le Royaume de Jésus, dont Notre-Dame est venue à Lourdes nous rappeler la réalité. Le corps de Bernadette, resté intact, actualise sans cesse le message de Marie : « Pénitence ! Pénitence ! Pénitence ! Priez pour les pécheurs. »

Dans sa chasse, la tête de Bernadette est inclinée dans la position des vierges-martyres de la primitive Eglise. N’est-ce pas encore pour nous inciter à retrouver la foi, la ferveur, l’amour, l’héroïsme des premiers chrétiens ? Bernadette s’est élevée très haut dans la sainteté par sa fidélité au chapelet quotidien dès sa plus tendre enfance. C’est le rosaire qui rallumera en nous la vraie ferveur.

Que Notre-Dame de Lourdes nous aide à imiter sa petite messagère. Que Bernadette nous donne de mieux écouter le message de Marie à Lourdes.

Prions

Une Dizaine du chapelet (Pater, 10 Ave, Gloria)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. (ter)

Notre-Dame de Lourdes, priez pour nous.

Sainte Bernadette, priez pour nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix. Amen.

LA PENTECÔTE

La première manifestation de l’Esprit-Saint au cénacle fut un vent impétueux. Les événements de Lourdes commencent le 11 février 1858 par deux « violents coups de vent. » Bernadette se sent prise dans le souffle du vent mais observe que les branches des arbres sont immobiles, que les feuilles ne tremblent absolument pas. L’Esprit-Saint se manifeste et s’apprête à parler par son épouse, Marie, l’Immaculée Conception.

Au temps de la Pentecôte, l’Esprit-Saint a donné aux apôtres de s’exprimer en d’autres langues et les a investis d’une sagesse capable de confondre les plus intelligents.

L’Esprit-Saint a fait de même pour Bernadette. Pendant les différents interrogatoires, ses réponses jaillissent d’elle sans aucune réflexion et sa sagesse stupéfie tout le monde. Rappelons-nous le témoignage de Monseigneur Fourcade venu à Lourdes en 1863 pour voir Bernadette : « s’exprimant dans un français correct, clair, précis, sans chercher un instant ses mots, elle est imperturbable et rien ne l’embarrasse. On dirait que des réponses toujours satisfaisantes jaillissent de ses lèvres, en quelque sorte à son insu, comme par inspiration… ». C’est la réalisation de la promesse du Sauveur : « Je vous donnerai une sagesse à laquelle personne ne pourra ni répondre ni résister » (Matthieu 21, 15).

Que Notre-Dame de Lourdes nous obtienne les sept dons qui transformeront nos âmes. Que Bernadette nous obtienne d’être docile à l’action de l’Esprit-Saint.

Prions

Une Dizaine du chapelet (Pater, 10 Ave, Gloria)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. (ter)

Notre-Dame de Lourdes, priez pour nous.

Sainte Bernadette, priez pour nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix. Amen.

L’ASCENSION

Le soir du jeudi-saint, Jésus dit à ses disciples : « Je m’en vais vous préparer une place au ciel » (Jean 14, 3). La Rédemption n’a d’autre but que celui de nous ouvrir le Royaume des cieux et la vie éternelle avec Dieu.

A la troisième apparition, la « belle Dame » dit à Bernadette : « Je ne vous promets pas d’être heureuse en ce monde mais dans l’autre. » Par ces mots, Marie ne donne pas à sa messagère un « laissez-passer » pour l’au-delà, qui la dispenserait de tout effort de conversion. Au contraire ! Ce ne sont pas les apparitions, qui ont fait de Bernadette une sainte mais bel et bien le profit qu’elle a su en tirer. » La promesse de Marie, qui vaut pour chacun d’entre nous, constitue l’engagement que tous les efforts de conversion sont récompensés par la vie éternelle avec elle, avec Dieu. Beaucoup interprèteront mal les mots de Marie et envieront Bernadette, pensant qu’elle sera sauvée à moindre effort de sa part. Ils seront vite détrompés par son humilité et tout ce qu’elle mettra en œuvre pour se montrer digne de l’engagement de Marie.

Durant sa vie, Marie a connu la solitude, la pauvreté, l’exil, les heures de tristesse, les contradictions de la vie publique de Jésus, sa Passion, la séparation après l’Ascension, les premières persécutions de l’Eglise. La vie de Bernadette sera comparable à celle de Marie en bien des points et ira crescendo au niveau de la souffrance physique et de la détresse morale (qui bien souvent accompagne l’épreuve de la maladie). Pour encourager sa confidente, Marie fait entrevoir à Bernadette la splendeur des cieux, qui devient réalité dans sa beauté surnaturelle, et l’assure que la promesse de Jésus « je m’en vais vous préparer une place au ciel » (Jean 14, 3) se réalisera pour elle (et pour nous).

Que Notre-Dame de Lourdes nous aide à élever souvent nos pensées vers le Ciel de gloire où, avec Jésus, elle nous attend. Que Bernadette nous donne l’espérance de la rejoindre.

Prions

Une Dizaine du chapelet (Pater, 10 Ave, Gloria)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. (ter)

Notre-Dame de Lourdes, priez pour nous.

Sainte Bernadette, priez pour nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix. Amen.

LA RÉSURRECTION

La porte du tombeau est scellée. Des gardes sont postés à son entrée et veillent nuit et jour. Cependant, toutes les précautions prises tant par les pharisiens que par les romains, ne pourront rien contre Dieu et sa puissance de vie. C’est un corps affreusement torturé, qui est déposé dans le sépulcre le soir du vendredi. C’est un corps restauré dans sa chair, débordant de vie, qui sort du tombeau le matin du dimanche, le premier jour de la semaine. L’humanité de Jésus possède maintenant la vie nouvelle des corps glorieux. Dans le Credo, nous disons : « Je crois en la résurrection de la chair. » Nous aussi, à la fin du monde, nous entrerons, avec nos corps, dans cette vie qui ne finira jamais. Le corps de Bernadette, resté intact, nous rappelle cette réalité future de la résurrection de notre corps.

Chaque fois que Bernadette voyait « la belle Dame », elle avait comme un avant-goût de cette vie future. Dès que Marie se présentait à elle, « comme si un éclair l’avait frappée », déclare un témoin, Bernadette « faisait un soubresaut d’admiration et paraissait naître à une seconde vie » et tout son être n’était plus que frémissement de joie. Sa mère, Louise Soubirous, voit Bernadette en extase pour la première fois lors de la quatrième apparition ; elle assiste à sa transformation et s’écrie avec angoisse : « Oh, mon Dieu, ne m’enlevez pas mon enfant. » D’autres témoins déclarent : « Oh. Comme elle est belle ! » Un monsieur, à qui l’on demande avec ironie : « Vous n’avez rien vu ? », réplique : « Si, j’ai vu Bernadette. » Jeanne Abadie, sa camarade, déclare : « Elle semblait un Ange ! » Si la vue de l’Immaculée, dans toute sa splendeur de créature pleinement rachetée, suffit pour transfigurer Bernadette, quel sera notre bonheur quand nous verrons Dieu, face à face. Préparons cette vie nouvelle, faite de beauté et de joie en Dieu, par une sincère conversion.

Que Notre-Dame de Lourdes nous aide et nous encourage par son lumineux exemple, à renaitre à une vie toute nouvelle d’enfant de Dieu. Que Bernadette nous accompagne sur notre chemin de conversion.

Prions

Une Dizaine du chapelet (Pater, 10 Ave, Gloria)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. (ter)

Notre-Dame de Lourdes, priez pour nous.

Sainte Bernadette, priez pour nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix. Amen.

INTRODUCTION AUX MYSTERES GLORIEUX

En se présentant dans la grotte de Lourdes dans toute sa splendeur immaculée, Marie montre à Bernadette ce qui l’attend au Ciel si, comme Elle, elle se laisse sauver par Jésus. Marie a écouté la parole de Dieu et l’a mise en pratique ; c’est ce qui fait sa gloire au Ciel, ce pourquoi toutes les générations la disent bienheureuse.

La beauté de Marie est telle, que pour Bernadette, il est inenvisageable de ne pas répondre à son invitation à la conversion. Elle dira : « elle est si belle qu’on voudrait mourir pour la revoir. »

Dans sa châsse de Nevers, le corps de Bernadette est demeuré incorrompu. Bernadette ne participe pas au privilège unique de Marie en son assomption d’entrer corps et âme au Ciel. Cependant son corps demeuré intacte témoigne de la véracité du message qu’elle a transmis et de la récompense qui attend au Ciel ceux qui l’entendent et y répondent.

Dans la dépouille de Bernadette demeurée incorrompue, nous voyons la réalisation, et de la promesse de la belle Dame de la rendre heureuse dans l’autre monde, et des paroles du Credo : « je crois en la résurrection de la chair et en la vie éternelle. Amen. »

Oui, nous avons une âme à sauver. C’est là le message de Marie transmis par Bernadette. Ne l’oublions jamais !

Prions

Une Dizaine du chapelet (Pater, 10 Ave, Gloria)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. (ter)

Notre-Dame de Lourdes, priez pour nous.

Sainte Bernadette, priez pour nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix. Amen.

LE CRUCIFIEMENT

Contemplons Jésus mourant sur la Croix. Il a soif. Pour l’étancher, on lui tend une éponge fixée au bout d’un roseau et imbibée de vinaigre. A cause de ses plaies aux lèvres, ce qui devait être un soulagement s’avère un nouveau supplice. Jésus ne se plaint pas : plus que d’eau, Il a soif du salut des âmes. Plus d’un mystique a perçu dans la soif du Sauveur un appel à œuvrer pour que son sacrifice sur la Croix ne soit inutile pour personne.

La mort de Bernadette ressemble à celle de Jésus. Dans les derniers moments de sa vie, elle parle très peu car écrasée par la douleur notamment au niveau de la poitrine. Elle dit : « je suis moulue comme un grain de blé. » On l’entend dire : « Mon Dieu, je vous aime de tout mon cœur, de toute mon âme, de toutes mes forces. » Puis elle s’écrie : « J’ai soif. » On lui humecte les lèvres. Une sœur lui souffle à l’oreille : « vous êtes à présent sur la Croix. » Elle fait une dernière fois son admirable signe de croix. Son adieu à ce monde plein d’orgueil va être un acte de profonde humilité : « Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour moi… pauvre pécheresse… pauvre pécheresse… » Puis, elle incline la tête et expire. Les derniers mots de ses notes intimes avaient été : « Plus je serai crucifiée, plus je me réjouirai. »

Que Notre-Dame de Lourdes, qui n’ignore rien de la manière dont chacun d’entre nous passera de ce monde à l’autre, nous assiste à l’heure de la mort avec toutes les grâces nécessaires au Salut. Que Bernadette nous aide à nous y préparer dès maintenant.

Prions

Une Dizaine du chapelet (Pater, 10 Ave, Gloria)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. (ter)

Notre-Dame de Lourdes, priez pour nous.

Sainte Bernadette, priez pour nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix. Amen.