Toute puissante pour protéger ceux qui se confient à elle

Contemplons

Méditons

Dès les premiers temps de l’Eglise, les fidèles chrétiens ont cherché refuge auprès de Marie, Mère de Dieu, confiants en sa toute-puissance d’intercession et en sa miséricordieuse bonté. L’une des plus anciennes suppliques à Marie dit dans ce sens : « Sous l’abri de votre miséricorde, nous cherchons notre refuge, sainte Mère de Dieu. Ne méprisez pas les prières que nous vous adressons dans nos nécessités mais délivrez-nous toujours de tous les dangers, Vierge glorieuse et bénie. » Et si, au fur et à mesure de l’extension du christianisme, les fidèles n’ont cessé de multiplier les gestes de dévotion à son égard, c’est parce qu’à chaque fois qu’ils ont sollicité son aide et sa protection, ils n’ont pas été déçus. Les innombrables ex-voto en témoignent : rien qu’à Notre-Dame des Victoires, à Paris, il y en a plus de 36000. Et ce n’est qu’une petite part de tout ce qui existe de par le monde.

Si Dieu exauce les prières qui lui sont présentées par Marie, c’est parce qu’il est dans sa sainte volonté qu’en toutes circonstances les fidèles recourent à elle et lui soient redevables des grâces qu’il leur accorde. Lorsqu’à Fatima, Marie dit aux trois pastoureaux que « seule Notre-Dame du rosaire peut secourir le monde en détresse »,  c’est parce qu’il est dans les desseins de Dieu de n’accorder la grâce de la paix qu’à la prière des fidèles unie à celle de Marie. Aussi, demande-t-elle avec insistance qu’on récite le chapelet chaque jour avec persévérance et dévotion. C’est par orgueil que l’humanité s’éloigne de Dieu ; c’est seulement précédée par celle qui se présente comme l’humble servante du Seigneur, qu’il l’accueille repentante à la manière du père du fils prodigue de la parabole. Marie le chante dans son Magnificat : « Déployant la force de son bras, il (Dieu) disperse les superbes et élève les humbles » (Luc 1, 52).

Lorsqu’elle s’adresse au bienheureux Alain de la Roche, Marie lui promet pour tous ceux qui récitent le rosaire avec assiduité, sa protection toute spéciale dans tous leurs besoins. Et cette protection, le peuple de Dieu l’a toujours éprouvée et tenue pour certaine. C’’est pourquoi l’Eglise met sur nos lèvres à chaque fois que nous récitons la salutation angélique : « priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort » car les deux moments les plus importants de notre vie, ceux où nous avons particulièrement besoin de l’assistance de Marie, c’est bel et bien « maintenant » et « l’heure  de notre mort. »

Marie est une reine dont l’amour égale la puissance. « Elle est plus mère que reine » nous assure d’ailleurs sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus. En effet, elle met toute sa puissance au service de l’amour, l’amour pour son Jésus, l’amour pour ses enfants qui en ont tant besoin pendant leur pèlerinage sur la terre. Et quand il s’agit, pour la gloire de Dieu et le salut des âmes, de s’opposer à l‘antique serpent qui fomente notre perte, « elle est terrible comme une armée rangée en bataille » (saint Bernard).

L’une des grandes joies d’une maman, c’est de voir ses enfants heureux et s’ils en ont besoin, de les aider. Parce que Marie est la meilleure des mamans, elle veut les savoir tous à l’abri sous le manteau de sa miséricorde jusqu’à ce qu’elle puisse les accueillir à la porte du ciel et les mener à Jésus pour leur plus grande joie à tous les deux. Et cette joie ira grandissante jusqu’à la fin du monde, date à laquelle elle aura réuni au ciel de manière définitive tous ses enfants pour un banquet familial qui ne finira jamais.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

(Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

O saints Patriarches et Prophètes ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, le désir que vous avez eu de l’Incarnation de Jésus et faites que j’aspire ardemment après Lui que vous avez désiré et si longtemps attendu.

O saints Apôtres ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, la fidélité et la persévérance avec laquelle vous avez prêché l’Evangile de par le monde, pour former à Jésus un peuple fidèle. Faites que j’aime toujours davantage Celui que vous-même avez aimé de tout votre cœur.

O saints Martyrs ! Je vous en conjure, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la patience avec laquelle vous avez supporté votre martyr. Obtenez-moi que je me dépense sans compter au service de Jésus pour l’amour duquel vous avez livré votre corps à la mort.

O saints Confesseurs ! Je vous en supplie, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la sainteté héroïque en laquelle vous avez montré aux autres la voie de la vie. Faites que je m’élève au sommet de la perfection pour l’amour de Jésus  pour qui vous avez tout abandonné.

O saintes Vierges ! Offrez pour moi, je vous en conjure, à l’adorable Trinité, votre pureté et votre intégrité qui vous ont mérité d’être les plus rapprochées de Dieu. Faites que je triomphe dans la chasteté de l’esprit et du corps, et en toutes choses pour l’amour de Jésus à qui vous avez consacré votre virginité.

Et Vous, Seigneur ! Précédez l’assemblée de vos Saints et faites pour moi l’offrande à Dieu le Père de toute votre très sainte et parfaite vie sur terre avec le fruit de votre Passion en réparation de tous mes péchés et omissions, en sorte que par Vous, tout ce qui est de moi, reçoive son supplément et sa perfection. Amen.

(Jésus à sainte Mechtilde : «  Prie ainsi chacun des groupes de mes saints afin qu’ils offrent pour toi leurs mérites. »)

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel et que la lumière sans fin brille sur elles.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire