L’Annonce du Royaume de Dieu

À l’aveugle, qui vient solliciter sa guérison, Jésus demande : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » L’aveugle lui dit : « Rabbouni, que je retrouve la vue ! » (Marc 10, 51).

Jésus ne contraint pas notre liberté ; pour lui, elle est inaliénable. Si nous voulons obtenir une grâce, il nous faut la lui demander humblement. Pour qu’il libère ses trésors de miséricorde, il n’y a qu’une seule condition mais elle est incontournable : la prière. Pour obtenir sa guérison, il a fallu que l’aveugle la demande.

« Cherchez premièrement le royaume et sa justice et tout le reste suivra » (Mt 6, 33). La foi vient d’abord et avant tout. Les signes ne confèrent pas la foi ; ils en sont le produit et l’effet. À Bethlehem, nous dit saint Matthieu, Jésus ne fit que peu de miracles car il n’y rencontra que peu de foi (Matthieu 13, 58).

À la femme, qui a touché son manteau, Jésus dit : « Ma fille, ta foi t’a sauvée. Va en paix et sois guérie de ton mal » (Marc 5, 34). Au centurion, qui demande et obtient la guérison de son esclave, Jésus dit : « Je vous le déclare, même en Israël, je n’ai pas trouvé une telle foi ! » (Luc 7, 9).

Marie, obtenez-nous la foi, qui déplace les montagnes. Aidez-nous sur notre chemin de conversion du cœur.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Saint Joseph, espérance des malades, priez pour nous.

Saint Michel archange, de votre lumière, éclairez-nous.

Saint Michel archange de vos ailes, protégez-nous.

Saint Michel archange de votre épée, défendez-nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Les Noces de Cana

Marie a conçu Jésus. Elle l’a mis au monde. Elle l’a nourri. Elle l’a élevé. Elle a vécu dans son intimité pendant les trente années de la vie cachée à Nazareth. Même si Jésus a tamisé sa gloire sous les oripeaux de notre humanité, elle sait mieux que personne, qu’il est Dieu fait homme, qu’il est la solution à tous nos maux.

Aussi, en Mère aimante, en servante fidèle et avisée, elle œuvre pour nous rapprocher de son Jésus. Elle nous aide à croire en lui et nous dispose à accueillir ses trésors de grâce. Comme aux noces de Cana, elle ne cesse de dire à Jésus « ils n’ont plus de vin » (Jean 2, 3) et à nous : « quoi que Jésus vous dise, faites-le » (Jean 2, 5).

C’est l’eau contenue dans les jarres pour les ablutions rituelles, que Jésus transforme en vin. Autrement dit, de l’eau, qui a servi à laver les mains de l’ensemble des invités, Jésus fait un vin d’exception, un vin si bon qu’on en complimente le maître du repas.

Jésus peut tout guérir et aucun malade, si repoussant soit-il, ne le rebute. Alors que tout le monde se détourne des lépreux, lui, n’hésite pas à les toucher pour les guérir. Pour lui, le péché est une maladie pire que la lèpre, c’est même la maladie la plus repoussante qui soit. Cependant, le pécheur, qui est un malade atteint de la lèpre du péché, n’entame pas sa compassion. Ni le nombre ni la gravité de nos plaies de l’âme ne le rebutent. Il veut toutes les guérir du moment que nous mettons notre foi, notre espérance, notre amour en lui.

Marie, apprenez-nous à faire confiance au médecin de nos âmes et à appliquer ses prescriptions.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Saint Joseph, espérance des malades, priez pour nous.

Saint Michel archange, de votre lumière, éclairez-nous.

Saint Michel archange de vos ailes, protégez-nous.

Saint Michel archange de votre épée, défendez-nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Le Baptême de Jésus

Jésus nous rejoint, là où nous sommes, pour nous tirer de notre misère de pauvres pécheurs et nous élever à la suprême dignité d’enfants de Dieu. Comme il s’est plongé dans l’eau du Jourdain en solidarité des pécheurs, par le baptême, nous sommes immergés dans la mort de Jésus, pour ressusciter avec lui à une vie nouvelle d’enfants de Dieu. Songeons-y souvent. Le mystère dépasse les mots, que nous employons pour le décrire : par le baptême, nous devenons enfants de Dieu !!! Frères de Jésus !!!

Le baptême nous lave de la faute originelle mais ne nous préserve pas de ses conséquences ni de retomber dans le péché. Si bien qu’il nous faut souvent recourir au sacrement de réconciliation. Aussi, nous pourrions l’appeler le sacrement de guérison, puisqu’il panse les plaies, que nous assénons à nos âmes par nos péchés. Les pères de l’Église affirment, qu’après le baptême, la confession est le sacrement le plus nécessaire. Ils l’appellent « le second baptême » ou « la planche de salut après le naufrage. »

C’est par le péché d’Adam et Eve, que la souffrance et la maladie sont entrées dans notre nature. Aussi, si nous acceptons de nous soigner de la lèpre du péché, cela se ressentira sur notre santé physique et morale. À Fatima, lorsque Lucie, l’ainée des voyantes intercède pour un malade, Notre-Dame répond : « s’il se convertit, il guérira dans l’année » (13 juin 1917). En septembre, Lucie transmet les sollicitations de plusieurs pèlerins. Marie répond : « J’en guérirai certains mais pas tous car Notre-Seigneur se méfie d’eux. Il faut que les hommes se convertissent » (13 septembre 1917).

Le vrai mal à combattre, ce sont nos péchés. Le seul médecin compétent, c’est Jésus, les remèdes sont les sacrements, qu’il a institués. Les soins sont dispensés par l’infirmière en chef, la Sainte Vierge, l’ordonnance, ce sont les sacrements, la thérapie, c’est la prière, tout particulièrement le chapelet.

Marie, obtenez-nous la foi qui sauve. Donnez-nous de recourir souvent au sacrement de guérison, pour soigner les plaies, que nos péchés infligent à nos âmes.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Saint Joseph, espérance des malades, priez pour nous.

Saint Michel archange, de votre lumière, éclairez-nous.

Saint Michel archange de vos ailes, protégez-nous.

Saint Michel archange de votre épée, défendez-nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Les Mystères lumineux

C’est par des moyens très simples, que Dieu dispense sa grâce. Ces moyens sont si communs, qu’ils nous déconcertent et mettent notre foi à l’épreuve.

Pensons au général Naaman, qui va voir le prophète Élisée pour être guéri de la lèpre. Ce-dernier lui fait dire, qu’il doit se baigner sept fois dans le Jourdain.

Naaman est furieux. Au lieu de venir en personne, Élisée lui envoie son serviteur, chargé de lui dire de se baigner sept fois dans le Jourdain. Naaman croit que le prophète se moque de lui.

Une fillette, ainsi que ses serviteurs, parviennent à la persuader : « si le prophète t’avait demandé quelque chose de difficile, ne l’aurais-tu pas fait ? » Il est pourtant si simple de se tremper sept fois dans le Jourdain ! Tu n’as rien à perdre ! Vas-y, fais-le. » Naaman s’exécute et voilà qu’il est guéri : « sa chair redevint comme la chair d’un jeune enfant » (2 Rois, 5, 1-17).

Dieu nous transfuse sa vie divine par les sacrements. En apparence, ils sont dérisoires mais ce sont les moyens qu’il a choisis. Ce faisant, il éprouve notre foi et nous accorde sa grâce en conséquence. Les sacrements nous sauvent dans la mesure de la foi avec laquelle nous les recevons et en faisons produire les fruits.

Ne soyons pas des hommes à la « nuque raide. » Acceptons humblement de nous purifier dans le bain du sacrement de pénitence pour que notre âme soit aussi pure que celle d’un « jeune enfant. » Recevons avec humilité le pain des anges, le pain des forts, pour qu’il recrée nos forces et nous rende capables de vivre en enfants de lumière. Faisons appel aux prêtres pour nous oindre d’huile lorsque nous sommes malades afin de recouvrer la santé de l’âme et du corps.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Saint Joseph, espérance des malades, priez pour nous.

Saint Michel archange, de votre lumière, éclairez-nous.

Saint Michel archange de vos ailes, protégez-nous.

Saint Michel archange de votre épée, défendez-nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Le Recouvrement

Une âme séparée de Jésus ne peut trouver la paix. C’est ce que nous enseigne la douleur de Marie pendant les trois jours de vaines recherches à Jérusalem alors que Jésus n’a que douze ans.

Marie a traversé bien des épreuves, plus douloureuses les unes que les autres. Elle a tout accepté et n’a jamais rien réclamé pour elle-même. Quelles qu’étaient les circonstances, elle a suivi Jésus en tous ses chemins et par toutes ses voies. Une seule et unique fois, elle s’est laissé aller à l’ombre d’un reproche : « Mon enfant pourquoi nous avoir fait cela ? Vois, ton père et moi te cherchions tout angoissés » (Lc 2, 48).

Marie ne se plaint pas quand elle souffre avec Jésus, pour Jésus mais elle sort de sa réserve quand elle est séparée de lui. La perte de Jésus a certainement été sa plus grande douleur, le retrouver sa plus grande joie.

Marie nous enseigne ainsi que la plus grande souffrance est d’être séparé de Jésus par la grâce, autrement dit de se couper de son amour par le péché, car alors notre âme ne connait plus la paix : « Tu nous a fait pour toi, Seigneur, nous dit saint Augustin, et notre âme est sans repos tant qu’elle ne demeure pas en toi. »

Personne ne peut vouloir traverser cette vie sans passer par des épreuves, parfois crucifiantes. Cependant, elles ne nous écrasent que lorsque nous sommes séparés de Jésus. En effet, qui soignera nos blessures si nous refusons de consulter le médecin, si nous déclinons les remèdes qu’il prescrit ?

Demandons à Marie, de ne jamais permettre que nous soyons séparés de Jésus par la grâce. Et si un tel malheur devait se produire, d’aller au plus tôt le recouvrer dans le sacrement de la réconciliation.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Saint Joseph, espérance des malades, priez pour nous.

Saint Michel archange, de votre lumière, éclairez-nous.

Saint Michel archange de vos ailes, protégez-nous.

Saint Michel archange de votre épée, défendez-nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

La Présentation

Le moment est on ne peut plus solennel. C’est l’offertoire de la Messe, qui sera célébrée sur le Calvaire 33 ans plus tard. Jésus n’a que 40 jours. Il est à l’aube de sa vie et s’offre au Père par Marie, avec Joseph, en rançon pour nos péchés. Il est venu en ce monde avec une mission précise : accomplir les Ecritures, réaliser les prophéties et, par ce moyen, nous procurer le Salut promis. Il nous l’obtiendra au prix d’un immense sacrifice, auquel Marie est appelée à consentir : « il sera un signe de contradiction et toi-même un glaive de douleur te transpercera le cœur » (Lc 2, 35).

Nous nous trouvons devant un mystère : à la manière d’Abraham, le Père éternel accepte de sacrifier son Fils unique, celui qu’il aime sans mesure et qui le lui rend avec la même démesure, pour sauver ceux qui sont marqués aussi bien de la faute originelle, que de leurs nombreux péchés personnels. Qui sommes-nous pour qu’aux yeux de Dieu nous ayons une telle valeur ? Qui sommes-nous pour que nous méritions d’être rachetés à si haut prix, rachetés par le sacrifice d’un fils tant aimé ? Nous ne sommes rien par nous-mêmes mais nous avons du prix aux yeux du Père. Tant que nous ne nous tiendrons pas face à Dieu dans son Royaume (et même là !), toute la démesure de cet amour restera incompréhensible. En attendant, nous ne pouvons qu’accueillir sa miséricorde et rendre grâce.

A l’image du Père, Marie offre son enfant, le meilleur des fils, en rançon pour les pécheurs. Elle consent à l’offrande, que Jésus fera de lui-même, au prix du sacrifice de son amour maternel. Plus encore, elle consent à se donner elle-même au Père, avec Jésus, en Jésus et par Jésus, pour notre rédemption.

Elle nous montre ainsi, que nous sommes appelés à consentir à notre Salut, à y collaborer et, même, à nous offrir pour celui de toutes les âmes. Elle nous montre aussi, que les épreuves ne peuvent être surmontées que dans l’union à Jésus, mort et ressuscité pour notre vie à tous.

Que Marie nous rende généreux au service de Dieu. Qu’elle attise en nous le souci de toujours faire le bien et d’éviter tout mal.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Saint Joseph, espérance des malades, priez pour nous.

Saint Michel archange, de votre lumière, éclairez-nous.

Saint Michel archange de vos ailes, protégez-nous.

Saint Michel archange de votre épée, défendez-nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

La Nativité

Pour guérir et soigner le genre humain, Dieu choisit d’en faire partie. Il se fait homme en Marie et partage notre condition en tout, excepté le péché. Il n’est rien de ce que nous vivons, que lui n’ait pas aussi connu et vécu dans sa chair. Et s’il n’a été la cause et l’origine d’aucun péché, il a subi de plein fouet les conséquences des innombrables fautes de l’humanité. Pendant 33 ans, il vivra au milieu des pécheurs, qui ne cessent d’offenser Dieu, et assistera à toutes leurs turpitudes.

Malgré cela, Jésus vient à nous avec la douceur, la faiblesse d’un enfant afin que nous n’ayons rien à craindre de lui. Plus tard, il se présentera au monde comme le « bon pasteur » (Jn 10, 11), « le bon samaritain » (Luc 10, 30-36). Il propose de se charger du fardeau de tous ceux qui viennent à lui : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes » (Mat 11, 28). Et saint Paul rajoutera : « nous n’avons pas un grand prêtre qui ne puisse compatir à nos faiblesses ; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. » (He 4, 15-16). Jésus ne demande qu’à nous rendre la paix de l’âme, à nous soulager de nos maux dont le plus grand est le péché.

La nuit de Noël, les anges proclament : « gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qui l’aiment » (Luc 2, 14). La paix, celle qui vient de Dieu et qui procure la paix de l’âme, est promise et accordée à ceux qui rendent gloire à Dieu.

Que Marie, qui accueille les bergers envoyés par le ciel à la crèche de Bethlehem, nous obtienne d’être de ces hommes et femmes de bonne volonté.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Saint Joseph, espérance des malades, priez pour nous.

Saint Michel archange, de votre lumière, éclairez-nous.

Saint Michel archange de vos ailes, protégez-nous.

Saint Michel archange de votre épée, défendez-nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

La Visitation

A la salutation de Marie, l’enfant, qu’Elisabeth porte dans son sein, tressaille de joie. Il reconnait le Sauveur présent en Marie, l’accueille et témoigne pour lui par sa réaction. Il sera le précurseur, celui qui désigne « l’Agneau qui enlève les péchés du monde » (Jn 1, 29), celui qui ne se sent « pas digne de dénouer la courroie de ses sandales » (Jn 1, 27), celui qui dira : « il faut qu’il grandisse et moi que je diminue » (Jn 1, 29).

Jésus n’est encore qu’un embryon, que, déjà, il va au-devant de son peuple pour lui porter la bonne nouvelle du Salut. Jean-Baptiste, sanctifié dès le sein d’Elisabeth est le premier à bénéficier des soins prodigués par Jésus, le médecin des âmes. Dès le sein d’Elisabeth, il est immergé et transformé dans l’Esprit-Saint.

C’est Jésus, qui guérit, qui soigne mais c’est Marie qui mène le médecin auprès des âmes malades et endolories. C’est elle, qui ouvre les âmes à l’action de Jésus, pour que les remèdes qu’il leur prodigue, portent tous leurs fruits de guérison. Et il plait à Jésus de combler de ses grâces, les personnes, qui l’accueillent en Marie, sa Mère bien-aimée mais aussi son premier et plus fidèle soutien.

Recevons Marie dans nos vies et laissons-la nous mener à Jésus, le médecin des âmes.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Saint Joseph, espérance des malades, priez pour nous.

Saint Michel archange, de votre lumière, éclairez-nous.

Saint Michel archange de vos ailes, protégez-nous.

Saint Michel archange de votre épée, défendez-nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

L’Annonciation

Jésus nous a commandé d’être « parfaits comme notre père céleste est parfait » (Matthieu 5, 48). Quel ambitieux programme pour notre nature diminuée par le péché originel !

Pourtant, qui d’entre nous ne souhaite pas répondre pleinement à l’attente de Jésus ? Et en même temps, qui d’entre nous n’est pas souvent tenté de céder au découragement à force de chutes et de rechutes dans le péché ?

Pourtant, Jésus ne nous demande rien, qui ne soit à notre portée. Ne dit-il pas à saint Paul : « Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse » (2 Cor 12, 9). Autrement dit, il nous fixe l’objectif et, en même temps, nous donne les moyens pour l’atteindre.

Comme souvent, c’est en méditant l’exemple de Marie, que nous trouvons l’éclairage nécessaire. Même si elle a été une exception par son Immaculée Conception, sa maternité divine, Marie est l’une d’entre nous. Comme nous, elle s’est sanctifiée dans la monotonie du quotidien. Par son exemple, elle nous donne le secret de la sainteté : se donner sans réserve, aucune, au Seigneur et se faire son humble serviteur : « Je suis la servante du Seigneur. Que tout m’advienne selon ta parole » (Luc, 1, 38).

Marie est la « pleinement-consacrée » à Dieu. Ce don d’elle-même la fortifie dans les épreuves et la protège de tout mal, car dans les tentations, c’est Dieu lui-même, qui combat pour elle. Plus nous serons donnés au Seigneur et désirerons être à lui, plus nous serons portés à devenir ce qu’il nous commande et plus il fera resplendir son image en nous comme il l’a fait en Marie.

Que Marie, Notre-Dame du « oui », allume en nous le désir de la sainteté.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Saint Joseph, espérance des malades, priez pour nous.

Saint Michel archange, de votre lumière, éclairez-nous.

Saint Michel archange de vos ailes, protégez-nous.

Saint Michel archange de votre épée, défendez-nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Les Mystères Joyeux

En se faisant homme, Dieu vient au secours de notre misère de fils, de filles d’Adam et Eve.

Toutes nos détresses, toutes nos fautes ont leur racine dans leur péché de désobéissance. « Tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n’en mangeras ; car, au jour que tu en mangeras, tu mourras certainement » (Gen 2, 17).

Le serpent, le prince du mensonge, homicide dès le commencement (Jn 8), les a trompés : « vous serez comme des dieux » (Gen 3, 5). Ils ne sont pas devenus comme des dieux mais bel et bien de pauvres pécheurs, qui condamnent toute leur descendance à partager leur misère.

Dieu, que nous accusons souvent d’indifférence à nos malheurs, est le meilleur des pères. Dès la chute d’Adam et Eve, il promet notre relèvement : « Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre sa descendance et la tienne » (Gen 3, 15).

Marie est la femme, qui écrase la tête du serpent. Grâce à son « oui » au plan divin, Dieu donne à toute l’humanité celui qui est tout autant le médecin des âmes que le remède à tous leurs maux. Jésus guérit de toutes les maladies, surtout la plus grande : la lèpre du péché. Par les mérites surabondants de sa Passion, il nous fournit tous les remèdes nécessaires à notre rétablissement.

Apprenons de Marie à dire « oui » au plan de Dieu afin que la rédemption se déploie pleinement en chacun de nous. Donnons-nous à Jésus par Marie, afin qu’elle nous ouvre à son action.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Saint Joseph, espérance des malades, priez pour nous.

Saint Michel archange, de votre lumière, éclairez-nous.

Saint Michel archange de vos ailes, protégez-nous.

Saint Michel archange de votre épée, défendez-nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.