XIV – Jésus est déposé dans le sépulcre

Le corps de Jésus est déposé dans le sépulcre donné par Joseph d’Arimathie. Joseph et Jean, « le disciple que Jésus aimait » (Jean 13, 23), le portent au tombeau comme le prêtre, le jeudi-saint, porte le Saint-Sacrement au reposoir. La blancheur immaculée du corps de Jésus rappelle l’hostie blanche, l’Eucharistie où Jésus est réellement présent.

Jean ne quitte pas Jésus des yeux. Il reste le disciple aimant, qui n’abandonne pas le maître, celui qui a reposé sur son cœur et l’a le plus compris (Jean 13, 25). Le jour de Pâques, il sera aussi, le premier à croire à la résurrection de Jésus.

Joseph d’Arimathie nous regarde et semble nous inviter à suivre le cortège funèbre, à la manière dont le prêtre, portant le Saint-Sacrément, invite les fidèles à le suivre jusqu’au reposoir, pour y veiller en attendant la résurrection. Elle surviendra avec certitude car il l’a dit et que tout ce qu’il dit se réalise : « Amen. Amen je vous le dis, cette génération ne passera pas avant que tout soit réalisé » (Marc 13, 30).

Aucune tristesse sur les visages de Jean et de Joseph car ils sont déjà projetés vers le matin de Pâques. « Rappelez-vous ce qu’il vous a dit quand il était encore en Galilée : “Il faut que le Fils de l’homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’il soit crucifié et que, le troisième jour, il ressuscite.” » (Luc 24, 7).

Père éternel, par le Cœur Immaculé de Marie, nous vous offrons Jésus, votre très cher Fils, alors qu’il est déposé dans le sépulcre, et dans ses saintes plaies, nous nous offrons nous-mêmes avec Lui, en Lui et par Lui, à toutes ses intentions et au nom de tous hommes jusqu’à la fin du monde. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

XIII – Jésus est déposé de la croix

Le corps de Jésus a été déposé de la croix et remis à Marie. Elle le reçoit dans ses bras et semble à l’affut du moindre signe de vie car son amour de Mère ne se résigne pas à la mort de son enfant.

Elle tient Jésus et le serre sur son Cœur. Elle le regarde comme elle l’a toujours fait, comme pour garder et méditer dans son Cœur tous les événements de la Passion. Le stabat Mater nous fait chanter : « O sainte Mère, dans nos cœurs, fixe l’empreinte des douleurs que la Christ avait reçues. »

Elle est un ostensoir pour Jésus. Elle nous le montre au moment où il nous a tous sauvés, Elle ne pleure pas. Elle est plus préoccupée de Jésus, que d’elle-même.

Jésus a dit qu’il resuscitera. Elle doit à présent s’occuper de tout disposer pour son retour dans la gloire. Elle doit lui trouver un endroit où se reposer de tout ce qu’il a fait en attendant sa résurrection.

Marie représente l’Eglise dans l’attente de la résurrection. Aussi, ne s’attriste-t-elle car elle a foi dans les paroles de Jésus. Elle les passe dans son Cœur une à une pour ne pas défaillir, pour demeurer fidèle, pour espérer contre toute espérance.

Marie-Madeleine est là, avec Marie, Contrairement à la manière traditionnelle de la représenter, elle ne pleure pas. Comme Marie, elle semble apaisée et dans l’attente du réveil de Jésus. Les deux femmes ne pleurent pas un mort mais veillent à ce que rien ne vienne troubler le repos de l’être aimé.

Marie-Madeleine porte un voile rouge car elle a été arrachée à son ancienne vie par l’amour de Jésus. Elle représente toutes les âmes sauvées par Jésus, qui ont complété dans leur chair ce qui manque à sa Passion : « parce qu’elle a beaucoup aimé, il lui est beaucoup pardonné » (Luc 7, 47).

Père éternel, par le Cœur Immaculé de Marie, nous vous offrons Jésus, votre très cher Fils, alors qu’il est déposé de la croix et remis à sa Mère, et dans ses saintes plaies, nous nous offrons nous-mêmes avec Lui, en Lui et par Lui, à toutes ses intentions et au nom de tous hommes jusqu’à la fin du monde. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

XII – Jésus meurt sur la croix

Jésus est représenté sur la Croix au moment où il dit à sa Mère : « Femme voici ton Fils » (Jean 19, 27). Le regard qu’il pose sur Marie est plein de douceur et de paix. Marie a été la consolation de Jésus dans cet océan d’amertume.

Dans la douleur et la maîtrise d’elle-même, elle est la femme forte par excellence, celle qui a toujours vécu à l’ombre de l’Esprit-saint. Soutenue par la force de l’Esprit-Saint, elle accueille la demande de Jésus. Ses mains écartées, à la manière du prêtre à l’offertoire de la messe, signifient son acceptation dans l’offrande d’elle-même en union avec celle de Jésus. Elle est debout, légèrement penchée vers l‘arrière pour montrer la force que cela requiert de sa part.

Le soleil s’obscurcit car la lune l’éclipse. La nature est en deuil et s’effraie de ce qu’on fait subir au Créateur de toute chose. Les forces de mort semblent victorieuses. Masi ce n’est que passager car le soleil va revenir et la vie reprendre tous ses droits. Le retour du soleil signifie la victoire du Christ en croix. Dans quelques instants, lorsqu’il aura rendu l’esprit à son Père, Jésus sera totalement et pour toujours victorieux de la mort et du péché.

Père éternel, par le Cœur Immaculé de Marie, nous vous offrons Jésus, votre très cher Fils, alors qu’il agonise et meurt sur la croix, et dans ses saintes plaies, nous nous offrons nous-mêmes avec Lui, en Lui et par Lui, à toutes ses intentions et au nom de tous hommes jusqu’à la fin du monde. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

XI – Jésus est cloué sur la croix

Jésus s’allonge docilement sur la Croix. Il ne se refuse pas. Il semble passif et subir ce qui lui arrive. Il n’en est rien ! On lit sur son visage une grande souffrance mais aussi une prière intense. On y dénote presque de la compassion pour ses bourreaux. Il semble déjà prier son Père pour ceux qui le font souffrir : « Père pardonne-leur ils ne savent pas ce qu’ils font » (Luc 23, 34).

Deux hommes se chargent de clouer Jésus sur la croix : un soldat romain et un homme, qui semble porter un habit de religieux. Le soldat regarde ce qu’il fait. L’autre regarde Jésus. Le soldat ne tient aucun outil, l’autre tient un marteau avec lequel il enfonce les clous.

Les deux personnages représentent deux catégories de personnes. Le soldat représente ceux qui ne connaissent pas Jésus, le torturent sans savoir qui il est vraiment. L’autre représente le peuple de Dieu, qui sait qui est Jésus, qui enfonce les clous dans ses membres par leurs péchés. Ceux qui connaissent Jésus portent une plus grande responsabilité dans sa Passion, que ceux qui ne le connaissent pas.

Père éternel, par le Cœur Immaculé de Marie, nous vous offrons Jésus, votre très cher Fils, alors qu’il est cloué à la sainte croix, et dans ses saintes plaies, nous nous offrons nous-mêmes avec Lui, en Lui et par Lui, à toutes ses intentions et au nom de tous hommes jusqu’à la fin du monde. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

X – Jésus est dépouillé de sa tunique

Jésus est dépouillé de sa tunique. Elle lui est arrachée avec violence. La foule découvre un corps mutilé par les nombreuses plaies de la flagellation.

Jésus regarde vers le Ciel d’où vient tout secours. Il semble vouloir nous dire que dans la souffrance, il faut se rapprocher de Dieu plutôt que des hommes, qu’il ne faut s’attacher qu’à lui car la mort viendra nous dépouiller de tout le reste, qu’il ne faut rien attendre du monde car il est en son seul pouvoir de nous conquérir le salut.

En le voyant dépouillé de sa tunique, Jésus nous montre à quoi ressemblent nos âmes quand elles ne sont pas irriguées par la grâce, quand elles sont couvertes des plaies de nos péchés non absous : un chef d’œuvre de torture…

Père éternel, par le Cœur Immaculé de Marie, nous vous offrons Jésus, votre très cher Fils, alors qu’il est dépouillé de ses vêtements, et dans ses saintes plaies, nous nous offrons nous-mêmes avec Lui, en Lui et par Lui, à toutes ses intentions et au nom de tous hommes jusqu’à la fin du monde. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

IX – Jésus tombe pour la 3ème fois

Jésus tombe pour la troisième fois. Cette chute est totale. Il s’étend de tout son long sur le sol. Sa douleur est telle, qu’il semble ne plus la ressentir car il n’est plus que douleur. Cette fois, on ne se demande plus s’il est en train de tomber ou de se relever. On voit qu’il est plaqué à terre. Il demeure néanmoins tourné vers le Calvaire. Son extrême faiblesse n’entame pas sa détermination à aller jusqu’au bout, à se donner tout entier, à réaliser notre salut.

Marie est là ! Elle regarde son Jésus à terre sans chercher à le rejoindre comme le ferait une maman, qui se précipite pour relever son enfant qui vient de tomber. Elle croise les mains sur son Cœur comme pour s’interdire de le faire. Elle sait que le salut des hommes est à ce prix : renoncer à son amour de Mère, donner son enfant, le meilleur des fils, pour que puissent vivre les plus ingrats d’entre eux.

Sur le visage de Jésus et de Marie, on sent toute l’intensité de leur prière silencieuse et fervente. Tous les deux prient pour ne pas défaillir, pour accomplir la volonté du Père jusque dans ses moindres détails : Jésus, parce qu’il est le serviteur souffrant, celui dont la nourriture est de faire la volonté du Père (Jean 4, 34), Marie parce qu’elle est restée l’humble servante de l’Annonciation (Luc 1, 38).

Père éternel, par le Cœur Immaculé de Marie, nous vous offrons Jésus, votre très cher Fils, alors qu’il tombe pour la troisième fois sous le poids de la croix, et dans ses saintes plaies, nous nous offrons nous-mêmes avec Lui, en Lui et par Lui, à toutes ses intentions et au nom de tous hommes jusqu’à la fin du monde. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

VIII – Jésus console les femmes dolentes

Jésus sort de son silence. On a l’impression de l’entendre parler : « Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ! Pleurez plutôt sur vous-mêmes et sur vos enfants ! Voici venir des jours où l’on dira : “Heureuses les femmes stériles, celles qui n’ont pas enfanté, celles qui n’ont pas allaité !” Alors on dira aux montagnes : “Tombez sur nous”, et aux collines : “Cachez-nous.” Car si l’on traite ainsi l’arbre vert, que deviendra l’arbre sec ? » (Luc 23, 28-31).

Jésus se tient en majesté, non comme un homme épuisé mais comme le roi qui, le jour venu, nous jugera tous, comme le roi, qui porte sur lui l’insigne de sa royauté, la Croix, le sceptre de sa puissance. Il se présente à nous comme le Dieu fort qui choisit librement de se donner pour l’Eglise, son épouse, « pour qu’elle soit resplendissante, sans tache, ni ride, ni rien de tel parce qu’il la veut sainte et immaculée » (Ephésiens 5, 27).

Il s’adresse à une femme à genoux, qui semble à la fois effrayée et émue aux larmes. Cette femme représente l’Eglise, l’épouse pour laquelle l’époux, le Christ, s’est donné tout entier. Elle est intégralement vêtue de blanc car elle est sainte de toute la sainteté que Jésus lui a acquise dans sa Passion. Elle est à genoux, parce que l’épouse doit être soumise à son époux. Elle est là où la mène son époux, en l’occurrence sur le chemin du Calvaire. En effet, l’épouse doit s’associer à la mission de l’époux, le soutenir et l’aider dans son œuvre de salut des âmes.

Jésus est un époux exigeant. Il est la vérité même. Aussi, dit-il à son Eglise, que s’émouvoir ne suffit pas mais qu’il faut passer des intentions aux actes, se convertir, mettre en pratique ce qu’il a enseigné et dont il donne l’exemple : « Ce ne sont pas tous ceux qui me disent : “Seigneur, Seigneur”, qui entreront dans le Royaume des cieux, mais seulement ceux qui font la volonté de mon Père qui est dans les cieux » (Matthieu 7, 23).

A l’arrière, on voit deux femmes qui tiennent deux enfants. Elles semblent leur parler tout en appelant leur attention sur Jésus. Elles représentent l’Eglise qui perpétue la mémoire des merveilles du Seigneur.

Père éternel, par le Cœur Immaculé de Marie, nous vous offrons Jésus, votre très cher Fils, alors qu’il est console les femmes de Jérusalem, et dans ses saintes plaies, nous nous offrons nous-mêmes avec Lui, en Lui et par Lui, à toutes ses intentions et au nom de tous hommes jusqu’à la fin du monde. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

VII – Jésus tombe pour la 2ème fois

On lit sur le visage de Jésus qu’il est à bout de forces. On sent que sa respiration est courte, qu’il est fiévreux… On le voit aussi silencieux et en paix… Aucune plainte, aucun reproche, aucune demande de grâce… Il cherche en lui les forces, qui lui permettront de continuer… On le voit en prière, en communion intérieure avec son Père… Il continue de nous enseigner par son exemple. Il nous montre que, dans les difficultés, il ne sert à rien de se plaindre ; cela ne fait qu’accroitre la douleur. Ce qui importe, c’est de rester en communion avec Dieu, qui ordonne ou permet tout ce qui nous arrive…

Lorsqu’on regarde Jésus, on ne sait pas, s’il est en train de tomber ou déjà en train de se relever… Il nous montre ainsi qu’il ne faut pas dissocier sa chute de son relèvement. Les chutes sont inévitables dans nos vies. Ce qui importe vraiment, ce ne sont pas le nombre ou la gravité de nos chutes mais de toujours nous relever pour continuer le chemin, de ne pas nous décourager, de ne pas rester prostré à terre.

Père éternel, par le Cœur Immaculé de Marie, nous vous offrons Jésus, votre très cher Fils, alors qu’il tombe pour la seconde fois sous le poids de la croix, et dans ses saintes plaies, nous nous offrons nous-mêmes avec Lui, en Lui et par Lui, à toutes ses intentions et au nom de tous hommes jusqu’à la fin du monde. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

VI – Véronique essuie le visage de Jésus

Cette scène rappelle la rencontre de Jésus avec sa Mère. La différence réside dans l’expression des visages. Jésus et Marie sont austères : chacun prend sur lui pour épargner l’autre, ce qui exige une grande force d’âme. Dans cette scène, les regards sont d’une grande douceur.

Véronique regarde Jésus, émue par sa souffrance mais aussi éperdue de reconnaissance. Elle nous rappelle Marie-Madeleine, qui reste aux pieds de Jésus pour l’écouter tandis que Marthe s’affaire aux travaux domestiques. Jésus avait dit : « Marie a choisi la bonne part et elle ne lui sera pas ôtée » (Luc 10, 42). Oui, être aux pieds de Jésus, même sur une route semée d’embuches et bordée de ronces, c’est toujours choisir la bonne part.

Véronique est saisie par le regard de Jésus. Elle ne parvient pas à le quitter des yeux. Elle entre en profonde communion avec lui. Peu à peu, elle saisit la réalité des choses. Jésus n’est pas un condamné à mort dont il faut avoir pitié mais le Rédempteur qu’il faut aider à sauver les âmes, l’époux qu’il faut consoler de tant de refus d’amour.

Jésus regarde Véronique avec une grande douceur. Il reçoit son geste avec amour et reconnaissance. Il le récompense en imprimant son image sur le suaire. Il regarde Véronique comme l’époux regarde son épouse le jour des noces, comme l’époux qui donne sa vie pour elle. Et Véronique, à genoux, regarde Jésus comme une épouse, qui se donne à son époux.

Véronique porte des vêtements de la même couleur que ceux de Marie. Sa tunique est noire : elle représente l’Eglise qui suit son époux partout où il va, en l’occurrence le Christ, dans sa Passion. Elle porte un manteau blanc, qui symbolise la pureté, la beauté, la sainteté que le Christ lui a acquise par sa Passion. Son voile est vert, signe d’espérance car l’Eglise vit de l’espérance de rejoindre le Christ, son époux, dans le Royaume des cieux.

Père éternel, par le Cœur Immaculé de Marie, nous vous offrons Jésus, votre très cher Fils, alors que Véronique lui essuie le visage, et dans ses saintes plaies, nous nous offrons nous-mêmes avec Lui, en Lui et par Lui, à toutes ses intentions et au nom de tous hommes jusqu’à la fin du monde. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

V – Simon de Cyrène aide Jésus

Simon est réquisitionné pour aider Jésus à porter la Croix. C’est un homme vigoureux. Il a les forces nécessaires pour porter un tel fardeau contrairement à Jésus, qui est accablé. Simon lève la croix sans effort tandis que Jésus semble la trainer.

Même si Jésus est à bout de force, il reste déterminé à aller jusqu’au bout. Sa tête est baissée mais dirigée droit devant. Il demeure tendu vers son objectif.

Simon détourne son regard de Jésus. Il a l’air de nous dévisager comme pour nous dire : « Toi aussi, tu es réquisitionné pour aider Jésus ! Tu n’as pas le choix ! Tu dois aider Jésus à porter la croix de ton salut et contribuer à celui de ton prochain ! »

Le costume de Simon n’est ni de l’époque de Jésus ni de son pays. Il est d’ailleurs difficile à situer. Simon représente les hommes et les femmes de tous les temps, de toutes les contrées, car tous, ils doivent aider Jésus à porter la croix. Il est pieds nus pour indiquer que la voie tracée par Jésus est faite d’humilité.

Père éternel, par le Cœur Immaculé de Marie, nous vous offrons Jésus, votre très cher Fils, alors que Simon de Cyrène l’aide à porter la croix, et dans ses saintes plaies, nous nous offrons nous-mêmes avec Lui, en Lui et par Lui, à toutes ses intentions et au nom de tous hommes jusqu’à la fin du monde. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.