La gloire promise aux serviteurs de Marie

Contemplons

Le couronnement de Marie dans le ciel, Fra Angelico

Méditons

Au bienheureux Alain de la Roche (1428-1475), Marie promet que « les vrais enfants du rosaire jouiront d’une grande gloire dans le ciel. »

Si Dieu réserve une gloire particulière aux dévots de Marie, c’est parce qu’à son école, on forme des âmes d’élites qui, au moment de la mort, sont trouvées dignes des promesses qu’elle a faites. En effet, Marie est une Mère exigeante qui attend de ses enfants qu’ils aillent au bout de leurs capacités, qu’ils exploitent pleinement tous les talents reçus. Aussi, en bonne éducatrice, elle nous entraine à persévérer dans l’effort, à ne pas craindre les difficultés, à viser la perfection évangélique et rien de moins. Lorsque nous nous décourageons, elle nous renvoie à son propre exemple, celui d’une humble et faible femme qui s’est hissée par sa foi, sa confiance en Dieu, jusqu’au sommet de la sainteté.

Se confier à Marie et lui céder les rênes de nos vie n’a rien de « romanesque » et l’exemple de ceux qui l’ont fait, nous prouve que ce n’est ni une sinécure ni une méthode pour « se la couler douce, » pour toucher le jackpot à peu de frais. En s’adressant à Bernadette Soubirous, la voyante de Lourdes, Marie dit : « je ne vous promets pas de vous rendre heureuse en ce monde mais dans l’autre. » En effet, Bernadette n’a connu que peu de moments de joie dans sa courte vie, les plus grands étant ceux des apparitions. Alors que tant et tant de personnes ont été guéries par l’eau de la source, elle-même a été malade toute sa vie. Elle disait bien à ses consœurs qui lui proposaient de boire de l’eau de la source que ses bienfaits ne lui sont pas destinés. Pourtant, Bernadette a eu « la meilleure part » qui n’était pas la guérison mais l’union totale à Jésus souffrant. Au moment de mourir, serrant son crucifix sur sa poitrine, elle dit : « je suis moulue comme un grain de blé. » Avec l’assistance de Marie, elle a persévéré dans la foi malgré les épreuves, ce qui qui l’a rendue digne d’une gloire sans pareille dans le royaume des cieux. Autrefois ignorée, méprisée de tous, Bernadette est aujourd’hui, invoquée, priée par l’Eglise universelle.

A Fatima, Marie demande aux trois pastoureaux : « Voulez-vous vous offrir à Dieu pour supporter toutes les souffrances qu’il voudra vous envoyer, en acte de réparation pour les péchés par lesquels il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs ?» (13 mai 1917). Et les enfants consentiront des sacrifices tels, qu’ils nous font rougir de honte, nous qui sommes si réfractaires au moindre petit effort. Jacinta et Francisco mourront des suites de la grippe espagnole après des souffrances qu’ils supporteront avec une foi, une espérance, une charité héroïques grâce à l’assistance de Marie.

A Beauraing, lors de la dernière apparition, le 3 janvier 1933, Marie dit à Fernande Voisin, 15 ans : « aimez-vous mon Fils ? » Elle répondit par l’affirmative. Puis elle demande : « m’aimez-vous ? » Fernande répondit encore une fois que « oui. » Et Marie de conclure : « alors sacrifiez-vous pour moi ! Au revoir ! » Voilà, tout est dit !

Les vrais enfants de Marie se reconnaissent non pas à leur réussite dans le monde, mais à leur ardeur, leur persévérance, à œuvrer dans la discrétion, dans l’esprit de Marie, comme des serviteurs inutiles, pour la gloire de Dieu et le salut du monde. Et de là vient la grande gloire qui leur est réservée au ciel. Par Marie, avec Marie, en Marie, ils se sont donnés à Jésus plus intimement et en récoltent les plus beaux fruits dans le ciel.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

(Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

O saints Patriarches et Prophètes ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, le désir que vous avez eu de l’Incarnation de Jésus et faites que j’aspire ardemment après Lui que vous avez désiré et si longtemps attendu.

O saints Apôtres ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, la fidélité et la persévérance avec laquelle vous avez prêché l’Evangile de par le monde, pour former à Jésus un peuple fidèle. Faites que j’aime toujours davantage Celui que vous-même avez aimé de tout votre cœur.

O saints Martyrs ! Je vous en conjure, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la patience avec laquelle vous avez supporté votre martyr. Obtenez-moi que je me dépense sans compter au service de Jésus pour l’amour duquel vous avez livré votre corps à la mort.

O saints Confesseurs ! Je vous en supplie, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la sainteté héroïque en laquelle vous avez montré aux autres la voie de la vie. Faites que je m’élève au sommet de la perfection pour l’amour de Jésus  pour qui vous avez tout abandonné.

O saintes Vierges ! Offrez pour moi, je vous en conjure, à l’adorable Trinité, votre pureté et votre intégrité qui vous ont mérité d’être les plus rapprochées de Dieu. Faites que je triomphe dans la chasteté de l’esprit et du corps, et en toutes choses pour l’amour de Jésus à qui vous avez consacré votre virginité.

Et Vous, Seigneur ! Précédez l’assemblée de vos Saints et faites pour moi l’offrande à Dieu le Père de toute votre très sainte et parfaite vie sur terre avec le fruit de votre Passion en réparation de tous mes péchés et omissions, en sorte que par Vous, tout ce qui est de moi, reçoive son supplément et sa perfection. Amen.

(Jésus à sainte Mechtilde : «  Prie ainsi chacun des groupes de mes saints afin qu’ils offrent pour toi leurs mérites. »)

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel et que la lumière sans fin brille sur elles.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire