« Un glaive de douleur te transpercera le Cœur »

Contemplons

La Présentation au temple, Stephan Lochner

Méditons

Juste après avoir prophétisé à Marie que son enfant sera en butte à la contradiction, Siméon lui annonce qu’un glaive de douleur lui transpercera le Cœur, signifiant qu’elle sera en proie à une souffrance qui, sans une grâce particulière, l’anéantirait.

En effet, comme le Cœur Sacré de Jésus sera ouvert pour que s’en épanchent des trésors de grâce, notamment les sacrements de l’Eucharistie et du baptême, celui de Marie sera transpercé de part en part pour en libérer tout l’amour que Dieu y a déposé à notre intention.

Marie a souffert à l’unisson et en union avec Jésus. Le glaive de Longin qui a ouvert le Cœur de Jésus a ouvert en même temps celui de Marie. En effet, par le mystère de la transfixion, Marie a ressenti en son âme tout ce que Jésus a éprouvé physiquement et spirituellement pendant sa Passion et, même, toute sa vie. En assistant à l’affront ultime fait à Jésus par la lance du soldat, son Cœur est submergé de douleur devant ce qu’il signifie à savoir le mépris, le rejet de l’amour de Dieu qui n’a rien épargné pour sa créature. Plus encore que par le coup porté à son Fils, Marie est affligée du rejet opposé à Jésus, le Dieu d’amour ainsi qu’à son offre de salut.

L’image du glaive employée par Siméon donne la mesure de l’intensité de la douleur de Marie et nous indique que la souffrance l’accompagnera toute sa vie. En effet, Siméon, pétri de culture biblique, fait référence à la Parole de Dieu comparée à un glaive : « efficace et plus incisive qu’aucun glaive à deux tranchants : elle pénètre jusqu’au point de division de l’âme et de l’esprit » (Hébreux 4, 12). Marie souffrira toute sa vie et chaque jour davantage car elle connait la Parole de Dieu, toutes les annonces qui concernent le serviteur souffrant, le Messie humilié, l’homme des douleurs. Et, plus que qui ce soit d’autre, elle sait que ces prophéties concernent Jésus. C’est un glaive de douleur qui transpercera le Cœur de Marie parce que c’est en toute connaissance qu’elle avance chaque jour vers le sacrifice final de son Jésus.

Comme nous avons tendance à le faire pour nous protéger et nous ménager, Marie aurait pu être tentée d’ignorer les Ecritures, de tout faire pour oublier ce qu’elle en sait, à ne pas chercher à en savoir davantage. Or, nous dit saint Luc, elle « conservait toutes ces choses les méditant dans son Cœur » (Luc 2, 19 ). Autrement dit, elle ne cessait de les garder présentes à son esprit pour s’y préparer et se préparer elle-même à soutenir Jésus le moment venu.

Marie nous donne le secret pour surmonter chrétiennement la souffrance : se blottir contre Jésus en méditant sa Parole, car il est le seul à pouvoir lui donner un sens et à la rendre féconde.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Sauveur crucifié, prosternés à vos pieds, nous vous offrons les larmes de Celle qui vous a accompagné avec un tendre amour dans votre douloureuse voie du calvaire. Exaucez, ô bon Maître, nos supplications, par les larmes de votre Très Sainte Mère et faites-nous comprendre la leçon que nous donnent ces pleurs, afin que nous puissions toujours accomplir votre sainte volonté pour être dignes de vous louer et de vous glorifier pendant toute l’éternité. 

O Marie, Mère de l’amour, des douleurs et de la miséricorde, nous vous en prions, unissez nos supplications aux vôtres, afin que votre divin Fils, à qui nous adressons pleins de confiance, par les mérites de vos pleurs, daigne exaucer nos prières et nous accorder la couronne de la vie éternelle. Amen. (Prières du chapelet de Notre Dame des pleurs enseignées par Jésus à sœur Amalia le 8 novembre 1929). 

Prière pour le mois de saint Michel :

Saint Michel Archange défendez-nous dans le combat. Soyez notre secours contre la malice et les embuches du démon Que Dieu lui fasse sentir son empire, nous vous le demandons en suppliant. Et vous, prince de la milice céleste, par la vertu divine, refoulez en enfer, Satan et les autres esprits mauvais qui sont répandus sur la terre pour la perte des âmes. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire