« Il sera en butte à la contradiction »

Contemplons

La Présentation de Jésus au temple, cathédrale de Munster, Allemagne

Méditons

Marie est encore toute à la joie de la naissance de son enfant que, déjà, elle est ramenée à la réalité qui sera la sienne : Jésus est bien le Messie attendu mais il sera controversé jusqu’à en devenir l’homme des douleurs prophétisé par Isaïe.

Jésus a quarante jours : le moment est venu de le présenter au temple afin d’accomplir les rites institués par le Seigneur qui requièrent que tout premier-né mâle lui soit consacré. A cette occasion, Siméon, un homme juste et pieux, inspiré par l’Esprit-Saint, reconnait en Jésus le Messie qui sauvera son peuple de ses péchés. Si Marie et Joseph ne peuvent que se réjouir des paroles de Siméon, y voyant l’accomplissement de celles que l’ange leur a adressées à chacun, ils sont douloureusement touchés lorsqu’il prophétise que Jésus sera en butte à la contradiction.

Comme le Cœur de jeune maman de Marie a dû se serrer. Elle n’est pas différente de toutes les mamans ne cherchant qu’à tout disposer pour le bonheur de son enfant. Or, comme le lui rappelle Siméon, pour elle, il n’en sera pas comme de toutes les autres mamans car Jésus sera rejeté par son peuple notamment de ceux qui devaient l’accueillir, le reconnaitre et lui ouvrir la voie.

La prophétie de Siméon ne tardera pas à s’accomplir. Elle commencera par la persécution d’Hérode, se poursuivra par le rejet des autorités civiles et religieuses et se vérifiera jusque dans toute l’éternité dans le martyre des nombreux témoins de la foi. Et, parce que toute à Jésus, Marie partagera le sort de Jésus et de tous ses témoins. En Jésus, à cause de Jésus, pour Jésus, elle sera en butte à la contradiction jusqu’à devenir la reine des martyrs.

Toute sa vie, Marie a souffert du rejet de Jésus, surtout par ceux qui auraient dû le reconnaitre. Aujourd’hui encore, elle souffre (mystérieusement mais réellement) du rejet de Jésus et cherche, par sa prière mais aussi ses interventions dans l’histoire des hommes, à ramener les brebis égarées au seul pasteur. Tel est le sens des larmes de Marie à La Salette (1846), à Syracuse (153), à Akita (1973) et en tant d’autres lieux. La différence est que, du temps de la vie terrestre de Marie, Jésus était en butte à ceux qui n’avaient pas encore reçu l’Esprit-Saint et qu’aujourd’hui il est en butte à ceux qui en ont été comblés. 

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Sauveur crucifié, prosternés à vos pieds, nous vous offrons les larmes de Celle qui vous a accompagné avec un tendre amour dans votre douloureuse voie du calvaire. Exaucez, ô bon Maître, nos supplications, par les larmes de votre Très Sainte Mère et faites-nous comprendre la leçon que nous donnent ces pleurs, afin que nous puissions toujours accomplir votre sainte volonté pour être dignes de vous louer et de vous glorifier pendant toute l’éternité. 

O Marie, Mère de l’amour, des douleurs et de la miséricorde, nous vous en prions, unissez nos supplications aux vôtres, afin que votre divin Fils, à qui nous adressons pleins de confiance, par les mérites de vos pleurs, daigne exaucer nos prières et nous accorder la couronne de la vie éternelle. Amen. (Prières du chapelet de Notre Dame des pleurs enseignées par Jésus à sœur Amalia le 8 novembre 1929). 

Prière pour le mois de saint Michel :

Saint Michel Archange défendez-nous dans le combat. Soyez notre secours contre la malice et les embuches du démon Que Dieu lui fasse sentir son empire, nous vous le demandons en suppliant. Et vous, prince de la milice céleste, par la vertu divine, refoulez en enfer, Satan et les autres esprits mauvais qui sont répandus sur la terre pour la perte des âmes. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire