Sa gloire illumine tout le ciel

Contemplons

Marie, la femme revêtue du soleil et saint Michel qui combat le dragon

Méditons

Lorsque saint Jean décrit la femme de l’Apocalypse, il précise qu’elle se tient sur la lune et qu’elle est enveloppée du soleil. Cette femme, c’est Marie parce qu’elle est celle qui a donné naissance au « berger des nations », et c’est l’Eglise qui enfante chacun de ses enfants dans la douleur, que l’adversaire veut dévorer dès la naissance. En effet, Marie est la mère et l’image de l’Eglise, qui met toute sa puissance au service de notre salut.

La lumière dont la femme de l’Apocalypse est enveloppée, c’est la gloire dont Dieu l’a revêtue pour avoir soutenu le combat contre les puissances des ténèbres dont elle s’est rendue victorieuse. En effet, Marie est née toute pure sans mérite de sa part mais elle l’est restée en soutenant le combat contre la bête immonde qui sape l’œuvre que Dieu accomplit en chacun de nous. Aucune de ses pompes, de ses séductions n’a eu prise sur Marie qui s’est toujours blottie contre Dieu, assurée de son assistance et de sa proximité : « Sois sans crainte Marie… le Seigneur est avec toi… à Dieu rien n’est impossible » (Luc 1).

Parce que toute pure dès le premier instant de sa vie, parce que choisie entre toutes pour être Mère de Dieu et surtout parce qu’elle s’est montrée digne des dons reçus en les conservant et, même, en les faisant fructifier, Dieu a revêtu Marie d’une gloire à la hauteur de ses mérites exceptionnels, d’une gloire telle, qu’elle surpasse, et de loin, celle de tous les élus jusqu’à en illuminer tout le paradis. Tant et si bien qu’on peut dire que s’il était possible de faire la somme de la béatitude de tous les élus, elle ne serait qu’une flamme de bougie allumée à côté du soleil dont Marie est enveloppée.

Dans son Magnificat, Marie prophétise déjà toute la gloire dont elle est aujourd’hui revêtue : « désormais toute les générations me diront bienheureuse » (Luc 1). En employant ces mots, Marie parle de la distinction que Dieu lui fait sans mérite particulier de sa part et de toute l’ampleur de sa miséricorde qu’il révèle en se penchant sur une créature aussi insignifiante qui ne se sent pas même digne de lui tenir de servante. Mais comme pour toute prophétie, les mots ont une portée bien plus large que ce qu’envisage son auteur et sa réalisation dépasse ce que l’esprit humain peut imaginer. En effet, parce que la manière dont Dieu récompense ses aimés au paradis dépasse l’entendement humain, personne, y compris Marie ne pouvait soupçonner toute l’étendue de sa gloire présente et à quel point toutes les générations la diront bienheureuse.

Au ciel, sur la terre et dans les enfers, tout être proclame que Marie est la femme qui a accompli la promesse de Dieu d’écraser la tête de l’antique serpent en donnant naissance au berger des nations, à l’agneau sans tache qui nous a procuré le salut. Et, pour cela, comme elle l’assure elle-même à saint Augustin de Canterbury (VIIème siècle), sa gloire illumine tout le ciel pour sa plus grande joie et celle de tous les élus.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

(Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

O saints Patriarches et Prophètes ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, le désir que vous avez eu de l’Incarnation de Jésus et faites que j’aspire ardemment après Lui que vous avez désiré et si longtemps attendu.

O saints Apôtres ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, la fidélité et la persévérance avec laquelle vous avez prêché l’Evangile de par le monde, pour former à Jésus un peuple fidèle. Faites que j’aime toujours davantage Celui que vous-même avez aimé de tout votre cœur.

O saints Martyrs ! Je vous en conjure, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la patience avec laquelle vous avez supporté votre martyr. Obtenez-moi que je me dépense sans compter au service de Jésus pour l’amour duquel vous avez livré votre corps à la mort.

O saints Confesseurs ! Je vous en supplie, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la sainteté héroïque en laquelle vous avez montré aux autres la voie de la vie. Faites que je m’élève au sommet de la perfection pour l’amour de Jésus  pour qui vous avez tout abandonné.

O saintes Vierges ! Offrez pour moi, je vous en conjure, à l’adorable Trinité, votre pureté et votre intégrité qui vous ont mérité d’être les plus rapprochées de Dieu. Faites que je triomphe dans la chasteté de l’esprit et du corps, et en toutes choses pour l’amour de Jésus à qui vous avez consacré votre virginité.

Et Vous, Seigneur ! Précédez l’assemblée de vos Saints et faites pour moi l’offrande à Dieu le Père de toute votre très sainte et parfaite vie sur terre avec le fruit de votre Passion en réparation de tous mes péchés et omissions, en sorte que par Vous, tout ce qui est de moi, reçoive son supplément et sa perfection. Amen.

(Jésus à sainte Mechtilde : «  Prie ainsi chacun des groupes de mes saints afin qu’ils offrent pour toi leurs mérites. »)

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel et que la lumière sans fin brille sur elles.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire