NEUVAINE DE LA MISERICORDE DIVINE : 6ème jour

LE TABLEAU DE JÉSUS MISÉRICODIEUX

Le 22 février 1931, le Seigneur Jésus apparaît à sainte Faustine dans la cellule du couvent à Plock (Pologne) et lui ordonne de peindre un tableau selon le modèle révélé en vision. « Peins un tableau selon le modèle que tu vois, avec l’inscription : Jésus, j’ai confiance en Toi. Je désire que l’on honore ce tableau, d’abord dans votre chapelle, puis dans le monde entier. Je promets que l’âme qui honorera ce tableau ne sera pas perdue. Je lui promets aussi la victoire sur ses ennemis d’ici-bas, spécialement à l’heure de la mort.  Moi-même, je la défendrai, comme ma propre gloire. (…) Je désire qu’il y ait une fête de la miséricorde. Je veux que ce tableau que tu peindras avec un pinceau soit solennellement béni, le premier dimanche après Pâques ; ce dimanche doit être la fête de la miséricorde. Je désire que les prêtres proclament ma grande miséricorde envers les âmes pécheresses. » (Petit Journal 47-49). « Je donne aux hommes un vase, avec lequel ils doivent venir puiser la grâce à la source de la miséricorde. Ce vase, c’est ce tableau, avec l’inscription : « Jésus, j’ai confiance en toi » (Petit Journal 327). « Par ce tableau j’accorderai beaucoup de grâces ; que chaque âme ait donc accès à lui » (Petit Journal 570).

Ecoutons

« Aujourd’hui, amène-Moi les âmes douces et humbles ainsi que celles des petits enfants ; immerge-les toutes dans l’océan de ma miséricorde. Elles ressemblent le plus à mon Cœur et ce sont elles qui me fortifient dans ma douloureuse agonie. Je les voyais alors telles des anges terrestres, veillant sur mes autels. C’est sur elles que Je déverse donc mes grâces en abondance car, seule une âme humble, en qui je mets toute ma confiance, est apte à recevoir mes dons. » (Petit Journal, 1210)

Méditons

Jésus a dit : « venez à moi vous tous qui peinez et ployez sous le poids du fardeau et je vous soulagerai ; prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples car je suis doux et humble de Cœur » (Matthieu 11, 28-30). L’humilité nous fait ressembler à Jésus et rechercher l’abondance de ses grâces. Pour le comprendre, regardons vers Marie, la Mère de Miséricorde, la « créature pleinement rachetée » car « l’humble servante du Seigneur. » 

Que Marie, Mère de miséricorde, nous obtienne un grand désir d’humilité !

Prions

Très miséricordieux Jésus qui avez dit : « Apprenez de moi que je suis doux et humble de Cœur », recevez dans la demeure de votre Cœur très miséricordieux les âmes douces et humbles et celles des petits enfants. Ravissant les cieux entiers, elles sont l’objet d’une affection spéciale du Père céleste ; elles sont comme un bouquet odoriférant devant le trône divin, où Dieu se délecte du parfum de leurs vertus. Faites qu’elles demeurent longtemps dans votre Cœur, chantant sans cesse l’hymne de l’amour et de la miséricorde de Dieu.

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Père Eternel, jetez un regard de compassion sur les âmes douces et humbles et sur celles des petits enfants qui sont particulièrement chères au Cœur de votre Fils. Par leur naturel, elles sont à tel point semblables à Jésus, qu’elles possèdent un pouvoir inconcevable devant le trône de Dieu, « Père de toutes consolations ». Nous vous supplions donc, Père de miséricorde et de toute bonté, par amour pour ces âmes en qui vous avez mis vos complaisances, bénissez le monde entier afin que tous les hommes puissent, ensemble, rendre une gloire incessante à votre miséricorde. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire