L’unité de l’Eglise

Contemplons

La dispute du Saint-Sacrement, Raphaël

Méditons

Dans la gloire du Ciel, Marie se tient aux côtés de Jésus, comme la fiancée du cantique des cantiques, comme la reine parée de tous ses plus beaux ornements, comme la Jérusalem nouvelle, la Mère, l’image de l’Eglise sans tache ni ride, pour laquelle Jésus a donné sa vie. Elle contemple, dans une joie sans déclin, l’unité du corps mystique du Christ dont Jésus est la tête et elle, la mère.

En Jésus, tous les membres de l’Eglise sont indéfectiblement unis les uns aux autres par le ciment du commandement de l’amour, énoncé à la veille de sa passion : « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » (Jean 13-34). Joignant l’exemple à la parole, juste après, Jésus donne sa vie sur la Croix pour l’Eglise, son épouse bien-aimée. Et l’Eglise lui témoigne sa reconnaissance en l’aimant en retour, en le servant et en lui obéissant. Entre Jésus et l’Eglise, entre l’Eglise et Jésus, il n’y a rien d’autre qu’un amour tel, qu’il ne peut se concevoir ici-bas.

Au ciel, cet amour est porté à sa perfection car purifié de toutes les toxines induites par la faute originelle et les péchés de chacun. Rien d’impur n’est admis au ciel car tout ce qui en est entaché, est indigne de l’infinie sainteté de Dieu. Aucune âme ne voudrait se présenter devant lui sans avoir revêtu la robe des noces, le vêtement blanc, immaculé des enfants de Dieu. Au ciel, chaque élu « a lavé sa robe et l’a blanchie dans le sang de l’Agneau » (Apocalypse 7, 14) à savoir que chacun est purifié de tous ses péchés par le sacrifice rédempteur de Jésus. Si Jésus a aimé l’Eglise jusqu’à donner sa vie pour elle, il a aussi aimé chacun de ses membres en particulier du même immense amour.

Au purgatoire, l’amour est aussi amplifié mais non encore purifié. En effet, le purgatoire recueille tous les élus morts en état de grâce mais qui n’ont pas achevé de « laver et de blanchir leur robe » (Apocalypse 7, 14). Leur plus grande souffrance est d’avoir entrevu une étincelle de la sainteté de Dieu lors du jugement particulier. Cela a pourtant suffi pour allumer en eux un amour brulant pour Dieu et une soif inextinguible de le rejoindre au paradis. Même si les souffrances des âmes du purgatoire sont sans commune mesure avec celles qu’on peut éprouver ici-bas, la plus grande est celle du dam ou de la privation de Dieu.

Sur terre, l’Eglise est une autour de son chef visible qu’est le successeur de Pierre. C’est à ce-dernier que Jésus a remis les clés du royaume comme à son intendant, l’assurant de l’assistance indéfectible de l’Esprit-Saint en matière de foi et de morale. Par l’Eucharistie qui est, redisons-le sans nous lasser (y compris à nous-mêmes !) l’actualisation du sacrifice de la Croix, Jésus réalise l’unité de l’Eglise, de tous ses membres dans son amour. Même si, de notre point de vue, tout peut parfois sembler « chaotique » l’Eglise est une autour du successeur de Pierre et de tous les évêques en communion avec lui.

C’est pour Marie une plus grande joie encore que de contempler le mystère de la communion des saints en action. En effet, chaque membre contribue au bien de tous les autres, un peu comme le firent les apôtres dans les premiers temps de l’Eglise : « Tous les croyants vivaient ensemble, et ils avaient tout en commun ; ils vendaient leurs biens et leurs possessions, et ils en partageaient le produit entre tous en fonction des besoins de chacun » (Actes des Apôtres 4, 44-45). L’Eglise du Ciel soutient la prière de l’Eglise de la terre pour la rendre digne d’être présentée au Dieu trois fois saint et la fait rejaillir en grâces sur les âmes souffrantes du purgatoire (qui, une fois au ciel, prient pour leurs bienfaiteurs), sur l’Eglise en chemin sur la terre.  

Au ciel, l’Eglise n’est plus un mystère pour Marie puisqu’elle la contemple dans l’unique Vérité qu’est Jésus-Christ. Et c’est pour elle une joie incommensurable car l’Eglise n’est rien d’autre que l’amour en action.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

(Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

O saints Patriarches et Prophètes ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, le désir que vous avez eu de l’Incarnation de Jésus et faites que j’aspire ardemment après Lui que vous avez désiré et si longtemps attendu.

O saints Apôtres ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, la fidélité et la persévérance avec laquelle vous avez prêché l’Evangile de par le monde, pour former à Jésus un peuple fidèle. Faites que j’aime toujours davantage Celui que vous-même avez aimé de tout votre cœur.

O saints Martyrs ! Je vous en conjure, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la patience avec laquelle vous avez supporté votre martyr. Obtenez-moi que je me dépense sans compter au service de Jésus pour l’amour duquel vous avez livré votre corps à la mort.

O saints Confesseurs ! Je vous en supplie, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la sainteté héroïque en laquelle vous avez montré aux autres la voie de la vie. Faites que je m’élève au sommet de la perfection pour l’amour de Jésus  pour qui vous avez tout abandonné.

O saintes Vierges ! Offrez pour moi, je vous en conjure, à l’adorable Trinité, votre pureté et votre intégrité qui vous ont mérité d’être les plus rapprochées de Dieu. Faites que je triomphe dans la chasteté de l’esprit et du corps, et en toutes choses pour l’amour de Jésus à qui vous avez consacré votre virginité.

Et Vous, Seigneur ! Précédez l’assemblée de vos Saints et faites pour moi l’offrande à Dieu le Père de toute votre très sainte et parfaite vie sur terre avec le fruit de votre Passion en réparation de tous mes péchés et omissions, en sorte que par Vous, tout ce qui est de moi, reçoive son supplément et sa perfection. Amen.

(Jésus à sainte Mechtilde : «  Prie ainsi chacun des groupes de mes saints afin qu’ils offrent pour toi leurs mérites. »)

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel et que la lumière sans fin brille sur elles.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire