L’entrée dans la vie éternelle

Contemplons

L’assomption de Marie, Lino Frangia

Méditons

Comment décrire les joies ineffables qui envahissent Marie dans son assomption. Dans son corps, dans son âme, elle est introduite dans la félicité du Ciel où la multitude des saints, des anges, lui fait cortège jusqu’au trône de Dieu. Il faudrait le langage des anges pour parler de la joie qui règne au ciel lorsqu’il accueille l’arche de la nouvelle alliance, celle qui a rendu possible le salut de tout être humain, celle qui a été trouvée digne de porter dans son sein, celui que le ciel et la terre ne peuvent contenir, celui qui a tout créé, elle comprise.

A l’Incarnation, Jésus est descendu du ciel pour nous rejoindre dans notre humanité, pour nous rejoindre, nous, dans notre misère d’enfants d’Eve. Aujourd’hui, c’est la nouvelle Eve qui le rejoint au plus haut des cieux pour y régner avec lui, le nouvel Adam, sur toute la création visible et invisible. « Elle entre donc au palais du roi » (ps 44) parée de ses plus joyaux c’est-à-dire des mérites de toute une vie donnée à Dieu, où en cortège on la conduit « au roi qui est séduit par sa beauté » (ps 44). En effet, Marie, l’humble servante de Nazareth, que rien, dans son extérieur, ne distingue des autres, est à présent immergée dans l’éternelle Vérité, révélée dans toute sa splendeur, dans toute la gloire dont Dieu l’a revêtue à sa création, dans toute la gloire qu’elle s’est acquise par ses innombrables mérites.

Quelle joie pour la multitude des saints de contempler en Marie leur propre devenir et les merveilles que Dieu prépare encore à tous les saints. En effet, Marie est la pleinement sauvée ; en elle, toute l’œuvre de la rédemption est achevée car elle est à présent corps et âme au ciel. Les saints se trouvent auprès de Dieu uniquement avec leur âme. En contemplant Marie, ils voient ce qu’ils seront après le jugement dernier, à la résurrection générale, lorsque leurs corps tombés en poussière seront à nouveau unis à leur âme et qu’ils entreront dans la vie des corps glorieux. Chaque dimanche, nous le proclamons dans le Credo : « Je crois en la résurrection de la chair et en la vie éternelle. »

A propos de Jean-Baptiste, Jésus nous dit : « Je vous le dis, parmi ceux qui sont nés de femmes, il n’y en a point de plus grand que Jean. Cependant, le plus petit dans le royaume de Dieu est plus grand que lui » (Luc 7, 28-29). Si le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que Jean-Baptiste dont Jésus dit qu’en ce monde aucun homme n’est plus grand que lui, que dire alors de celle qui, pour l’éternité, se tient, à la manière du buisson ardent devant le trône de Dieu, à la tête de tous les élus y compris les plus grands, qui les surpasse tous en gloire ?

Après Dieu, Marie est le sujet de contemplation de tous les élus. En effet, ils contemplent dans une admiration aimante, une adoration joyeuse,  les perfections de Dieu sans jamais parvenir à en faire le tour. A la manière d’un miroir, ils les voient se refléter en Marie qui, après Dieu et pour sa plus grande gloire, est le sujet de leur contemplation.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

(Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

O saints Patriarches et Prophètes ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, le désir que vous avez eu de l’Incarnation de Jésus et faites que j’aspire ardemment après Lui que vous avez désiré et si longtemps attendu.

O saints Apôtres ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, la fidélité et la persévérance avec laquelle vous avez prêché l’Evangile de par le monde, pour former à Jésus un peuple fidèle. Faites que j’aime toujours davantage Celui que vous-même avez aimé de tout votre cœur.

O saints Martyrs ! Je vous en conjure, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la patience avec laquelle vous avez supporté votre martyr. Obtenez-moi que je me dépense sans compter au service de Jésus pour l’amour duquel vous avez livré votre corps à la mort.

O saints Confesseurs ! Je vous en supplie, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la sainteté héroïque en laquelle vous avez montré aux autres la voie de la vie. Faites que je m’élève au sommet de la perfection pour l’amour de Jésus  pour qui vous avez tout abandonné.

O saintes Vierges ! Offrez pour moi, je vous en conjure, à l’adorable Trinité, votre pureté et votre intégrité qui vous ont mérité d’être les plus rapprochées de Dieu. Faites que je triomphe dans la chasteté de l’esprit et du corps, et en toutes choses pour l’amour de Jésus à qui vous avez consacré votre virginité.

Et Vous, Seigneur ! Précédez l’assemblée de vos Saints et faites pour moi l’offrande à Dieu le Père de toute votre très sainte et parfaite vie sur terre avec le fruit de votre Passion en réparation de tous mes péchés et omissions, en sorte que par Vous, tout ce qui est de moi, reçoive son supplément et sa perfection. Amen.

(Jésus à sainte Mechtilde : «  Prie ainsi chacun des groupes de mes saints afin qu’ils offrent pour toi leurs mérites. »)

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel et que la lumière sans fin brille sur elles.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire