Marie, la joie de tous les enfants de Dieu

Contemplons

Rubens, le couronnement de La Vierge

Méditons

Dans son assomption, Dieu a exalté Marie, l’humble servante de Nazareth, comme aucune autre créature. A la manière du maitre du repas de la parabole, il l’a appelée de la dernière place, qu’elle a prise d’emblée en cette vie, pour occuper la place d’honneur au ciel, celle à sa droite (Luc 14, 7-10). En effet, dans son couronnement, Dieu l’a intronisée au plus haut du firmament, la couvrant d’une telle gloire que jamais elle ne pourra être égalée.

En Marie, c’est toute l’Eglise qui est exaltée, glorifiée, couronnée, rendue participante du triomphe pascal de Jésus. En effet, Marie est l’une d’entre nous, une créature d’argile, même si préservée, dans sa conception, de la tache du péché originel. En elle, que Dieu fait siéger à sa droite, nous pouvons déjà contempler notre gloire future, celle qui est dévolue à ceux qui, comme Marie, auront « écouté la parole de Dieu et l’auront mise en pratique » (Luc 11, 28), qui l’auront « gardée dans leur cœur en la méditant » (Luc 2,19).

En nous dévoilant la gloire de Marie au fur et à mesure de l’avancée de la théologie, des enseignements des saints, des apparitions, Dieu nous invite à contempler toutes les merveilles qu’il a accomplies en elle et qu’il veut aussi réaliser pour nous. Le jour de  la Visitation, Marie nous y invite déjà quand elle dit dans son Magnificat : « Le Tout-Puissant a fait pour moi des merveilles » (Luc 1, 49) et juste après « son amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent » (Luc 1, 50). La vie de Marie a pour nous valeur d’exemple et sa gloire au ciel doit nous encourager à persévérer dans la foi jusqu’au jour où nous la rejoindrons au paradis, car tel est le but ultime de notre existence et la merveille des merveilles que Dieu fera pour chacun de nous.

Même si exaltée et revêtue d’une gloire sans pareille, Marie reste néanmoins l’humble servante de Nazareth, celle qui s’efface pour laisser toute la place à Jésus, le seul Sauveur de tous les hommes. Mais la volonté de Dieu n’est pas que ses plus grandes merveilles restent cachées à jamais, mais qu’elles soient révélées au grand jour pour sa gloire et notre salut. Jésus nous l’a dit : « Il n’y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni de secret qui ne doive être connu » (Luc 12,2). Aussi, est-il dans la volonté de Dieu, que la gloire de Marie soit connue, méditée, afin que les exemples qu’elle nous a laissés soient imités. Pour cela, elle nous invite à prier le rosaire avec lequel elle nous fait revivre ses joies (mystères joyeux), ses douleurs (mystères douloureux), en attirant notre attention sur Jésus qui réalise notre salut, sur elle en qui il est pleinement réalisé (mystères glorieux).

Après avoir contemplé les grandes joies de Marie pour apprendre d’elle à nous réjouir en Jésus, après avoir médité ses douleurs pour y puiser la force de persévérer dans les épreuves inhérentes à cette vie, regardons vers le ciel, vers Marie pour qu’elle nous révèle ce qui fait son bonheur dans le Royaume de son Fils.

Mais qu’en savons-nous, me direz-vous ? Bien plus de choses qu’on ne pourrait le penser. Vous le constaterez par vous-même au cours de ce mois de novembre consacré à la commémoraison de ceux qui étaient ce que nous sommes et sont à présent ce que nous deviendrons.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

(Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

O saints Patriarches et Prophètes ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, le désir que vous avez eu de l’Incarnation de Jésus et faites que j’aspire ardemment après Lui que vous avez désiré et si longtemps attendu.

O saints Apôtres ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, la fidélité et la persévérance avec laquelle vous avez prêché l’Evangile de par le monde, pour former à Jésus un peuple fidèle. Faites que j’aime toujours davantage Celui que vous-même avez aimé de tout votre cœur.

O saints Martyrs ! Je vous en conjure, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la patience avec laquelle vous avez supporté votre martyr. Obtenez-moi que je me dépense sans compter au service de Jésus pour l’amour duquel vous avez livré votre corps à la mort.

O saints Confesseurs ! Je vous en supplie, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la sainteté héroïque en laquelle vous avez montré aux autres la voie de la vie. Faites que je m’élève au sommet de la perfection pour l’amour de Jésus  pour qui vous avez tout abandonné.

O saintes Vierges ! Offrez pour moi, je vous en conjure, à l’adorable Trinité, votre pureté et votre intégrité qui vous ont mérité d’être les plus rapprochées de Dieu. Faites que je triomphe dans la chasteté de l’esprit et du corps, et en toutes choses pour l’amour de Jésus à qui vous avez consacré votre virginité.

Et Vous, Seigneur ! Précédez l’assemblée de vos Saints et faites pour moi l’offrande à Dieu le Père de toute votre très sainte et parfaite vie sur terre avec le fruit de votre Passion en réparation de tous mes péchés et omissions, en sorte que par Vous, tout ce qui est de moi, reçoive son supplément et sa perfection. Amen.

(Jésus à sainte Mechtilde : «  Prie ainsi chacun des groupes de mes saints afin qu’ils offrent pour toi leurs mérites. »)

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel et que la lumière sans fin brille sur elles.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire