Le remède aux maux de ce temps

Contemplons

Première représentation du Sacré-Cœur de Jésus

Méditons

Comme si souvent, c’est quand les choses sont au plus bas que Dieu intervient pour proposer de tout sauver. Tel a souvent été le cas au cours de notre histoire et il n’en fut pas autrement au temps des apparitions du Sacré-Cœur, venues à point nommé pour proposer le remède aux maux qui affligent la France et l’Eglise de ce temps (et du nôtre).

Les apparitions du Sacré-Cœur de Jésus à Paray-le-Monial interviennent à une période où la France rayonne sur toute l’Europe, où l’on copie son modèle, où dans toutes les cours, il est du dernier chic de parler le français. Cependant, ce rayonnement ne sert pas la cause de Dieu mais bel et bien à distiller ses idées révolutionnaires, celles-là même qui conduiront à la révolution.

Dressons le décor. Les guerres de religion ont marqué le XVIème siècle au cours duquel le protestantisme a gagné du terrain. L’Angleterre, une grande partie de l’Allemagne, de la Prusse, de la Suède, de la Norvège et de la Suisse sont à présents protestantes. Si la France était passée, elle aussi, au protestantisme, c’en aurait été fait de l’Eglise catholique en Europe. Et, elle y échappa de très peu. S’il fallut qu’Henri IV se fît catholique pour accéder au trône, si l’on douta fort de la sincérité de sa conversion, elle fut néanmoins arrachée au ciel à force de prières, de processions, de pèlerinages par la sainte ligue. Le règne d’Henri IV, le protestant devenu catholique, amena cependant la paix intérieure en France qui, elle, demeura catholique.

Le mariage de Louis XIII et d’Anne d’Autriche resta sans enfants pendant 23 ans. De nouveau, menaçait le danger de guerres fratricides si le roi mourrait sans héritier. Louis et Anne sollicitèrent les prières des plus saints personnages de l’époque : sainte Jeanne de Chantal (fondatrice de la Visitation, ordre dans lequel se manifestera le Sacré-Cœur), la bienheureuse Marie de l’Incarnation (connue pour ses visions prophétiques), Marguerite du Saint-Sacrement de Beaune (carmélite connue pour ses apparitions de l’Enfant-Jésus), Monsieur Olier, curé de Saint-Sulpice (célèbre pour sa spiritualité) et à une foule d’autres. Louis XIII y ajouta la consécration de la France et de sa personne à Notre Dame de l’Assomption le 10 février 1638. La France tout entière s’associa avec enthousiasme à cette consécration. Louis Dieudonné naquit la même année ; c’est à lui que le Sacré-Cœur demandera de lui consacrer son royaume et de mettre son emblème sur le drapeau de la France.

Avec Louis XIV s’ouvre une époque où la France fait l’envie et l’admiration de toute l’Europe. Cependant, à présent que la paix intérieure dans le pays est assurée, deux poisons affaiblissent l’église catholique en France, le gallicanisme et le jansénisme, tous deux les bâtards du protestantisme et les conséquences des guerres de religion.

En effet, affaiblie par le mauvais exemple de bon nombre de papes de la Renaissance et par les rejets protestants de la prépondérance papale, les évêques français, dont Bossuet, contestent la suprématie de l’évêque de Rome révélant ainsi une faille dans l’unité de l’Eglise.

Le jansénisme, qui présente Dieu comme un juge terrible qu’il faut craindre de courroucer, éloigne les fidèles de la pratique des sacrements, tant et si bien qu’on ne communie plus que très rarement se privant ainsi de la source même de la grâce.

C’est le même spectacle dans les rangs du clergé. Tout est médiocre, sans enthousiasme, sans vives flammes. Pour bon nombre de prêtres, le sacerdoce n’est plus qu’un moyen de faire carrière (Jésus s’en plaindra à Marguerite-Marie). Les missions s’éteignent. C’est partout une diminution sensible de chaleur et de vie. L’Eglise de France laisse assez voir qu’elle a une blessure au cœur.

Tandis que les âmes pieuses se refroidissent dans l’Eglise, au dehors commence à souffler le vent de l’irréligion et de l’impiété. Et pendant ce temps, la France continue de semer l’impiété dans le monde. Elle se sert de sa belle langue pour propager les brutalités du matérialisme et de l’athéisme.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Seigneur Jésus, vous qui êtes venu allumer un feu sur la terre, je m’abandonne aujourd’hui à la volonté du Père dans le souffle de l’Esprit Saint.

Purifiez mon cœur, embrasez-le d’amour et de charité.

Faites grandir en moi le désir de la sainteté.

Par le Cœur Immaculé de Marie, je me consacre tout entier à votre Cœur pour vous aimer et vous servir. Amen.

Cœurs unis de Jésus, Marie et Joseph, que votre règne arrive.

Saint Claude de la Colombière, priez pour nous.

Sainte Marguerite-Marie Alacoque priez pour nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire