Le Notre Père, la prière des enfants de Dieu

Dieu le père, Michel-Ange

Méditons

Dans la seconde partie du Notre Père, nous demandons à Dieu de remplir toutes les fonctions d’un père de famille : nous nourrir, nous défendre, nous protéger, faire en sorte qu’au sein de la fratrie chacun trouve sa vraie place pour son bien et le bien de tous.

Ecoutons Marie lorsqu’elle nous dit que Dieu accueille toute prière et, dans sa miséricorde infinie, lui apporte la meilleure réponse. Ecoutons Marie lorsqu’elle nous dit que Dieu a rassemblé dans le Notre Père tout ce qui nous est nécessaire afin que nous comprenions que tout nous est donné par Dieu par pure bonté, sans aucune condition et en  surabondance…

Ecoutons Marie lorsqu’elle nous parle de ce qu’est le péché et à quel point il blesse Dieu dans son amour infini pour nous… On est d’autant plus blessé d’une mauvaise parole qu’elle vient d’une personne aimée : à quel point Dieu, qui nous aime infiniment, peut-Il alors être blessé de nos manquements ? Soyons attentifs lorsque Marie nous dit que, quels que soient nos nombreux péchés auxquels nous consentons souvent par habitude, nous sommes pardonnés dès lors que nous nous en repentons ?! Jamais Dieu ne refuse son pardon ?! Si Dieu avait notre nature, Il nous remettrait nos péchés avec la même mauvaise volonté que nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés… mais Dieu est Dieu… Lui, si grand, nous pardonne à chaque fois que nous le Lui demandons, nous qui sommes si insignifiants, si ingrats… Quel mystère… Un Dieu qui se fait notre serviteur…

Ecoutons Marie lorsqu’elle parle de la dernière demande du Notre Père… Et qu’elle nous rappelle ce qu’elle a dit à Fatima en 1917 : « qu’on cesse d’offenser Dieu car Il est déjà trop offensé. » Ecoutons-la lorsqu’elle nous encourage à soutenir la lutte contre nous-mêmes, notre nature, contre l’ennemi de nos âmes… Si nous savions le bonheur que Dieu nous réserve dans l’autre vie, nous lutterions davantage… Si nous savions comme tout devient léger pour celui qui aime Dieu… Médite-le dans cette dizaine.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés ; préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde (prière demandée par Notre Dame de Fatima le 13 juillet 1917 à la fin de chaque dizaine du chapelet)

Petite consécration à Notre Dame du rosaire :

Très sainte Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII à saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire