Le Notre Père, la prière des enfants de Dieu

Le Père éternel

Méditons

Le rosaire est non seulement un concentré anti-déprime parce qu’il fait défiler sous nos yeux les mystères du salut (autrement dit tout ce que Dieu a fait pour nous) mais aussi parce qu’il met sur nos lèvres des prières parfaites dont le « Notre Père. » Cette prière n’est pas anodine et pourtant nous la traitons comme si elle l’était. Nous la répétons sans cesse et ne nous rendons pas compte qu’elle est tout à fait extraordinaire.

Non seulement cette prière est issue de la bouche même de Jésus, le Verbe fait chair, mais, en plus, elle nous décrit, en pauvres mots humains certes, mais avec O combien de clarté, l’amour de Dieu. As-tu déjà pensé, cher lecteur, à cet aspect des choses ? Redis voir cette prière, lentement, en réfléchissant à chaque mot, et tu verras qu’elle est tout à fait extraordinaire. Saint Nicolas de Flue avait l’habitude de méditer le « Notre Père. » Un jour qu’on lui demanda jusqu’où il était arrivé dans sa méditation, il répondit : « jusqu’à Notre Père. » Jamais, au cours de ses nombreuses et longues méditations, il n’avait dépassé les deux premiers mots : « Notre Père. » Eh oui ! Dieu se fait appeler Père et plus encore Notre Père ?! Quel mystère ! Le Dieu tout-puissant, celui qui nous a tous tirés du néant, est notre Père…

Ecoutons Marie lorsqu’elle nous parle de l’étonnement que ces mots devraient susciter en nous à chaque fois que nous les prononçons… Ecoutons-là nous préciser que ces mots traduisent l’extrême proximité de Dieu et à quel point Il brule du désir que nous recherchions sa proximité à Lui… Ecoutons Marie nous dire que personne n’est plus père que Lui et à quel point Il mérite d’être aimé comme tel… Ecoutons-la nous dire comme cela l’attriste, elle, de voir ce Dieu d’amour si peu aimé et comme elle voudrait aider ses enfants à progresser dans l’amour de Dieu…

Ecoutons Marie nous expliquer comme Dieu, dans son amour, est respectueux de la liberté de chaque âme. Il est en droit de tout exiger de notre part mais dans son amour infini, Il ne veut que solliciter. Il ne nous impose ni son amour, ni sa volonté, ni son règne mais nous fait les appeler de tous nos vœux… L’amour de Dieu est tellement grand qu’Il va jusqu’à nous laisser libres de l’aimer… L’amour de Dieu est tellement grand que dans son désir d’être aimé, Il accepte le risque de ne pas l’être…

Ecoutons Marie nous dire que l’amour de Dieu est sans limite : comme tous les pères, Il donne tout à ses enfants ; parce qu’Il est Dieu, Il peut tout leur donner car « rien ne Lui est impossible »… Médite-le dans cette dizaine.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés ; préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde (prière demandée par Notre Dame de Fatima le 13 juillet 1917 à la fin de chaque dizaine du chapelet)

Petite consécration à Notre Dame du rosaire :

Très sainte Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII à saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire