L’archange Gabriel

Contemplons

Statue de l’archange Gabriel

Méditons

Marie n’est pas venue seule à l‘Ile Bouchard mais accompagnée de l’archange Gabriel. En effet, les quatre fillettes racontent : « l’ange se tenait sur une pierre plate de même couleur… le genou droit à terre, à peu de distance de la Dame, et à sa droite. Il était vêtu d’une robe blanche et avait des ailes blanches aux bords dorés. Il tenait à la main droite un lys blanc et l’autre main reposait sur sa poitrine. Les cheveux étaient blonds en forme d’anglaises. »

La beauté de l’ange transporte les fillettes de joie ; à leur description, on jugera jusqu’à quel point. En effet, Jeannette (7 ans) ne cesse de dire : « Oh le beau ange ! » Et à sa maman, elle dira avec tout le charme de l’enfance : « tu sais maman, j’ai même vu ses deux oeils ! »

A la demande du curé de la paroisse, le chanoine Ségelle, Jacqueline demande à Marie qui est cet ange : « Mais Madame, quel est l’ange qui vous accompagne ? » et l’ange répond : « Je suis l’ange Gabriel » L’Ile Bouchard est probablement le seul lieu connu où l’ange Gabriel est apparu (exception faite des épisodes relatés dans les Evangiles). Il est l’un des sept esprits qui se tiennent devant le trône de Dieu. A Zacharie, le jour où il lui annonce la naissance prochaine de Jean-Baptiste, le précurseur, il dira : « Je suis Gabriel. Je me tiens devant le trône de Dieu et je suis venu t’annoncer… » C’est dire que Gabriel est l’un des esprits majeurs au ciel. La Bible ne révèle le nom que de trois anges, celui de Gabriel, de Michel, de Raphael parce que chacun d’eux a une mission toute particulière et de première importance auprès des hommes. La prépondérance de Gabriel dans le monde invisible est soulignée par le fait que c’est lui que Dieu envoie à Marie le jour de l’Annonciation. C’est à lui que Dieu confie la mission de solliciter le « oui » de Marie à l’Incarnation, à la venue de Jésus en notre monde pour notre salut. Il est le porteur de bonnes nouvelles par excellence.

Si Gabriel est présent dans l’apparition de Marie à l’Ile Bouchard, c’est pour illustrer la prière du « je vous salue Marie », lui donner sa vraie tonalité quand les enfants la récitent et pour leur montrer qu’à chaque fois qu’elle est priée, elle produit toujours à nouveau le même effet sur Marie qui en est transportée de joie. L’archange nous montre aussi, par son attitude, tout le respect, l’admiration même, qu’il a pour Marie (et à travers lui que Dieu a pour Marie) et nous invite, par conséquent, à lui en témoigner autant. C’est par Marie que le salut est entré dans le monde et dès lors, quand Marie se présente, elle porte avec elle le salut. Enfin, la scène de l’Annonciation et la présence de la guirlande de cinq roses aux pieds de Marie, nous invite à prier le chapelet pour honorer Notre Dame et la porter à la victoire sur les forces du mal en l’occurrence celles qui mettent la France en danger. Et c’est ce que Marie va les amener à faire au cours de ses dix apparitions à l’Ile Bouchard.

« Le plus bel hommage que nous puissions rendre à l’archange saint Gabriel, écrit le bienheureux Bartolo Longo (1841-1926, apôtre du Rosaire), est de réciter avec dévotion le saint rosaire, puisque chaque Ave Maria répète les paroles qu’il prononça lorsqu’il fut envoyé par la sainte Trinité à Marie en messager de notre rédemption. »

Prions

Une dizaine du chapelet (1 notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous. (3 fois)

Seigneur Jésus, aie compassion de la France, daigne l’étreindre dans ton amour et lui en montrer toute la tendresse. Fais que, remplie d’amour pour toi, elle contribue à te faire aimer de toutes les nations de la terre. Ô amour de Jésus, nous prenons ici l’engagement de te rester fidèles et de travailler d’un cœur ardent à répandre ton règne dans tout l’univers. Amen.

(Marcel Van est né en 1928 près de Hanoï au Vietnam. Souhaitant devenir prêtre, il entre dans une congrégation française. En 1945, il est arrêté par les communistes et meurt en prison le 10 juillet 1959. Cette prière lui a été donnée par le Christ lors d’une apparition. Jésus lui dit alors : « Petit enfant de mon Amour, écoute, je vais te dicter une prière, et cette prière, je veux que les Français me la récitent. »)

Ô Père, ô mon Dieu, délivrez et sauvez maintenant votre France. Préparez les cœurs de ses enfants à la mission qu’ils vont avoir à accomplir pour toutes les nations et pour l’Eglise tout entière.

Ô Père, ô mon Dieu, que les cœurs de vos élus tressaillent à votre appel, reconnaissant votre voix, votre commandement, votre invitation à agir. Conduisez-les chacun à leur place et chacun à sa mission. Imposez-leur tout ce que vous voudrez de chacun et de tous. Que rien ne soit l’effet de leur choix mais de votre unique désir et de votre unique volonté d’amour.

Ô Vierge Immaculée, ne les laissez pas se tromper, ni s’égarer.

Gloire soit au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Cœur Douloureux et Immaculé de Marie, priez pour nous.

Saints et saintes du Ciel, priez pour nous. 

(Prière de la vénérable Marthe Robin qui a beaucoup prié pour notre pays. Elle demandait l’avènement d’une nouvelle Pentecôte.)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *