« Une belle dame et un beau ange »

Contemplons

Le groupe de statues représentant l’apparition de Marie et de l’archange Gabriel lors de la première apparition dans l’église Saint Gilles de l’Ile Bouchard

Méditons

Les quatre fillettes sont agenouillées à l’autel de la sainte Vierge et récitent une dizaine du chapelet. Au quatrième Ave Maria se déroule sous leurs yeux la scène de l’Annonciation qui illustre les paroles qu’elles sont entrain de réciter : « je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes. » Une image vaut mille mots dit-on. En reine des docteurs mais aussi en maitresse de pédagogie, Marie donne vie aux paroles que prononcent les quatre voyantes en les replaçant dans la scène de l’Annonciation.

Et, la scène est tout à fait typique d’une représentation traditionnelle de l’Annonciation où l’on voit l’archange Gabriel à genoux devant la Vierge Marie, lys en main. Les grands peintres et sculpteurs ne s’y sont pas pris autrement pour illustrer l’épisode évangélique de l’Annonciation. Cela dit, malgré tout leur génie, ils ne parviendront jamais à égaler en beauté ce que voient les fillettes. Jacqueline et Laura ne cessent de s’émerveiller devant la dame et de redire encore et encore « oh la belle dame ! oh la belle dame ! » ; la petite Jeannette, quant à elle ne cesse de répéter : « oh le beau ange ! Oh le beau ange ! »

Si Marie tient à se présenter, à leur première rencontre, aux fillettes dans la scène de l’Annonciation alors qu’elles sont entrain de réciter des ‘Je vous salue Marie’, c’est pour leur montrer et l’origine et l’effet de cette prière.

En effet, la prière du ‘Je vous salue Marie’ est composée, dans sa première partie, des paroles de l’ange à Marie le jour de l’Annonciation et donc du message que Dieu adresse, par la voie de Gabriel, personnellement à Marie et, en elle, à toute l’humanité : Jésus, le Dieu sauveur, va venir chez nous pour nous sauver si nous acceptons de le recevoir. Par extension, le message en ce 8 décembre 1947, est que Dieu va venir sauver la France si elle accepte de se laisser sauver par lui. Pour ce faire, Marie va procéder comme Dieu l’a fait pour sauver le monde le jour de l’Annonciation à savoir recourir à ce qu’il y a de plus faible mais aussi de plus pur au monde : la toute jeune Vierge Marie. Et Marie, à l’imitation de Dieu, va solliciter l’aide des petits enfants.

Par ailleurs, Marie montre aux fillettes qu’à chaque fois qu’on récite la prière du ‘Je vous salue Marie’, on replace la Vierge au temps de l’Annonce de l’Ange en lui procurant, à chaque fois de nouveau, la joie qu’elle a éprouvée en cet instant. Rien ne saurait réjouir davantage la Vierge Marie que de réentendre les paroles de l’archange Gabriel. Non parce que Marie s’en sent flattée mais parce qu’elles signifient que le Salut est venu en ce monde et qu’il vient à chaque fois encore pour celui qui récite la prière du ‘Je vous salue Marie.’

Chaque fois qu’on prie le ‘Je vous salue Marie’, se renouvelle l’Incarnation du Verbe, non plus en Marie où il est né mais dans l’âme de celui qui le prie. Plus encore que dans son corps, c’est dans son âme que Marie a conçu Jésus, le Verbe de Dieu. Et, comme elle, en priant le ‘Je vous salue Marie’, nous permettons à l’Esprit-Saint, avec l’aide de Marie, de concevoir dans notre âme Jésus, le Verbe de Dieu, le seul sauveur.

Prions

Une dizaine du chapelet (1 notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous. (3 fois)

Seigneur Jésus, aie compassion de la France, daigne l’étreindre dans ton amour et lui en montrer toute la tendresse. Fais que, remplie d’amour pour toi, elle contribue à te faire aimer de toutes les nations de la terre. Ô amour de Jésus, nous prenons ici l’engagement de te rester fidèles et de travailler d’un cœur ardent à répandre ton règne dans tout l’univers. Amen.

(Marcel Van est né en 1928 près de Hanoï au Vietnam. Souhaitant devenir prêtre, il entre dans une congrégation française. En 1945, il est arrêté par les communistes et meurt en prison le 10 juillet 1959. Cette prière lui a été donnée par le Christ lors d’une apparition. Jésus lui dit alors : « Petit enfant de mon Amour, écoute, je vais te dicter une prière, et cette prière, je veux que les Français me la récitent. »)

Ô Père, ô mon Dieu, délivrez et sauvez maintenant votre France. Préparez les cœurs de ses enfants à la mission qu’ils vont avoir à accomplir pour toutes les nations et pour l’Eglise tout entière.

Ô Père, ô mon Dieu, que les cœurs de vos élus tressaillent à votre appel, reconnaissant votre voix, votre commandement, votre invitation à agir. Conduisez-les chacun à leur place et chacun à sa mission. Imposez-leur tout ce que vous voudrez de chacun et de tous. Que rien ne soit l’effet de leur choix mais de votre unique désir et de votre unique volonté d’amour.

Ô Vierge Immaculée, ne les laissez pas se tromper, ni s’égarer.

Gloire soit au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Cœur Douloureux et Immaculé de Marie, priez pour nous.

Saints et saintes du Ciel, priez pour nous. 

(Prière de la vénérable Marthe Robin qui a beaucoup prié pour notre pays. Elle demandait l’avènement d’une nouvelle Pentecôte.)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *