La sainteté de Joseph

Méditons

Au catéchisme, nous avons appris que Dieu ne nous demande jamais rien qui soit au-delà de nos possibilités : si difficile soit la tâche, si lourde soit la croix, sa grâce est à la hauteur de ce que nous avons à réaliser. Que dire alors de Joseph et de la grâce dont Dieu l’a comblé, lui qui a eu la délicate mission de servir de père et d’éducateur au Fils de Dieu, d’époux et de gardien à la Vierge-Mère. L’ange appelle Marie la « comblée-de-grâce » ; ces mots décrivent Joseph avec la même perfection.

Lorsque, dans ses pensées, on balaye les exploits réalisés par les saints en deux mille ans de christianisme, on est saisi d’admiration et confondu de tant de courage, d’héroïsme, de persévérance, d’abnégation, de générosité au service de Dieu et du prochain. Souvent on finit par se sentir un peu honteux de notre peu d’entrain à servir la cause du Christ et de la vitesse à laquelle nous nous décourageons devant les plus petites difficultés. Tout ce que la multitude des saints a réalisé au long des siècles, c’est Jésus-Christ qui l’a accompli en eux. En effet, le mérite des saints et ce qui fait leur fécondité, réside dans le fait qu’ils se sont livrés corps et âme à Jésus pour mieux le laisser agir en eux et à travers eux. Chacun d’eux peut dire avec saint Paul : « ce n’est plus moi qui vis mais c’est le Christ qui vit en moi » (Galates 2, 20). Songeons, que Jésus-Christ, celui qui répand tous les dons de sa charité au travers de ses saints, a été à l’école de Joseph : c’est ce-dernier que Dieu a choisi comme collaborateur de sa grâce pour faire de Jésus le Rédempteur, celui qui continue de sauver à travers les saints et cela jusqu’à la fin du monde. Imaginons alors avec quelle surabondance de grâce, Dieu a dû pourvoir Joseph pour qu’il puisse réaliser une tache aussi délicate que d’élever le Fils de Dieu et de le donner à sa mission de Rédempteur. Quels que puissent être les mérites des plus grands saints, aucun n’a eu à accomplir mission plus redoutable que Joseph, et tout le bien qu’ils ont réalisé, ils l’ont pu parce que Joseph a été pour Jésus un père d’une sainteté absolument parfaite.  Aucun humain, à l’exception de Marie, ne peut se prévaloir d’être à l’origine de tant de bienfaits, si ce n’est Joseph.

La sainteté éminente de Joseph est la fois tout ordinaire et d’un héroïsme inégalé. En effet, nous ne connaissons de Joseph aucun acte extraordinaire. Il n’est pas mort suite à un martyr glorieux, il n’a pas versé son sang pour Jésus. Sa vie s’est déroulée, pour l’essentiel, en choses banales et en gestes répétitifs dans l’ombre de son échoppe de charpentier. Cependant, sa sainteté est tissée d’héroïsme. En effet, jamais il n’a hésité à se mettre au second rang pour mieux servir Dieu et son plan de salut en Jésus et Marie (pas un instant il n’a hésité à fuir en Egypte laissant derrière lui le peu qu’il possède !). Joseph n’a pu réaliser aucune de ses ambitions personnelles, il n’a cédé à aucune de ses aspirations légitimes mais s’est renoncé en permanence pour la cause de Jésus. Rien n’est plus difficile que de se renoncer, de mourir à soi-même et, qui plus est, en permanence. C’est pourtant ce que Joseph a fait et réussi. Joseph n’est pas le saint des victoires éclatantes mais celui des héros silencieux du quotidien.

Joseph a tout donné à ceux qu’il aime : Jésus et Marie. Il n’a rien gardé pour lui et pourtant il a été, comme tous les saints, un homme heureux. En lui s’illustrent à merveille les paroles du pape Benoit XVI : « Le Christ n’enlève rien ; il donne tout. »

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O bienheureux Joseph, vous que Dieu a choisi pour porter le nom et la charge d’un père à l’égard de Jésus, vous qu’il a donné comme époux très pur à Marie toujours vierge et comme chef à la Sainte-Famille sur terre, vous que le vicaire du Christ a choisi comme patron et avocat de l’Eglise universelle fondée par Jésus-Christ Lui-même, c’est avec la plus grande confiance possible que j’implore votre secours très puissant pour cette même Eglise qui lutte sur terre.

Protégez, je vous en supplie, d’une sollicitude particulière et de cet amour vraiment paternel dont vous brûlez notre pape François, tous les évêques et prêtres unis au Saint-Siège de Pierre. Soyez le défenseur de tous ceux qui peinent pour sauver les âmes au milieu des angoisses et adversités de cette vie. Soyez le refuge et le secours de tous les chrétiens persécutés pour leur foi en Jésus-Christ.

Acceptez et agréez aussi, très saint Joseph, la donation de moi-même que je vous fais pleinement. Je me voue entièrement à vous pour que vous soyez toujours pour moi un père, un protecteur et un guide sur le chemin du salut.

Obtenez-moi une grande pureté de cœur, un amour ardent de la vie intérieure. Faites que je suive aussi moi-même vos traces et que je dirige toutes mes actions à la plus grande gloire de Dieu en les unissant aux affections du divin Cœur de Jésus et du Cœur Immaculé de Marie.

Priez enfin pour moi afin que je puisse participer à la paix et à la joie dont vous avez joui vous-même autrefois en mourant si saintement. Amen. (Léon XIII)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire