6ème Station : Véronique essuie le visage de Jésus

Contemplons

Méditons

Colloque intérieur de Marie :

« Véronique… Ma fille… que ton geste console mon cœur de Mère… mon cœur de croyante… si tu savais comme tu me consoles en consolant Jésus… Je vois avec quels yeux mon Jésus te regarde… je lis dans son regard comme il t’est reconnaissant de ton courage… de ta charité…

S’il te plait Véronique… fais bien attention en posant le suaire sur le visage de Jésus… que tes gestes soient délicats… Son visage est couvert de plaies… ne heurte pas la couronne d’épines… elle le fait déjà tellement souffrir… veille à ne pas rajouter à ses douleurs par des gestes maladroits… pense à la douceur, à la délicatesse avec laquelle moi je passerais ce linge sur son visage s’il m’était donné de le faire…

Véronique, toi aussi, comme Simon, tu as été choisie… toi aussi, tu es appelée de toute éternité… pour être là… aujourd’hui… sur ce chemin… pour braver la foule… pour consoler le Sauveur par ta compassion… pour pallier, par ton surcroit de charité, l’amour que lui refusent ceux qui le condamnent… En toi, toutes les générations jusqu’aux plus éloignées, verront le courage qu’il faut à la charité… mais aussi le courage que donne la charité… Toutes les générations, jusqu’aux plus éloignées, verront comme ton geste est agréable au Seigneur et avec quelle libéralité, il le récompense… jusqu’où il s’émeut de tout ce qui est fait aux plus petits d’entre les siens… Tous sauront désormais ce que le Sauveur attend des âmes… non seulement elles doivent travailler à leur Salut… apporter leur part personnelle pour compléter le peu qui manque à sa Passion… le peu qui vous incombe… la petite contribution qu’il rend indispensable à votre Salut afin que dans son amour éperdu, le Seigneur y trouve le motif de vous glorifier, le jour venu, dans son Royaume où il s’en va vous préparer une place… mais aussi qu’elles l’aiment par surcroit, par suppléance, pour le consoler du désamour de toutes ces âmes qui le rejettent… Oui, Véronique, par ton geste de miséricorde, Jésus montre à toutes les âmes, jusqu’à la fin du monde, qu’elles ont le pouvoir de le peiner mais aussi de le réjouir, de le consoler… Si seulement, les âmes pouvaient saisir ce que cela représente d’amour de la part de Dieu pour chacune de ses créatures…

Père, par Jésus, en Jésus, avec Jésus, je me livre à toi sans réserve pour que tu fasses de mon Cœur un buisson ardent qui brûle d’amour sans jamais se consumer… un sanctuaire à la gloire de ton amour, de ta miséricorde… pour consoler Jésus…

Père, que jamais, Jésus ne manque d’âmes généreuses qui le consolent de la peine que lui infligent les pécheurs impénitents en repoussant son amour…

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. (Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

Quoi de plus pénible, Vierge Marie, que de voir mourir, souffrir, agoniser son fils. Et vous, Vierge Marie, vous étiez là, fidèle, silencieuse. « Le cœur transpercé par une épée, » vous ne vous êtes pas révoltée et vous avez su accorder à votre Fils votre présence jusqu’au bout. Vous avez accueilli sa demande de devenir notre Sainte Mère du Ciel.

Venez nous soutenir, Vierge Marie, devant les drames, les difficultés, les épreuves de notre route. Apprenez-nous à entrer à l’intérieur, à descendre en nos cœurs et à demeurer fidèles à l’amour de notre Dieu qui jamais ne nous abandonne. Vous, la Pietà, apprenez-nous à avancer sur le chemin de la foi. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire