13ème Station : le Corps de Jésus est décroché de la Croix et remis à sa Mère

Contemplons

Méditons

Colloque intérieur de Marie :

« Mon Jésus est mort !… Mon enfant est mort !… Dieu est mort !… Mort !… Mais est-ce donc possible ? … Mon Dieu est mort ! … toujours j’ai su que cette heure viendra… toujours je m’y suis préparée… toujours mon Jésus m’y a préparée… et je me rends compte que rien ne pouvait me préparer à cette heure… comment préparer une mère à perdre son enfant ? … à perdre le meilleur, le plus aimant, le plus saint de tous les enfants ? … qui peut dire toute ma douleur ? … Mon Dieu, sans ta grâce je ne survivrai pas à cette heure ! … Mon Jésus, que me laisses-tu derrière toi ? … comme cette fois-là où Joseph, ton père, et moi t’avions perdu à Jérusalem… Mon Jésus, trois jours à te chercher… trois jours à t’attendre…

Joseph… Nicodème… soyez doux avec mon Jésus en le décrochant de la Croix… on l’a tellement fait souffrir… vous au moins soyez délicats… Jean, je veux qu’on me remette son corps… il me revient… j’ai donné à Jésus de se donner mais à présent qu’il a tout accompli de ce que le Père lui a commandé, il est de nouveau à moi… je veux nettoyer ses plaies, les embrasser, je veux le serrer contre moi comme quand il était petit, comme quand il n’était qu’à moi… je veux l’aimer pour ceux qui ne l’aiment pas…

Déposez le corps de Jésus sur mes genoux… dans mes bras… Mon Jésus… mais qu’ont-ils fait de toi ?… Toutes ces nombreuses plaies… et la plaie de ton cœur… elle est si grande… si béante… le Cœur de Dieu, transpercé ! … l’amour de Dieu, bafoué ! … mon Jésus, tant d’amour repoussé ! … tant d’amour donné ! … repoussé ! … tant de miséricorde ! … repoussée ! …

O vous tous qui passez là, voyez s’il est une douleur pareille à mienne !… O âmes qui êtes la cause de mes douleurs… qui êtes la cause de la Passion de mon Jésus… Ames qui êtes toutes-puissantes sur le Cœur de mon Jésus, sur mon Cœur de Mère puisque vous avez le pouvoir, et de nous tourmenter par votre indifférence, et de nous réjouir par votre amour, et de nous consoler par votre compassion… aimez mon Jésus qui a tout donné pour votre Salut… voyez les effets du péché sur son corps si délicat et convertissez-vous… voyez dans l’état de mon Jésus, le reflet de l’état de vos âmes… ayez pitié de vous-mêmes et convertissez-vous… O âmes que j’aime… âmes que je reçois comme mes enfants par la volonté de mon Jésus… cessez de me tourmenter en refusant de vous laisser sauver… Souvenez-vous toujours que le plus grand péché, ce n’est pas d’avoir sacrifié mon Jésus à toutes vos idoles, à vos faux dieux… mais de rendre son sacrifice inutile par vos refus de vous laisser sauver… O âmes chéries de mon Jésus, je vous en conjure : laissez-vous réconcilier avec votre Dieu…

Père, avec mes larmes, je t’offre ton Fils et le mien… pour le Salut de toutes les âmes… je te l’offre comme je l’ai fait le jour de sa présentation au temple…

Père, achève l’œuvre que tu as commencée… ce n’est pas la fin… ce n’est que le commencement… Jésus l’a dit : le troisième jour, je ressusciterai ! …

Père, donne-moi de ne pas m‘effondrer et d’attendre son retour dans la foi…

Père, prend pitié de ta pauvre servante… une pauvre Mère tant éprouvée…

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. (Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

Quoi de plus pénible, Vierge Marie, que de voir mourir, souffrir, agoniser son fils. Et vous, Vierge Marie, vous étiez là, fidèle, silencieuse. « Le cœur transpercé par une épée, » vous ne vous êtes pas révoltée et vous avez su accorder à votre Fils votre présence jusqu’au bout. Vous avez accueilli sa demande de devenir notre Sainte Mère du Ciel.

Venez nous soutenir, Vierge Marie, devant les drames, les difficultés, les épreuves de notre route. Apprenez-nous à entrer à l’intérieur, à descendre en nos cœurs et à demeurer fidèles à l’amour de notre Dieu qui jamais ne nous abandonne. Vous, la Pietà, apprenez-nous à avancer sur le chemin de la foi. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire