Le recouvrement au temple

Le recouvrement de Jésus au temple, Johannes Voorhout

Méditons

En bien des occasions, Marie aurait pu douter de la présence agissante de Dieu à ses côtés et céder à la peur. Pourtant, jamais elle ne lui a retiré sa confiance. Toujours, elle a vécu en cohérence avec ce qu’elle a dit à l’Annonciation : « que tout m’advienne selon ta parole » (Luc 1, 38). Elle cède à Dieu les rennes de sa vie ne craignant qu’une seule chose : être séparée de lui.

Marie ne dit rien quand il lui faut partir pour Bethlehem, fuir en Egypte, se tenir debout au pied de la Croix, le Vendredi-Saint. La seule fois où elle laisse échapper une ombre de reproche, c’est quand elle retrouve Jésus au temple : « mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme ton père et moi, nous avons souffert en te cherchant » (Luc 1, 48).

Par son chagrin, qu’elle a du mal à contenir, elle nous enseigne que la seule chose que nous devons craindre, c’est de perdre Jésus par la grâce. En effet, le terreau sur lequel se développe la peur, c’est la séparation d’avec Dieu.

Par Marie et Joseph, demandons la grâce de tout mettre en œuvre pour ne jamais être séparé de Jésus.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde (Prière que Notre Dame de Fatima souhaite à la fin de chaque dizaine du chapelet).

O Jésus qui êtes réellement présent dans l’Eucharistie, je joins mon cœur à votre Cœur adorable, immolé en perpétuel sacrifice sur tous les autels du monde, louant le Père et implorant la venue de votre Règne, et je vous fais l’oblation totale de mon corps et de mon âme.

Daignez agréer cette humble offrande comme il vous plaira, pour la gloire de Dieu et le salut des âmes.

Sainte Mère du Ciel, ne permettez pas que je sois séparé de votre divin Fils, et gardez-moi toujours comme votre propriété. Amen. (Prière des Servantes de l’Eucharistie).

Saint Michel, archange, défendez-nous dans le com­bat, soyez notre secours contre la malice et les embuches du démon. Que Dieu lui fasse sentir son empire, nous vous le demandons en suppliant. Et vous, prince de la milice céleste, par la vertu divine, refoulez en enfer, Satan et les autres esprits mauvais qui sont répandus dans le monde pour la perte des âmes. Amen. (Léon XIII)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen. 

Laisser un commentaire