Sa gloire augmentera jusqu’à la fin du monde

Contemplons

Le couronnement de Marie au ciel

Méditons

« Et j’entendis du ciel une voix qui disait : Ecris : Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur ! Oui, dit l’Esprit, afin qu’ils se reposent de leurs travaux, car leurs œuvres les suivent » (Apocalypse 14, 13). Au ciel, on se repose de ses œuvres qui, elles, continuent de produire sur terre des fruits ou de vie ou de mort. En effet, parce que l’humanité est une seule et grande famille, il n’y a pas d’acte isolé : tout ce que nous faisons se répercute dans le temps et dans l’espace comme une réaction en chaine qui ne s’arrêtera qu’à la fin du monde, d‘où la nécessité d’un jugement dernier à la fin des temps.

Marie, elle, est déjà glorifiée au ciel parce qu’elle n’est pas concernée par un jugement sur des œuvres mauvaises. En effet, elle n’a semé que des bénédictions. Tout ce qu’elle a fait, dit, pensé ouvertement ou secrètement a visé et atteint la gloire de Dieu, le bien des âmes. Au ciel, elle contemple dans la joie la fécondité de toutes ses œuvres dont les bénéfices se répandent de génération en génération jusqu’à la fin du monde. Tout ce qu’elle a semé en ce monde continue de produire des fruits de salut pour chaque âme.

En effet, par son « oui » à l’Incarnation du Verbe, par le don total d’elle-même à la mission salvatrice de son Fils, par sa participation à la passion de Jésus dans laquelle il fait l’offrande de tout lui-même à son Père, pour sa gloire et le salut du monde, Marie est associée au salut de chaque âme. Si bien que, si « personne ne va au Père sans passer par Jésus » (Jean 14, 6), personne ne recueille toute la plénitude des fruits de la rédemption s’il ne passe pas par Marie. Dieu a ainsi disposé que si chaque âme est sauvée par le sacrifice de Jésus, elle l’est aussi par la prière toute puissante de Marie qui se fond dans l’unique médiation du Christ (saint Paul VI).

Marie est exaucée en tout et toujours. Tout ce que Dieu nous accorde, nous est transmis par ses mains immaculées afin que nous lui soyons toujours redevables de tout bien. En, effet, parce que c’est grâce à elle que nous est venu le bien suprême c’est-à-dire Jésus, celui qui nous a promis que « tout ce que nous demanderons au Père en son nom, il nous l’accordera » (Jean 14, 13), Dieu a disposé les choses de sorte que tout nous atteigne par l’entremise de Marie. En effet, nous dit saint Maximilien Kolbe dans sa prière de consécration à l’Immaculée, « là où entre Marie, elle obtient la grâce de la conversion et de la sanctification, puisque c’est par ses mains que du Cœur très sacré de Jésus toutes les grâces parviennent jusqu’à nous. » C’est aussi le sens des rayons qui émanent des mains de Marie et se répandent sur tout le globe terrestre dans l’apparition à sainte Catherine Labouré, la voyante de la rue du Bac.

Au ciel, Marie est reine et dispose de la toute-puissance de Dieu pour mener la bataille contre le serpent infernal qui fomente notre perte. Parce qu’elle seconde tous nos efforts, si nous nous en remettons à elle, parce qu’elle déjoue tous les pièges de l’ennemi, nous parvenons à rendre gloire à Dieu par nos œuvres. En effet, chaque renoncement au péché, chaque bonne action réalisée avec Marie et en Jésus, rend à Dieu une gloire aussi infinie qu’il l’est lui-même. Celle-ci rejaillit, par ricochet, sur Marie, augmentant la sienne pourtant déjà incomparable. Et tant qu’il y aura en ce monde, lutte entre le bien et le mal, entre la descendance de la femme et celle du serpent (Genèse 3, 15), la gloire de Marie ne cessera de croitre avec chacune de ses victoires jusqu’à l’ultime à la fin du monde.

Si nous pouvions entendre Bernadette de Lourdes, ou les enfants de Fatima, nous parler de la beauté de Marie, nous en serions transportés de joie et, comme ils le disaient, nous voudrions « mourir pour la revoir tellement elle est belle. » Dans quelle splendeur la verrons-nous lorsque nous la rencontrerons au paradis… Sa beauté est l’expression de sa béatitude, de sa gloire au ciel qui ne cessera de croitre jusqu’à la fin du monde pour sa plus grande joie … et la nôtre aussi !

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

(Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

O saints Patriarches et Prophètes ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, le désir que vous avez eu de l’Incarnation de Jésus et faites que j’aspire ardemment après Lui que vous avez désiré et si longtemps attendu.

O saints Apôtres ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, la fidélité et la persévérance avec laquelle vous avez prêché l’Evangile de par le monde, pour former à Jésus un peuple fidèle. Faites que j’aime toujours davantage Celui que vous-même avez aimé de tout votre cœur.

O saints Martyrs ! Je vous en conjure, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la patience avec laquelle vous avez supporté votre martyr. Obtenez-moi que je me dépense sans compter au service de Jésus pour l’amour duquel vous avez livré votre corps à la mort.

O saints Confesseurs ! Je vous en supplie, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la sainteté héroïque en laquelle vous avez montré aux autres la voie de la vie. Faites que je m’élève au sommet de la perfection pour l’amour de Jésus  pour qui vous avez tout abandonné.

O saintes Vierges ! Offrez pour moi, je vous en conjure, à l’adorable Trinité, votre pureté et votre intégrité qui vous ont mérité d’être les plus rapprochées de Dieu. Faites que je triomphe dans la chasteté de l’esprit et du corps, et en toutes choses pour l’amour de Jésus à qui vous avez consacré votre virginité.

Et Vous, Seigneur ! Précédez l’assemblée de vos Saints et faites pour moi l’offrande à Dieu le Père de toute votre très sainte et parfaite vie sur terre avec le fruit de votre Passion en réparation de tous mes péchés et omissions, en sorte que par Vous, tout ce qui est de moi, reçoive son supplément et sa perfection. Amen.

(Jésus à sainte Mechtilde : «  Prie ainsi chacun des groupes de mes saints afin qu’ils offrent pour toi leurs mérites. »)

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel et que la lumière sans fin brille sur elles.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire