Fête de Notre Dame du très saint rosaire

Contemplons

Le pape saint Pie V à la fenêtre de son bureau ; en vision, il voit la victoire des forces de la sainte Ligue lors de la bataille de Lépante. C’était le soir du 7 octobre 1571 ; la nouvelle de la victoire n’est parvenue à Rome que le 26 octobre suivant !

Méditons

La fête de ce jour commémore un événement historique à savoir la victoire des forces de la sainte Ligue sur l’envahisseur turc lors de la bataille de Lépante (en Grèce) le dimanche 7 octobre 1571 !

Dressons le décor : l’Empire ottoman n’a cessé de s’étendre au cours du XVIème siècle. Son expansion est telle qu’il menace l’Europe et donc toute la chrétienté. En 1529, les forces ottomanes, sous la conduite de Soliman le Magnifique, assiègent Vienne, capitale de l’Autriche : si Vienne tombe, c’est l’Europe toute entière qui sera envahie. Les Viennois, dans la terreur, s’en remettent à Notre Dame, invoquent son aide et sa protection : de justesse Vienne est sauvée (pour cette fois) !

Moins de cinquante ans plus tard, Notre Dame allait à nouveau sauver la chrétienté. En effet, en 1571, les Turcs occupent presque tout le bassin méditerranéen, l’Afrique du nord, le Moyen Orient et la péninsule balkanique. Face à la menace turque, l’Europe est désunie et le pape saint Pie V ne parvient qu’après beaucoup d’efforts à former la sainte Ligue (l’Espagne, Venise et Malte) et à constituer une flotte. Afin d’implorer l’assistance de Dieu et l’intercession de Marie, il ordonne un jubilé solennel, un jeûne et la prière publique du rosaire. La bataille décisive a lieu le dimanche 7 octobre 1571, dans le golfe de Lépante, à la sortie du détroit de Corinthe. La flotte chrétienne, pourtant nettement inférieure en nombre, remporte une victoire complète !

Le soir de la bataille, le pape saint Pie V à Rome, va brusquement de son bureau à la fenêtre. Aux personnes qui l’entourent, il donne l’impression d’assister à un spectacle. Après un petit moment, il dit à son entourage : « Allons rendre grâce à Dieu : notre armée est victorieuse ». C’était le 7 octobre un peu avant 5 heures du soir. La nouvelle de la victoire ne devait parvenir à Rome que 19 jours plus tard, le 26 octobre, confirmant ainsi la révélation faite au pape !

En action de grâce, saint Pie V ajoute aux Litanies de Lorette, l’invocation : « Secours des chrétiens » et institue la fête de Notre Dame des Victoires ; Grégoire XIII la changera en fête du rosaire qui doit se célébrer le premier dimanche d’octobre dans toutes les églises. Cette bataille fut une victoire autant militaire que spirituelle puisqu’elle a marqué l’essor de la dévotion du rosaire !

Si, aujourd’hui, chez nous, nous vivons dans une paix relative et n’avons pas besoin de recourir aux armes (Deo gratias !), nous n’en sommes pas moins envahis par des forces anti-chrétiennes. Persévérons dans la prière du rosaire afin que Marie, secours des chrétiens, inaugure dans les cœurs l’avènement du Christ-Roi, seul capable de donner au monde la véritable paix !

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés ; préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde (prière demandée par Notre Dame de Fatima le 13 juillet 1917 à la fin de chaque dizaine du chapelet)

Petite consécration à Notre Dame du rosaire :

Très sainte Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

5ème mystère joyeux : le Recouvrement de Jésus au Temple

Contemplons

Jésus parmi les docteurs de la Loi, église saint Thomas, Leipzig

Méditons

Dans ce cinquième mystère joyeux, Marie nous prend par la main pour chercher et trouver Jésus. Elle nous partage les sentiments qui furent les siens pendant ces trois jours qui durent lui paraître interminables. Par la méditation de ce mystère, elle nous donne peu à peu de comprendre qu’il n’y a pas de plus grand malheur que de perdre Jésus !

Marie nous donne aussi de partager, tant sa joie de Mère lorsqu’elle retrouve son enfant sain et sauf  que celle, encore plus profonde, d’avoir retrouvé Jésus, Dieu fait homme. Dans l’hymne « Jesu dulcis memoria », l’’Eglise nous fait chanter à la troisième strophe : «O Jésus, espoir des pénitents, que vous êtes accueillant aux mendiants ! Que vous êtes bon à qui vous cherche ! Mais que dire de ceux qui vous trouvent ?»

Le rosaire veut nous faire gouter cette joie sublime de trouver et de posséder Jésus. Pour cela, il nous fait répéter : «priez pour nous, pauvres pécheurs», afin qu’avec l’aide de la Mère trois fois admirable, malgré nos misères, malgré nos péchés, nous entrions progressivement dans l’intimité divine !

Marie, Notre Dame du très saint rosaire, aidez-nous à chercher Dieu ; et surtout, aidez-nous à Le trouver toujours !

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés ; préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde (prière demandée par Notre Dame de Fatima le 13 juillet 1917 à la fin de chaque dizaine du chapelet)

Petite consécration à Notre Dame du rosaire :

Très sainte Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

4ème mystère joyeux : la Présentation de Jésus au Temple, la Purification de Marie

Contemplons

La Présentation au Temple, église saint Wolfgang, Autriche

Méditons

Le moment est solennel : Jésus est porté au Temple de Jérusalem, le seul élevé au vrai Dieu dans l’antiquité païenne. C’est le premier offertoire : Marie, la Vierge immaculée, offre à l’Eternel son Fils « pour la gloire de Dieu et le salut du monde ». Et, pour que l’oblation soit parfaite, elle s’offre avec son Fils à la manière dont le prêtre, à l’offertoire de la Messe, rajoute une goutte d’eau dans le calice déjà rempli de vin !

Par la méditation de ce quatrième mystère joyeux, Marie, Notre Dame du très saint rosaire, nous éduque par l’imitation de son lumineux exemple, tant à l’humilité qu’à l’obéissance (l’un ne va pas sans l’autre). Elle, la Mère de Dieu, la Toute-pure, se met au rang de toutes les femmes pour subir les rites de la purification ! Quelle humilité ! Elle accomplit les termes de la Loi et consacre Jésus, Dieu fait homme, son premier-né. Jésus est Dieu et n’a donc pas besoin d’être consacré au Très-haut. Cependant, Marie ne cherche pas à s’en dispenser ; elle n’a pas la moindre hésitation. Quel esprit d’obéissance !

Par la contemplation de ce mystère, Marie nous convie à offrir Jésus avec elle, dans les sentiments qui furent les siens, à nous unir au vieillard Siméon, à la prophétesse Anne qui, éclairés du Saint-Esprit, ont entrevu la grandeur de ce mystère. Elle nous entraine à l’obéissance aux commandements de Dieu et à ceux de l’Eglise !

Le rosaire nous fait humblement demander l’aide de Marie pour que, nous aussi, pauvres pécheurs que nous sommes, puissions être « goutte d’eau versée dans le Calice » pour la gloire de Dieu et le salut du monde.

Marie, Notre Dame du très saint rosaire, obtenez-nous l’humilité qui nous rendra obéissants !

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés ; préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde (prière demandée par Notre Dame de Fatima le 13 juillet 1917 à la fin de chaque dizaine du chapelet)

Petite consécration à Notre Dame du rosaire :

Très sainte Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

3ème mystère joyeux : la Nativité

Contemplons

Fra Angelico, Madone de l’humilité

Méditons

Par le rosaire, nous revivons cette merveilleuse nuit de Noël qui a vu naitre le Sauveur ; nous imaginons l’extrême pauvreté du refuge, les efforts de Joseph pour ménager un peu de confort à Marie ; nous écoutons l’ange convoquer les bergers à la crèche pour adorer le Verbe fait chair et assistons, ravis, au concert des phalanges célestes ; nous ressentons le froid et voyons se lever l’étoile qui conduit les mages ! Encore un peu et on se croirait au cinéma !

Dans ce troisième mystère, Marie nous invite à nous joindre à elle, à Joseph, aux mages, aux bergers, pour adorer joyeusement Jésus, nouveau-né. Elle est la seule à comprendre véritablement le mystère de l’Incarnation. Aussi, son aide nous est indispensable pour saisir (un peu !) l’amour infini de Jésus qui se fait homme pour l’amour de nous !

Redisons-lui, conscients de notre indigence : «sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs». Elle écoutera notre prière. Plus encore, elle unira sa prière à la nôtre et couvrira nos voix éraillées par le péché de sa voix immaculée pour dire : « Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit » !

Marie, Notre Dame du très saint rosaire, aidez-nous, à célébrer dignement la naissance de votre Fils, notre Sauveur, Dieu parmi nous !

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés ; préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde (prière demandée par Notre Dame de Fatima le 13 juillet 1917 à la fin de chaque dizaine du chapelet)

Petite consécration à Notre Dame du rosaire :

Très sainte Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

2ème mystère joyeux : la Visitation

Contemplons

La Visitation, cathédrale de Salzbourg. Jean-Baptiste, dans le sein d’Elisabeth, reconnait Jésus dans le sein de Marie et se prosterne devant lui.

Méditons

Contemplons Marie : elle part en grande hâte vers la maison d’Elisabeth. Encore dans la joie de l’Annonciation et pétrie de charité pour sa vieille cousine enceinte du précurseur (saint Jean-Baptiste), elle traverse les montagnes. Elle ne craint ni les obstacles, ni les dangers : l’ange lui a bien dit il y a peu : « rien n’est impossible à Dieu » !

Ce second mystère joyeux nous donne d’accompagner Marie dans ce voyage périlleux, à nous unir à son séjour de trois mois chez Elisabeth, à participer à la joie de cette rencontre et plus tard à celle de la naissance de Jean-Baptiste !

Au comble de la joie, Marie entonne son Magnificat : elle sait qu’elle doit tout à Jésus, son Fils, «son Sauveur». Les merveilles que le Tout-Puissant fait pour elle sont déjà des fruits de la Passion de Jésus. Dans ce mystère, elle nous entraine à magnifier le Seigneur avec elle pour Lui rendre grâce de toutes les merveilles qu’il fait aussi dans nos vies !

Soucieuse de tous ses enfants, Marie souhaite aussi visiter nos âmes pour nous combler de grâces divines comme elle l’a fait pour Elisabeth et Jean-Baptiste. Mais, elle est respectueuse de notre liberté. Elle ne s’impose en aucun cas. A l’exemple d’Elisabeth, elle souhaite que nous l’invitions dans nos vies, que nous désirions sa venue, que nous l’accueillions dans la joie !

Que nos sécheresses et nos distractions n’entament donc pas notre assiduité à la prière du rosaire. C’est par notre fidélité malgré nos sécheresses, malgré nos distractions que se prouve notre attachement à Marie et à Jésus présent en elle !

Marie, Notre Dame du très saint rosaire, aidez-nous à entrer dans les dispositions du cœur qui vous permettent de nous combler de vos grâces !

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés ; préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde (prière demandée par Notre Dame de Fatima le 13 juillet 1917 à la fin de chaque dizaine du chapelet)

Petite consécration à Notre Dame du rosaire :

Très sainte Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

1er mystère joyeux : l’Annonciation

Contemplons

Roger van der Weyden, Annonciation

Méditons

Voici arrivée l’heure tant attendue où Dieu va venir parmi les hommes. L’archange est envoyé du Ciel à Marie, la Vierge choisie pour Le donner au monde !

Chaque fois que nous méditons ce premier mystère joyeux, le rosaire nous fait assister à l’entretien de l’archange Gabriel et de Marie. II nous fait participer à l’émerveillement de l’ange : « Je vous salue, comblée-de-grâce, le Seigneur est avec Vous… » et nous fait saluer Marie avec les mots dont il s’est servi dans sa mission d’ambassadeur de Dieu !

Le rosaire nous fait aussi partager la joie de Marie, choisie entre toutes les femmes ; il nous fait revivre avec elle ces instants inoublia­bles. Il nous donne d’être présents au moment où elle donne son « Oui » et où s’accomplit le prodige d’amour qu’est l’Incarnation !

Le rosaire nous fait demander l’assistance de Marie pour que nous comprenions mieux l’amour infini de Dieu qui va jusqu’à se faire l’un d’entre nous et pour que, nous aussi, nous sachions dire un « oui » sincère et généreux à tout ce que Dieu nous demandera !

Marie, Notre Dame du très saint rosaire, aidez-nous à célébrer dignement, avec vous, l’instant où Dieu s’est fait homme pour notre salut !

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés ; préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde (prière demandée par Notre Dame de Fatima le 13 juillet 1917 à la fin de chaque dizaine du chapelet)

Petite consécration à Notre Dame du rosaire :

Très sainte Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Le mois du rosaire

Contemplons

La Vierge Marie remet le rosaire à saint Dominique en lui demandant de le propager pour la gloire de Dieu et le salut du monde. Sous la Mère de Dieu, un petit chien portant une torche embrasée dans sa gueule. Ce chien  vient d’un rêve que la mère de saint Dominique fit alors qu’elle était enceinte de lui. Dans ce rêve elle enfantait d’un chien portant une torche qui embrasait le monde entier. Saint Dominique reprit donc cet emblème en disant qu’il serait ce chien qui embrasera le monde de la vérité.

Méditons

C’est Léon XIII, qu’on a surnommé le pape du rosaire, qui a fait ajouter aux litanies de Lorette le vocable « Reine du très saint rosaire priez pour nous » ; c’est lui aussi qui a dédié le mois d’octobre à la prière du rosaire. Il témoignait ainsi de l’importance de la prière du rosaire dans la vie de l’Eglise et de la vie chrétienne en général. Aussi interrogeons-nous, pendant ce mois d’octobre sur l’intérêt de cette prière que beaucoup jugent démodée (car mal comprise) !

Marie est notre Mère depuis le vendredi-saint, jour où Jésus mourant nous a confié à elle. En saint Jean, nous avons accepté et accueilli la maternité de Marie afin qu’elle fasse de nous de dignes disciples de Jésus. Comme notre Mère, Marie connait bien la faiblesse de notre nature ; elle sait comme nous pouvons être inconstants et négligents pour tout ce qui concerne notre salut, préoccupés que nous sommes par les choses de la terre !

Aussi, par le rosaire, elle nous fait revivre, chaque jour, les grandes étapes de notre rédemption. Elle nous invite à les contempler avec ses yeux et son Cœur de Mère ; plus encore, elle nous invite à nous mettre à son école car elle a vécu tous les événements de la vie de Jésus avec la plénitude de ses dons !

Dieu, pour qui le temps n’existe pas, reçoit miséricordieusement notre prière et notre contemplation comme si réellement nous avions été présents dans le temps où les mystères se sont accomplis. Marie, Notre Dame du rosaire, la première, nous en a donné l’exemple car elle «se souvenait de toutes ces choses et les repassait dans son Cœur» (Luc 2, 19) !

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés ; préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde (prière demandée par Notre Dame de Fatima le 13 juillet 1917 à la fin de chaque dizaine du chapelet)

Petite consécration à Notre Dame du rosaire :

Très sainte Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

UN MOIS AVEC L’ARCHANGE SAINT MICHEL : 30ème jour

Le jugement dernier, Hans Memling

Qui est saint Michel ?

La charité de saint Michel envers les fidèles s’exer­cera également au jugement dernier quand il présentera les prédestinés au ciel. Au son de la trompette de saint Michel, seront dé­voilés les mystères de la glorification des élus et la damna­tion des réprouvés. Au son de la trompette, tous les morts ressusciteront. Les tombeaux ouverts rendront leurs cendres éparses et les âmes reprendront leur corps.

Alors, par Jésus-Christ, le souverain juge, seront approu­vées et confirmées les sentences de vie ou de mort déjà portées au jugement particulier. Puis, ce chef des armées des cieux et porte-étendard marquera sur le front des élus le sceau de l’éternelle prédestination. Enfin, aidé de ses anges, il séparera les justes des méchants, il placera les méchants à sa gauche et les élus à sa droite et donnera à ces derniers les palmes en signe de victoire.

Au jugement universel, il appartiendra au glo­rieux archange de réjouir les élus par l’annonce de la gloire éternelle dans la proclamation de la sentence du souverain juge : « Venez, les bénis de mon Père, posséder le royaume préparé pour vous dès le commencement du monde. » Il sera, comme le dit Origène, l’intendant de la vigne du Seigneur, chargé, après cette vie, de donner aux justes la récompense de leurs bonnes œuvres.

Ses interventions dans l’histoire des hommes

Dans une brochure intitulée « Saint Michel et le triomphe de demain », il est dit que Martin Drexler, une personne pré­destinée (morte en 1902) et favorisée de lumières extraordinaires, ne cessait de recommander la dévotion à saint Michel archange. La Très Sainte Vierge lui aurait dit : « Je suis toute miséricordieuse et je veux sauver la France, mais il faut prier saint Michel. »

Dans la brochure : « Saint Michel et le triomphe de demain », on lit encore ces lignes : « Ce n’est pas sans un secret dessein de la providence, que Léon XIII, de glo­rieuse mémoire, eut l’inspiration que ce serait par l’inter­vention de saint Michel que l’enfer serait terrassé ! Un jour, dans la ferveur de son oraison, il lui fut donné de voir l’envahissement de la terre par des nuées sombres d’esprits infernaux nouvellement sortis de l’abîme et il comprit que c’était à saint Michel que Dieu avait réser­vé l’honneur de les y précipiter de nouveau. » Voulant arrêter l’action néfaste des démons dans les âmes, Léon XIII créa contre eux une arme nou­velle : l’exorcisme qui porte son nom.

Voici un exemple de sa puissante protection : le 15 avril 1901, Mgr. Favier, évêque de Pékin (Chine) a fait à Paris le récit suivant : « En juillet 1900, il soutint avec ses chrétiens, dans le Pé-Tang, un véritable siège contre les Boxers. Depuis longtemps, cet évêque avait conseillé à tous ses fidèles de réciter chaque jour la prière à saint Michel qui se dit après la messe. Le siège se prolongeait indéfiniment et les munitions s’épuisaient. Aucun secours humain n’était à prévoir. Mgr. Favier demanda avec plus d’insistance le secours du ciel et con­sacra officiellement son diocèse à saint Michel. Le 15 août, les assiégeants, pensant que les munitions des chré­tiens étaient épuisées, s’élancèrent vers eux pour égorger les assiégés. Mais, arrivés près de la citadelle, une force in­vincible les arrêta. Ils sentirent devant eux un obstacle invisible mais infranchissable. Effrayés, ils s’enfuirent. Alors seulement, arrivèrent les troupes européennes. Mgr. Favier apprit pourquoi les Boxers visaient le Pé­-Tang : « Il y avait », lui dit-on, « en haut de votre église, une grande dame vêtue de blanc, et, tout près d’elle, se tenait un guerrier armé, ayant deux grandes ailes blanches et une épée en main. » « C’étaient », dit Mgr. Favier, « la Sainte Vierge et saint Michel venus pour nous protéger. »

Voici encore plus près de nous une preuve de sa puissante protection, dont la lettre suivante de M. le curé d’A… (Marne), du 30 octobre 1918, fait foi : « A la veille de l’attaque du 14 juillet 1918, il y avait autour de ma paroisse, un dépôt de plus de trois millions d’obus (dont un million d’obus à gaz). Durant cette période, pendant deux mois, les avions allemands ne cessèrent de voler au-dessus du pays. Bombes et obus tombaient de tous côtés ; une seule bombe, un seul obus tombant sur le dépôt de munitions aurait détruit tout le pays et asphyxié ses habitants. Devant ce danger immédiat, j’ai mis ma paroisse sous la protection de saint Michel, fixant son image à la chaire, dans l’église, et récitant chaque jour l’exorcisme de Léon XIII. Je promis d’ériger une statue du saint archange si nous sortions de ce grand danger… Les pays environnants ont beaucoup souffert… Au milieu de tout ce fracas, pas un obus n’est tombé sur le pays, pas un carreau n’a été brisé, à la grande stupéfaction de mes paroissiens. Aussi, la statue du grand archange vient maintenant d’être solennellement érigée dans l’église, en reconnaissance de son intervention miraculeuse. »

Prions saint Michel

1 dizaine du chapelet (1 Notre Père, 10 Je vous salue Marie, 1 Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ écoutez-nous.

Jésus-Christ exaucez-nous.

Père du Ciel qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit-saint qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité sainte qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Saint Michel, priez pour nous.

Saint Michel, chef des neuf chœurs des anges, priez pour nous.

Saint Michel, chef du paradis, priez pour nous.

Saint Michel, prince des milices célestes, priez pour nous.

Saint Michel, victorieux de Satan, priez pour nous.

Saint Michel, ange préféré de Dieu, priez pour nous.

Saint Michel, qui vous tenez près du trône de Dieu, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur de l’honneur de Dieu, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur des anges, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur de la Vierge Marie, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur de l’Eglise catholique, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur du souverain pontife, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur des missions catholiques, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur des âmes justes, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur de la paix, priez pour nous.

Saint Michel, libérateur des âmes du purgatoire, priez pour nous.

Saint Michel, bon envers les pécheurs convertis, priez pour nous.

Saint Michel, consolateur des affligés et des opprimés, priez pour nous.

Saint Michel, notre intercesseur auprès de Dieu, priez pour nous.

Saint Michel, qui donnez à tous les hommes un ange gar­dien, priez pour nous.

Saint Michel, qui présentez à Dieu nos prières, priez pour nous.

Saint Michel, qui offrez à Dieu nos bonnes œuvres, priez pour nous.

Saint Michel, grand par la foi et la charité, priez pour nous.

Saint Michel, secourable envers les moribonds, priez pour nous.

Saint Michel, qui obtenez aux fidèles la prédestination, priez pour nous.

Saint Michel, terreur des démons, priez pour nous.

Saint Michel, reflet de la divinité, priez pour nous.

Saint Michel, qui exercez sur l’Eglise et le monde votre autorité, priez pour nous.

Saint Michel, force des apôtres et des missionnaires, priez pour nous.

Saint Michel, lumière des docteurs, priez pour nous.

Saint Michel, soutien des martyrs, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur des confesseurs de la foi, priez pour nous.

Saint Michel, orné de toutes les grâces et de toutes les vertus, priez pour nous.

Saint Michel, gardien des vierges, priez pour nous.

Saint Michel, bienfaiteur de toutes les âmes, priez pour nous.

Saint Michel, vainqueur de l’enfer, priez pour nous.

Saint Michel, notre guide et notre espérance, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, par­donnez-nous Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

Priez pour nous, archange saint Michel, afin que nous devenions dignes des promesses de Jésus-Christ.

Prions

Seigneur Jésus-Christ, sanctifiez-nous par une bénédiction toujours nouvelle et accordez-nous, par l’intercession de saint Michel archange, cette sagesse qui nous enseigne à amasser des trésors dans le ciel et à échanger les biens du temps contre ceux de l’éternité. Vous qui vivez et régnez, avec le Père, dans l’unité du Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.

Saint Michel, archange, défendez-nous dans le com­bat, soyez notre secours contre la malice et les embuches du démon. Que Dieu lui fasse sentir son empire, nous vous le demandons en suppliant. Et vous, prince de la milice céleste, par la vertu divine, refoulez en enfer, Satan et les autres esprits mauvais qui sont répandus dans le monde pour la perte des âmes. Amen. (Léon XIII)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

 

(Sources : Les grandeurs de saint Michel archange, Don Nicola Ricci)

UN MOIS AVEC L’ARCHANGE SAINT MICHEL : 29ème jour

Mosaïque de saint Michel, défenseur de l’Eglise catholique

Qui est saint Michel ?

La guerre, que le démon a commencée dans le ciel contre Dieu et qu’il continue sur la terre, ne prendra fin qu’à la fin du monde. Elle sera alors encore plus cruelle parce que le démon, sachant qu’il lui reste peu de temps, suscitera partout la tribulation et la persécution contre les fidèles, dit Jésus dans l’évangile, telles que le monde n’en a jamais connues de semblables. L’antéchrist, avec l’aide des démons, fera de tels prodiges qu’il in­duirait en erreur, même les élus, si cela était possible. Ce sera le temps de l’apostasie partout, la foi languis­sante des chrétiens s’affaiblira encore par les persécutions et un petit nombre restera ferme dans la foi et sera martyrisé par l’antéchrist. Il se fera adorer comme Dieu et beaucoup se laisseront séduire et croiront en lui.

Etabli par Dieu, chef de son Eglise, saint Michel ne manquera pas de la défendre contre la guerre hautaine et impie de l’antéchrist qui sera l’instrument de Satan contre elle. Après Marie, personne d’autre que saint Michel ne l’assistera mieux dans cet ultime combat. Dans la personne de l’antéchrist, le démon réunira toute sa malice et saint Michel mettra tout son zèle dans la défense de l’honneur de Dieu, du Christ et de l’Eglise.

Ses interventions dans l’histoire des hommes

Dans une colline, située à deux milles de la ville de Sala (Italie), se trouve une grotte dédiée à saint Michel qui apparut là à un berger qui, effrayé par les éclairs et les tonnerres, invoqua le saint archange, qui se montra à lui, demandant une chapelle à cet endroit, en son honneur, pour y protéger en pareil cas ceux qui viendront le prier. Cette chapelle fut élevée et les habitants de Sala eu­rent la promesse qu’ils y seraient toujours exaucés dans la prière contre les calamités et la foudre. En 1715, plusieurs prêtres s’y rendirent ensemble par dévotion, pour demander le beau temps, et la cessation de la grêle qui tombait fréquemment sur les campagnes, ainsi menacées de disette. Ils demandèrent aussi, la victoire des armées chrétien­nes sur la puissance Ottomane. Pendant qu’ils célébraient la sainte Messe, au moment de la consécration, l’image de saint Michel, peinte sur une fresque du mur, laissa tomber du visage des gouttes d’eau, semblables à de l’huile, qui mouillèrent même l’autel.

Prions saint Michel

1 dizaine du chapelet (1 Notre Père, 10 Je vous salue Marie, 1 Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ écoutez-nous.

Jésus-Christ exaucez-nous.

Père du Ciel qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit-saint qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité sainte qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Saint Michel, priez pour nous.

Saint Michel, chef des neuf chœurs des anges, priez pour nous.

Saint Michel, chef du paradis, priez pour nous.

Saint Michel, prince des milices célestes, priez pour nous.

Saint Michel, victorieux de Satan, priez pour nous.

Saint Michel, ange préféré de Dieu, priez pour nous.

Saint Michel, qui vous tenez près du trône de Dieu, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur de l’honneur de Dieu, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur des anges, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur de la Vierge Marie, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur de l’Eglise catholique, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur du souverain pontife, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur des missions catholiques, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur des âmes justes, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur de la paix, priez pour nous.

Saint Michel, libérateur des âmes du purgatoire, priez pour nous.

Saint Michel, bon envers les pécheurs convertis, priez pour nous.

Saint Michel, consolateur des affligés et des opprimés, priez pour nous.

Saint Michel, notre intercesseur auprès de Dieu, priez pour nous.

Saint Michel, qui donnez à tous les hommes un ange gar­dien, priez pour nous.

Saint Michel, qui présentez à Dieu nos prières, priez pour nous.

Saint Michel, qui offrez à Dieu nos bonnes œuvres, priez pour nous.

Saint Michel, grand par la foi et la charité, priez pour nous.

Saint Michel, secourable envers les moribonds, priez pour nous.

Saint Michel, qui obtenez aux fidèles la prédestination, priez pour nous.

Saint Michel, terreur des démons, priez pour nous.

Saint Michel, reflet de la divinité, priez pour nous.

Saint Michel, qui exercez sur l’Eglise et le monde votre autorité, priez pour nous.

Saint Michel, force des apôtres et des missionnaires, priez pour nous.

Saint Michel, lumière des docteurs, priez pour nous.

Saint Michel, soutien des martyrs, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur des confesseurs de la foi, priez pour nous.

Saint Michel, orné de toutes les grâces et de toutes les vertus, priez pour nous.

Saint Michel, gardien des vierges, priez pour nous.

Saint Michel, bienfaiteur de toutes les âmes, priez pour nous.

Saint Michel, vainqueur de l’enfer, priez pour nous.

Saint Michel, notre guide et notre espérance, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, par­donnez-nous Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

Priez pour nous, archange saint Michel, afin que nous devenions dignes des promesses de Jésus-Christ.

Prions

Seigneur Jésus-Christ, sanctifiez-nous par une bénédiction toujours nouvelle et accordez-nous, par l’intercession de saint Michel archange, cette sagesse qui nous enseigne à amasser des trésors dans le ciel et à échanger les biens du temps contre ceux de l’éternité. Vous qui vivez et régnez, avec le Père, dans l’unité du Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.

Saint Michel, archange, défendez-nous dans le com­bat, soyez notre secours contre la malice et les embuches du démon. Que Dieu lui fasse sentir son empire, nous vous le demandons en suppliant. Et vous, prince de la milice céleste, par la vertu divine, refoulez en enfer, Satan et les autres esprits mauvais qui sont répandus dans le monde pour la perte des âmes. Amen. (Léon XIII)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

 (Sources : Les grandeurs de saint Michel archange, Don Nicola Ricci)

UN MOIS AVEC L’ARCHANGE SAINT MICHEL : 28ème jour

Saint Michel délivre une âme du purgatoire, Jacopo Vignali

Qui est saint Michel ?

Saint Michel ne se contente pas d’exercer sa charité sur ceux qui l’honorent, pendant leur vie et à leur mort, mais il les soulage dans le purgatoire où ils sa­tisfont à la justice divine. Dans l’office des défunts, l’E­glise chante que les âmes saintes sont introduites par lui au paradis. Dès qu’elles sont purifiées des peines dues au péché, il les fait sortir de la prison du purgatoire et les conduit de ces ténèbres à la lumière céleste. Pendant leur épreuve au purgatoire, il offre ses mérites en leur faveur, obtient miséricorde et les délivre de ce lieu de tourments.

C’est dire combien salutaire est la prière de l’archan­ge pour les âmes du purgatoire. L’âme d’un jeune homme, nommé Guillaume, apparut à un saint moine et lui fit connaître qu’il ne pourrait pas voir Dieu, tant qu’on n’aurait pas prié saint Michel pour lui. Le moine pria et fit prier saint Michel et l’âme du jeune homme entra de suite au paradis. Les âmes dévotes au prince des anges sont heureuses, même après la mort, car, si elles sont en purgatoire, elles savent qu’il les aidera à en sortir. Autant de titres et de motifs pour aimer et prier saint Michel.

Ses interventions dans l’histoire des hommes

Saint Anselme raconte qu’un saint religieux, sur le point de mourir, fut attaqué trois fois par le démon et trois fois défendu par saint Michel. La première fois, le démon l’attaqua en lui rappelant ses péchés commis avant le baptême et de n’en avoir pas fait pénitence, saint Michel le rassura en lui disant qu’ils avaient été effacés par le baptême. La deuxième fois, Satan lui montra ses péchés commis après le baptême, décourageant le malheureux religieux. L’archange le rassura à nouveau, lui témoignant avec bonté qu’ils avaient été remis par le sacrement de péni­tence. La troisième fois, le démon lui présenta un grand livre où étaient marqués toutes ses négligences et ses manque­ments à la règle de son ordre. Saint Michel le rassura encore, lui déclarant que tout cela avait été expié par les pénitences, par son obéissance et par sa patience. Consolé et réconforté, le religieux rendit son âme à Dieu, saintement et avec sérénité.

Prions saint Michel

1 dizaine du chapelet (1 Notre Père, 10 Je vous salue Marie, 1 Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ écoutez-nous.

Jésus-Christ exaucez-nous.

Père du Ciel qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit-saint qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité sainte qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Saint Michel, priez pour nous.

Saint Michel, chef des neuf chœurs des anges, priez pour nous.

Saint Michel, chef du paradis, priez pour nous.

Saint Michel, prince des milices célestes, priez pour nous.

Saint Michel, victorieux de Satan, priez pour nous.

Saint Michel, ange préféré de Dieu, priez pour nous.

Saint Michel, qui vous tenez près du trône de Dieu, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur de l’honneur de Dieu, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur des anges, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur de la Vierge Marie, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur de l’Eglise catholique, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur du souverain pontife, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur des missions catholiques, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur des âmes justes, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur de la paix, priez pour nous.

Saint Michel, libérateur des âmes du purgatoire, priez pour nous.

Saint Michel, bon envers les pécheurs convertis, priez pour nous.

Saint Michel, consolateur des affligés et des opprimés, priez pour nous.

Saint Michel, notre intercesseur auprès de Dieu, priez pour nous.

Saint Michel, qui donnez à tous les hommes un ange gar­dien, priez pour nous.

Saint Michel, qui présentez à Dieu nos prières, priez pour nous.

Saint Michel, qui offrez à Dieu nos bonnes œuvres, priez pour nous.

Saint Michel, grand par la foi et la charité, priez pour nous.

Saint Michel, secourable envers les moribonds, priez pour nous.

Saint Michel, qui obtenez aux fidèles la prédestination, priez pour nous.

Saint Michel, terreur des démons, priez pour nous.

Saint Michel, reflet de la divinité, priez pour nous.

Saint Michel, qui exercez sur l’Eglise et le monde votre autorité, priez pour nous.

Saint Michel, force des apôtres et des missionnaires, priez pour nous.

Saint Michel, lumière des docteurs, priez pour nous.

Saint Michel, soutien des martyrs, priez pour nous.

Saint Michel, défenseur des confesseurs de la foi, priez pour nous.

Saint Michel, orné de toutes les grâces et de toutes les vertus, priez pour nous.

Saint Michel, gardien des vierges, priez pour nous.

Saint Michel, bienfaiteur de toutes les âmes, priez pour nous.

Saint Michel, vainqueur de l’enfer, priez pour nous.

Saint Michel, notre guide et notre espérance, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, par­donnez-nous Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

Priez pour nous, archange saint Michel, afin que nous devenions dignes des promesses de Jésus-Christ.

Prions

Seigneur Jésus-Christ, sanctifiez-nous par une bénédiction toujours nouvelle et accordez-nous, par l’intercession de saint Michel archange, cette sagesse qui nous enseigne à amasser des trésors dans le ciel et à échanger les biens du temps contre ceux de l’éternité. Vous qui vivez et régnez, avec le Père, dans l’unité du Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.

Saint Michel, archange, défendez-nous dans le com­bat, soyez notre secours contre la malice et les embuches du démon. Que Dieu lui fasse sentir son empire, nous vous le demandons en suppliant. Et vous, prince de la milice céleste, par la vertu divine, refoulez en enfer, Satan et les autres esprits mauvais qui sont répandus dans le monde pour la perte des âmes. Amen. (Léon XIII)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

(Sources : Les grandeurs de saint Michel archange, Don Nicola Ricci)