Les saints et le rosaire

Contemplons

Saint Maximilien Kolbe

Méditons

Le rosaire n’est pas une prière à la mode et nombreuses sont les paroisses où il a quasiment disparu (surtout en France !). Les rares personnes qui persévèrent à le dire sont généralement rangées dans la catégorie des fanatiques, pour les uns, dans celle des niais, pour les autres. Aussi, ces personnes se sentent parfois prises entre deux feux ; d’un côté il y a les enseignements et les exemples des papes, des saints, les appels de la Vierge Marie (dans ses multiples apparitions) ; de l’autre, il y a la réalité dans laquelle on vit, plutôt hostile à toute idée de chapelet. Le rosaire s’avère alors une école d’humilité non seulement en lui-même mais aussi parce que le pratiquer vous marginalise. Souvent isolé, on finit par se demander si un tel engagement vaut le coup et si l’on ne ferait pas mieux de consacrer son temps à d’autres activités plus adaptées à des « chrétiens adultes » !

Comme vous, je me suis souvent posé cette question. Et, pour en avoir le cœur net, je me suis mis à scruter la vie des saints à la recherche ne serait-ce que d’un seul qui ne porte pas l’empreinte d’une intense piété mariale. Au cours des vingt-cinq dernières années, je me suis même livré à cet exercice avec un zèle grandissant. Cependant, cette entreprise n’a jamais été couronnée de succès. Et pourtant, j’ai cherché, et même très méthodiquement ! Parmi les papes canonisés, s’en trouve-t-il un seul qui n’ait pas pratiqué le rosaire ? Depuis saint Pie V, aucun pape ne s’en est dispensé et s’il en est un qui m’ait échappé, rendez-moi service et dites-le-moi !

Au fur et à mesure qu’ils survenaient dans mes lectures, j’ai examiné la vie des saints, toujours en quête d’une même réponse : quelqu’un me donnera-t-il une raison valable d’abandonner le chapelet ? C’est ainsi que je suis passé de saint Dominique (qui triomphe de l’hérésie des Albigeois grâce au rosaire) à saint Ignace de Loyola (champion de la Contre-réforme grâce au rosaire), à saint Charles Borromée (fondateur des séminaires modernes), à saint Bernard (le chantre de Notre Dame), à saint Juan Diego (un jeune mexicain à qui la Vierge de Guadalupe est apparue), à saint François de Sales (un évêque qui a pourtant vécu en plein pays protestant), à sainte Jeanne de Chantal (fondatrice des Visitandines), à sainte Marguerite-Marie (qui a propagé le culte du Sacré-Cœur ; apparemment rien à voir avec la sainte Vierge !) ; et je ne parle pas de saint Louis-Marie Grignion de Montfort (marial « jusqu’à plus soif » !), de saint Alphonse de Liguori, de sainte Catherine Labouré, de saint Jean-Marie Vianney, de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et j’en passe et des meilleurs… Tout le monde chante les louanges de la Sainte Vierge et les vertus du rosaire. J’ai lu la vie du bienheureux Antoine Chevrier, fondateur du Prado. Naïvement, je me disais qu’un prêtre comme lui, très engagé, qui mendiait pour soutenir les canuts misérables de Lyon, ne devait pas être un adepte du chapelet. Là encore, je me trompais car lui aussi aimait la sainte Vierge (en particulier Notre Dame de Lourdes !) et mendiait, chapelet en main ! Pas un seul de tous ces saints ne se distingue ne serait-ce que par une légère ombre d’indifférence à l’égard de la piété mariale !

Ne cédant pas au découragement, j’ai décidé d’examiner la vie de ceux qui ont été béatifiés ou canonisés récemment, qui ont vécu au XXème siècle, le siècle des « chrétiens adultes ». Après avoir consulté le catalogue des saints récents sur le site du Vatican, je suis tombé sur la vie de saint Maximilien Kolbe (1894-1941), mort martyr de la charité (expression de saint Jean-Paul II) dans le camp d’Auschwitz. J’ai été déçu puisque lui aussi a dit le rosaire toute sa vie et notamment dans la cellule de son camps de concentration où on l’a d’abord privé d’eau et de nourriture pendant plusieurs jours (c’était la technique des nazis pour mener les prisonniers à la folie, voire à les pousser à s’entretuer) puis tué d’une injection de phénol. Saint Padre Pio (1887-1968), ce capucin stigmatisé charismatique, disait son rosaire plusieurs fois par jour et ne cessait de le recommander. Et Mère Teresa (1910-1997) ?! Elle a passé sa vie dans les bidonvilles de Calcutta à s’occuper des pauvres ; elle avait d’autres choses à faire que de dire le chapelet. Là aussi ma quête a été déçue puisqu’elle le disait en marchant dans les rues des bidonvilles et même, elle a fait mettre dans la règle de son ordre, l’obligation de dire le rosaire avant d’aller à la rencontre des pauvres !

Puis, finalement, je suis tombé sur l’histoire de sainte Jeanne Beretta-Molla (1922-1962). Une femme moderne, médecin de surcroit ; une personne intelligente et cultivée. Je me disais en moi que cette fois, je pourrais avoir de la chance et tomber sur quelqu’un qui me prouvera que le chapelet n’est qu’une dévotion de second ordre, facultative à souhait. Au fur et à mesure de la lecture, je découvre qu’elle était atteinte d’un cancer de l’utérus et qu’enceinte, elle a refusé l’avortement thérapeutique. Pendant sa grossesse, elle écarte aussi toute médication nocive à la santé de son enfant : elle accepte la mort, certaine, pour elle afin de conserver la vie à son enfant. Puis, je tombe sur les lignes : « chaque jour, elle participait à la messe et récitait le rosaire ». Et je me suis dit : « même elle ! »

Les saints ne se sont pas contentés de dire le chapelet ; ils se sont tous distingués tant par une intense vie sacramentelle que par une très grande activité apostolique et charitable. Mais tous semblent nous dire que le rosaire a été une condition essentielle à la fécondité de leur apostolat !

La conclusion fut pour moi toujours la même. J’ai repris mon chapelet et me suis dit : « laisse dire et dis ton chapelet quoi qu’on en pense ; si d’autres arrivent à se sanctifier sans dire leur chapelet, tant mieux pour eux ; mais quoi qu’ils puissent proposer, le chapelet reste une méthode bien plus éprouvée ! »

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés ; préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde (prière demandée par Notre Dame de Fatima le 13 juillet 1917 à la fin de chaque dizaine du chapelet)

Petite consécration à Notre Dame du rosaire :

Très sainte Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire