L’Annonciation

L’Annonciation, Guido Renni

Méditons

Lorsqu’en raison de la faute originelle, Adam et Eve ont été chassés du jardin d’Eden, les portes du paradis se sont fermées aussi pour toute leur descendance. Dieu a posté son ange à la porte du paradis afin d’en interdire l’accès à tous ceux qui sont marqués de la tache du péché originel. Mais, dès la chute d’Adam et Eve, Dieu, dans sa miséricorde insondable, a promis la venue d’un rédempteur qui rachèterait l’humanité et lui ouvrirait à nouveau les portes du Royaume des Cieux.

Les temps sont à présent accomplis et Dieu réalise sa promesse en envoyant son ange à Marie, la Vierge de Nazareth, pour lui demander de devenir le nouvel Arche d’Alliance c’est-à-dire le canal de la grâce, la femme par qui le rédempteur vient au chevet de l’humanité blessée, malade, pour la relever et la rendre capable de cheminer vers le Royaume.

Dans un grand élan d’amour, Marie répond « oui » à l’ange et se donne entièrement à sa mission de Mère, d’éducatrice, de disciple du rédempteur. Parce que Marie a dit « oui » à l’ange, le salut a pu entrer dans le monde ; par son « oui » l’humanité a pu accueillir celui qui la mènera jusqu’au Ciel, où est sa véritable place. Oui, nous sommes destinés à un bonheur éternel et, par toute sa vie, Marie nous montre bien que les difficultés présentes ne sont rien en comparaison de la récompense du Ciel qui nous est promise.

Même si Dieu réalise l’essentiel, il fait de notre « oui » un élément capital de notre salut. Chacun doit y contribuer ainsi qu’à celui de ceux qui l’entourent par la prière, par la parole, par l’action. Les saints du ciel ont donné leur « oui » à Dieu » en union avec celui de Marie et se sont employés chaque jour de leur vie à répondre à la grâce, en accomplissant leur devoir d’état dans l’amour de Dieu et du prochain. Comme pour Marie, leur « oui » n’a pas été un simple acquiescement donné un moment, repris l’instant d’après et redonné uniquement quand ça les arrangeait ; il a été contant, entier et même grandissant au fur et à mesure de leur avancée en âge et en sainteté.

Au purgatoire, grâce à la miséricorde de Dieu, se trouvent ceux de nos défunts  dont le « oui » n’a été que chancelant, partiel, peut-être même réfractaire… Nous leur ressemblons tellement. En nous employant à une plus grande fidélité à la grâce, à l’image de Marie, nous pouvons voler à leur secours et réparer leurs inconstances afin de hâter leur purification et leur procurer promptement la joie du face à face avec Dieu.

Nous sommes en capacité, par notre vie toute simple mais toute donnée à l’amour, de mener nos défunts au bonheur du Royaume des Cieux. Si nous les aimons vraiment, comme nos larmes voudraient en témoigner, retrouvons-les dans la prière et portons-les jusqu’aux portes du paradis d’où ils nous aideront à cheminer d’un pas plus alerte vers la maison du Père où ils nous attendront.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés ; préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. (Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet)

O saints Patriarches et Prophètes ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, le désir que vous avez eu de l’Incarnation de Jésus et faites que j’aspire ardemment après Lui que vous avez désiré et si longtemps attendu.

O saints Apôtres ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, la fidélité et la persévérance avec laquelle vous avez prêché l’Evangile de par le monde, pour former à Jésus un peuple fidèle. Faites que j’aime toujours d’avantage Celui que vous-même avez aimé de tout votre cœur.

O saints Martyrs ! Je vous en conjure, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la patience avec laquelle vous avez supporté votre martyre. Obtenez-moi que je me dépense sans compter au service de Jésus pour l’amour duquel vous avez livré votre corps à la mort.

O saints Confesseurs ! Je vous en supplie, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la sainteté héroïque en laquelle vous avez montré aux autres la voie de la vie. Faites que je m’élève au sommet de la perfection pour l’amour de Jésus  pour qui vous avez tout abandonné.

O saintes Vierges ! Offrez pour moi, je vous en conjure, à l’adorable Trinité, votre pureté et votre intégrité qui vous ont mérité d’être les plus rapprochées de Dieu. Faites que je triomphe dans la chasteté de l’esprit et du corps, et en toutes choses pour l’amour de Jésus à qui vous avez consacré votre virginité.

Et Vous, Seigneur ! Précédez l’assemblée de vos Saints et faites pour moi l’offrande à Dieu le Père de toute votre très sainte et parfaite vie sur terre avec le fruit de votre Passion en réparation de tous mes péchés et omissions, en sorte que par Vous, tout ce qui est de moi, reçoive son supplément et sa perfection. Amen. (Jésus à sainte Mechtilde : «  Prie ainsi chacun des groupes de mes saints afin qu’ils offrent pour toi leurs mérites ».)

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel et que la lumière sans fin brille sur elles.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire