L’amour de Jésus nous pardonne

Contemplons

Mosaïque du chœur de la chapelle des apparitions à Paray-le-Monial

Méditons

La création entière témoigne de l’amour infini de Dieu pour chaque personne. Tout est don de son amour. Mais il est une preuve bien plus grande encore de l’amour de Jésus pour chaque âme à savoir qu’il nous pardonne nos péchés à chaque fois que nous l’en prions.

D’emblée on pourrait croire qu’il est facile pour Dieu de pardonner parce qu’il est foncièrement bon et que le refus de pardonner est en soi un refus d’amour, ce dont il est incapable puisqu’il est l’amour. Cela dit, cette considération ne doit pas minimiser ce qu’est le péché, au contraire. Parce que Dieu est bon et qu’il nous aime, il est infiniment sensible aux moindres marques d’amour de notre part ainsi qu’aux moindres de nos refus d’amour. Et, parce qu’il est infini dans tout ce qu’il est, dans tout ce qu’il fait, le plus petit de nos péchés le blesse infiniment. Lorsque nous parlons de péchés véniels, capitaux, mortels, ce n’est pas pour décrire la peine de Jésus qui en est infiniment blessé, même des plus légers, mais pour nous permettre à nous d’avoir une idée de notre degré d’enfoncement dans nos fautes, d’en évaluer les conséquences et les prolongements.

Le pardon de Jésus ne nous est pas accordé du bout des lèvres, sans qu’il ne lui ait rien coûté, au contraire. Notre pardon, Jésus l’a conquis en s’offrant dans sa passion pour chacun de nous, en prenant sur lui tous nos péchés, du plus petit au plus révoltant. Si chacun des pardons de Jésus est gratuit pour nous, il ne l’a pas été pour lui.

Pourtant, Jésus accorde son pardon chaque fois que nous le lui demandons avec contrition et avec le ferme propos de nous convertir. Son pardon nous est assuré à chaque fois que nous recourrons au sacrement de la réconciliation. A Pierre qui lui demande combien de fois, il faut pardonner, Jésus répond jusqu’à soixante-dix fois sept fois (Matthieu 18, 22), autrement dit, tout le temps. Et, en nous demandant de pardonner tout le temps, il nous signifie que lui-même agit ainsi.

Lorsque Jésus apparait aux apôtres au Cénacle le soir de sa résurrection, il leur dit : « recevez l’Esprit-Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, il leurs seront remis. Ceux à qui vous les retiendrez, ils leurs seront retenus » (Jean 20, 22-23). Le sacrement de la réconciliation est l’invention par excellence de l’amour et de la miséricorde de Jésus. Dans l’absolution sacramentelle, Jésus nous applique les fruits de sa passion ; dans sa mort et sa résurrection sont engloutis tous nos péchés qu’il a pris sur lui pour nous en libérer.

Lorsque nous verrons Jésus face à face de l’autre côté, quand nous verrons ce qu’est véritablement le péché, quand nous verrons à quel point Jésus est digne de l’amour le plus intense de notre part, nous nous rendrons compte du don qu’il nous fait à chaque fois que le prêtre nous absout en son nom. Nous ne pourrons alors que verser, comme Marie-Madeleine, des larmes aussi bien de douleur, pour avoir été aussi réticent à recourir au sacrement du pardon, que d’émotion devant tout l’amour de Jésus qui est encore bien plus grand que tout ce qu’on peut imaginer.

Prions

Une dizaine du chapelet (1 Notre Père, 10 Je vous salue Marie, 1 Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Père Eternel, par le Cœur Immaculé de Marie et le Cœur Sacré de Jésus, nous vous offrons 33 000 fois avec tous les Anges et tous les Saints,

le Corps, le Sang, l’Ame, la Divinité, la Sainte-Face, l’amour eucharistique, toutes les blessures, larmes, souffrances de votre très cher Fils, Notre-Seigneur Jésus-Christ que nous aimons tant,

en union avec les douleurs, les larmes, l’amour de la Très-Sainte-Vierge Marie,

les mérites de tous les anges et de tous les saints,

de toutes les saintes Messes et Communions passées, présentes, futures,

les saints rosaires et autres prières,

et dans les Plaies de Jésus-Christ notre propre néant avec Lui, en Lui et par Lui,

pour la conversion des pauvres pécheurs, en réparation des péchés du monde entier, pour la sainte Eglise catholique, le Saint-Père, les cardinaux, les évêques, les prêtres, les consacrés, les pauvres âmes du purgatoire, les malades, les agonisants et toutes les personnes qui nous ont été recommandées. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts, reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire