L’amour de Jésus est premier

Contemplons

L’Annonciation, Giordano

Méditons

« Console-toi, tu ne me chercherais pas si tu ne m’avais pas déjà trouvé » écrit Blaise Pascal dans les Pensées. En effet, quand on se met en quête de Dieu, c’est qu’il a déjà commencé son œuvre de Salut en nous, car son amour fait toujours le premier pas.

Contemplons Marie, le jour de l’Annonciation. L’archange Gabriel lui est envoyé pour lui annoncer que Dieu va venir en notre humanité et pour solliciter son concours. C’est par elle que Jésus doit être donné aux hommes. Comme en Marie, Dieu veut faire sa demeure en nous et, par nous, se communiquer au monde. Comme pour Marie, il fait le premier pas, nous donnant de nous donner à lui, pour que par lui, nous collaborions, pour sa gloire, au Salut monde.

L’amour de Jésus nous donne de désirer ce qu’il veut nous donner. En effet, si le « oui » de Marie a jailli de son Cœur avec une telle plénitude, c’est que Jésus s’y trouvait déjà par la grâce. Dans les tableaux qui mettent en scène l’Annonciation, on représente souvent l’archange Gabriel surprenant la Vierge Marie en pleine lecture des Ecritures, notamment celles qui annoncent la venue du Messie. Jésus, est venu habiter le sein de Marie à l’Annonciation mais il a établi sa demeure dans son Cœur Immaculé bien. Et, par sa grâce, il l’a préparée à ce sublime « oui » de l’Annonciation qui nous a valu à tous le Salut. Depuis toujours, Marie a désiré la venue du Sauveur, depuis toujours, elle lui a offert son Cœur, depuis toujours elle a voulu être sa servante. Le « oui » de Marie est le fruit du travail de la grâce, de l’amour de Jésus en Marie depuis son Immaculée Conception. Le jour de l’Annonciation, le « oui » qui jaillit du Cœur de Marie n’est pas un petit bourgeon mais un fruit mur.

En Marie, comme dans tous les élus, nous voyons que Dieu vient toujours au-devant de nous et que, quand il se révèle, il est déjà présent en nous, nous préparant au « oui » qu’il sollicite. « Tu ne me chercherais pas, si tu ne m’avais pas déjà trouvé. »

Prions

Une dizaine du chapelet (1 Notre Père, 10 Je vous salue Marie, 1 Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Père Eternel, par le Cœur Immaculé de Marie et le Cœur Sacré de Jésus, nous vous offrons 33 000 fois avec tous les Anges et tous les Saints,

le Corps, le Sang, l’Ame, la Divinité, la Sainte-Face, l’amour eucharistique, toutes les blessures, larmes, souffrances de votre très cher Fils, Notre-Seigneur Jésus-Christ que nous aimons tant,

en union avec les douleurs, les larmes, l’amour de la Très-Sainte-Vierge Marie,

les mérites de tous les anges et de tous les saints,

de toutes les saintes Messes et Communions passées, présentes, futures,

les saints rosaires et autres prières,

et dans les Plaies de Jésus-Christ notre propre néant avec Lui, en Lui et par Lui,

pour la conversion des pauvres pécheurs, en réparation des péchés du monde entier, pour la sainte Eglise catholique, le Saint-Père, les cardinaux, les évêques, les prêtres, les consacrés, les pauvres âmes du purgatoire, les malades, les agonisants et toutes les personnes qui nous ont été recommandées. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts, reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire