La Visitation un ordre dédié, dès l’origine, au culte du Sacré-Cœur de Jésus

Contemplons

Sainte Jeanne-Françoise de Chantal et saint François de Sales, fondateurs de l’ordre de la Visitation auquel le Sacré-Cœur confiera son message

Méditons

« Je ne sais pas, disait saint François de Sales, pourquoi on m’appelle fondateur car je n’ai pas fait ce que je voulais et j’ai fait ce que je ne voulais pas. »

En effet, la Visitation, telle qu’elle est sortie, en 1615, des mains de saint François de Sales est bien différente de ce qu’il avait d’abord rêvé. A chacun de ses pas dans l’organisation de son œuvre, un obstacle imprévu, invincible, l’avait obligé à modifier ses plans et conduit tout doucement à faire de ses filles le contraire de ce qu’il voulait en faire. Il voulait en faire des « Marthe » et il en fit des « Marie ». Il voulait les jeter dans la vie active et il les jeta dans la contemplation. Il voulait les envoyer dans les villes et les villages à la recherche de ceux qui souffrent et il les cacha à tous les regards derrière des grilles impénétrables.

Mais pour autant, saint François de Sales ne soupçonnait pas ce qu’elle deviendrait un jour et qu’il l’organisait dans ce sens. Le 10 juin 1611, il écrit à sa Jeanne-Françoise de Chantal, co-fondatrice de la Visitation : « Bonjour, ma très-chère mère. Dieu m’a donné cette nuit la pensée que notre maison de la Visitation est par sa grâce assez noble et assez considérable pour avoir ses armes, son blason, sa devise et son cri d’armes. J’ai donc pensé, ma chère mère, si vous en êtes d’accord, qu’il nous faut prendre pour armes un unique cœur percé de deux flèches, enfermé dans une couronne d’épines ; ce pauvre cœur servant dans l’enclavure à une croix qui le surmontera, et sera gravé des sacrés noms de Jésus et de Marie. Ma fille, je vous dirai, à notre première entrevue, mille petites pensées qui me sont venues à ce sujet ; car vraiment notre petite congrégation est un ouvrage du Cœur de Jésus et de Marie. Le Sauveur mourant nous a enfantés par l’ouverture de son sacré Cœur. »

Un siècle avant qu’il ne déclare à Marguerite-Marie Alacoque qu’il veut faire des filles de la Visitation les « dépositaires de son Cœur », Jésus formait le cœur de Françoise de Sales sur le modèle du sien, et le rendait le plus humble et le plus doux de tous les cœurs.

Filles du sacré Cœur de Jésus : voilà le nom que saint François de Sales donne à ses religieuses soixante ans avant la révélation faite à Marguerite-Marie. Il les établit pour être «les adoratrices du sacré Cœur», «les servantes du sacré Cœur», «les imitatrices du sacré Cœur» ! Le Cœur de Jésus sera «leur séjour», «la racine de l’arbre dont elles seront les branches», «le fondement de leurs espérances et la raison de leur être.» Elles devront «prendre à Jésus son Cœur», et «ouvrir leurs poitrines pour l’y loger» comme dans un sanctuaire.

Saint François de Sales a l’intuition de grandes choses pour l’ordre de la Visitation : «Croyez- moi, ma chère mère, écrit-il à Jeanne de Chantal, Dieu veut je ne sais quoi de grand de nous.» Et à la mère Favre : «Sa main toute-puissante fera pour ce petit institut plus que les hommes ne peuvent penser.» Et pendant qu’il contemple ces choses, et qu’il voit sa petite Visitation, «sortant du côté percé de Jésus-Christ» et appelée à l’honneur d’être «le sanctuaire de son Cœur adorable» ; comme un grand architecte qui fait concourir au but qui lui a été fixé les lignes générales et les moindres détails, il organise tout son institut en vue de cette merveilleuse mission.

La Visitation va donc devenir un ordre contemplatif ! soit ! Mais alors «c’est dans le Cœur de Jésus que se devra faire cette continuelle contemplation.» Toutes les règles procèdent de la même pensée et conduisent au même but. «Je vous assure, mes filles bien-aimées, que vous ravirez le Cœur de Jésus, si vous êtes fidèles à toutes les pratiques de vos règles.»

«0 Dieu ! dit-il ailleurs, qu’il faut que nos pauvres cœurs ne vivent plus que sous l’obéissance du Cœur de Jésus ! Et puisque ce Cœur sacré n’a point de loi plus affectionnée que la douceur, l’humilité et la charité, il faut s’en tenir ferme en ces chères vertus.» Il répète sur tous les tons que toutes les règles se réduisent à deux points : l’humilité et la douceur, et qu’il a choisi exprès ces deux vertus, parce que ce sont celles du Cœur de Jésus.»

 Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Seigneur Jésus, vous qui êtes venu allumer un feu sur la terre, je m’abandonne aujourd’hui à la volonté du Père dans le souffle de l’Esprit Saint.

Purifiez mon cœur, embrasez-le d’amour et de charité.

Faites grandir en moi le désir de la sainteté.

Par le Cœur Immaculé de Marie, je me consacre tout entier à votre Cœur pour vous aimer et vous servir. Amen.

Cœurs unis de Jésus, Marie et Joseph, que votre règne arrive.

Saint Claude de la Colombière, priez pour nous.

Sainte Marguerite-Marie Alacoque priez pour nous.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire