La cause de notre joie

Contemplons

La Visitation, mosaïque

Méditons

La joie augmente dans une âme à mesure qu’elle se remplit de Jésus-Christ, à mesure qu’il règne dans le cœur.

La joie est le signe distinctif des enfants de lumière, ceux qui aiment Dieu et s’en savent, s’en sentent aimés. Aussi, qui, plus que Marie a été remplie d’une sainte joie, elle qui est aimée du Seigneur plus qu’aucune autre créature, elle qui aime Dieu au-delà d’elle-même ?

La joie intérieure de Marie est profondément enracinée dans sa foi, son espérance, sa charité. En effet, c’est Dieu qui est la cause et l’origine de sa joie qu’elle communique à son entourage pour l’amour de lui et du prochain. Marie ne retient rien pour elle-même mais communique tout ce qu’elle a reçu selon la recommandation de son Jésus : « vous avez reçu gratuitement ; donnez gratuitement » (Matthieu 10, 8).

En donnant ce qu’elle-même a reçu, Marie attire sur elle toutes les surabondances car Dieu redouble de générosité envers ceux qui accueillent ses dons avec reconnaissance pour en faire bénéficier leur prochain de manière désintéressée. La joie, comme tous les autres dons, n’ont jamais manqués à Marie, parce qu’en tout, elle a été reconnaissante à Dieu, parce qu’elle n’a jamais rien retenu égoïstement pour elle.

« Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes » (Matthieu 22, 37-40). Marie a pratiqué ces deux commandements à la perfection. Toutes les vertus qu’elle a pratiquées, respectent, plus encore, accomplissent les préceptes de l’amour de Dieu et du prochain. A chaque événement heureux de sa vie, elle ne se complait pas en elle-même mais se réjouit des merveilles que Dieu accomplit, de la gloire qu’il en retire auprès des âmes et surtout du bénéfice en grâce qui s’en suit pour son prochain. Ainsi, à l’Annonciation, elle se réjouit, non pas de devenir la Mère de Dieu, mais de donner au monde le Sauveur.  Elle se réjouit pour les hommes qui vont connaitre le salut en Jésus-Christ et retrouver la grâce perdue par le péché de nos premiers parents. A la Visitation, sa joie ne vient pas de la louange de sa cousine mais d’avoir donné le signal de la rédemption par la sanctification de Jean-Baptiste en lui amenant son Jésus.

La joie est comme toutes les vertus, c’est en la communiquant qu’on l’augmente à l’image de la flamme d’une bougie qui, au fur et à mesure qu’elle est transmise crée davantage de lumière. Personne n’a été plus rempli de joie que Marie, car personne, plus qu’elle, ne l’a communiquée. C’est pour cela que dans les litanies on l‘invoque sous le beau titre de « cause de notre joie. » En nous donnant Jésus-Christ, Marie a fait et continue de faire et la joie de Dieu et la nôtre.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Très-Sainte-Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre-Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge Immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la Sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire