Ayez pitié de nous

Contemplons

La sainte Trinité, Lukas Cranach

Méditons

A chaque invocation de la Très Sainte Trinité, nous répondons « ayez pitié de nous. » Nous le faisons donc à sept reprises au début des litanies. Nous exaltons Dieu, un et trine, en en appelant à la seule chose qui puisse justifier qu’il s’intéresse à nous : sa miséricorde.

Qui est Dieu ? Qui est l’homme pour que Dieu s’intéresse à lui ? En effet, il y a entre Dieu qui a tout créé, et nous qu’il a tiré du néant, une telle distance, qu’il est incompréhensible que ce que nous sommes, ce que nous faisons, puissent présenter pour lui un quelconque intérêt. De plus, Il est autosuffisant. Dans l’une des préfaces, l’Eglise proclame : « Tu n’as pas besoin de notre louange, et pourtant c’est toi qui nous inspires de te rendre grâce : nos chants n’ajoutent rien à ce que tu es, mais ils nous rapprochent de toi, par le Christ, Notre Seigneur. » Oui, qui est Dieu et qui sommes-nous pour que nous présentions un quelconque intérêt à ses yeux ?

En contemplant la foule affamée, Jésus dit : « J’ai pitié de cette foule : depuis trois jours déjà, ils sont avec moi et n’ont rien à manger. Je ne veux pas les renvoyer à jeun ; ils pourraient défaillir en route » (Matthieu 15, 32). La pitié : voilà ce qui nous révèle le Cœur de Dieu. Il a pitié de nous, de notre état, de notre condition. C’est en raison de sa pitié qu’il s’est fait l’un de d’entre nous, qu’il a endossé le pire des sorts qu’on puisse réserver à un être humain, afin de nous élever à la sublime dignité d’enfant de Dieu. Ce ne sont pas nos œuvres qui nous sauvent mais c’est l’infinie miséricorde de Dieu, sa pitié aimante.

Aussi, ne nous sentons pas rabaissés en quémandant la miséricorde divine, en prononçant les mots « ayez pitié de nous » car ils n’ont rien d’humiliants. Au contraire, en les prononçant, relevons nos têtes pour remercier Dieu de s’abaisser jusqu’à nous, de nous écouter, de nous exaucer : dans son Incarnation, dans sa Passion, il a parcouru un bien plus grand chemin pour condescendre jusqu’à nous, que nous n’en ferons jamais en prenant sur nous la plus crucifiante des humiliations. Car, c’est la pitié du Seigneur qui nous relève, qui nous sauve, qui nous élève jusqu’à faire de nous ses enfants en Jésus-Christ, vrai Dieu, vrai homme, le Fils unique du Père, la seconde personne de la Très Sainte Trinité.

Dans sa sagesse, l’Eglise, nous fait toujours avoir recours à la pitié, à la miséricorde de Dieu dont elle nous assure en même temps qu’elle nous est acquise. Ainsi, elle nous fait garder à l’esprit, et surtout au cœur, que rien ne nous est plus indispensable que la miséricorde divine, qu’elle n’est pas un dû mais le plus beau des cadeaux du Dieu trois fois saint. Dans ce sens, le saint Padre Pio disait, qu’il « est plus facile à la terre d’exister sans le soleil que sans le saint Sacrifice de la Messe. » Ce qui doit donc surtout nous importer n’est pas d’obtenir la miséricorde de Dieu, car celui qui n’est qu’amour ne peut la refuser, mais plutôt de l’accueillir. En effet, l’enfer n’est pas rempli de ceux à qui Dieu a refusé sa miséricorde mais bel et bien de ceux qui ont refusé de l’accueillir.   

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. (Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet.)

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Saint Joseph, priez pour nous.

Illustre descendant de David, priez pour nous.

Lumière des patriarches, priez pour nous.

Epoux de la Mère de Dieu, priez pour nous.

Chaste gardien de la Vierge, priez pour nous.

Père nourricier du Fils de Dieu, priez pour nous.

Zélé défenseur de Jésus, priez pour nous.

Chef de la sainte Famille, priez pour nous.

Joseph très juste, priez pour nous.

Joseph très chaste, priez pour nous.

Joseph très prudent, priez pour nous.

Joseph très courageux, priez pour nous.

Joseph très obéissant, priez pour nous.

Joseph très fidèle, priez pour nous.

Miroir de patience, priez pour nous.

Ami de la pauvreté, priez pour nous.

Modèle des travailleurs, priez pour nous.

Gloire de la vie de famille, priez pour nous.

Gardien des vierges, priez pour nous.

Soutien des familles, priez pour nous.

Consolation des malheureux, priez pour nous.

Espérance des malades, priez pour nous.

Patron des mourants, priez pour nous.

Terreur des démons, priez pour nous.

Protecteur de la sainte Eglise, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

 

Il l’a établi le maître de sa maison

Et le dispensateur de tous ses biens.

 

Prions.

Ô Dieu, qui, dans votre providence ineffable avez choisi le bienheureux Joseph, pour être l’Epoux de votre sainte Mère, faites, nous vous en prions, que l’honorant ici-bas comme protecteur, nous méritions de l’avoir pour intercesseur dans le Ciel. Vous qui vivez et régnez dans les siècles des siècles. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire