La Présentation de Jésus au Temple

 

Siméon reçoit Jésus dans ses bras et bénit Dieu, Francesco Rabiolini

Méditons

Lorsque Siméon reçoit Jésus enfant dans ses bras, il bénit Dieu en disant : « maintenant, Seigneur, tu peux laisser ton serviteur s’en aller dans la paix car mes yeux ont vu ton salut que tu prépares à la face de tous les peuples » (Luc 2, 29-32). Maintenant qu’il a vu le Messie, maintenant qu’il voit la réalisation de la promesse de Dieu à l’égard d’Israël – la venue du Messie – mais aussi à son égard – ne pas mourir sans l’avoir vu – il peut quitter ce monde en paix.

Les Saints sont tous morts d’un cœur léger. Ils ont accepté la mort et la forme qu’elle a prise pour venir à eux. Qu’ils soient morts martyrs en versant leur sang pour la foi ou plus sereinement, entourés d’âmes pieuses, ils ont « attendu la mort, attendu son appel mais comme on attend une lettre d’amour à vingt ans » (Père Auguste Valens). Ils ont passé leur vie à approfondir leur connaissance de Dieu, à s’en remettre à Lui et à tout recevoir da sa main paternelle en toute gratitude et reconnaissance. Et tout ce que Dieu a permis ou ordonné dans leur vie, les a purifiés de toutes leurs fautes. Si bien que pour la plupart, ils n’ont fait que survoler le purgatoire, voire l’ont évité. Sainte Thérèse de Lisieux nous dit à ce sujet : « Ecoutez jusqu’où doit aller votre confiance ! Elle doit vous faire croire que le purgatoire n’est pas fait pour vous, mais seulement pour les âmes qui ont méconnu l’amour miséricordieux, ou qui ont douté de sa puissance purificatrice. Avec ceux qui s’efforcent de répondre à cet amour, Jésus est « aveugle » et ne « compte pas », ou plutôt il ne compte, pour les purifier, que sur ce feu de charité qui « couvre toutes les fautes » et surtout sur les fruits de son perpétuel Sacrifice. Oui, malgré vos petites infidélités, vous pouvez espérer d’aller droit au ciel, car le bon Dieu le désire encore plus que vous et il vous donnera sûrement ce que vous aurez espéré de sa miséricorde. C’est votre confiance et votre abandon qu’il récompensera ; sa justice, qui connaît votre fragilité, s’est arrangée divinement pour y parvenir. Seulement, en vous appuyant sur cette assurance, veillez bien d’autant plus à ce qu’il ne perde pas en amour ! »

La prophétesse Anne avait passé sa vie « à servir Dieu dans le jeune et la prière ne quittant pas le Temple ». Les âmes en purgatoire ne l’ont pas imitée ou pas suffisamment. Et parce qu’elles n’ont pas suffisamment prié, jeuné, elles doivent rattraper toutes ces occasions manquées de se purifier de leurs péchés.

Apprenons de Siméon et d’Anne, deux prophètes, le moyen d’éviter le purgatoire : espérer fermement en la fidèle bonté de Dieu, le servir dans le jeûne et la prière. En priant pour nos défunts, nous payons nos propres dettes à la manière du mauvais intendant qui pour apurer les siennes, les remet aux autres débiteurs.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés. Préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. (Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet)

O saints Patriarches et Prophètes ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, le désir que vous avez eu de l’Incarnation de Jésus et faites que j’aspire ardemment après Lui que vous avez désiré et si longtemps attendu.

O saints Apôtres ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, la fidélité et la persévérance avec laquelle vous avez prêché l’Evangile de par le monde, pour former à Jésus un peuple fidèle. Faites que j’aime toujours d’avantage Celui que vous-même avez aimé de tout votre cœur.

O saints Martyrs ! Je vous en conjure, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la patience avec laquelle vous avez supporté votre martyre. Obtenez-moi que je me dépense sans compter au service de Jésus pour l’amour duquel vous avez livré votre corps à la mort.

O saints Confesseurs ! Je vous en supplie, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la sainteté héroïque en laquelle vous avez montré aux autres la voie de la vie. Faites que je m’élève au sommet de la perfection pour l’amour de Jésus  pour qui vous avez tout abandonné.

O saintes Vierges ! Offrez pour moi, je vous en conjure, à l’adorable Trinité, votre pureté et votre intégrité qui vous ont mérité d’être les plus rapprochées de Dieu. Faites que je triomphe dans la chasteté de l’esprit et du corps, et en toutes choses pour l’amour de Jésus à qui vous avez consacré votre virginité.

Et Vous, Seigneur ! Précédez l’assemblée de vos Saints et faites pour moi l’offrande à Dieu le Père de toute votre très sainte et parfaite vie sur terre avec le fruit de votre Passion en réparation de tous mes péchés et omissions, en sorte que par Vous, tout ce qui est de moi, reçoive son supplément et sa perfection. Amen. (Jésus à sainte Mechtilde : «  Prie ainsi chacun des groupes de mes Saints afin qu’ils offrent pour toi leurs mérites »)

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel et que la lumière sans fin brille sur elles.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire