« Être Marie pour Jésus » c’est, comme elle, le suivre partout où il va

Contemplons

Ecole flamande, les noces de Cana

Méditons

Les Evangiles sont relativement sobres au sujet de Marie et ne nous rapportent d’elle que le strict nécessaire pour la situer par rapport à Jésus. En effet, en humble servante, elle s’efface progressivement pour laisser toute la place à Jésus : elle n’apparait dans les Evangiles que lorsqu’il s’agit de révéler Jésus ou de lui ouvrir la voie.

Toujours Marie s’est mise en retrait pour ne pas entraver la mission unique de Jésus. C’est ainsi que, peu à peu, la mère a cédé la place à la croyante et qu’au cours de la vie publique de Jésus, les Evangiles n’évoquent plus sa présence qu’à trois reprises : aux noces de Cana (Jean 2), avec la famille de Jésus qui cherche à lui parler (Marc 3), sous la croix du vendredi-saint (Jean 19). De ces trois évocations, nous pouvons déduire que Marie a quitté Nazareth à un moment donné et a suivi Jésus dans sa vie apostolique à l’instar de toutes ces femmes qui se sont associées à lui et aux apôtres.

« Là où est le maitre, là aussi sera le serviteur » a-t-elle entendu proclamer Jésus. Qui, plus que Marie, a servi Dieu ? Qui, plus que Marie, s’est mise au service de Jésus et de son Evangile ? Lorsque Jésus déclare que « sa mère, ses frères, sont ceux qui écoutent la Parole de Dieu et qui la gardent » il ne renie pas Marie. Au contraire, il met en avant ce qui fait son mérite essentiel aux yeux de Dieu : de croire et de pratiquer ce qu’elle croit. Et si Marie, met si bien en pratique les paroles de Jésus, c’est parce qu’elle les a entendues proclamées par Jésus au cours de ses trois années de vie publique et qu’à son habitude, elle les a toutes recueillies et méditées dans son cœur.

Marie a suivi Jésus partout où son apostolat l’a mené. Elle ne l’a pas seulement suivi physiquement ; elle l’a aussi suivi spirituellement car elle a vécu avec lui toutes les difficultés de l’annonce de l’Evangile. Elle a ressenti dans son cœur les rejets de Jésus, elle s’est réjouie de ses succès. Marie a suivi Jésus plus que tout autre car en tout et en toute chose, elle s’est maintenue en profonde union, en intime communion avec lui. Elle a voulu être partout où il est, non pas en mère abusive mais en servante aimante et zélée qui prépare son action auprès des âmes et les aide à croire en lui. Le fruit du miracle réalisé par Jésus à Cana, sur l’intervention de Marie, est bien (et l’Evangile le précise) que les disciples ont cru en lui. Et si elle est présente au pire moment, sous la crois du vendredi-saint, c’est que dans sa foi, dans son amour, aucune difficulté ne l’a jamais rebutée.

« Être Marie pour Jésus » c’est, comme elle, vouloir être avec Jésus où qu’il soit.

« Être Marie pour Jésus » c’est, comme elle, suivre Jésus où qu’il aille.

« Être Marie pour Jésus » c’est, comme elle, œuvrer à la diffusion de l’Evangile.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Jésus qui êtes réellement présent dans l’Eucharistie, je joins mon cœur à votre Cœur adorable, immolé en perpétuel sacrifice sur tous les autels du monde, louant le Père et implorant la venue de votre règne, et je vous fais l’oblation totale de mon corps et de mon âme.

Daignez agréer cette humble offrande comme il vous plaira, pour la gloire de Dieu et le salut des âmes.

Sainte Mère du Ciel, ne permettez pas que je sois séparé de votre divin Fils, et gardez-moi toujours comme votre propriété. Amen.

(Prière des Servantes de l’Eucharistie. Lors de la troisième apparition à Akita, au Japon, le 6 juillet 1973, Marie demanda que les religieuses, Servantes de l’Eucharistie récitent cette prière avec assiduité en faisant attention à chaque mot et en ajoutant dorénavant le mot « réellement ». Les apparitions d’Akita ont été reconnues par monseigneur Itô à Pâques 1984).

Cœurs unis de Jésus, Marie et Joseph, que votre règne arrive.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire