Le rosaire, le remède à la déprime

Marie remet le rosaire à saint Dominique et à sainte Catherine de Sienne

Méditons

Cher ami lecteur,

Nous voilà une fois de plus rendus au mois d’octobre, le mois du rosaire. Et, comme chaque année, je réfléchis à ce que je vais bien pouvoir te dire pour t’amener à prendre ton chapelet, à le prier (de préférence à l’église, en commun), pour te donner envie de le dire plus souvent (voire tous les jours) et surtout pour te faire ressentir l’urgence d’y recourir pour toutes les nécessités de l’Eglise.

Cette année, je n’insisterai pas sur l’éloge qu’en ont fait tous les saints jusqu’aux plus grands. Je n’évoquerai pas le fait qu’il ne s’en trouve pas un seul (en tout cas depuis que le Ciel l’institué) qui n’ait dit son chapelet assidument, qu’il ne s’en trouve pas un seul qui ne l’ait chaudement recommandé. Tu peux me croire, cher lecteur, j’ai vérifié et même méticuleusement. Dans l’impressionnant catalogue des saints de l’Eglise catholique, j’en ai cherché ne serait-ce qu’un seul qui n’ait pas eu l’habitude de prier le chapelet me disant qu’il me fournira un bon prétexte pour le dire moins souvent. C’était peine perdue. Il n’y a pas un saint qui n’ait pas dit son chapelet chaque jour. Saint Jean-Paul II, saint Jean XXIII disaient le rosaire (3 chapelets) en entier chaque jour ! Saint Padre Pio le disait jusqu’à 9 fois par jour ! Oui, tu lis bien : 9 fois par jour ! Sainte Térésa de Calcutta le disait sans relâche et répétait constamment à ses filles de toujours le prier avant d’aller à la rencontre des pauvres.

Je ne te ferai pas la liste de tous les papes qui l‘ont chaudement recommandé sans oublier de joindre l’exemple à la parole. Je ne te parlerai pas des très nombreuses exhortations, encycliques du pape Léon XIII, le pape du rosaire, qui lui a consacré le mois d’octobre. Je ne te parlerai pas de l’exemple que tous ces papes nous ont laissé comme Pie XI qui disait aux évêques en visite ad limina chez lui : « dites à vos prêtres de dire le rosaire chaque jour. La journée du pape n’est pas finie, tant qu’il n’a pas dit son rosaire. » Non, ne t’inquiète pas, je ne cèderai pas à cette tentation. Je ne voudrais pas te lasser.

Je ne te ferai pas la liste des 15 promesses faites par la Sainte Vierge elle-même à saint Dominique pour tous ceux qui persévèreront dans la prière du rosaire. Je sais bien que tu les connais. Je n’évoquerai pas même la disproportion abyssale entre le petit effort de persévérance demandé par cet exercice de piété si simple et les nombreuses grâces de choix qu’il nous obtient.   

Je ne ferai pas la moindre allusion aux nombreux appels de Notre Dame elle-même en bien des lieux d’apparitions dans nos temps modernes pour exhorter à la prière du rosaire, comme à Lourdes, La Salette, Pontmain, Fatima, Akita… Non, non, rassure-toi, je t’épargnerai tout cela ; promis ! On te l’a déjà tellement dit. Je ne te dirai pas même que si la Reine du Ciel nous demande de prier le chapelet tous les jours, cela devrait être une raison suffisante pour le dire. Non, je n’y pense même pas !

Et surtout, rassure-toi, je ne te ferai pas la longue liste des intentions (l’Eglise, la famille, le respect de la vie, les vocations sacerdotales et religieuses, la sanctification du clergé, la conversion des pécheurs, les âmes du purgatoire, les chrétiens persécutés, la paix dans le monde, le salut des âmes…) qui réclament ta prière et ne chercherai pas à te convaince que le rosaire, cette prière merveilleuse de simplicité, est la plus à même de les porter toutes devant Dieu par l’intercession toute puissante de Marie.

Non, rien de rien ! Je ne te fatiguerai pas avec tout ça. Cette année, on met de côté tout le déjà-vu et on change d’angle d’attaque. Cette année, je te propose de te faire chaque jour la démonstration que le rosaire est comme un cocktail de vitamines spirituelles surpuissantes qui combat la déprime ambiante, que le prier (surtout en commun) libère en toi une surdose d’endorphine qui procure le bien-être et te met en joie pour toute la journée, te faisant porter un regard de profonde espérance sur toutes les situations mêmes les plus tragiques.

Alors, tu te sens prêt à ça ? Oui ? Alors, commençons par dire ensemble cette première dizaine du chapelet en demandant à Marie de nous mettre dans les bonnes dispositions du cœur.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés ; préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde (prière demandée par Notre Dame de Fatima le 13 juillet 1917 à la fin de chaque dizaine du chapelet)

Petite consécration à Notre Dame du rosaire :

Très sainte Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII à saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire